Le Château des Carpathes de Jules Verne

  • Page de couv. Le Château des Carpathes
    Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, Cartonnage
  • carpathes_p184_illleon-benett
    Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, p. 184, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.
  • page-titre_carpathes
    Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, Page de titre
  • carpathes_p16_illleon-benett
    Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, « Cela s’apprenait à l’école du magister Hermod », p. 16, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.

Le Château des Carpathes (1892), de Jules Verne (1828-1905) est l’un des nombreux volumes qui scelle la collaboration de l’écrivain avec l’éditeur et auteur pour la jeunesse Pierre-Jules Hetzel (1814-1886).

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, Cartonnage

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892, Cartonnage

Hetzel, républicain convaincu, a été un opposant à Napoléon III et a passé plusieurs années en exil, tout comme Victor Hugo dont il fut l’éditeur et l’ami. De retour en France, il conçoit au début des années 1860 un projet éditorial : il faut former et instruire les jeunes gens pour qu’ils constituent les futurs citoyens de demain. Hetzel crée avec Jean Macé le Magasin d’éducation et de récréation, journal illustré qui vise un public enfantin et familial. Parallèlement, il fonde la Bibliothèque d’éducation et de récréation, qui permet de publier en volume les fictions que la revue livre en feuilleton. Jules Verne va devenir une pièce maîtresse dans ce dispositif éditorial. Lorsqu’il rencontre Hetzel, il n’a encore écrit que de courts récits publiés en revue : l’éditeur, exigeant, le pousse à travailler son projet romanesque. Ce sera Cinq semaines en ballon, publié en 1863. Par la suite, Verne va peaufiner une formule romanesque dont le succès ne se démentira pas, quarante années durant, au sein de la collection des « Voyages extraordinaires » : un mélange de roman d’aventures, de vulgarisation scientifique, aux confins parfois du récit d’anticipation.

Le Château des Carpathes n’échappe pas à cette règle : le roman se déroule en Transylvanie, dans le même décor où, quelques années plus tard (1897) Bram Stoker placera en partie l’action de son Dracula. Un homme, le baron de Gortz, assisté du savant fou Orfanik, fait régner la terreur dans le petit village reculé de Werst afin de préserver le secret de son séjour dans le sinistre château des Carpathes. Les inventions liées à l’électricité sont au cœur de l’intrigue, ainsi que le note le romancier : « À cette époque — nous ferons très particulièrement remarquer que cette histoire s’est déroulée dans l’une des dernières années du XIXe siècle, — l’emploi de l’électricité, qui est à juste titre considérée comme « l’âme de l’univers », avait été poussé aux derniers perfectionnements. L’illustre Edison et ses disciples avaient parachevé leur œuvre. » Des procédés électriques audiovisuels permettent de projeter des images fantasmagoriques et de faire entendre des voix qui paraissent surnaturelles.

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,  p. 184, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,
p. 184, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.

Les illustrations de Léon Benett (1839-1916) parviennent à restituer tout à la fois l’ambiance d’un roman d’aventures, scandé par de nombreuses scènes d’action à suspens et l’atmosphère fantastique, inspirée des romans gothiques anglais de la fin du XVIIIe siècle. Léon Benett est, avec Édouard Riou, l’un des plus célèbres illustrateurs de Jules Verne. Il commence sa collaboration avec l’écrivain en 1873, avec Le Tour du monde en 80 jours et fournira l’illustration de quelque vingt-cinq romans publiés dans la collection des Voyages extraordinaires. Le dessinateur, qui est en relation étroite et constante avec l’éditeur, conçoit les illustrations, souvent au fur et à mesure de la conception du texte et les adresse ensuite aux graveurs. Les gravures sont exécutées sur bois debout, selon une technique qui connut un vif succès durant le XIXe siècle, avant qu’elle ne soit remplacée par la photogravure.

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,  Page de titre

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,
Page de titre

La page de titre annonce quarante illustrations de Léon Benett et « 6 grandes gravures en chromotypographie », procédé qui se développe dans les années 1880 et qui permet d’obtenir des illustrations colorées grâce à l’utilisation de planches encrées des trois couleurs primaires.
On voit ici l’une des plus impressionnantes réalisations de l’édition, la couleur permettant de donner un relief particulièrement puissant aux évocations fantastiques. C’est le maître d’école lui-même, Hermod, qui propage auprès de ses élèves ignorants les plus extravagantes superstitions :

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,  « Cela s’apprenait à l’école du magister Hermod », p. 16, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.

Jules Verne, Le Château des Carpathes, Paris, J. Hetzel et Cie, 1892,
« Cela s’apprenait à l’école du magister Hermod », p. 16, gravure hors texte – illustration de Léon Benett.

Pourtant, si la connaissance rationnelle semble triompher de la superstition, elle n’a pas le dernier mot. Le Château des Carpathes est empreint d’une profonde mélancolie : c’est le roman du deuil impossible. La science et l’électricité peuvent réaliser bien des miracles, mais rien ne parvient à combler la perte d’un être cher : les simulacres par lesquels le baron de Gortz tente de ressusciter l’image et la voix de la femme qu’il a aimée et qui est morte depuis plusieurs années, ne sont que de fragiles illusions vouées elles aussi à la destruction…

Billet rédigé par Delphine Gleizes, Université Lyon 2/ UMR IHRIM

Bibliographie

  • Michel Serres, Jouvences sur Jules Verne, Paris, Éditions de Minuit, 1974 [cote : 840.900 8 VERn se]
  • Jean-Paul Dekiss, Jules Verne, le rêve du progrès, Paris, Découvertes Gallimard, 1991
  • Jacques Noiray, Le Romancier et la machine, Paris, José Corti, 1982
  • Daniel Compère, Jules Verne, parcours d’une œuvre, 2e éd., Paris, Les Belles Lettres, 2005 [cote : 840.900 8 VERn co]
  • Marie-Annick Benet et al., Léon Benett illustrateur. Lettres et  dessins inédits, Paris, À la frontière, 2011.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *