L’allévytechnie, une méthode pour apprendre et retenir toujours

Dans une bibliothèque consacrée à l’éducation, très nombreux sont les ouvrages traitant de la manière de bien apprendre, de mieux apprendre, d’apprendre plus vite, plus efficacement… ceci à toutes les époques, notamment au XIXe siècle. La thématique de la mémoire et de la mémorisation est une constante dans notre collection.

Voici une de ces méthodes, l’allevytechnie, qui n’est rien moins que « le moyen d’apprendre et de retenir toujours, applicable à toutes les sciences » ! La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une histoire de France allevysée, une histoire sainte allevysée, une géographie et une histoire d’Angleterre allevysées.

BDL_2RA-2289_photo-1-1

BDL_2RA-2289_photo-1-2

BDL_2RA-2289_photo-1-3

BDL_2RA-2289_photo-1-4-bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alcide Allévy

On sait peu de choses sur Alcide Louis Allévy ; il est né à Paris en 1824 et est connu comme professeur, photographe et surtout inventeur de cette méthode mnémotechnique. Son frère Achille et sa femme Emilie semblent avoir participé également de cette aventure éditoriale.

BDL_2RA-2289_photo-5

Il ne s’est pas contenté de traiter d’histoire ou de géographie : notre auteur a aussi inventé un cadran donnant tous les calendriers possibles de 1600 jusqu’en 3099, un conjugateur « qui réduit les verbes français à une seule conjugaison » ou un Levier intellectuel Allevy dédié aux peuples du XIXe siècle. La BDL ne possède malheureusement pas ces ouvrages.

Comment fonctionne l’allévytechnie en histoire?

Comme souvent, il faut un certain temps pour comprendre la méthode proposée expliquée en introduction.

Une image est toujours le support de la mémorisation : prenons par exemple p. 35, l’image d’un chat et d’un oiseau.

BDL_2RA-2289_photo-6-bis

Il s’agit du 24e item c’est-à-dire du 24e roi de France (Pharamond étant le premier) ; l’image possède une légende : « un oiseau sur un miroir poursuivi par un grand chat ». Grand chat en italique signifie Charlemagne.

La 2e phrase « l’oiseau a volé un code beau » permet de trouver la date, chaque consonne de « code beau » correspondant à un chiffre : C=7, D=6, B=8, expliqué en début d’ouvrage.

BDL_2RA-2289_photo-7-bis

Quant aux italiques de la 3e phrase, elles rappellent par similitude phonétique d’autres termes :  vite : Witikind, sac : Saxons, long : Lombards, halle : Allemagne, est-ce : Espagne, l’occit : Occident et capitule : capitulaires !

Ainsi l’image du chat et de l’oiseau est censé rappeler que Charlemagne a commencé son règne en 768 ainsi que les grands faits de son règne.

Cette méthode ne s’applique pas qu’aux Mérovingiens ou aux Carolingiens mais peut se poursuivre jusqu’à Napoléon III et s’applique également pour les rois et reines anglais ou pour l’histoire sainte.

BDL_2RA-2289_photo-8-bis

BDL_2RA-2289_photo-9-bis-1

Il est amusant de voir qu’Allévy se recommande d’un grand succès dans les armées : les pages 7 à 15 en début de volume sont en effet des pièces et certificats constatant la réussite de l’allévytechnie avec au moins 14 témoignages émanant d’officiers ; la recommandation première est celle du roi des Belges.

BDL_2RA-2289_photo-10

Et pour la géographie ?

BDL_2RA-2289_photo-11

Pour apprendre les départements français et leurs chefs-lieux, c’est encore la similitude phonétique qui est reine, parfois de façon assez cocasse.

BDL_2RA-2289_photo-12

Pour retenir les sous-préfectures, ce sont des syllabes qu’il faut retenir comme des formules incantatoires.

BDL_2RA-2289_photo-13

Pour les bassins fluviaux liés aux départements, on retrouve les petites vignettes et leurs interprétations.

Il est difficile, au-delà des affirmations publicitaires de l’auteur, de savoir le succès réel que connut cette méthode. Les ouvrages, sans être rares, ne sont pas très répandus en bibliothèques et le nom d’Allevy ne semble guère être passé à la postérité.

Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie :

Yates, Frances A., L’art de la mémoire, Paris, 1975 [611 115, mag 5]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphanie Dord-Crouslé dit :

    Bonjour,

    je viens de lire votre billet sur L’allévytechnie – très intéressant – et je voulais juste nuancer votre affirmation quant à l’absence de passage à la postérité d’Allévy.
    Si sa technique n’est affectivement plus guère utilisée, elle demeurera dans les mémoires grâce à Flaubert qui la fait expérimenter par Bouvard et Pécuchet!

    Heureusement qu’ils possédaient la Mnémotechnie de Dumouchel, un in-12 cartonné avec cette épigraphe : « Instruire en amusant. »

    Elle combinait les trois systèmes d’Allévy, de Paris, et de Feinaigle.

    Allévy transforme les chiffres en figures, le nombre 1 s’exprimant par une tour, 2 par un oiseau, 3 par un chameau, ainsi du reste. Paris frappe l’imagination au moyen de rébus ; un fauteuil garni de clous à vis donnera : clou, vis = Clovis ; et comme le bruit de la friture fait « ric, ric », des merlans dans une poêle rappelleront Chilpéric. Feinaigle divise l’univers en maisons, qui contiennent des chambres, ayant chacune quatre parois à neuf panneaux, chaque panneau portant un emblème. Donc, le premier roi de la première dynastie occupera dans la première chambre le premier panneau. Un phare sur un mont dira comment il s’appelait : « Phar a mond », système Paris – et d’après le conseil d’Allévy, en plaçant au-dessus un miroir, qui signifie 4, un oiseau 2, et un cerceau 0, on obtiendra 420, date de l’avènement de ce prince.

    Pour plus de clarté, ils prirent comme base mnémotechnique leur propre maison, leur domicile, attachant à chacune de ses parties un fait distinct ; – et la cour, le jardin, les environs, tout le pays, n’avait plus d’autre sens que de faciliter la mémoire. Les bornages dans la campagne limitaient certaines époques, les pommiers étaient des arbres généalogiques, les buissons des batailles, le monde devenait symbole. Ils cherchaient sur les murs, des quantités de choses absentes, finissaient par les voir, mais ne savaient plus les dates qu’elles représentaient.

    D’ailleurs, les dates ne sont pas toujours authentiques. Ils apprirent dans un manuel pour les collèges, que la naissance de Jésus doit être reportée cinq ans plus tôt qu’on ne la met ordinairement, qu’il y avait chez les Grecs trois manières de compter les olympiades, et huit chez les Latins de faire commencer l’année. – Autant d’occasions pour les méprises, outre celles qui résultent des zodiaques, des ères, et des calendriers différents.

    Et de l’insouciance des dates, ils passèrent au dédain des faits.

    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *