Une plaque « Spes » à la Bibliothèque Diderot de Lyon

La bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) possède au sein de ses collections un ouvrage dont la reliure en veau fauve est ornée d’une plaque « Spes » ce qui en fait un ouvrage assez rare. Il s’agit d’une seconde édition des Epigrammatum libri IIII. Ejusdem Xenia de Jean Visagier datée de 1537 (BDL cote magasin 1R 41472).

Pourquoi appelle-t-on ce type de plaque « Spes » ?

blog_dec-spes-premiere-de-couverture

On nomme cette plaque « Spes » parce qu’elle représente une suppliante, qui affronte la tempête, debout,  les bras en croix, le visage levé vers le ciel. Son regard est tourné vers une croix qui sort des nuages. La croix vue en contre-plongée possède une branche horizontale très allongée ce qui crée un effet d’écrasement, de domination. A droite de celle-ci,  est gravée l’inscription « Meritum Christi » ou mérites du Christ. Celui-ci par les souffrances qu’il a enduré avant sa mort, permet aux Chrétiens de racheter leurs pêchés sur terre et d’accéder à la vie éternelle.

Il s’agit d’une allégorie du désespoir païen et de l’espérance chrétienne. A gauche de la suppliante est gravée une référence tirée du psaume de supplication 70 (une partie des versets 1 et 2) :

« In te Domine speravi non confundar in eternum [sic] in justitia tua libera me et eripe me. Psaume. 70 ».

Il s’agit de la prière d’un vieillard, peut-être David ? : « En toi, Yahvé, j’ai mon abri, sur moi pas de honte à jamais ! En ta justice défends-moi, délivre-moi ».

Sur le pourtour de la plaque est gravée une autre référence au psaume 90 : « qui habitat » verset 14 :

« Quoniam in me speravit liberabo eum protegam eum [quo] » : Puisqu’il s’attache à moi, je l’affranchis, je le protège.

Il existe trois vertus théologales : la foi (Fides en latin) ou disposition à croire aux vérités révélées ; l’espérance (Spes en latin) ou disposition à espérer la béatitude et enfin la charité (Charitas en latin), qui est l’amour de Dieu et de son prochain. Elles sont appelées théologales parce qu’elles permettent la relation de l’homme à Dieu.

Ces trois vertus apparaissent sur la plaque. Le mot Spes, qui donne son nom à la plaque, figure  à droite du visage de la suppliante. La mention Fides  est inscrite sur le socle sur lequel se tient la suppliante. Charitas est gravé au bas de la plaque sur la gauche.

Qu’est-ce qu’une reliure à plaque ?

Les reliures à plaque sont apparues vers 1480. Il s’agit d’un estampage dit « à froid » parce qu’il produit des motifs en relief sur le cuir. On le distingue de l’estampage à chaud qui orne la reliure de motifs dorés. La matrice de la plaque était gravée sur du bois puis appliquée sur un matériau souple et plastique pour en faire un moule qui était utilisé pour produire d’autres matrices cette fois en métal. La matrice était chauffée et appliquée sur le plat du livre préalablement humidifié à l’aide d’une presse durant une dizaine de minutes.

Le graveur de la plaque était le plus souvent un artisan anonyme. La « paternité » de la plaque était alors celle de l’imprimeur-libraire qui l’avait fait réaliser.

En effet, dès le XVIe siècle, certains imprimeurs-libraires faisaient orner les reliures qu’ils vendaient d’une plaque qui était marquée le plus souvent de leurs initiales. Ces derniers cumulaient généralement les fonctions : ils imprimaient des livres, les commercialisaient en même temps que d’autres ouvrages non reliés achetés notamment lors des foires et faisaient ensuite relier les ouvrages à la demande des clients.

Non pas un mais des auteurs

Nous parlons de plaques « Spes » au pluriel parce qu’elles furent produites au XVIe siècle pour deux imprimeurs-libraires de Louvain. Elles se distinguent par les initiales de ces derniers.

En ce qui concerne Jacob Pandelaert qui faisait orner ses plaques du monogramme IP, nous ne disposons d’aucun élément biographique. Selon Staffan Fogelmark1, qui a étudié les reliures à plaques de type flamand du XVIe siècle,  la plaque de Pandelaert serait l’originale et aurait été créée vers 1520, mais elle fut  surtout utilisée entre 1534 et 1555. La plaque qui orne la reliure qui nous intéresse est l’œuvre de Pandelaert.

blog_dec-spes-deuxieme-de-couverture

A noter qu’entre le I et le P du monogramme de Pandeleart, il y a une croix dont la forme estcurieuse : une croix pattée ? la marque d’une soumission à l’église ou bien l’appartenance à une corporation d’imprimeurs ?2

Une seconde plaque « Spes », marquée du monogramme IB, fut produite pour Jacob Bathen (1516 ?-1558 ?) qui officia en tant qu’imprimeur-libraire à Louvain, Maastricht puis Düsseldorf. Il s’en serait servi à partir de 1541.

Les plaques IP et IB se ressemblent mais présentent toutefois des différences dans leur facture. Notons que Pandelaert utilisait quatre autres plaques au choix du client, notamment la plaque dite Lucrèce et celle appelée Cléopâtre. Bathen, quant à lui, ne proposait que la plaque « Spes ».

De l’importance de la charité

La mention ou non de la charité, troisième vertu théologale, sur les plaques « Spes » est à souligner parce qu’elle apporte une distinction supplémentaire entre les plaques « Spes » mais aussi parce que cela montre les querelles religieuses de l’époque.

En effet, Jacob Bathen et Jacob Pandeleart, qui étaient luthériens, ne la firent pas figurer sur les premières plaques. Dans le dogme luthérien, la charité est une conséquence de la foi et non une condition du salut. Or à Louvain, cité catholique où la Réforme n’est pas parvenue à percer, un livre devait obtenir une autorisation du clergé catholique pour être imprimé et/ou vendu. C’est à la demande de l’université catholique de Louvain, que le mot  Charitas fut rajouté sur la plaque.

Une reliure qui fut l’objet de restauration

Malheureusement, la reliure n’est pas entièrement d’origine.

blog_dec-spes-dos

La réparation date du XIXe siècle. C’est notamment le dos en veau qui a été modifié. La pièce de cuir qui a été utilisée pour sa réparation est de mauvaise qualité. La coiffe qui est lacunaire en est la preuve. Elle laisse par ailleurs apparaître du papier d’apprêture en vélin, apparu en France vers 1780. Les nerfs apparents du dos sont des faux-nerfs, la couture a été refaite. Les contregardes et le recto des gardes volantes sont en papier marbré. Il s’agit d’un papier marbré dont le motif est dit peigné droit. Il est typique de la seconde moitié du XIXe siècle.

blog_dec-spes-ex-libris

Les gardes volantes sont également en vélin alors que le corps d’ouvrage est imprimé sur du papier vergé. La page de titre a également été restaurée. Le signet et la tranchefile de couleurs vives datent également du XIXe siècle.

Nous ne pouvons que regretter que la reliure « Spes » de la BDL  ait, du fait des réparations qu’elle a subies au XIXe siècle, perdu une partie de son authenticité mais cet aléa dans son histoire a aussi permis de la sauver.

Billet rédigé par Nelly Kabac

  1. Fogelmark, Staffan. Flemish and related panel-stamped bindings : evidence and principles. New York : Bibliographical Society of America, 1990. []
  2. Delalain, Paul. Inventaire des marques d’imprimeurs et de libraires. Paris :  Cercle de la librairie, 1892. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jp dit :

    Un article très intéressant j.p

  1. 24 février 2017

    […] Est-ce le baron de Warenghien qui est à l’origine de la restauration du livre (voir billet précédent) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *