L’Alphabet de William Nicholson

Portrait de William Nicholson

Portrait de William Nicholson

Parmi la trentaine d’abécédaires aujourd’hui recensés dans les collections Éducation de la BDL, qui illustrent l’histoire et la diversité de ce genre imagé, se distingue un élégant album paru en 1899 chez William Heinemann, à Londres. Cet abécédaire, intitulé An Alphabet, et dont la toute première édition sort en 1897, est l’œuvre du britannique William Nicholson (1872-1949). Cet artiste aux talents multiples, formé dans sa jeunesse à l’école d’art d’Hubert von Herkomer, à proximité de Londres, puis brièvement à l’Académie Julian de Paris, se fit connaître à la fois comme affichiste, graveur, peintre, concepteur de décors de théâtre, illustrateur et auteur pour la jeunesse.

Première de couverture de l’album

Première de couverture de l’album

Une esthétique révolutionnaire

Lorsqu’il entreprend la réalisation de son abécédaire, William Nicholson est déjà célèbre pour son travail d’affichiste et de graveur : entre 1894 et 1899, William Nicholson et son beau-frère James Pryde, duo connu sous le nom de Beggarstaffs (ou The Beggarstaff Brothers), renouvellent profondément l’art de l’affiche en rompant radicalement avec l’esthétique de l’ère victorienne finissante. Leur œuvre graphique révolutionnaire, qui déconcerte les amateurs de l’époque, mais qui fera l’admiration de spécialistes tels que l’affichiste Jules Chéret (1836-1932), se caractérise par l’utilisation de bois gravés, une simplification stylisée des formes, des contours nets, l’emploi de larges aplats de quelques couleurs combinés autour d’une silhouette centrale, de collages ainsi que de jeux sur la réserve de la feuille, c’est-à-dire sa partie non imprimée. Au tournant du siècle, avant même d’avoir atteint la trentaine, William Nicholson et son associé ont déjà marqué de leur empreinte le développement des arts graphiques.

Entre 1897 et 1900, William Nicholson travaille également à l’illustration de plusieurs ouvrages, dont son abécédaire, qui est le premier à paraître. Fort de la recommandation du grand peintre américain James Whistler (1834-1903), qui admirait son travail, Nicholson s’est en effet présenté à l’éditeur William Heinemann pour lui proposer la réalisation d’un alphabet illustré. En novembre 1896, au vu des seules planches illustrant le A et le D, l’éditeur Heineman lui propose de signer pour un alphabet entier.

Autoportrait de W. Nicholson

Autoportrait de W. Nicholson

L’album An Alphabet contient une série de 26 portraits xylographiés qui illustrent divers métiers et statuts sociaux de l’époque, et dans lesquels Nicholson affine et prolonge le concept esthétique des Beggarstaffs : les arrière-plans se composent de vigoureuses masses de bruns terreux organisées autour de silhouettes monochromes, parfois seulement rehaussées de rouge, ou d’une autre couleur. Par son travail de graveur, Nicholson s’inscrit dans le sillage des maîtres du noir que furent Félix Vallotton ou Odilon Redon, mais il s’affranchit du modèle de ses aînés en expérimentant l’insertion de couleurs dans ses compositions. Son usage du noir, agrémenté d’une palette volontairement restreinte, à l’image de celle d’un Toulouse-Lautrec, répond à une esthétique de l’économie et obéit au principe du « less is more ».

Marque des éd. Heinemann dessinée par W. Nicholson

L’art de William Nicholson se niche jusque dans le détail de cette élégante publication. C’est en effet dans cet album qu’apparaît pour la première fois la marque joliment stylisée de l’éditeur Heinemann, bien visible sur la page de titre et la quatrième de couverture. Imaginée et dessinée par Nicholson, cette marque (un moulin à vent associé aux initiales WH) restera pour longtemps le symbole des éditions Heinemann : on la retrouve notamment sur les volumes des classiques grecs et latins de la  Loeb Classical Library, célèbre collection fondée conjointement en 1911 par James Loeb et William Heinemann.

Portrait de James Pryde en mendiant

Portrait de James Pryde en mendiant

Entre tradition et modernité

Le texte de l’album reprend – et revisite – les paroles d’une très vieille comptine alphabétique anglaise, connue sous le titre de A was an Archer. Quelques personnages de la comptine réapparaissent tels quels, comme le voleur (Robber), le chasseur (Hunter, devenu Huntsman), le noble (Nobleman) ou la dame (Lady), tandis que les autres sont de nouveaux venus que Nicholson fait entrer dans la danse : ainsi l’artiste (Artist) remplace-t-il l’archer (Archer), le mendiant (Beggar) prend la place du boucher (Butcher), le scélérat (Villain) celle du vigneron (Vintner), etc. La couverture, quant à elle, représente un colporteur qui propose des images à la vente. L’œil attentif y reconnaît certaines des planches qui composent l’abécédaire, débusquant une première mise en abyme. Par sa couverture, l’ouvrage se place d’emblée dans le cadre de la tradition ancestrale et populaire des anciennes éditions de colportage. bdl_2re-6218_h-huntsmanGrâce à la technique de la xylographie, Nicholson reproduit en effet dans ses planches les traits épais de la gravure sur bois de fil caractéristique des alphabets de colportage. L’album de Nicholson affiche ainsi  la volonté de s’inscrire dans une longue tradition, à la fois textuelle et iconographique, mais sans doute pour mieux la renouveler, et lui donner un sens moderne.

Bien que William Heinemann soit un éditeur de livres pour la jeunesse, l’alphabet de Nicholson transcende complètement la fonction première, à la fois didactique et récréative, des traditionnels abécédaires pour enfants. Dans ce cas précis, le livre d’enfant rejoint le livre d’artiste, pour accéder au rang de manifeste. L’édition originale de An Alphabet, qui se décline sous trois formes, répond aux critères d’une publication artistique pour amateurs : en octobre 1897 paraît d’abord une édition de luxe d’environ 50 exemplaires imprimée à partir des bois originaux gravés par Nicholson, coloriée et signée de la main de l’artiste. Viennent ensuite une édition de librairie lithographiée en couleurs sur papier pur chiffon allemand puis une édition populaire lithographiée en couleurs sur papier cartridge, à laquelle appartient l’exemplaire de la BDL, paru en 1899. A la fin du XIXème siècle, tandis que la reproduction par photogravure accentue l’industrialisation d’une édition toujours plus mécanisée, le recours à la xylographie apparaît comme un archaïsme. En marge de la production de masse et en réaction aux procédés industriels de fabrication du livre, la gravure sur bois devient un mode d’expression artistique qui ne concerne plus que l’édition bibliophilique.

bdl_2re-6218_x-xylographer_bisEn cette fin de siècle industrialisée, l’album tout entier peut d’ailleurs se lire comme un manifeste artistique qui rend hommage au monde du livre ancien et de la gravure. Le choix même de l’abécédaire est significatif : l’égrenage des caractères alphabétiques renvoie aux caractères mobiles et à la naissance de l’imprimerie. Plusieurs figures font ensuite référence à la gravure, comme celle du Xylographe, qui illustre la lettre X, ou celle de l’Artiste, qui ouvre l’album sur un autoportrait de William Nicholson travaillant à son abécédaire (on reconnaît les matrices inversées des planches du tenancier de pub (Publican) et du dandy (Dandy), qui poursuivent la mise en abyme de la couverture). L’artiste est tourné vers la gauche, c’est-à-dire vers le passé, dans une position qui semble refléter la forme pyramidale du A. La légende de cette planche, A was an Artist, la seule qui soit au prétérit, sonne comme une épitaphe évoquant un monde révolu. La figure suivante, celle du mendiant (Beggar), qui reproduit les traits de James Pryde, l’associé et beau-frère de Nicholson, vient filer la métaphore de l’artiste maudit et absolu, qui méprise les biens matériels, mais qui appartient désormais au passé. Ainsi la mise en abyme se poursuit-elle pour esquisser une forme de manifeste artistique.

Une chronique sociale à clef

bdl_2re-6218_r-robber_bisMais l’album de Nicholson, dont les planches offrent de multiples niveaux de lecture, peut également s’envisager comme une chronique sociale : les différentes figures de l’abécédaire, qui représentent des hommes et des femmes incarnant un métier, une activité ou une condition, structurent l’abécédaire autour d’un jeu d’oppositions entre classes sociales. Aux nantis, issus de la noblesse (Countess, Dandy, Earl, Gentleman, Nobleman…) ou de la bourgeoisie (Publican, Lady…) s’opposent les figures du peuple qui travaille (Ostler, Milkmaid, Flowergirl, Waitress…), qui mendie ou qui vole (Beggar, Robber, Villain). Le péquenaud (Yokel), l’idiot du village (Idiot), le religieux (Quaker), le scientifique (Zoologist), le galopin (Urchin, la seule figure enfantine de l’abécédaire), l’artiste (Artist) ou l’artisan (Xylographer) viennent compléter cette savoureuse galerie de portraits, qui campent à grands traits les différents types sociaux de la société britannique, passée ou présente.

bdl_2re-6218_v-villain_bisDeux planches, celles du bourreau (Executioner) et des ivrognes (Topers), sont absentes de l’exemplaire de la BDL : jugées trop rudes par l’éditeur pour le public enfantin auquel l’album était censément destiné, ces deux planches n’apparaissent que dans l’édition de luxe réservée aux bibliophiles. À la demande de William Heinemann, Nicholson les remplace par celles du comte (Earl) et du trompettiste (Trumpeter) dans l’édition lithographiée. Mais la figure du bourreau n’aurait-elle pas aussi été écartée par Heinemann pour sa trop grande ressemblance avec un critique d’art de l’époque ? On le dit… Car l’alphabet de Nicholson peut encore se lire comme un ouvrage à clef. Si l’identification de l’artiste et du mendiant aux Beggarstaffs ne fait guère de doute, certains identifient encore, par exemple, la figure du dandy à Herbert Beerbohm-Tree, qui était alors un célèbre acteur et directeur de théâtre. Et d’autres rapprochements sont vraisemblablement possibles…

Billet rédigé par Aurélie Blanc

Bibliographie :

  • Steen, Marguerite. William Nicholson. Collins, 1943 [cote : mag2, 062772]
  • Campbell, Colin. William Nicholson, the graphic work. Barrie & Jenkins, 1992
  • Ray, Gordon N. The Illustrator and the Book in England from 1790 to 1914. Dover Publications, 1992
  • Nicholson, Andrew. William Nicholson, painter: paintings, woodcuts, writings,photographs. London, Giles de la Mare, 1996
  • Schwartz, Sanford. William Nicholson. Yale university press, 2004.
  • Olson , Marilynn Strasser. Children’s Culture and the Avant-garde: Painting in Paris, 1890-1915.  Routledge, 2013
  • Litaudon-Bonnardot, Marie-Pierre. Abécédaires de l’enfance. Verbe & image. Presses universitaires de Rennes, 2014 [cote : salle éducation, 371.67 LIT]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *