Une plaque « Spes » : du texte imprimé aux marques de provenances

La reliure à plaque « Spes », que nous avons examinée dans un précédent billet, est une seconde édition des Epigrammatum libri IIII. Ejusdem Xenia (Cote magasin BDL 1R 41472).

C’est un ouvrage assez peu commun dans les bibliothèques françaises. Le catalogue collectif de France (CCFr) en recense quatorze exemplaires y compris celui de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL), à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi que dans les bibliothèques municipales de Chalons, Lyon, Rennes et Saint-Etienne mais aussi à la bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français.

Un ouvrage écrit par …

Jean Visagier est un poète français néolatin de second plan1. Il  est connu sous des noms multiples : Johannes Vulteius, Joan Vulteii, Jean Voulté, ou plus rarement Vouté, Vautier ou encore Vouet  ou bien Faciot. Sur le verso de la deuxième page de garde supérieure, qui fut ajoutée sur l’ouvrage au XIXe siècle, l’on peut lire l’inscription manuscrite anonyme suivante : « Vulteius, vulgo Faciot » autrement dit « Vulteius communément [appelé] Faciot ».

Il serait né en 1505 ou 1510 à Vandy près de Vouziers dans les Ardennes. Il se faisait appelé le Rémois (Remensis).

Après des études au collège Sainte-Barbe de Paris, il exerça les fonctions de professeur de grec à Paris puis à Bordeaux au Collège de Guyenne. Il partit à Toulouse étudier le droit puis s’installa à Lyon où il devint  correcteur d’imprimerie. Il faisait partie de l’école de Lyon (Soladitium Lugdunense), groupe de poètes humanistes, dont les plus connus sont Maurice Scève, Louise Labé et Pernette du Guillet. Lyon faisait alors « figure de capitale de la liberté intellectuelle »2. Il est mort assassiné, à la suite d’un différend avec un apothicaire, à Paris le 30 décembre 1542.

Il contient…

L’édition de 1537 comprend quatre livres d’épigrammes, de courts poèmes dans une veine satirique se terminant par un trait mordant et dont la tradition remonte à l’Antiquité grecque. Ils sont accompagnés d’autres petits poèmes que Jean Visagier appellent étrennes (Xenia). Dans cette seconde édition, Jean Visagier a repris et corrigé certaines pièces de l’édition de 1536 qui ne comprenait que deux livres. Elle est constituée de 631 pièces dont certaines ont deux vers et d’autres une cinquantaine.

Il fut placé sous les bons auspices de …

Chaque livre débute par une épître dédicatoire. Chaque épigramme est elle-même dédicacée. Les dédicaces sont riches d’enseignements. Elles permettent de reconstituer l’univers amical de Jean Visagier mais aussi le milieu intellectuel de l’école lyonnaise3.

Le premier livre est consacré à Jean III de Lorraine, cardinal, favori de François Ier, qui fut un grand mécène.

Le deuxième livre est dédicacé à un juriste et poète humaniste toulousain : Jean de Boyssonné, ancien professeur de droit de Jean Visagier. Il fut accusé d’hérésie en 1532, ayant abjuré il fut relâché mais échappa de peu au bûcher.

Le dédicataire du troisième livre est Jean de Pins, humaniste et bibliophile, ambassadeur de François Ier en Italie. Evêque de Pamiers puis de Rieux, ce fut aussi un grand mécène toulousain qui prit sous son aile l’imprimeur Etienne Dolet.

Le quatrième dédicataire est Gérard Roussel, évêque d’Oloron, ville prospère du Béarn. Celui-ci faisait partie du cénacle (ou cercle) de Meaux fondé en 1521 qui œuvrait pour une réforme de l’Église et préconisait  la traduction en langue vulgaire du Nouveau Testament (évangélisme).

La liste des dédicataires des épigrammes est beaucoup trop longue pour être citée en entier. Par ailleurs, « dans l’œuvre de Visagier, les hommes illustres ou non se mêlent sans ordre apparent, sans hiérarchie évidente »4. Ainsi, se côtoient pour n’en citer qu’une part infime, Charles Quint, François Ier (qui séjourna deux fois à Lyon en 1536), des imprimeurs-libraires tels que Etienne Dolet, Sébastien Gryphe ou Michel Parmentier qui publièrent les livres écrits par Jean Visagier, des gens de lettres comme Rabelais « Ad Rabelaesum », Clément  Marot,  Pietro Rosset, Marguerite de Navarre ou encore Maurice et Guillaume Scève, des dignitaires civils comme Jean du Peyrat, lieutenant général de Lyon, et des hommes d’Eglise tels que le pape Paul III et Jean de Lorraine déjà cité plus haut.

Les dédicaces et vers pleins d’éloges permettaient à Jean Visagier, en un temps où le parlement de Paris pourchassait de nombreux auteurs jugés hérétiques, de multiplier les protections tout en se garantissant des subsides. Notons que si Jean Visagier se voulait un bon catholique, il gravita néanmoins dans un milieu humaniste très proche du courant protestant évangélique.

Il fut publié par…

La première édition de l’ouvrage fut publiée à Lyon en 1536 par Sébastien Gryphe5). La seconde est l’œuvre d’un autre éditeur. En effet, à l’issue de la première édition, un ami de Jean Visagier, Nicolas Bourbon, l’accusa d’avoir plagié son œuvre  intitulée Nugae. Il semblerait que Sébastien Gryphe ait prit le parti de Nicolas Bourbon6. Jean Visagier se tourna alors vers un autre éditeur pour publier l’édition suivante. Il s’agit de Michel Parmentier7 (1485-1558), libraire à Bâle puis à Lyon dès 1523. La page de titre de cette seconde édition porte la marque d’imprimeur de Michel Parmentier dite marque des grues, gravée sur bois et dessinée par Georges Reverdy (1531-1564) qui fut  un des grands graveurs de la Renaissance.

Et imprimé par …

Cet ouvrage fut imprimé par le typographe Jean Barbou dit le Normand (1489 ?-1543), le colophon ci-dessous en témoigne, à la demande de Michel Parmentier. Jean Barbou exerça à Lyon de 1536 à 1543. Il est à l’origine d’une longue lignée d’imprimeurs.

Notons la vignette qui figure en fin d’ouvrage. Egalement, œuvre de Georges Reverdy, elle représente un poète antique à son écritoire, le front ceint d’une couronne de lauriers, un luth posé à ses côtés.

Cette vignette a une réputation assez sulfureuse étant donné qu’elle fut employée en 1538, un an après la parution de l’ouvrage de Jean Visagier pour orner un ouvrage particulièrement controversé. Il s‘agit du Cymbalum Mundi, pamphlet contre le catholicisme de Bonaventure des Periers. L’ouvrage, paru une première fois à Paris en 1537, fut déféré au parlement en 1538 puis interdit. Selon Henri Baudrier, la réimpression lyonnaise du Cymbalum en 1538 par Benoît Bonnin fut attribuée à Michel Parmentier mais sans preuve8.

Puis acheté, relié et vendu par…

L’ouvrage de Jean Visagier fut peut-être acheté par Jacob Pandelaert par l’intermédiaire de l’associé de Michel Parmentier, Jean Vaugris. En effet, celui-ci  fréquentait les foires et se rendait fréquemment en Flandres. Au XVIe siècle, l’imprimerie lyonnaise était en plein essor. Les foires de Lyon permettaient une circulation des livres dans l’Europe entière. Les libraires se mettaient en relation avec leurs homologues des autres villes afin d’écouler plus facilement leurs marchandises. Cela explique qu’un ouvrage imprimé à Lyon ait été vendu à un imprimeur-libraire de Louvain. Ce livre est le témoin de ce commerce florissant du livre entre 1520 et 1540 lorsque celui-ci, sorti de son berceau (incunabula), est enfin parvenu à la maturité9.

Et possédé par …

Un anonyme ayant fait le choix d’une plaque « Spes »

Nous ne savons pas qui est le premier propriétaire de l’ouvrage ni les suivants durant près de trois siècles. La seule marque qu’a laissée son premier propriétaire sur l’ouvrage est le choix qu’il a fait de la reliure connotée religieusement alors que Jacob Pandelaeart, comme nous l’avons vu dans un précédent billet, proposait aussi des plaques profanes telles que Cléopâtre et Lucrèce.

Un grand bibliophile

Une vignette ex-libris armoriée collée sur le contreplat supérieur porte l’inscription : « Bibliothèque de Mr. Le Baron de Warenghien« . Est-ce le baron de Warenghien qui est à l’origine de la restauration du livre (voir billet précédent) ?

Louis-Philippe-François de Warenghien de Flory, (1771-1854) était un baron, chevalier de la Légion d’honneur et de Saint-Louis, commissaire des guerres puis maire de Douai sous Charles X. Ce fut un grand bibliophile10.

Le Musée pédagogique

Cet ouvrage a été acquis pour le Musée pédagogique entre 187911 et 1922, dates d’existence du Musée pédagogique sous la férule du Ministère de l’Instruction publique. En 1886, à l’initiative de Ferdinand Buisson qui souhaitait faire connaître les collections de la bibliothèque du Musée pédagogique débute le catalogue noir, catalogue alphabétique sur pages. Cet ouvrage y figure. A noter que Ferdinand Buisson12 a lui-même écrit un article en 1892 qui cite Jean Visagier.

Empreint d’apparentes contradictions…

Pour finir, notons l’apparente divergence qu’il y a entre un contenant (une reliure marquée par le sceau de la religion catholique) et son contenu profane. En réalité, il existe bel et bien des liens entre contenu et contenant et qui ne sont pas contradictoires pour autant.

Ainsi, nous pouvons convenir qu’il existe une relation entre une reliure réalisée pour un imprimeur-libraire luthérien qui a dû faire allégeance au catholicisme (voir le billet précédent et le rajout de Charitas sur la plaque) et son contenu certes profane mais écrit par un catholique ayant entretenu des liens étroits avec un milieu humaniste sensible aux préceptes évangéliques.

A moins que le choix du livre ne soit pas le fait de l’imprimeur-libraire mais bel et bien une commande de l’acheteur, acheteur qui n’a toutefois pas été dans l’obligation de choisir une reliure connotée religieusement puisque Jacob Pandeleart proposait aussi des reliures à plaques profanes.

Quoi qu’il en soit, contenant et contenu sont étroitement liés aux querelles religieuses du XVIe siècle. Une question demeure : la reliure en tant que parure sert-elle à montrer ici une complète adhésion (de l’imprimeur-libraire-relieur ? du propriétaire ?) à la religion catholique ou bien à cacher un contenu profane ? mais les épigrammes de Visagier méritaient-elles d’être cachées au regard ?

Billet rédigé par Nelly Kabac

Bibliographie

  • Baudrier, Henri. Parmentier, Michel. In Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle. Dixième série. Lyon : Louis Brun ; Paris : A. Picard et fils, 1913. p. 387 et s. Disponible en salle Patrimoine de la BDL : cote 011.09 BAU (10)
  • Lucien Febvre. Un témoin de Thuasne : Jean Visagier. In Le problème de l’incroyance au XVIe siècle.  La religion de Rabelais. Paris : Albin Michel, 1968. Cote magasin BDL : 063747
  • Margolin, C. « Le Cercle humaniste lyonnais d’après l’édition des Epigrammata (1537) de Jean Visagier », Actes du colloque sur l’Humanisme lyonnais au XVIe siècle. Mai 1972, publié avec le concours de l’université Lyon II, Presses universitaires de Grenoble, Lyon, imprimerie E. Vitte, 1974, p. 151-183. Disponible en salle Lettres et Langues de la BDL : cote 840.9/3 HUM
  1. Febvre, 1968 : 40 []
  2. Margolin, 1974 : 152 []
  3. Margolin, 1974  : 153 []
  4. Ibid. : 169 []
  5. Martina Gromesova, «Traces de l’édition humaniste lyonnaise à la BDL : deux exemplaires de la presse de Sébastien Gryphe», Interfaces. Livres anciens de l’Université de Lyon [carnet de recherche], 24 juillet 2015. [En ligne] URL : https://bibulyon.hypotheses.org/6095 (consulté le 13/02/2017 []
  6. Margolin, 1974. A noter que Visagier réattribua les épigrammes consacrées à Nicolas Bourbon en 1536 à d’autres personnes et notamment à Etienne Dolet dont les liens d’amitié avec Jean Visagier ne durèrent guère eux aussi. []
  7. Baudrier, 1913 : 388 []
  8. Baudrier, 1913 : 388 []
  9. Gilmont, Jean-François. La Réforme et le livre : l’Europe de l’imprimé (1517-v. 1570). Paris : les Éditions du Cerf, 1990 []
  10. Jannet. Catalogue de la bibliothèque de feu M. le baron de Warenghien, ancien commissaire des guerres, ancien maire de la ville de Douai… dont la vente aura lieu le lundi 9 juillet 1854 et jours suivants, Maison Silvestre. Paris : Jannet, 1855 []
  11. Et peut-être plus tôt encore puisque  les collections commencèrent à être recueillies dès 1871 []
  12. Buisson (F.), Sébastien Castellion, sa vie et son œuvre, 1515-1563. Paris : Hachette, 1892. Cote magasin BDL : BUISSON 891-1 et 2 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *