Pauline Kergomard pédagogue et écrivaine : de la fondation des maternelles à l’écriture de livres pour enfants

La Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) possède dans ses fonds Éducation et Jeunesse de nombreux ouvrages de Pauline Kergomard née Reclus (1838-1925). Celle-ci fait partie des grands pédagogues de la petite enfance qui ont œuvré entre la fin du XIXe siècle et le début du siècle suivant. Même si elle a suscité moins d’intérêt pour les chercheurs en sciences de l’éducation que Marie-Pape Carpentier ou Maria Montessori (Mutuale, Weigand, 2011), c’est un auteur qui mérite toute notre attention…

Quelques éléments biographiques

Portrait de Pauline Kergomard_1

Photo prise vers 1880 issue des collections du Musée national de l’Éducation

Après avoir obtenu son brevet de capacité, Pauline Kergomard commence sa carrière d’institutrice privée à 18 ans dans des familles bordelaises. À 23 ans, elle gagne Paris et obtient son certificat d’aptitude à l’enseignement. Elle se met alors à instruire des jeunes filles de bonnes familles.

En 1879, à l’initiative de Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique, elle est nommée inspectrice générale des salles d’asiles, puis inspectrice générale des écoles maternelles de 1881 à 1917.

En 1886, elle est la première femme à accéder au Conseil supérieur de l’instruction publique ce qui fut largement contesté.

Infatigable, elle ne prit sa retraite qu’à l’âge de 79 ans. A sa mort en 1925, c’est le philosophe, haut fonctionnaire et promoteur de l’école républicaine, Paul Lapie (1867-1927) dont la BDL possède la bibliothèque personnelle[1], alors directeur de l’enseignement primaire, qui fait son éloge funèbre[2] :

« […] beaucoup de maîtresses de nos maternelles appliquent depuis de longues années les idées de Mme Kergomard sans se douter que leur ancienne inspectrice générale mérite de trouver place dans l’histoire de la pédagogie. »

Une femme de conviction qui …

… essaya de réformer la pédagogie des enfants de 2 à 6 ans

Les salles d’asile, créées en 1826 à Paris, étaient des établissements charitables chargés d’accueillir les enfants issus de familles pauvres entre 2 et 6 ans. Elles furent officialisées en 1837 (ordonnance royale du 27 décembre 1837 dite charte des salles d’asile). Pauline Kergomard, chargée de leur inspection, y déplorait les conditions matérielles d’accueil (manque d’air, d’espace, d’hygiène), la discipline excessive de type dressage, le fait que l’on encombrait l’esprit des enfants d’un excès de connaissances sans faire appel à leur intelligence, ainsi que la part trop importante de la religion.

Cochin M., Manuel des fondateurs et des directeurs des premières écoles de l’enfance connues sous le nom de salles d’asile. Paris : Librairie classique et élémentaire de L. Hachette, 1834. Planche 6. BDL cote magasin 017330

Cochin M., Manuel des fondateurs et des directeurs des premières écoles de l’enfance connues sous le nom de salles d’asile. Paris : Librairie classique et élémentaire de L. Hachette, 1834. Planche 6. BDL cote magasin 017330

En tant qu’inspectrice, elle essaya donc sans relâche d’imposer sur le terrain sa conception de la pédagogie du petit enfant. Elle poursuivit deux buts : améliorer l’accueil des petits élèves et développer une nouvelle pédagogie axée sur la reconnaissance de la personnalité de l’enfant (Cohen, 2006). Elle prôna ainsi une éducation basée sur le jeu libre ainsi que sur les activités artistiques et sportives.

Aussi, considère-t-on Pauline Kergomard comme une des fondatrices  des écoles maternelles (Plaisance, 1996).

… fit connaître la psychologie de l’enfant

Bien avant Maria Montessori (1870-1952) Pauline Kergomard mit en avant la nécessité du développement à la fois physique et affectif du jeune enfant.  Par ailleurs, elle insistait sur l’importance de la connaissance de la psychologie infantile pour les enseignantes. Durant toute sa vie, elle s’intéressa à la psychologie de l’enfance. En 1901, elle devint vice-présidente de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant[3], fondée en 1899 par un de ses proches, Ferdinand Buisson[4] (1841-1932), pédagogue, fondateur de l’école primaire laïque.

… servit la cause des femmes

Pauline Kergomard collabora en 1901 au Conseil national des femmes françaises (section éducation) qui militait pour le droit de vote des femmes, l’égalité des droits civils, l’égalité dans le travail, la famille, l’éducation des filles.

Une écrivaine dévouée à sa cause : la formation intellectuelle et morale de la jeunesse : des œuvres maintes fois rééditées côtoient à la BDL ses écrits oubliés

Des œuvres destinées à réformer la manière d’enseigner aux enfants en âge préscolaire

Pauline Kergomard anima des conférences pédagogiques qui firent l’objet de publication comme celle faite le 25 mai 1881 dans une des salles de l’Hôtel de ville de Montauban (BDL cote magasin 15633).

La même année, à la demande du neveu de Louis Hachette, Armand Templier, qui fut l’un de ses successeurs, elle dirigea, à la suite de Marie Pape-Carpantier, L’Ami de l’enfance, revue pédagogique pour les salles d’asile publiée de 1835 à 1896 (BDL cote magasin P754). Nous y  retrouvons des notes d’inspection, des causeries familières (conférences) et de la correspondance. Elle y écrivit de nombreux articles sur les sujets les plus divers.

Kergomard, Pauline. Leçon de lecture. In L’Ami de l’enfance, 5e série, 5e année, n° 2, 15 octobre 1885. Page 28

Kergomard, Pauline. Leçon de lecture. In L’Ami de l’enfance, 5e série, 5e année, n° 2, 15 octobre 1885. Page 28

À noter qu’elle publia également chez Hachette un recueil d’articles auparavant publiés dans l’Ami de l’enfance sous le titre L’éducation maternelle dans l’école. Cet ouvrage fit l’objet de deux séries, comprenant des articles différents, l’une en 1886 (BDL cote magasin 54059 bis) et la seconde en 1895 (BDL cote magasin 46520-2).

En 1903, elle collabora à la revue à destination des enseignants de maternelle, L’Education enfantine publiée par Nathan en 1903 (BDL cote magasin P832).

Elle fit paraître également L’enfant de deux à six ans. Notes de pédagogie pratique en 1910 chez Nathan. Il fut réédité plusieurs fois. Pauline Kergomard le coécrivit avec Suzanne Brés, également inspectrice générale des écoles maternelles. Il s’agit d’un guide pratique à l’usage des enseignantes de maternelle (BDL cote magasin 25575).

3e édition revue, remaniée et annotée datée de 1928, pages 37

3e édition revue, remaniée et annotée datée de 1928, page 37

3e édition revue, remaniée et annotée datée de 1928, page 87

3e édition revue, remaniée et annotée datée de 1928, page 87

 

 

 

 

 

 

Notons que Pauline Kergomard a contribué au Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié en 1911 sous la direction de Ferdinand Buisson (BDL : salle éducation : NG003). Elle a rédigé l’article sur les écoles maternelles.

Des ouvrages pédagogiques

Intéressons-nous tout d’abord à son livre de leçon de choses. Il s’intitule  Les biens de la terre et causeries enfantines (BDL cote magasin 2RA 6241) et fut publié à Paris en 1879 chez Sandoz et Fischbacher. Pauline Kergomard y met en scène deux enfants auxquels une institutrice Mme Lambert enseigne à travers la visite d’un jardin ou bien de champs ce que sont le blé, les pommes de terre, la canne à sucre, le raisin etc. et comment on les transforme. Notons qu’en 1881, le décret de création des écoles maternelles mit au programme les « connaissances sur les objets usuels ».

Edition de 1879 page 19

Edition de 1879 page 19

Edition de 1879 page 47

Edition de 1879 page 47

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle réalisa également un album d’images à visée pédagogique qui porte le titre de Cinquante images expliquées : album pour les enfants. Il fut publié chez  Hachette en 1890 (BDL cote magasin MS 93882). Il s’agit d’une série d’exercices destinés à éveiller l’intelligence des enfants. Pour Pauline Kergomard, « Les images sont encore ce que nous avons de meilleur pour amener l’enfant à parler ». L’éducation maternelle dans l’école. Première série. 1886. Page 143

Elle institue ici la lecture d’images comme compétence scolaire. Le livre se compose d’une suite de cinquante historiettes, chacune accompagnée d’une gravure ainsi que de deux séries de questions avec les réponses attendues, l’une destinée aux petits de 2 à 4 ans et l’autre aux grands de 4 à 6 ans.

Edition de 1890 page 121

Edition de 1890 page 121

Citons enfin l’Histoire de France des petits enfants qui parut pour la première fois en 1883. Il s’agit à la BDL d’une 3e édition publiée en 1883 chez Eugène Weill  et Georges Maurice (BDL cote magasin MS 93890). L’ouvrage est abondamment illustré. Pauline Kergomard débute son récit ainsi « Pour aimer la France, il faut la connaître ».

Elle y retrace l’histoire de la France de la Gaule romaine à la naissance de la troisième République. Cet ouvrage qui se veut didactique, adapté à un jeune public,  est également très moralisateur, empreint de jugements moraux. Ainsi, elle dit de la chevalerie :

« Mais ces hommes violents et injustes avaient pour idéal d’être fidèles à leur promesse, courageux dans la bataille, humains dans la victoire, de protéger les vieillards, les enfants, les veuves, d’avoir avec les femmes une politesse respectueuse et cordiale… ». Page 73

Edition de 1883 p. 73

Edition de 1883 p. 73

Quelques biographies édifiantes

La première lui fut demandée en 1879 par la librairie Hachette. Il s’agit de La galerie des hommes illustres qui sera quatre fois réimprimée et cinq fois rééditée (BDL cote magasin 2RA 6267). Elle y dresse les portraits de Charlemagne, Saint Louis, Duguesclin, Gutenberg, Jeanne d’Arc, Christophe Collomb, Bernard Palissy, Saint-Vincent de Paul, Jean Bart, Fénelon, l’Abbé de l’Epée, Parmentier. Issue d’une longue tradition depuis le siècle des Lumières[5], l’histoire se fait école de morale par l’exemple de ses grands « hommes »[6].

« Tous ont eu une passion : l’amour de leur pays, la justice, le bien et le progrès de l’humanité… » p.322.

Edition de 1879 planche 4

Edition de 1879 planche 4

Edition de 1879 planche 5

Edition de 1879 planche 5

 

 

 

 

 

 

 

 

La seconde a pour titre : L’amiral Coligny. Pauline Kergomard se sert à nouveau de la biographie d’un homme illustre, celle de l’amiral français Gaspard de Coligny (1519-1572) pour en faire un exemple à suivre parce qu’il considérait :

« Le développement intellectuel de l’individu comme la condition du progrès moral de la société ».

Le livre fut publié en 1881 par la Librairie centrale des publications populaires (1877), maison d’édition et de distribution favorisant la diffusion des livres « jusque dans les campagnes »[7]. Elle fut créée par la Ligue française de l’enseignement. Notons que le mouvement d’éducation populaire marqué par la fondation de la Ligue française de l’enseignement, qui fut créée en 1866 par Jean Macé, a inspiré les lois sur l’école « gratuite, obligatoire et laïque » à la fin du XIXe siècle. L’ouvrage parut dans la collection Éducation morale et civique,  Bibliothèque de la jeunesse française, Deuxième série.

A noter que le livre est dédicacé à un petit garçon Emile Madier de Montjau, petit-fils de l’homme politique Noël Madier de Montjau (1814-1892) qui fut notamment député de la Drôme de 1874 à 1892.

Des œuvres militantes et édifiantes

La BDL possède deux œuvres purement romanesques de Pauline Kergomard sur les quatre[8] qu’elle publia.

Nouvelles enfantines furent publiées en 1881 par H.-E. Martin (BDL cote magasin 2RA 6225). Ce livre est dédié à Germaine G. Monod-Herzen (1875- 1960), fille de l’historien Gabriel Monod. Ce dernier faisait partie des proches de Ferdinand Buisson et du cercle d’intellectuels protestants et libéraux que fréquentait également Pauline Kergomard. Il s’agit d’une succession de nouvelles non illustrées qui mettent en scène des enfants et prônent la persévérance, l’étude, le goût de l’effort ou encore l’amour de la patrie.

Un sauvetage fut publié pour la deuxième fois en 1882 (première édition en 1879) chez Fischbasher. Il s’agit d’un roman racontant des histoires édifiantes notamment comment des enfants bretons d’origine modeste furent extraits de leur misérable condition par une famille parisienne en vacances dans la région de Locnévé. L’un deux devenu instituteur retourna à Locnévé pour prendre en charge l’école. Grâce à lui, « Il est tout probable que cette commune, naguère si ignorante et si grossière, sera désormais, marquée en blanc, sur les cartes qui indiquent les progrès de l’instruction et de la moralité en France ». (Page 191)

Pauline Kergomard ne se contenta pas d’écrire des ouvrages romanesques que l’on peut trouver trop « gentillets » ou trop moralisateurs. Elle participa également à la création  en 1887 de l’Union française pour le sauvetage de l’enfance. Cet organisme plaçait des enfants maltraités ou délaissés par leur famille dans des familles d’accueil ou bien des institutions. Rappelons que Pauline Kergomard était une femme de « terrain » qui fut le témoin direct  de la maltraitance d’enfants. C’était une militante plus qu’une philanthrope. Il faut lire ses œuvres à cette aune.

Billet rédigé par Nelly Kabac

Bibliographie :

  • Cohen, Suzy. L’enfance au cœur. Marie et Pauline : deux pionnières de l’école maternelle. Paris : L’Harmattan, 2006. [BDL cote salle éducation : 373.23 COH]
  • Kergomard, Geneviève, Kergomard, Alain. Pauline Kergomard créatrice de la maternelle moderne, correspondances privées, rapports aux ministres. Rodez : Le Fil d’Ariane, 2000. [BDL cote salle éducation : 371.4 KER]
  • Kergomard, Pauline. L’éducation maternelle dans l’école. Paris : Editions Fabert, 2009. [BDL cote salle éducation : 371.4 KER]
  • Mutuale, Augustin, Weigand. Les grandes figures de la pédagogie. Paris : Éd. Pétra, cop. 2011. [BDL cote salle éducation : 371.4 GRA]
  • Plaisance, Éric. Pauline Kergomard et l’école maternelle. Paris : Presses universitaires de France, 1996. [BDL cote salle éducation : 371.4 PLA]
  • Vincent-Nkoulou, La fabrication des figures de deux pédagogues en histoire de l’éducation : Jean-Frédéric Oberlin et Pauline Kergomard.  Carrefours de l’éducation 2/2007 (n° 24), p. 115-129. [Disponible en ligne]. Consulté le 02/05/2016

[1] Le fonds Lapie comprend 3 500 ouvrages, encore non catalogués, mais inventoriés dans un registre manuscrit. Ce sont des ouvrages de philosophie politique, de sociologie et d’histoire de l’éducation.

[2] Comité pour l’éducation préscolaire O.M.E.P. Pauline Kergomard. Un cinquantenaire. 1925-1975. Paris : Comité pour l’éducation périscolaire, 1975. (BDL cote magasin 614599).

[3] Bulletin de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant. 1900-1917. BDL cotes magasins FB25 et P702.

[4] La BDL détient  un fonds dit  Buisson qui se compose de plus d’une centaine de dossiers et de volumes reliés dans lesquels se trouvent rassemblés des coupures de presse, des articles et brochures publiés par Buisson, des procès-verbaux de réunions du Conseil supérieur de l’Instruction publique, ou encore des projets et avant-projets de lois annotés de sa main. Voir billet du 24 janvier 2013 Fenêtre sur… le fonds Buisson

[5] La morale en action ou élite de faits mémorables et d’anecdotes instructives, propres à faire aimer la vertu et à former les jeunes gens dans l’art de la narration…Lyon : Perisse, 1789. BDL cote magasin  2RA 4746

[6] Renneville, Sophie de (1772-1822) Education par l’histoire, ou Ecole des jeunes gens, contenant des modèles de toutes les vertus du premier ordre, pris parmi les français de différentes classes ; extraits des ouvrages de Rollin, Bossuet, Fénelon, Barthélemy, et autres auteurs célèbres. Seconde édition. Paris, Haut-Cœur et Gayet Jr, libraires,1824. BDL cote magasin 2RA 6136

[7] Fouché, Pascal.  Dictionnaire encyclopédique du livre. [2], E-M. [Paris] : Éd. du Cercle de la Librairie, impr. 2005. BDL salle patrimoine 002 DIC. Article sur Jean Macé page 827

[8] Heureuse rencontre publié chez Hachette en 1895 est disponible sur Gallica. Une brouille de peu de durée. Les Convives de Gabrielle. Fileuse et couseuse paru également chez Hachette en 1886 est disponible à la BNF mais n’a pas été numérisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *