Les manuels républicains et les deux guerres scolaires à la fin du XIXᵉ siècle et au début du XXᵉ

La bibliothèque Diderot de Lyon possède un fonds très riche de manuels scolaires du XIXe siècle. Certains ont une histoire particulière, car ils se sont retrouvés au centre des deux « guerres scolaires », encore appelées « guerres des manuels », qui ont secoué le monde de l’éducation primaire en 1882-1883 et 1908-1910, suite à la laïcisation de l’enseignement public (1882) et à la loi de séparation des églises et de l’Etat (1905).

Une nouvelle matière : l’instruction morale et civique

Extraits du programme officiel du 27 juillet 1882 figurant en tête de L’instruction civique à l’école, manuel républicain et laïque de Paul Bert, publié en 1882 et mis à l’Index par l’Eglise catholique avec trois autres ouvrages en décembre de la même année.

Extraits du programme officiel du 27 juillet 1882 figurant en tête de L’instruction civique à l’école, manuel républicain et laïque de Paul Bert, publié en 1882 et mis à l’Index par l’Eglise catholique avec trois autres ouvrages en décembre de la même année.

Les manuels incriminés par l’Eglise catholique en 1882 et en 1909 présentent incontestablement un aspect militant. Paul Bert ouvre le sien par un chapitre sur le service militaire et la patrie, et le clôt par un autre chapitre sur la Révolution, un éloge de Gambetta et le texte de la déclaration des Droits de l’homme. Dans le manuel rédigé sous la direction de V.-S. Lucienne, et qui est largement diffusé au début du XXe siècle, la défense du régime républicain est présentée à la jeunesse des écoles sur le ton solennel du serment, comme un devoir patriotique personnel. L’histoire immédiate est également abordée. L’édition de 1911 présente le gouvernement Waldeck-Rousseau (1899-1902), dit d’« action et défense républicaine », comme une résistance aux « attaques réitérées » de l’Eglise catholique (p. 240). En cette fin politiquement troublée du XIXe siècle, le manuel désigne implicitement d’autres ennemis de la République : les « prétendants », en faveur d’une restauration monarchique ou impériale, le boulangisme, l’anarchie et les nationalistes.

Les manuels incriminés par l’Eglise catholique en 1882 et en 1909 présentent incontestablement un aspect militant. Paul Bert ouvre le sien par un chapitre sur le service militaire et la patrie, et le clôt par un autre chapitre sur la Révolution, un éloge de Gambetta et le texte de la déclaration des Droits de l’homme. Dans le manuel rédigé sous la direction de V.-S. Lucienne, et qui est largement diffusé au début du XXe siècle, la défense du régime républicain est présentée à la jeunesse des écoles sur le ton solennel du serment, comme un devoir patriotique personnel. L’histoire immédiate est également abordée. L’édition de 1911 présente le gouvernement Waldeck-Rousseau (1899-1902), dit d’« action et défense républicaine », comme une résistance aux « attaques réitérées » de l’Eglise catholique (p. 240). En cette fin politiquement troublée du XIXe siècle, le manuel désigne implicitement d’autres ennemis de la République : les « prétendants », en faveur d’une restauration monarchique ou impériale, le boulangisme, l’anarchie et les nationalistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cours d’instruction morale et civique, ainsi que des notions de droit et d’économie politique, sont introduits dans les programmes de l’école primaire par la loi du 28 mars 1882. L’objectif est de substituer à l’enseignement religieux, désormais exclu de l’école publique pour cause de laïcité, un enseignement républicain destiné à former des citoyens éclairés. Bien que le programme mentionne expressément (jusqu’en 1923) l’apprentissage des « devoirs envers Dieu », la morale scolaire des débuts de la IIIe République tranche avec celles des religions constituées, particulièrement avec la morale catholique, en proposant une vision du monde, de l’homme et de la cité différente : puisant à des sources hétérogènes (spiritualisme, protestantisme libéral, kantisme, positivisme et scientisme, théories racialistes et colonialistes propres à l’époque…), elle se fonde sur les principes hérités de la Révolution française, et promeut particulièrement la liberté, la dignité humaine et la solidarité, conçues dans une perspective individualiste, rationaliste et volontariste.

Le Panthéon des grands hommes de la République, dans les Leçons de morale d’Albert Bayet, manuel publié en 1902 et condamné par l’Eglise catholique en 1909 : les soldats défenseurs de la Patrie ou combattant pour la justice et la liberté dans le monde ; les inventeurs et les savants ; les écrivains et les artistes. Il est à noter que parmi les écrivains, la place d’honneur revient à Voltaire, Condorcet et Auguste Comte qui, tels des prophètes laïques modernes, enseignent aux hommes, en lieu et place de la religion, à s’aimer les uns les autres et à être heureux.

Le Panthéon des grands hommes de la République, dans les Leçons de morale d’Albert Bayet, manuel publié en 1902 et condamné par l’Eglise catholique en 1909 : les soldats défenseurs de la Patrie ou combattant pour la justice et la liberté dans le monde ; les inventeurs et les savants ; les écrivains et les artistes. Il est à noter que parmi les écrivains, la place d’honneur revient à Voltaire, Condorcet et Auguste Comte qui, tels des prophètes laïques modernes, enseignent aux hommes, en lieu et place de la religion, à s’aimer les uns les autres et à être heureux.

Ce passage de l’Instruction morale et civique des jeunes filles, manuel publié par Madame Henry Gréville en 1882 et faisant partie des quatre ouvrages mis à l’Index en décembre de la même année, dévoile les limites de la morale républicaine : des développements quelque peu embarrassés et elliptiques traitent de l’absence de droit de vote pour les femmes.

Ce passage de l’Instruction morale et civique des jeunes filles, manuel publié par Madame Henry Gréville en 1882 et faisant partie des quatre ouvrages mis à l’Index en décembre de la même année, dévoile les limites de la morale républicaine : des développements quelque peu embarrassés et elliptiques traitent de l’absence de droit de vote pour les femmes.

Par ailleurs, le traumatisme lié au désastre de la guerre franco-prussienne de 1870 et à l’amputation de l’Alsace et de la Lorraine est encore vif. L’esprit de revanche est prégnant. C’est l’époque où sont lancés les premiers « bataillons scolaires », destinés à familiariser les enfants avec les exercices militaires. Paul Bert écrit à ce sujet dans l’avant-propos de son manuel d’instruction civique :

 « Il faut que l’amour de la France ne soit pas pour [l’élève] une formule abstraite, imposée à sa mémoire comme un dogme de religion, mais qu’il en comprenne les motifs, qu’il en apprécie la grandeur et les conséquences nécessaires. Car c’est en l’aimant et en raisonnant cet amour qu’il apprendra à se donner tout à elle, et, accomplissant jusqu’au bout son devoir de citoyen, à se dévouer, s’il le faut, soit pour le salut de la Patrie, soit pour la défense des principes dont le triomphe a fait de lui un homme libre et un citoyen. »

« Le salut au drapeau », illustration tirée du manuel de Paul Bert, op. cit. L’auteur écrit, p. 29 : « […] quiconque insulte ta Patrie, insulte ta mère. […] Quiconque te prend un citoyen par la force des armes te vole un frère […]. […] tu dois chérir ta Patrie, qui est ta grande famille, plus que ta famille elle-même. Et la loi militaire a raison de t’enlever à ta mère pour te donner à ta Patrie. Ta mère pleure, et nul ne pourrait l’en blâmer ; mais elle doit reconnaître que le sacrifice est juste. […] Aussi, quiconque attaque l’une [des régions françaises], attaque la France tout entière ».

« Le salut au drapeau », illustration tirée du manuel de Paul Bert, op. cit. L’auteur écrit, p. 29 : « […] quiconque insulte ta Patrie, insulte ta mère. […] Quiconque te prend un citoyen par la force des armes te vole un frère […]. […] tu dois chérir ta Patrie, qui est ta grande famille, plus que ta famille elle-même. Et la loi militaire a raison de t’enlever à ta mère pour te donner à ta Patrie. Ta mère pleure, et nul ne pourrait l’en blâmer ; mais elle doit reconnaître que le sacrifice est juste. […] Aussi, quiconque attaque l’une [des régions françaises], attaque la France tout entière ».

La question de l’Alsace et de la Lorraine

La France « actuelle » (en 1902), amputée de l’Alsace et de la Lorraine. Alphonse Aulard est l’auteur des Eléments d’instruction civique, joints par l’éditeur, sous une même couverture, aux Leçons de morale d’Albert Bayet. La présente carte est tirée de ces Eléments.

La France « actuelle » (en 1902), amputée de l’Alsace et de la Lorraine. Alphonse Aulard est l’auteur des Eléments d’instruction civique, joints par l’éditeur, sous une même couverture, aux Leçons de morale d’Albert Bayet. La présente carte est tirée de ces Eléments.

« La question d’Alsace-Lorraine », dans l’Histoire de France de E. Devinat, édition de 1911. En 1882, soit douze ans après la guerre franco-prussienne, la question d’Alsace-Lorraine est présentée sous un angle résolument antibonapartiste par Paul Bert (p. 24-25) : des guerres « pour la gloriole » de Napoléon Ier aux guerres « sans rimes ni raison » de Napoléon III, l’Empire laisse à chaque fois (1815, 1871) la France meurtrie et territorialement diminuée. Cet antibonapartisme viscéral semble commun aux auteurs de manuels républicains. Aulard et Debidour écrivent pour leur part dans leur propre Histoire de France, à propos de la reddition de l’empereur Napoléon III au roi de Prusse Guillaume Ier : « Ainsi finissait par la honte cet Empire qui avait commencé par le crime » (p. 227).

« La question d’Alsace-Lorraine », dans l’Histoire de France de E. Devinat, édition de 1911. En 1882, soit douze ans après la guerre franco-prussienne, la question d’Alsace-Lorraine est présentée sous un angle résolument antibonapartiste par Paul Bert (p. 24-25) : des guerres « pour la gloriole » de Napoléon Ier aux guerres « sans rimes ni raison » de Napoléon III, l’Empire laisse à chaque fois (1815, 1871) la France meurtrie et territorialement diminuée. Cet antibonapartisme viscéral semble commun aux auteurs de manuels républicains. Aulard et Debidour écrivent pour leur part dans leur propre Histoire de France, à propos de la reddition de l’empereur Napoléon III au roi de Prusse Guillaume Ier : « Ainsi finissait par la honte cet Empire qui avait commencé par le crime » (p. 227).

D’où vient le conflit scolaire ?

Le clergé catholique accuse certains manuels d’instruction civique, d’histoire et de morale utilisés par l’école publique de ne pas respecter la neutralité scolaire, par la présentation négative qu’ils font de l’action de l’Eglise dans l’histoire (en particulier durant le Moyen-Age et sous l’Ancien Régime), par le scepticisme et le relativisme dont ils entourent certains épisodes à dimension religieuse et surnaturelle (« Jeanne d’Arc a cru entendre des voix »), ou encore, au début du XXe siècle, par leur approche ouvertement positiviste des croyances religieuses (qui deviennent de simples superstitions). Quelque dangereux que puissent apparaître à ses yeux certains manuels, il s’agit également là, pour le clergé, d’un « prétexte pour en découdre avec le régime républicain » (Jean-François Condette).

Une présentation critique du rôle de l’Eglise dans l’histoire

Paul Bert, op. cit. L’Eglise est représentée comme étant pleinement liée aux « abus » imputés à l’Ancien Régime, notamment une fiscalité jugée écrasante pour le peuple.

Paul Bert, op. cit. L’Eglise est représentée comme étant pleinement liée aux « abus » imputés à l’Ancien Régime, notamment une fiscalité jugée écrasante pour le peuple.

Illustration extraite des Leçons de morale d’Albert Bayet (1902). L’Eglise est également associée à l’intolérance religieuse. Une illustration fréquemment employée est celle des Dragonnades, persécutions antiprotestantes faisant suite à la révocation de l’Edit de Nantes (1685) sous Louis XIV. De manière générale, la Réforme protestante du XVIe siècle est présentée non comme une « hérésie » plus ou moins funeste (point de vue catholique à l’époque), mais comme une tentative de réforme de l’Eglise.

Illustration extraite des Leçons de morale d’Albert Bayet (1902). L’Eglise est également associée à l’intolérance religieuse. Une illustration fréquemment employée est celle des Dragonnades, persécutions antiprotestantes faisant suite à la révocation de l’Edit de Nantes (1685) sous Louis XIV. De manière générale, la Réforme protestante du XVIe siècle est présentée non comme une « hérésie » plus ou moins funeste (point de vue catholique à l’époque), mais comme une tentative de réforme de l’Eglise.

E. Devinat, op. cit. A l’époque contemporaine (c’est-à-dire au XIXe siècle pour l’auteur de ce manuel, qui le publie pour la première fois en 1898), l’Eglise est associée de façon explicite au cléricalisme, à la réaction et à la Contre-Révolution. A l’anti-bonapartisme républicain traditionnel se joint une critique non moins sévère de la Restauration, jugée trop favorable à la religion.

E. Devinat, op. cit. A l’époque contemporaine (c’est-à-dire au XIXe siècle pour l’auteur de ce manuel, qui le publie pour la première fois en 1898), l’Eglise est associée de façon explicite au cléricalisme, à la réaction et à la Contre-Révolution. A l’anti-bonapartisme républicain traditionnel se joint une critique non moins sévère de la Restauration, jugée trop favorable à la religion.

Gauthier et Deschamps, Cours supérieur d’Histoire de France (1907). L’histoire ancienne est également laïcisée. En témoigne cette présentation du peuple hébreu sous l’Antiquité, des patriarches à la destruction du Temple de Jérusalem en -70, qui ne contient aucune référence religieuse ni à l’histoire sainte.

Gauthier et Deschamps, Cours supérieur d’Histoire de France (1907). L’histoire ancienne est également laïcisée. En témoigne cette présentation du peuple hébreu sous l’Antiquité, des patriarches à la destruction du Temple de Jérusalem en -70, qui ne contient aucune référence religieuse ni à l’histoire sainte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les ouvrages visés en 1882 ?

En 1882, quatre manuels sont mis à l’Index par l’autorité romaine. Il s’agit de L’instruction civique à l’école de Paul Bert ; de l’Instruction morale et civique : L’Homme et le Citoyen de Jules Steeg ; des Eléments d’éducation civique et morale de Gabriel Compayré ; et enfin, de l’Instruction morale et civique des Jeunes filles, de Madame Henry Gréville. Ces auteurs occupent pour la plupart des positions importantes dans le monde de l’éducation. Ainsi Paul Bert (1833-1886) est-il professeur de physiologie à la Sorbonne, membre de l’Académie des Sciences, homme politique de premier plan, proche de Léon Gambetta, ministre de l’Instruction publique en 1881-1882  et libre-penseur ; Jules Steeg (1836-1898), ancien pasteur protestant de tendance libérale, est un homme politique et un haut-fonctionnaire du ministère de l’Instruction publique ; Gabriel Compayré (1843-1913) est un homme politique, un haut-fonctionnaire et un universitaire faisant autorité sur les questions de pédagogie ; enfin, Madame Henry Gréville (1842-1902) est une écrivaine à succès du dernier quart du XIXe siècle.

Couvertures des quatre manuels républicains mis à l’Index par l’Eglise catholique en 1882 :

Manuels-republicains_photo-12 Manuels-republicains_photo-13 Manuels-republicains_photo-14 Manuels-republicains_photo-15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les ouvrages visés en 1909 ?

La deuxième guerre scolaire est nettement plus dure que la première : le clergé a recouvré entretemps sa liberté de parole avec la fin du Concordat ; la politique anti-congréganiste, manifestation d’un anticléricalisme d’Etat qui culmine dans les années 1901-1906, est dans toutes les mémoires, tandis que les instituteurs ont pour leur part évolué majoritairement vers le socialisme. L’Eglise est par ailleurs confrontée en son sein à la « crise moderniste ». A un niveau plus anecdotique, des crispations ponctuelles surgissent, telles que l’affaire Thalamas par exemple (1904 et 1908).

Une lettre pastorale signée par l’ensemble des cardinaux, archevêques et évêques de France est publiée le 28 septembre 1909 dans le journal catholique La Croix. Elle doit être lue dans les églises le premier dimanche d’octobre. Elle condamne entre autres choses le principe de la neutralité religieuse, « principe faux en lui-même et désastreux dans ses conséquences », ainsi qu’une liste de quatorze manuels, essentiellement d’histoire et de morale. On trouve parmi eux diverses Histoire de France, dont celle d’Aulard et Debidour, les Leçons de morale d’Albert Bayet, le Cours de morale de Jules Payot, ou encore le Cours Lucienne, rédigé par un groupe d’instituteurs et qui prépare au certificat d’études. Ici encore, les auteurs ne sont pas, pour certains d’entre eux, des inconnus : Alphonse Aulard (1849-1928) est professeur d’histoire à la Sorbonne, spécialiste de la Révolution française et l’un des fondateurs de la Ligue des Droits de l’Homme ; le jeune Albert Bayet (1880-1961) devient par la suite un  universitaire et sociologue reconnu ; Jules Payot (1859-1940) est universitaire, recteur, etc.

Jules Payot, La morale à l’école (1908). La légitimité d’une morale laïque déconfessionnalisée, indépendante de la religion et du dogme, est l’une des questions centrales des guerres scolaires. Ce commentaire de l’auteur sur le programme officiel des classes de cours moyen est à cet égard significatif, tout comme la mention selon laquelle la « religion doit rester une affaire privée », trois ans après la loi de séparation des églises et de l’Etat, survenue en 1905.

Jules Payot, La morale à l’école (1908). La légitimité d’une morale laïque déconfessionnalisée, indépendante de la religion et du dogme, est l’une des questions centrales des guerres scolaires. Ce commentaire de l’auteur sur le programme officiel des classes de cours moyen est à cet égard significatif, tout comme la mention selon laquelle la « religion doit rester une affaire privée », trois ans après la loi de séparation des églises et de l’Etat, survenue en 1905.

Une approche rationaliste, relativiste et historiciste du fait religieux, privilégiant la tolérance

Albert Bayet, op. cit. L’auteur affirme le droit de chacun à la liberté de conscience, qui inclut le droit de choisir la religion « qui plaît le plus », ou bien le droit de n’en avoir aucune. Il fonde le principe de tolérance sur le caractère inconnaissable scientifiquement, indémontrable, des discours religieux, et accuse implicitement l’Eglise catholique (mais probablement aussi toute forme de religion) de porter en elle-même les germes d’une hégémonie brutale et de l’intolérance. L’approche du fait religieux est rationaliste, relativiste et historiciste, et privilégie la tolérance. Vingt ans plus tôt, lors de la première guerre scolaire, Gabriel Compayré, dans ses Eléments d’éducation physique et morale, présente, dans une perspective spiritualiste, l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme hors de tout dogme et de toute religion constituée. La piété n’est pas fondée sur des observances et des rites, mais sur le devoir moral.

Albert Bayet, op. cit. L’auteur affirme le droit de chacun à la liberté de conscience, qui inclut le droit de choisir la religion « qui plaît le plus », ou bien le droit de n’en avoir aucune. Il fonde le principe de tolérance sur le caractère inconnaissable scientifiquement, indémontrable, des discours religieux, et accuse implicitement l’Eglise catholique (mais probablement aussi toute forme de religion) de porter en elle-même les germes d’une hégémonie brutale et de l’intolérance. L’approche du fait religieux est rationaliste, relativiste et historiciste, et privilégie la tolérance. Vingt ans plus tôt, lors de la première guerre scolaire, Gabriel Compayré, dans ses Eléments d’éducation physique et morale, présente, dans une perspective spiritualiste, l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme hors de tout dogme et de toute religion constituée. La piété n’est pas fondée sur des observances et des rites, mais sur le devoir moral.

La question des origines de l’homme

Albert Bayet, op. cit. Les manuels de morale, d’instruction civique et d’histoire, sans reconnaître explicitement une origine animale à l’homme, dans le sillage de l’Evolution darwinienne, laïcisent cependant la question de ses origines, en popularisant l’image de l’ « homme des cavernes », en butte à une nature sauvage et hostile dont il essaie de se rendre comme maître et possesseur. Ce faisant, l’école républicaine, en favorisant un pendant au récit biblique (l’homme fils de Dieu), l’inscrit dans le « roman national » qu’elle promeut, et manifeste sa confiance dans la marche de l’humanité vers la civilisation et le progrès grâce à la raison.

Albert Bayet, op. cit. Les manuels de morale, d’instruction civique et d’histoire, sans reconnaître explicitement une origine animale à l’homme, dans le sillage de l’Evolution darwinienne, laïcisent cependant la question de ses origines, en popularisant l’image de l’ « homme des cavernes », en butte à une nature sauvage et hostile dont il essaie de se rendre comme maître et possesseur. Ce faisant, l’école républicaine, en favorisant un pendant au récit biblique (l’homme fils de Dieu), l’inscrit dans le « roman national » qu’elle promeut, et manifeste sa confiance dans la marche de l’humanité vers la civilisation et le progrès grâce à la raison.

Jules Payot, op. cit. Idem.

Jules Payot, op. cit. Idem.

Une campagne d’opinion

Du côté catholique, une campagne d’opinion se met en place à deux reprises : mandements d’évêques, prêches hostiles, menaces de refus des sacrements (et notamment de la première communion), retraits d’élèves de l’école publique au profit de l’enseignement libre, pressions diverses exercées sur les instituteurs, destruction ou confiscation des ouvrages incriminés, etc. Bien évidemment, l’existence ou l’intensité de ce conflit est très variable selon les régions. Mais les deux guerres scolaires finissent par s’apaiser, la seconde connaissant quelques soubresauts localisés jusqu’en 1914. Comme le dit Jean-François Condette : « En 1908-1910, le camp catholique utilise assurément l’affaire des manuels scolaires pour renforcer la structuration de son système scolaire et pour débaucher le maximum d’élèves de l’école libre. Se devine dans ces conflits autour de quelques livres, une forte opposition entre deux systèmes de valeur et deux modes de socialisation des hommes, celui de l’Eglise et celui de l’Etat républicain laïc. C’est qu’il s’agit d’abord de former par l’Ecole, soit un citoyen raisonnable de la République française, soit un fidèle pour l’Eglise et pour la Cité de Dieu ».

E. Devinat, op. cit. Cette préface, datée de la rentrée 1911, et donc immédiatement postérieure au gros de la seconde guerre scolaire (1909-1910), présente les justifications de l’auteur. Les deux principaux griefs qui lui sont adressés sont : « Ce livre aurait-il manqué à la vérité ? Aurait-il manqué à la neutralité religieuse ? ». L’auteur oppose une fin de non-recevoir à ces accusations, arguant de la vérité historique et de sa bonne foi, et ne concédant que des « raccourcis », jugés inévitables dans un manuel de l’enseignement primaire. Du reste, il s’adresse aux consciences « tant soit peu éclairées et réfléchies », c’est-à-dire aux personnes de bonne volonté, en dehors de tout esprit de parti et de tout fanatisme (un portrait en creux de ses accusateurs ?), et affirme fermement son ancrage républicain. Il résume sa pensée en une formule : « Que [notre ouvrage] soit attaqué, peu importe : ce que nous avons voulu, c’est qu’il ne le fût pas justement ».

E. Devinat, op. cit. Cette préface, datée de la rentrée 1911, et donc immédiatement postérieure au gros de la seconde guerre scolaire (1909-1910), présente les justifications de l’auteur. Les deux principaux griefs qui lui sont adressés sont : « Ce livre aurait-il manqué à la vérité ? Aurait-il manqué à la neutralité religieuse ? ». L’auteur oppose une fin de non-recevoir à ces accusations, arguant de la vérité historique et de sa bonne foi, et ne concédant que des « raccourcis », jugés inévitables dans un manuel de l’enseignement primaire. Du reste, il s’adresse aux consciences « tant soit peu éclairées et réfléchies », c’est-à-dire aux personnes de bonne volonté, en dehors de tout esprit de parti et de tout fanatisme (un portrait en creux de ses accusateurs ?), et affirme fermement son ancrage républicain. Il résume sa pensée en une formule : « Que [notre ouvrage] soit attaqué, peu importe : ce que nous avons voulu, c’est qu’il ne le fût pas justement ».

Les guerres scolaires rebondissent plusieurs fois au cours du XXe siècle : en 1924-1925, sous le Cartel des Gauches, dirigé par Edouard Herriot, dont le programme est fortement anticlérical ; en 1959, lors du vote de la loi Debré permettant le financement par l’Etat de l’enseignement libre sous contrat ; en 1984, autour du projet de loi Savary sur un « grand service public unifié et laïque de l’Education nationale » ; enfin, en 1993, lors de la révision envisagée de la loi Falloux. La question, passionnelle, n’est toujours pas close.

Billet rédigé par Jérémy Del Bel

Bibliographie

Jean Baubérot, Histoire de la laïcité en France, Collection « Que sais-je ? », PUF, Paris, 2004.

Jean Baubérot, « La morale laïque sous la IIIe République », in Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin (dir.), Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux, Riveneuve Editions, Paris, 2014.

Jean-François Condette, « Les deux guerres des manuels scolaires dans le Nord et le Pas-de-Calais (1882-1883 et 1908-1910) », in Jean-François Condette (dir.), Education, religion, laïcité (XVIe-XXe s.), Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Institut de recherches historiques du septentrion, Centre de gestion de l’édition scientifique, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 2010.

Johann-Günther Egginger, « Entre science et croyance ? La réception de la notion polémique d’évolution humaine dans l’enseignement des sciences à l’école (1859-1914) », in Jean-François Condette (dir.), Education, religion, laïcité (XVIe-XXe s.), op. cit.

Pierre Kahn,  « Les laïcités de l’école républicaine », in Vincent Troger (dir.), Une histoire de l’Education et de la formation, Collection « Les dossiers de l’éducation », Sciences humaines éditions, 2006.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *