Les Figures de la Bible de Tobias Stimmer

  • Page de titre de l'ouvrage (cote 1R 100001)
    Page de titre de l'ouvrage (cote 1R 100001)
  • Chapitre 14 de la Genèse
    Chapitre 14 de la Genèse
  • Chapitre 21 de l'Apocalypse
    Chapitre 21 de l'Apocalypse
  • Page-avec-notes-manuscrites-96
    Autographe de Jean Sturm, daté de 1579
  • Page-de-garde-avec-notes-manuscrites
    Ex-libris armorié de la main de Jean Murer de Zürich
  • Page-avec-notes-manuscrites-47
    Blason et inscriptions de la main d'un ami contributeur
Page de titre de l'ouvrage (cote 1R 100001)

Page de titre de l’ouvrage (cote 1R 100001)

Parmi les nombreux trésors que recèle la première réserve des fonds Education de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) repose un superbe exemplaire de l’édition originale des Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, l’un des plus beaux livres à gravures sur bois du XVIe siècle. Ce célèbre recueil de figures bibliques, illustré par Tobias Stimmer et rédigé par Johann Fischart, est paru pour la première fois à Bâle en 1576 chez l’imprimeur-libraire Thomas Guarin.

Cette rarissime édition, chef-d’œuvre du peintre, dessinateur et graveur suisse Tobias Stimmer (1539-1584), à qui l’on doit notamment les peintures décoratives de l’horloge astronomique de Strasbourg, comprend une suite de 170 gravures sur bois qui représentent des scènes bibliques : 136 d’entre elles illustrent le Vieux Testament tandis que les 34 autres se rapportent au Nouveau Testament. Le monogramme de l’artiste, composé d’un T et d’un S entrelacés, est visible au bas de la page de titre, qui précise par ailleurs en toutes lettres « grüntlich von Tobia Stimmer gerissen », c’est-à-dire « minutieusement gravé par Tobias Stimmer ».

Les compositions de Tobias Stimmer, tout comme les riches encadrements qui les entourent, ont en fait été gravées par différents maîtres de l’époque, collaborateurs habituels de l’artiste. Ainsi, les larges bordures sont parfois signées du monogramme MF. Sur certaines figures, certains croient voir la marque de Bernhard Jobin (un B barré), graveur et imprimeur-libraire à Strasbourg, ami de Tobias Stimmer et époux de la sœur aînée de Johann Fischart. Dans sa préface, Johann Fischart affirme d’ailleurs que son « beau-frère Bernhard Jobin l’a aidé à imprimer et à tailler ce livre sur le bois ». Sur d’autres figures, certains pensent discerner le monogramme de Christophe-Henri Stimmer (CS barrés), qui était, selon Joachim von Sandrart, le frère cadet de Tobias Stimmer. D’autres sources citent encore, par exemple, le graveur Johann Bocksberger.

Chapitre 14 de la Genèse

Chapitre 14 de la Genèse

Encadrées de larges bordures richement ornées, ces gravures sont toutes accompagnées de quelques vers en allemand dus à Johann Fischart (1546-1591), comme l’indique la page de titre qui précise « mit artigen Reimen begriffen durch J.F.G.M. ». Les initiales J.F.G.M. font référence à « Johann Fischart genannt Mentzer », c’est-à-dire « Johann Fischart surnommé le Mayençais ». Né à Strasbourg, Johann Fischart est en effet le fils de Hans Fischer, riche marchand originaire de Mayence, ce qui lui vaut parfois le surnom de « Mentzer ». Johann Fischart, l’un des premiers grands écrivains de langue allemande, fut très populaire en son temps. Surnommé le « Rabelais allemand »,  cet auteur d’une quarantaine de livres est un humaniste protestant connu pour la verve satirique de ses pamphlets anticatholiques ainsi que pour ses traductions colorées de plusieurs œuvres de Rabelais.

La Bible en images

Le Neue künstliche Figuren Biblischer Historien s’inscrit en fait dans une tradition bien établie au XVIe siècle, celle des « Figures de la Bible », dont il constitue l’un des fleurons. Les Figures de la Bible sont des recueils de gravures sur bois, puis sur cuivre, qui illustrent tout ou partie de l’histoire biblique. Etroitement associées à de petits textes qui viennent les compléter, ces gravures rassemblées en recueil constituent un « genre littéraire en image », qui  répond à une codification précise. Le terme de Figure, qui caractérise le genre, est d’ailleurs employé dans son double sens plastique et rhétorique. Raphaël, Hans Holbein le Jeune, dont Tobias Stimmer aurait été l’élève, Rembrandt, Nicolas Poussin comptent au rang des maîtres qui ont inspiré les gravures de tels recueils.

Chapitre 21 de l'Apocalypse

Chapitre 21 de l’Apocalypse

Chaque page des Figures adopte une présentation tripartite, qui reprend celle des recueils d’emblèmes, autre genre codifié qui connaît lui aussi un grand succès au XVIe siècle : motto, gravure, épigramme. Au-dessus de la gravure, la page porte en effet une inscriptio ou motto, c’est-à-dire un titre, souvent constitué de la référence du texte biblique concerné. Sous l’image est placée l’épigramme, ou subscriptio, qui se compose d’une sentence morale, ou autre pièce versifiée descriptive, didactique ou méditative.

On fait traditionnellement remonter le genre des Figures de la Bible, qui présente l’indéniable avantage de permettre aux imprimeurs-libraires de rentabiliser le coût des bois ou des cuivres préalablement réalisés pour l’impression de grandes bibles illustrées, au Passional de Luther, paru en 1529.

Historiquement, comme l’explique d’ailleurs Luther dans sa préface, la fonction première de ces recueils est d’offrir aux gens simples un moyen d’instruction commode. Jouant le rôle de « Bible des illettrés », les Figures facilitent la mémorisation de l’histoire sainte grâce à la fonction pédagogique et mnémotechnique des images et des textes versifiés. Le texte des Figures est d’ailleurs le plus souvent rédigé en langue vernaculaire, ce qui témoigne de la volonté de rendre l’histoire biblique plus largement accessible.

Mais la fonction pédagogique des Figures tend progressivement à s’effacer devant la seconde fonction de ces recueils, qui est récréative et esthétique. Ces derniers s’adressent de plus en plus à un public de lettrés qui apprécie ce genre littéraire en image où le décodage des rapports complexes qu’entretiennent textes et gravures, comme dans le livre d’emblèmes ou de devises, relève d’un plaisant jeu de l’esprit. Ils s’adressent également aux artistes (graveurs, peintres, orfèvres, maîtres-verriers…), pour lesquels ils constituent de véritables répertoires de motifs. Joachim von Sandrart rapporte par exemple que Pierre Paul Rubens, qui goûtait particulièrement les gravures du Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, en avait copié un certain nombre dans sa jeunesse.

Les « Albums amicorum »

Autographe de Jean Sturm, daté de 1579

Autographe de Jean Sturm, daté de 1579

Mais l’exemplaire de la BDL n’est pas seulement une admirable édition des Figures de la Bible de Tobias Stimmer. Il est aussi un remarquable spécimen de ce que l’on nomme les « albums amicorum », riche d’une histoire qui lui est propre. Un album amicorum (ou liber amicorum) est un ouvrage sur lequel on recueille des témoignages amicaux. Traditionnellement emporté au cours d’un voyage, il permet de collecter les dédicaces et hommages des amis rencontrés, et de constituer ainsi une véritable collection d’autographes, mais aussi de dessins, d’armoiries, de sentences, de pensées ou de poèmes dédiés au possesseur de l’ouvrage.

Ex-libris armorié de la main de Jean Murer de Zürich

Ex-libris armorié de la main de Jean Murer de Zürich

L’exemplaire de la BDL est interfolié de pages blanches encadrées d’une jolie bordure rouge qui ont permis de récolter les inscriptions laissées par l’entourage amical de son possesseur. Grâce à un très bel ex-libris armorié peint en page de garde et accompagné d’une inscription manuscrite, on sait qu’il s’agit d’un certain Jean Murer de Zürich (Johannes Murerus Tigurinus possessor hujus libri anno Christi M D LXXVIII), élève de l’Académie fondée et dirigée à Strasbourg par le célèbre humaniste et pédagogue protestant Jean Sturm. Les initiales du possesseur  (IMT pour Johannes Murerus Tigurinus) sont également estampées sur le plat supérieur de la remarquable reliure de veau brun qui conserve l’ouvrage, datée de 1579.

L’ouvrage contient 31 inscriptions en latin, grec ou hébreu. Datées de 1578 à 1580, elles sont dues à des allemands, alsaciens ou suisses, ainsi qu’à un irlandais. On y remarque notamment un superbe blason coloré au f. [47], de la main d’un certain Friederich Wolfgang Boschman, ainsi qu’un autographe de Jean Sturm au f. [96]. S’y trouvent également les signatures de Michael Boschius et de Melchior Junius, luthériens professeurs à l’Académie de Strasbourg, ainsi que celles de nombreux notables. Ainsi entre-t-on, en feuilletant le recueil, dans l’intimité et le cercle amical de Jean Murer.

Blason et inscriptions de la main d'un ami contributeur

Blason et inscriptions de la main d’un ami contributeur

La richesse de cet exemplaire n’a d’ailleurs pas échappé aux bibliophiles : on sait qu’il a séjourné dans la bibliothèque de Louis Lebeuf de Montgermont (1841-1918), qui montrait une prédilection pour les livres qui se signalaient par leur ornementation, et qu’il est passé par les mains du grand libraire d’ancien Edouard Rahir (1862-1924), dont on trouve l’ex-libris collé au contreplat supérieur. C’est Edouard Rahir, en effet, qui avait formé la bibliothèque de Louis de Montgermont, avant de la revendre en 1911-1913.

Apparus dans les universités protestantes allemandes du XVIe siècle, les livres d’amitié, d’abord tenus par des professeurs et des étudiants lors de leurs voyages d’études,  sont rapidement devenus des objets de prestige. Ils connaissent leur apogée durant la seconde moitié du XVIe siècle. Reflétant les vertus prônées par les élites culturelles de l’époque, ils se font les miroirs de l’humanisme et de la culture savante européenne. L’exemplaire de la BDL est un représentant caractéristique de ces premiers livres d’amitié : il s’est constitué dans le milieu académique protestant du dernier quart du XVIe siècle, à Strasbourg, où se trouve aujourd’hui encore conservée la plus grande partie des albums amicorum du territoire français.

Les albums amicorum représentent aujourd’hui des sources historiques de première main, encore méconnues et peu exploitées, qui renferment souvent des renseignements biographiques très précis sur leur possesseur, ainsi que sur leurs différents contributeurs. Ils permettent d’accompagner, sur plusieurs années, celui à qui il a appartenu, de le suivre dans ses voyages et de reconstituer le milieu intellectuel et amical dans lequel il a évolué. Parfois même, ils offrent le plaisir de découvrir des œuvres originales d’artistes ou d’écrivains connus par ailleurs.

Billet rédigé par Aurélie Blanc

Bibliographie :

  • Engammare, Max. Les Figures de la Bible. Le destin oublié d’un genre littéraire en image (XVIe-XVIIe s.). In: Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 106, n°2. 1994. pp. 549-59
  • Kammerer, Elsa. Entre récréation de l’âme et récréation des yeux : les Figures de la Bible au XVIe siècle. 2012. <halshs-00666111>
  • Roersch, Alphonse. Les « Album Amicorum » du XVIe et du XVIIe siècles. In: Revue belge de philologie et d’histoire, tome 8, fasc. 2, 1929. pp. 530-536

1 réponse

  1. KINTZ Pierre dit :

    Présentation intéressante : je retrouve un condensé de mon thème de mémoire de Master en Histoire de l’Art consacré à la « Tobias Stimmer’s Bibel » (université de Strasbourg – UNISTRA).
    Deux exemplaires originaux sont conservés à Strasbourg :
    – Bibliothèque Nationale et Universitaire (BNUS)
    – Médiathèque Malraux.
    Il existe également deux éditions en fac-similé (Munich – 1881, 1923)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *