L’histoire sainte à l’école au XIXe siècle

  • 8-Couv-du-Bénard
  • 3-Histoire-du-peuple-de-Dieu(1)
  • 4-Histoire-du-peuple-de-Dieu(2)
  • 5-Histoire-sainte-Q-R
  • 6-Mémento-bac-1833-(1)
  • 7-Mémento-bac-1833-(2)
  • 1-histoire-sainte-mise-à-la-portée-des-enfants
  • 2-histoire-sainte
  • 9-Bénard---table-des-matieres
  • 10-Bénard-pages-18-19
  • 14-Carte-paradis-terrestre
  • 15-chronologie
  • 11-Jonas
  • 12-Naissance-du-Christ
  • 13-Bapteme
  • 16-Jardin-d'Eden
  • 17-Arche-d-alliance

La bibliothèque Diderot de Lyon possède, dans son fonds de manuels scolaires, une série d’histoires saintes, rédigées par des auteurs catholiques ou protestants, dont certaines furent en usage dans les classes au XIXe siècle.

1-histoire-sainte-mise-à-la-portée-des-enfants

(1852)

2-histoire-sainte

(1899)

 

 

 

 

 

 

 

 

3-Histoire-du-peuple-de-Dieu(1)

(non daté – XXe siècle)

 

4-Histoire-du-peuple-de-Dieu(2)

(1950)

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que l’histoire sainte ? 

L’histoire sainte est un ouvrage spécialement rédigé à l’attention des enfants, qui condense et adapte pour eux les principaux épisodes de la Bible, Ancien et Nouveau Testament. L’auteur peut procéder, selon la forme traditionnelle du catéchisme, par questions et réponses, ou par exposés narratifs, ou encore mêler les deux méthodes. La place réservée à l’iconographie (gravures) est variable, mais va croissant dans le dernier tiers du XIXe siècle.

5-Histoire-sainte-Q-R

Exemple d’histoire sainte par questions et réponses (1879)

L’histoire sainte, une matière scolaire

6-Mémento-bac-1833-(1)

Fiches d’histoire ancienne et d’histoire sainte, tirées d’un Mémento à l’usage des candidats au baccalauréat ès-Lettres de 1834

7-Mémento-bac-1833-(2)

Idem

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XIXe siècle, avant la loi sur la laïcité de l’enseignement public de 1882, elle constitue une matière scolaire à part entière, tant de l’enseignement primaire que de l’enseignement secondaire. Mais sa position s’érode progressivement à partir du Second Empire. Le primat est en effet donné à l’histoire de France. Par ailleurs, l’histoire ancienne se laïcise avec la diffusion du darwinisme et des études sur la préhistoire. Quelques « best-sellers » marquent le genre : des ouvrages parfois anciens, mais toujours en usage, tels que le Catéchisme historique de l’abbé Fleury (1679), ou l’Abrégé de l’histoire sainte et du catéchisme du pasteur Ostervald (1734), ou plus récents, tels que l’Histoire sainte par demandes et par réponses, du Père Loriquet (1816).

Le Bénard, un manuel d’histoire sainte à la présentation particulièrement soignée

8-Couv-du-Bénard

En 1874, Théodore Bénard, « chef du premier bureau de l’enseignement primaire » au ministère de l’Instruction publique, et auteur depuis les années 1850, seul ou en collaboration, d’une série de manuels et d’une encyclopédie à destination du jeune public scolaire, publie Textes et récits d’histoire sainte (première année), ouvrage particulièrement intéressant du point de vue formel en ce qu’il synthétise un certain nombre d’évolutions pédagogiques alors en cours : clarification et structuration de la mise en page, place grandissante laissée à l’iconographie, etc. A en juger par la liste impressionnante des approbations épiscopales reproduites en début d’ouvrage, dont certaines sont très positives, et le nombre de ses rééditions (15 en 1881), ce manuel semble être tout à la fois une réussite pédagogique et un succès éditorial.

Un condensé de l’Ancien et du Nouveau Testament à destination des jeunes enfants

9-Bénard---table-des-matieres

Sur un total de 152 pages, les Textes et récits d’histoire sainte consacrent 119 pages à l’Ancien Testament, 19 au Nouveau Testament, et 2 à l’histoire ecclésiastique. D’après H.-C. Rulon et Ph. Friot, cette prédominance des textes vétérotestamentaires s’explique : « le règlement-modèle de 1851 faisait aux instituteurs une obligation de faire apprendre chaque semaine aux élèves l’évangile du dimanche suivant. Ils avaient donc ainsi une certaine connaissance du Nouveau Testament, grâce à quoi ils pouvaient plus longuement étudier l’Ancien ».

L’ouvrage relate, en autant d’exposés narratifs, les principaux épisodes de l’Ancien Testament (qui contient ici les livres deutérocanoniques de Tobie et des Maccabées). Mais il fait l’impasse sur les Psaumes, et n’évoque que succinctement la Loi mosaïque et les prophètes. Les développements consacrés au Nouveau Testament sont presque entièrement factuels : la doctrine chrétienne n’y est pratiquement pas évoquée, sauf l’idée, fondamentale, de Rédemption. Enfin, le dernier chapitre, qui porte sur  l’Eglise de Jésus-Christ de la Pentecôte au Concile de Trente du XVIe siècle, se place dans une perspective résolument catholique, et qualifie notamment le protestantisme de « funeste hérésie de Luther ».

Un remarquable effort pédagogique de présentation

10-Bénard-pages-18-19

L’ouvrage de Théodore Bénard se signale surtout par la qualité, la clarté et le souci pédagogique de sa présentation matérielle. La mise en page est aérée et structurée (polices de tailles différentes, séparations horizontales). Tout semble pensé pour favoriser la curiosité, la compréhension et la mémorisation. Les outils pédagogiques sont nombreux : outre des cartes, des chronologies et des tableaux récapitulatifs, un lexique des mots difficiles (« carquois », « échanson », « Pâque », « sabbat »), des sujets de devoirs à rédiger (« Punition d’Adam et d’Eve et promesse d’un Rédempteur », « Quels sont les cinq livres de Moïse? », « Relevez, dans l’Ancien Testament, toutes les prophéties relatives à la venue du Messie »). Par ailleurs, bien que l’auteur opte pour le procédé de l’exposé narratif, les traditionnelles questions ne sont pas absentes, mais figurent en bas de page.

14-Carte-paradis-terrestre

15-chronologie

La datation de la création du monde en l’an 4963 av. J.C. semble provenir de l’ouvrage « L’art de vérifier les dates des faits historiques », publié en 1750 par le bénédictin Charles Clémencet. Elle est adoptée dans beaucoup d’ouvrages au début du XIXe siècle, concurremment avec la célèbre datation en 4004 av. J.C., due à l’archevêque anglican du XVIIe siècle, James Ussher, que Bossuet utilise dans son Discours sur l’Histoire universelle de 1681.

Une iconographie soignée

11-Jonas

12-Naissance-du-Christ13-Bapteme

 

 

 

 

 

 

 

L’iconographie est elle aussi particulièrement soignée. Les gravures, de grande taille (elles occupent en général près de la moitié d’une page) reproduisent une vingtaine d’œuvres dues à l’un des grands peintres religieux du XIXe siècle, Hippolyte Flandrin (1809-1864). La légende des illustrations contient systématiquement une référence scripturaire, et met explicitement en relation des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament, à titre de préfiguration ou d’accomplissement, pour aider les élèves à faire des liens et à en percevoir l’unité. Dieu y est représenté sous une forme anthropomorphique, ce qui est, littéralement, contraire au dogme catholique, mais qui s’inscrit alors dans une longue tradition artistique (et pédagogique), codifiée et perçue comme métaphorique.

16-Jardin-d'Eden17-Arche-d-alliance

 

 

 

 

 

 

 

Il est intéressant d’observer que 130 ans après la disparition de l’histoire sainte des programmes de l’enseignement public avec les lois Ferry de 1881-1882 (école publique gratuite et laïque, et instruction obligatoire jusqu’à l’âge de 13 ans), la question d’un enseignement, non plus de l’histoire sainte, mais du « fait religieux » à l’école laïque rebondit en ce début de XXIe siècle, pour palier ce qui est perçu comme une inculture religieuse grandissante, et désamorcer les fondamentalismes. Or, c’est là ce que préconisait en substance, dans son édition de 1911, l’article « histoire sainte » du célèbre Dictionnaire pédagogique dirigé par Ferdinand Buisson, « Bible » des instituteurs de la « Laïque » pendant des décennies.

Billet rédigé par Jérémy Del Bel

Bibliographie

BRUTER Annie et MARCHAND Philippe, « Grandeur et décadence d’une matière d’enseignement, l’histoire sainte », in LALOUETTE Jacqueline et alii, Les religions à l’école, Europe et Amérique du Nord, XIXe-XXIe siècles, Editions Letouzey et Ané, Paris, 2011.

MARCHAND Philippe, « L’histoire sainte dans l’enseignement secondaire public en France : les ouvrages (1802-1880) », in PARMENTIER Isabelle (dir.), Livres, éducation et religion dans l’espace franco-belge, XVe-XIXe s., Actes de la journée d’étude du 29 février 2008 tenue aux FUNDP Namur dans le cadre du Programme pluriformations « Religion et éducation dans la France du Nord et des ‘Provinces belgiques’ du XVIe siècle à nos jours », Presses Universitaires de Namur, Namur, 2009.

RULON H.-C. et FRIOT Ph., Un siècle de pédagogie dans les écoles primaires (1820-1940), Histoire des méthodes et des manuels scolaires utilisés dans l’Institut des Frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel, Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1962.

SAINT-MARTIN Isabelle, Voir, savoir, croire : catéchismes et pédagogie par l’image au XIXe siècle, Editions Honoré Champion, Paris, 2003.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 mars 2016

    […] Source : L’histoire sainte à l’école au XIXe siècle – Interfaces. Livres anciens de l’Universi… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *