Voyages au centre du corps 2 : les traités d’anatomie anciens : appareil circulatoire, système nerveux et organes des sens

  • Traité d'anatomie ancien (5)
  • Traité d'anatomie ancien (2)
  • Traité d'anatomie ancien (6)
  • Traité d'anatomie ancien (7)
  • Traité d'anatomie ancien (10)
  • Traité d'anatomie ancien (20)
  • Traité d'anatomie ancien (12)
  • Traité d'anatomie ancien (21)
  • Traité d'anatomie ancien (4)
  • Traité d'anatomie ancien (11)
  • Traité d'anatomie ancien (19)
  • Traité d'anatomie ancien (16)
  • Traité d'anatomie ancien (17)
  • Traité d'anatomie ancien (18)
  • Traité d'anatomie ancien (14)
  • Traité d'anatomie ancien (15)

Dans un précédent article, nous avons examiné l’intérêt des traités d’anatomie anciens comme marqueurs historiques des diverses branches de la discipline. Les cas de l’ostéologie, de la myologie et de la splanchnologie ont été ainsi considérés. Une bonne connaissance de ces trois domaines est nécessaire pour aborder les trois autres : l’angiologie, la neurologie et l’esthésiologie, dont il va être question dans ce qui suit.

L’angiologie étudie les formations anatomiques – vaisseaux et organes creux – dans lesquelles circulent deux liquides biologiques : le sang et la lymphe. Le lecteur découvre une représentation très précise des structures concernées dans le traité de Jules Germain Cloquet (1790-1883) et Charles Philibert de Lasteyrie (1759-1849), intitulé Anatomie de l’homme, ou Description et figures lithographiées de toutes les parties du corps humain (1821 et 1831). L’ouvrage compte plusieurs volumes de texte et de planches. Édité en 1828, son tome IV traite « Des organes de la circulation et de la respiration ». Qui sont ses auteurs ?

Jules Cloquet s’initie dans sa jeunesse au modelage des cires anatomiques. Après avoir franchi toutes les étapes d’une carrière hospitalo-universitaire, il est nommé professeur d’anatomie et de chirurgie à Paris. Cloquet s’intéresse à de nombreux sujets, comme l’iris de l’œil, l’hypnose, l’acupuncture, la pathologie chirurgicale ou la parasitologie. Pour éditer son Anatomie de l’homme, il sollicite la collaboration du comte Charles Philibert de Lasteyrie du Saillant. Celui-ci, à la fois agronome, pédagogue, imprimeur et philanthrope, voyage dans toute l’Europe avant de fonder à Paris la première imprimerie lithographique française (1815). Lasteyrie habite à la fin de la Révolution le château de Guermantes (Seine-et-Marne), dont le nom sera rendu célèbre par Marcel Proust.

Le texte du tome IV de l’Anatomie de l’homme propose des légendes fort détaillées des planches de l’ouvrage, ainsi que des considérations générales sur l’appareil circulatoire et des descriptions précises des vaisseaux sanguins et des organes lymphatiques – formes, trajets, subdivisions, rapports, etc. D’une très grande finesse, les dessins des planches sont lithographiés en noir et blanc. Ils représentent l’irrigation de la tête, du corps, des membres et des viscères. Par exemple, la planche CCII est consacrée aux « artères de l’estomac et du foie », tandis que les planches CCIV et CCV montrent les artères irriguant le mésentère. Ce dernier, qui assure la suspension de l’intestin, émane du péritoine – la grande séreuse abdominale.

Traité d'anatomie ancien (19)

Pl. CCII. Cloquet, Jules.Anatomie de l’homme. Impr C. de Lasteyrie, 1821-1831. Cote 943

Traité d'anatomie ancien (2)

Pl. CCIV. Cloquet, Jules.Anatomie de l’homme. Impr C. de Lasteyrie, 1821-1831. Cote 943

 

 

 

 

 

 

 

 

Traité d'anatomie ancien (20)

Pl. CCV. Cloquet, Jules.Anatomie de l’homme. Impr C. de Lasteyrie, 1821-1831. Cote 943

 

Sur d’autres planches de l’Anatomie de l’homme apparaît le système lymphatique. Il inclut des « ganglions » – futurs « nœuds » – et des organes creux – vaisseaux, canal thoracique, citerne du chyle. Cette dernière a été longtemps appelée « citerne de Pecquet », car initialement décrite (1647) par le médecin Jean Pecquet (1622-1674). Elle est étrangement absente des planches (CCXLIV, CCXLVII) de l’Anatomie de l’homme, dont le texte évoque simplement un « endroit où le canal thoracique se dilate et se porte à gauche derrière l’aorte ».

Traité d'anatomie ancien (21)

Pl. CCXLIV. Cloquet, Jules.Anatomie de l’homme. Impr C. de Lasteyrie, 1821-1831. Cote 943

Traité d'anatomie ancien (4)

Pl.CCXLVII. Cloquet, Jules.Anatomie de l’homme. Impr C. de Lasteyrie, 1821-1831. Cote 943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lecteur trouvera une représentation et une description précises de la citerne de Pecquet dans l’Atlas d’anatomie descriptive du corps humain, de Constantin Bonamy, Paul Broca et Émile Beau (1866) (cf. planches 1 et 51-52 de la Deuxième partieCœur, artères, veines, vaisseaux lymphatiques et aponévroses).

Traité d'anatomie ancien (16)

Pl.1. Bonamy,C;Broca,P.Atlas d’anatomie descriptive du corps humain. Paris: Masson, 1866. Cote 11196

Traité d'anatomie ancien (11)

Pl.51-52. Bonamy,C;Broca,P.Atlas d’anatomie descriptive du corps humain. Paris: Masson, 1866. Cote 11196

Célèbre chirurgien, neuroanatomiste et anthropologue, Paul Pierre Broca (1824-1880) est le fondateur de l’école d’anthropologie physique française. Il relaie, vers 1850, Constantin Louis Bonamy (1812-1877) – professeur d’anatomie à l’École de médecine de Toulouse – pour l’édition de l’Atlas d’anatomie descriptive. Cette dernière a été sollicitée en 1844 par l’éditeur Victor Masson. Quant au dessinateur Émile Beau (1810-1872), il assure dès le début l’illustration de l’ouvrage (cf. Bibliographie : Huard, p. 53).

l’Atlas d’anatomie présente les deux parties de l’appareil circulatoire : la « petite circulation », établie entre le cœur et les poumons, et la « grande circulation » décrite en 1628 par William Harvey (1578-1657). Le célèbre médecin et anatomiste anglais attribue au cœur le rôle d’une simple pompe, éjectant le sang dans un circuit fermé. L’anatomie externe et interne de l’organe contractile apparaissent dans l’Atlas d’anatomie.

Traité d'anatomie ancien (10)

Pl. 3bis. Bonamy,C;Broca,P.Atlas d’anatomie descriptive du corps humain. Paris: Masson, 1866. Cote 11196

Par ailleurs, l’ouvrage montre que le cœur possède sa propre circulation sanguine, tout comme les os (planche 61) et même les vaisseaux. Les parois des artères et des veines abritent  – vision en abyme – des vasa vasorum (planche 62).

Traité d'anatomie ancien (17)

Pl.61.Bonamy,C;Broca,P.Atlas d’anatomie descriptive du corps humain. Paris: Masson, 1866. Cote 11196

 

Traité d'anatomie ancien (18)

Pl.62.Bonamy,C;Broca,P.Atlas d’anatomie descriptive du corps humain. Paris: Masson, 1866. Cote 11196

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La neurologie ou neuroanatomie est la branche de l’anatomie dévolue au système nerveux. Les formations concernées sont périphériques (nerfs, ganglions, plexus) ou centrales (encéphale et moelle épinière). Une autre distinction, basée sur la physiologie, sépare le système nerveux de la vie de relation du système organo-végétatif ou autonome. La partie digestive de ce dernier a retenu l’attention du médecin André Raphaël Latarjet (1877-1947), successeur de Léo Testut (1849-1925) dans la chaire d’anatomie de la faculté mixte de médecine et pharmacie de Lyon. Les deux hommes sont les auteurs d’un magistral Traité d’anatomie humaine. Anatomie descriptive – Histologie – Développement en quatre volumes, huit fois réédité. Notons au passage que Testut s’intéresse aussi à l’anthropologie, à l’archéologie et à la préhistoire. Il décrit en 1889 l’Homme de Chancelade.

Traité d'anatomie ancien (5)

Fig. 361. Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine T.2.Paris: Doin, 1897. Cote 40152

Le Tome second de la 3ème édition du Traité, intitulé Névrologie – Organes des sens (1897), compte 1188 pages. Aux dessins anatomiques classiques s’ajoutent des schémas en couleurs, permettant de suivre par exemple le « trajet des fibres optiques depuis la rétine jusqu’à l’écorce cérébrale » (figure 361).

Traité d'anatomie ancien (6)

Fig.468. Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine.Paris: Doin, 1897.Cote 40152

Le lecteur retrouve les deux divisions traditionnelles du système nerveux (cf. supra) : la figure 468 représente le nerf optique (nerf sensitif) passant dans l’orbite,

 

 

 

 

 

la figure 608 montre la partie lombo-sacrée du système autonome; les nerfs crâniens et rachidiens (périphériques) se distinguent des organes centraux où ils prennent leur origine.

Traité d'anatomie ancien (12)

Fig.608.Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine.Paris: Doin, 1897.Cote 40152

Ces organes sont enveloppés dans des méninges (figures 408, 414) et logés dans des cavités osseuses (crâne, canal rachidien) assurant leur protection.

Traité d'anatomie ancien (14)

Fig.408. Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine.Paris: Doin, 1897.Cote 40152

Traité d'anatomie ancien (15)

Fig.414. Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine.Paris: Doin, 1897.Cote 40152

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, une partie importante du Traité est consacrée à l’esthésiologie, branche de l’anatomie qui étudie les organes des sens : la peau (toucher), la langue (goût), le nez (odorat), l’oreille (ouïe) et l’œil (vue). Ces formations possèdent parfois des « annexes ». Dans le cas de l’œil, il s’agit des paupières, de l’appareil lacrymal, des sourcils, de vaisseaux, de nerfs et de muscles (figure 764).

Traité d'anatomie ancien (7)

Fig.764. Testut, Léo. Traité d’anatomie humaine.Paris: Doin, 1897. Cote 40152

Notre conclusion portera sur le système de nomenclature anatomique. Celui-ci a évolué au cours de l’Histoire, comme les ouvrages anciens en témoignent. Depuis le XXème siècle, des commissions internationales fixent la dénomination latine de chaque organe – traductible en langue vernaculaire. Toute référence à des noms d’auteurs se trouve bannie, les ambigüités prévenues et l’embryologie prise en compte. La « citerne de Pecquet » est ainsi devenue la « citerne du chyle », les « ganglions lymphatiques » ont été rebaptisés « nœuds lymphatiques » – pour éviter la confusion avec les ganglions nerveux – et le « bulbe rachidien » s’est transformé en « moelle allongée ». Élaborer un tel vocabulaire représente une tâche longue et ardue, comme l’indique François Dagognet dans son ouvrage Le catalogue de la vie (1970).

Article rédigé par Philippe JAUSSAUD, Univ Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie:

Bouchet, Alain. « Histoire de la découverte de la circulation lymphatique », in : Conférences d’Histoire de la Médecine, Cycle 1998-1999, Institut d’Histoire de la Médecine, Université Claude Bernard Lyon 1. Lyon : Édition Fondation Marcel Mérieux, 1999, pp. 71-90.

Gorny, Philippe. Histoire illustrée de la cardiologie de la Préhistoire à nos jours. Paris : Roger Dacosta, 1985.

Huard, Pierre. « Paul Broca (1824-1880) », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, vol. XIV, n°1, 1961, pp. 47-86.

Jomard, Edme-François. Discours sur la vie et les travaux de Charles de Lasteyrie, lu à l’Assemblée générale de la Société pour l’instruction élémentaire, le 2 juin 1850.  Paris : Imprimerie de Schneider, 1850.

Jaussaud, Philippe. Voyages au centre du corps 1 : les traités d’anatomie anciens : squelette, muscles et viscères. Blog Interface/Livres anciens. Disponible en ligne [consulté le 11 juillet 2016]

Larrey, Hippolyte et Gosselin, Léon. Discours prononcé le 28 février 1883 aux funérailles de M. le baron Jules Cloquet, Institut de France. Paris : Firmin-Didot, 1883.

Péan, Jules. Discours prononcé le 28 février 1883 aux funérailles de M. le baron Jules Cloquet au nom des chirurgiens des hôpitaux de Paris. Paris : Georges Chamerot, 1883.

Sakka, Michel. Histoire de l’anatomie humaine, Paris : P. U. F., 1997.

Schiller, Francis. Paul Broca, explorateur du cerveau. Paris : Odile Jacob, 1990.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *