Pierre Bertholon, l’abbé électrique

  • palais-3
  • bertholon-8
  • bertholon-1
  • bertholon-3
  • bertholon-4
  • bertholon-7
  • bertholon-5
  • bertholon-6
  • bertholon-2

palais-3Pour clôturer la série de billets consacrés à l’électricité, Hugues Chabot nous fait découvrir les recherches électriques de l’abbé Bertholon, en parcourant les ouvrages de sa trilogie conservés à la BU.

Pierre Bertholon (1741-1800) est l’héritier direct de l’abbé Jean-Antoine Nollet (1700-1770) et de Benjamin Franklin (1706-1790), l’inventeur du paratonnerre. Au milieu du XVIIIème siècle, les expériences sur l’électricité fascinent l’ensemble de la société. Elles procurent un spectacle total qui stimule tous les sens : crépitements sonores, odeur d’ozone, étincelles lumineuses, poignées de châtaignes… D’abord formé à la théologie, Bertholon devient « physicien électrisant » à partir de 1770. Même s’il suit une carrière bien moins prestigieuse que ses deux illustres prédécesseurs, il obtient de très nombreux prix scientifiques, notamment à la Société royale des sciences de Montpellier. Ses recherches sont publiées dans les journaux scientifiques les plus en vue, en particulier dans le Journal de Physique de l’abbé Rozier (1734-1793). De ces mémoires et articles  scientifiques, il tire la substance d’ouvrages qui vont le faire connaître dans l’Europe entière. Entre 1780 et 1787, il publie une trilogie électrique consacrée à l’électricité dans le corps humain, dans les végétaux, enfin dans l’atmosphère et à l’intérieur de la Terre. Le succès est immédiat. Ses livres sont traduits en allemand, en italien, en anglais et même en russe.

De l’électricité du corps humain dans l’état de santé et de maladie. Paris: Chez Croulbois et à Lyon : Chez Bernuset, 1786. BU Cote 46167.

bertholon-1

Page de titre

Les décharges électriques éprouvées par les premiers expérimentateurs, du simple picotement aux commotions les plus douloureuses, orientent les recherches vers les applications médicales de l’électricité. L’ « électrothérapie » est à la mode tout au long de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Bertholon est le premier à l’utiliser contre la rage de dents. Il tente même de ranimer le nerf optique de patients aveugles. Il exploite et prolonge l’idée défendue par plusieurs physiciens « électrisants » selon laquelle l’influx nerveux serait de nature électrique. Selon lui, il existerait même à un niveau plus fondamental une « électricité spontanée du corps humain », d’ailleurs innée à tout organisme animal, et pour laquelle il forge l’expression d’ « électricité animale ».

bertholon-3

T.II Pl. VI, figure 46

Pour Bertholon, l’ « état de santé et de maladie » repose sur l’ « équilibre électrique » entre un individu et son environnement. Suivant l’enseignement de Franklin, l’électricité est partout, « fluide » invisible niché au cœur de la matière visible et réparti uniformément dans la nature. Toute action de frottement dérange cet équilibre et concentre l’électricité sur un corps au détriment d’un autre. Le premier corps est alors pourvu d’une électricité « positive » (c’est-à-dire en excès) et le second corps est pourvu d’une électricité « négative » (c’est-à-dire en défaut), à la manière d’un bilan comptable.

bertholon-2

T. II, Pl.III, Fig. 21

 

 

 

 

Bertholon passe en revue l’ensemble des pathologies imputables à un défaut ou un excès d’électricité dans le corps humain : affections cutanées, rhumes, fièvres, rhumatismes, spasmophilie, paralysies, peste, petite vérole,… mais aussi impuissance et nymphomanie. C’est ainsi que pour les catalepsies et autres syncopes, qui résultent d’un déficit de fluide nerveux, « l’électricité positive est un remède souverain ». À l’inverse, pour les maladies liées à un excès de fluide électrique, un traitement par l’électricité « négative » s’impose sous la forme d’un « bain électrique », l’eau permettant d’évacuer la matière électrique surabondante.

 

 

 

 

 

De l’électricité des végétaux. Lyon: Bernuset, 1783. Cote BU 46168

bertholon-7

Page de titre

Dans la continuité de son ouvrage précédent, et dans la perspective d’une unité électrique entre règne animal et règne végétal, Bertholon étudie l’influence de l’électricité sur la germination, la croissance, la floraison, la fructification, la transpiration, la respiration des plantes. Bertholon attribue en particulier les vertus nutritives de l’eau de pluie à l’ « électricité atmosphérique ». Il imagine alors un appareil capable de prélever l’ « électricité naturelle » présente dans l’air, pour l’essentiel une  tige de fer placée en hauteur, hérissée de pointes de fer et reliée à d’autres pointes de fer dirigées vers le sol cultivable à enrichir en électricité. Grâce à cet « électrovégétomètre », écrit Bertholon, « on aura un excellent engrais qu’on aura, pour ainsi dire, été chercher dans le ciel ».

bertholon-8

Pl. 1

De l’électricité des météores. Lyon: Bernuset, 1787. Cote BU 46166

bertholon-4

Page de titre

Dans ce troisième ouvrage, Bertholon se fait l’historien de l’épopée scientifique qui a vu l’identification entre foudre et électricité. Infatigable promoteur du paratonnerre (on le surnomme le « Franklin du Languedoc »), Bertholon a fait installer les premiers paratonnerres à Lyon, en particulier sur le clocher de l’église Saint-Just, qui connaît son baptême du « feu électrique » lors d’un orage le 3 septembre 1780.

Pour Bertholon, l’électricité est aussi l’agent universel susceptible d’expliquer les phénomènes naturels les plus destructeurs : trombes, tremblements de terre, volcans… Qu’elle vienne à se concentrer ou à se raréfier, les conditions sont alors réunies pour qu’elle manifeste sa présence de façon spectaculaire et violente lorsqu’elle se déplace pour rétablir l’équilibre rompu. Les séismes seraient ainsi l’équivalent d’une « décharge électrique », conséquence d’une accumulation dangereuse d’électricité dans les parties sous-terraines du globe terrestre. Afin d’accréditer son idée, Berthollet réalise une simulation avant la lettre. Il fabrique une maquette constituée de petites maisons en carton disposées sur des carreaux de verre placés entre deux armatures métalliques pour faire condensateur : lors de la décharge, les vibrations suffisent à ébranler la maquette. Bertholon propose alors, sur le modèle du paratonnerre, un « para-tremblement de terre », ensemble de tiges métalliques plongeant dans le sol jusqu’à plusieurs mètres ou dizaines de mètres deprofondeur et capable d’évacuer l’électricité « positive », autrement dit le « fluide électrique » en excès.

bertholon-5

Pl. 2

bertholon-6

Pl.6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Hugues Chabot, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie:

Zanetti, François. « L’électricité du corps humain chez l’Abbé Bertholon et quelques contemporains ». Annales historiques de l’électricité. 2010, n°8, p. 9-20.

Poirier, Jean-Paul. L’Abbé Bertholon, Un électricien des Lumières en province. Paris : Hermann, 2008.

Zweiacker, Pierre. Fluide vital, Contes de l’ère électrique. Presses universitaires romandes, 2005.

« L’électricité dans ses premières grandeurs (1760-1820) ». Revue d’histoire des sciences. 2001, volume 54, n°1.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *