Lacépède et les poissons électriques

  • badgefds-02-v4
  • animaux-electriques-7
  • badgefds-01-v4
  • animaux-electriques-1
  • animaux-electriques-4
  • animaux-electriques-9
  • animaux-electriques-8

badgefds-01-v4

Toujours à l’occasion de l’exposition Electromania, Philippe Jaussaud présente les travaux de Bernard de Lacépède sur les « poissons électriques ».

Plus de trois cents espèces de « poissons électriques » ont été répertoriées à ce jour. Ces animaux possèdent des organes émetteurs très spécialisés – des batteries d’« électroplaques » d’origine musculaire – qui leur permettent d’infliger de douloureuses décharges à leurs proies, d’explorer leur environnement – géolocalisation – et de communiquer entre eux. Des « organes tubéreux », minuscules ampoules réparties à la surface de leur corps, font office d’électrorécepteurs.

animaux-electriques-7

Gymnote. Cuvier, Georges. Le règne animal, T.8. Paris: Masson, 1828. Cote 11209

Plusieurs hommes de science se sont intéressés aux poissons électriques. Parmi eux figure en bonne place Bernard de Lacépède (1756-1825), dont le traité d’électricité a fait l’objet d’un précédent article. Le savant, désireux de compléter l’Histoire naturelle de Buffon, se concentre – à partir de 1788 – de manière quasi exclusive sur les Vertébrés à peau écailleuse. En effet, Lacépède est professeur de « Zoologie (Reptiles et Poissons) » du Muséum. Ses principaux ouvrages sur le sujet – dont l’Histoire naturelle des Poissons (1798-1803) – seront ensuite regroupés dans L’Histoire naturelle comprenant les Cétacés, les Quadrupèdes ovipares, les Serpents et les Poissons (1830). Ce magnum opus posthume de 17 volumes sera plusieurs fois réédité à partir de 1839 en deux tomes par Charles Furne (1794-1859). Ce dernier est un imprimeur célèbre pour ses publications d’œuvres finement illustrées par les meilleurs graveurs du XIXème siècle – Histoire naturelle des oiseaux de Buffon, Comédie humaine de Balzac, etc.

animaux-electriques-1

Page de titre

Nous présenterons ici l’édition « Furne 1847 » de l’Histoire naturelle de Lacépède, illustrée de belles gravures en couleurs. Le Tome I s’ouvre sur l’« Éloge historique du comte de Lacépède par M. le baron Cuvier » . Comme le précise une note infra-paginale, l’éloge en question a été « lu à l’Académie des sciences le 5 juin 1826 ». L’Histoire naturelle des Poissons débute à la p. 441 du Tome I, par un long « Discours sur la nature des poissons », et s’achève à la fin du Tome II sur un « Discours sur la pêche, sur la connaissance des poissons fossiles, et sur quelques attributs généraux des poissons (1803) ». Le second « Discours » nous apparaît quelque peu prophétique, si l’on considère les créations futures au Muséum d’une chaire des « Pêches et productions coloniales d’origine animale » (1920) et d’une chaire de « Paléontologie » (1853).

animaux-electriques-4

Pêche de la baleine. Lacépède, Étienne de,Histoire naturelle T.1. Paris, Furne et cie,1847-1850. Cote 8655

Les poissons électriques apparaissent dès le premier « Discours ». Lacépède le rappelle : comme les venins, la « vertu électrique » constitue un moyen de défense des poissons. Ces animaux « mettent en mouvement ce feu électrique qui, excité par l’art du physicien, brille, éclate, brise ou renverse dans nos laboratoires, et qui, condensé par la nature, resplendit dans les nuages et lance la foudre dans les airs ». Par ailleurs, les poissons concernés sont imprégnés d’une matière huileuse « très analogue aux résines et aux substances dont le frottement fait naître tous les phénomènes de l’électricité ». C’est ici le physicien qui s’exprime.

Dans la suite de son ouvrage, Lacépède décrit cinq espèces électriques, dont il fournit la nomenclature vulgaire et latine : la Raie torpille (Raia torpédo), le Gymnote électrique ou Gymnote soporifique ou Anguille électrique de Cayenne, ou du Surinam (Gymnotus electricus), le Malaptérure électrique ou Poisson-chat électrique du Nil (Malapterurus electricus), le Trichiure électrique (Trichiurus electricus), le Tétrodon électrique (Tetraodon electricus). Lacépède développe diverses caractéristiques de ces poissons originaires des cinq continents : biogéographie, morphologie, anatomie, physiologie, éthologie, etc. Ce sont les articles relatifs au Gymnote (T. II, pp. 15-23) et à la Torpille (T. I, pp. 515-521) qui sont les plus longs et les plus détaillés.

animaux-electriques-8

Torpille. Cuvier, Georges. Le règne animal,T.8.Paris: Masson, 1828. Cote 11209

Lacépède évoque, essentiellement à propos de la Torpille et du Gymnote, trois caractéristiques de l’électricité émise : ses manifestations physiques, ses effets biologiques, ses organes producteurs et son étude expérimentale. Ainsi, la Torpille « possède la puissance remarquable et redoutable de lancer, pour ainsi dire, la foudre ; elle accumule dans son corps et en fait jaillir le fluide électrique avec la rapidité de l’éclair ». Si les secousses dues à la Torpille font qualifier ce poisson de « fulminant », le fluide électrique du Gymnote est plutôt « torporifique » ou « engourdissant ». Quant au Tétrodon électrique – paré de belles couleurs -, il « fait éprouver de fortes commotions à ceux qui veulent le saisir ».

La localisation et la forme des organes électriques des poissons – allant toujours par paires – varient en fonction de l’espèce considérée. Situés chez la Torpille de chaque côté du crâne et des branchies, ils revêtent l’apparence de longues bandes visibles sous la peau. Les organes en question, initialement mentionnés par Nicolas Stenon (1638-1686), sont irrigués et innervés. Ils résultent de la juxtaposition de plus d’un millier de tubes creux, de section hexagonale, carrée ou prismatique. « Ce grand assemblage de tuyaux » reliés les uns aux autres par des fibres inextensibles « représente les batteries électriques si bien connues des physiciens modernes, et que composent des bouteilles fulminantes, appelées bouteilles de Leyde ». La Torpille recharge ses tubes en électricité grâce à  des mouvements de contraction, de dilatation et de frottement.

Chez le Gymnote, Lacépède décrit  – d’après Hunter – deux grands organes latéraux, situés chacun au-dessus d’un organe plus petit. Leur structure consiste en une sorte de grillage, formé par l’entrecroisement de membranes dont les surfaces réunies couvriraient – selon les calculs du savant – au moins 13 m2. Quant aux organes des autres espèces de poissons électriques, ils sont simplement mentionnés.

animaux-electriques-9

Gymnote. Seba, Albert. Description exacte des principales curiositez naturelles du magnifique cabinet d’Albert Seba. Vol. Oiseaux & poissons. Amsterdam : Janssonio Waesbergios, 1734-1765. Cote 1051

Lacépède rapporte – parmi bien d’autres – une expérience très élaborée : celle de Walsh, réalisée à l’île de Ré et à La Rochelle. Le savant anglais a constitué une « chaîne conductrice » électrique. Il s’agit en réalité d’un véritable système de batteries, composé d’une Torpille vivante reliée à huit bassins par des fils de laiton. Plongeant leurs mains dans l’eau des récipients, huit personnes juchées sur des tabourets isolants ressentent des secousses électriques – quarante à cinquante en une minute et demie.

En conclusion, l’ouvrage de Lacépède offre à l’historien des sciences un état des lieux des connaissances relatives aux poissons électriques et à leurs organes électrogènes Ces derniers contribueront au XXème siècle aux progrès de plusieurs disciplines : non seulement la neurophysiologie, mais aussi la pharmacologie, la toxicologie et la biochimie. En effet, l’isolement à partir des électroplaques du Gymnote du premier récepteur membranaire connu – fixant l’acétylcholine et la nicotine – (Jean-Pierre Changeux, 1970) matérialisera les « substances réceptrices » de John Newport Langley (1905) et nourrira le concept d’allostérie (modèle de Monod-Changeux-Wyman, 1965).

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Bertin, Léon. « Cent-cinquantenaire de la chaire d’Ichthyologie et d’Herpétologie, leçon inaugurale faite au Muséum, le 9 juin 1945 », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série. 1945, vol. XVII, pp. 353-372.

Changeux, Jean-Pierre. Chaire de Communications cellulaires, leçon inaugurale faite le 16 janvier 1976 au Collège de France. Paris : Collège de France, 1976. Disponible en ligne [consulté le 7 décembre 2016]

Fessard Alfred. « Les organes électriques », in : Grassé, Pierre Paul (éd.) Traité de Zoologie. Anatomie, Systématique, Biologie. Tome XIII, fasc.2. Agnathes et Poissons. Anatomie, éthologie, systématique, Paris: Masson, 1958

Finger, Stanley ; Piccolino, Marco. The shocking history of electric fishes : from ancient epochs to the birth of modern neurophysiology. New-York : Oxford University Press, 2011.

Quillet, Bernard. Lacépède, Paris : Tallandier, 2013.

Roule, Louis. « La Vie et l’œuvre de Lacépède », Mémoires de la Société zoologique de France.1917, vol. XXVII, pp. 139-237.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lyokoï dit :

    Bonjour, votre article est très intéressant. Et pour l’améliorer encore plus, je vous propose de corriger les dates de Charles Furne dans le troisième paragraphe, en le faisant décéder en 1859 plutôt qu’en 1809. Cela lui laissera le temps de terminer ses éditions. 😉

    source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Furne

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Je vous remercie pour votre lecture attentive du billet, je fais la modification de date.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *