Les « guides » pour les jardins botaniques médicaux

  • Jardin botanique (1)
  • Jardin botanique (6)
  • Jardin botanique (2)
  • Jardin botanique (11)
  • plan
  • plan1
  • Jardin botanique (5)
  • Jardin botanique (4)
  • Jardin botanique (7)
  • Plan du Jardin botanique
  • Jardin botanique (9)
  • Jardin botanique (8)
  • Jardin botanique (10)
  • plan 2

En France comme dans les autres pays d’Europe, la fondation de jardins botaniques pour l’enseignement médical remonte au XVIème siècle (Paris, Montpellier, Bologne, Heidelberg, Leyde, etc.).

Jardin botanique (2)

fig.1.Plan du jardin des apothicaires. Guignard, Léon. Centenaire de l’École supérieure de pharmacie de l’Université de Paris.Paris : Joanin et Cie, 1904. Cote 11542

L’histoire du Jardin des Apothicaires de Paris (1577), donnant sur la rue de l’Arbalète, est retracée dans le volume du Centenaire de l’École supérieure de Pharmacie de Paris. Le « jardin » concerné, où l’on enseigne la botanique, la matière médicale et la chimie, devient sous le Consulat l’École supérieure de Pharmacie de Paris (1803). Puis, l’établissement quitte la rue de l’Arbalète – avec ses plantations – pour rejoindre le Luxembourg (1882). Peu de temps après (1890), le professeur de botanique Léon Guignard (1852-1928) publie un guide du jardin de l’établissement, destiné aux étudiants. L’ouvrage, qui inclut un plan des cultures, connaîtra plusieurs éditions. Celle de 1903 coïncide avec le centenaire de l’École.

Jardin botanique (1)

Plan. Guignard, Léon. Le Jardin botanique de l’École supérieure de Pharmacie de Paris. Paris : Maloine, 1903. Cote 41466

Le Jardin botanique de la Faculté de Médecine de Paris (1506) bénéficie à ses débuts des soins éclairés de Jean Robin (1550-1629) « arboriste » ou « simpliciste » du roi et de son fils Vespasien (1579-1662). Bien plus tard, le médecin botaniste Henri Baillon (1827-1895) – un temps chargé du cours d’histoire naturelle à la faculté – décrit le jardin dans un « guide » destiné aux étudiants (1884).

Jardin botanique (6)

Page de titre

plan 2

Plan. Baillon, Henri. Le jardin botanique de la Faculté de Médecine de Paris. Paris : Doin, 1884. Cote 39145

Il sera question, dans ce qui suit, d’un petit ouvrage semblable à ceux de Guignard et de Baillon. L’ouvrage concerne le jardin de la faculté mixte de médecine et pharmacie de Lyon. C’est en 1888, soit onze ans après la création de la faculté elle-même, que les plantations sont réalisées sur le quai Claude Bernard. Le jardin s’étend sur 3000 m2 et abrite à ses débuts près de 900 espèces végétales, fournies essentiellement par le Parc de la Tête-d’Or. Le concepteur et maître d’œuvre des plantations est le professeur Georges Eugène Charles Beauvisage (1852-1925). Ce dernier évoque l’installation du jardin dans les Annales de la Société Botanique de Lyon et dans son Exposé des titres et travaux scientifiques.

Jardin botanique (5)

Portrait. Pl.IV. Guiart, Jules. L’Ecole médicale lyonnaise. Paris: Masson, 1941. Cote 202401

Fils d’un haut fonctionnaire parisien, Beauvisage est docteur en médecine (1881) et pharmacien de première classe (1891). Il devient, au terme d’un brillant cursus universitaire, professeur titulaire de la chaire de « Matière médicale et Botanique » de la faculté mixte (1903). Parallèlement, Beauvisage mène une carrière politique qui le conduit jusqu’au sénat (1909).

Jardin botanique (4)

Pl.2. Beauvisage, Georges. Contribution à l’étude des origines botaniques de la Gutta-Percha. Paris: Carpentier.1881. Cote 137047/1881/2

Cet expert en anatomie et histologie végétales étudie les organes de diverses espèces – comme l’Igname ou la Belladone – et applique l’observation des structures microscopiques à la diagnose des drogues – Gutta-Percha, Ipeca, etc. Il s’intéresse aussi à la tératologie et aux galles végétales, aux bois des sarcophages égyptiens et à la toxicité des graines de ricin.

Beauvisage accorde le plus grand soin au Jardin de la faculté mixte. Il lui adjoint, dès 1889, un indispensable complément pédagogique en publiant un Guide des étudiants en médecine et en pharmacie et des élèves herboristes (1889) de 75 pages. Le Guide connaîtra sept rééditions : la première est datée de 1909 et Philippe-Marie Bretin (1874-1931), élève puis successeur de Beauvisage, supervisera la sixième en 1929. En 1939, le jardin de la faculté mixte ayant été transféré sur le site Rockefeller, le Pr. Louis Revol (1905-1981) publie une huitième édition du Guide, pour adapter le texte de Beauvisage aux nouvelles plantations. Il sera uniquement question, dans ce qui suit, de l’édition originale du Guide – la première.

Jardin botanique (7)

Page de titre

Au Guide se trouve annexé un plan/dépliant du Jardin, montrant des plates-bandes disposées en arcs de cercles concentriques autour d’un bassin circulaire. Tout se passe comme si un disque végétalisé – avec le bassin pour centre géométrique – était divisé en quatre quarts (ou secteurs), chacun fragmenté en six bandes. Les plantes arbustives forment les quatre angles du quadrilatère dans lequel s’inscrit le disque : ainsi, leurs branches ne peuvent pas faire de l’ombre aux plantes herbacées.

Plan du Jardin botanique

Beauvisage, Georges. Guide des étudiants en médecine et en pharmacie et des élèves herboristes au Jardin botanique de la Faculté de Lyon. Lyon : Librairie Générale Henri Georg, 1889. Cote 39554

Les quatre secteurs et les quatre angles sont chacun orientés vers l’un des points cardinaux. « Dans chacun des quatre secteurs Nord, Ouest, Sud et Est, les plates-bandes sont numérotées en direction centripète, la plate-bande I étant la plus extérieure, et la plate-bande VI la plus intérieure » (p. 7). La numérotation figure seulement dans le texte, pas sur le plan. Sur ce dernier apparaissent les noms des familles de végétaux cultivées (Ombellifères, Crucifères, Solanacées, Graminées, Légumineuses, Labiées, Composées, Papavéracées, etc.).

Le texte du Guide est entièrement structuré – quant à son plan – par la systématique. Logiquement, le premier chapitre est donc dévolu aux Cryptogames vasculaires, qui sont des plantes sans fleurs (Fougères, Prêles, Lycopodes). Ensuite viennent les plantes à fleurs ou Phanérogames, principalement les Angiospermes (Monocotylédones et Dicotylédones), dont la description constitue l’essentiel de l’ouvrage.

Comme le précise Beauvisage en introduction, les caractères utilisés pour classer les espèces sont ceux – à peine modifiés – de la « méthode naturelle » de Bernard et Antoine-Laurent de Jussieu. Il s’agit de critères anatomiques, relevant d’une « organographie élémentaire » qui est supposée connue du lecteur (p. 11). Malgré le rappel de quelques notions de base, comme la composition de la fleur des Phanérogames (p. 20), les descriptions anatomiques – et leurs abréviations lexicales – peuvent dérouter le non spécialiste.

Jardin botanique (8)

Page du Guide de Beauvisage

Grâce aux clés anatomiques de détermination systématique, le lecteur peut s’acheminer pas à pas vers le nom de genre – les espèces ne sont pas mentionnées – d’une plante donnée. La filiation taxinomique du Fenouil (Foeniculus), par exemple, est la suivante : Phanérogames – Angiospermes – Dicotylédones – Dialypétales – Inférovariées – Ombellifères – Peucédanées.

La référence au plan/dépliant permet ensuite de localiser la plante d’intérêt dans les plates-bandes du Jardin. En effet, les genres et leurs familles sont repérés – sur le papier et sur le terrain – grâce à un système de coordonnées : Ombellifères (Est, II et III), Géraniacées (Sud III), Rutacées (Sud IV et Angle Sud), Hélianthées (Est VI), etc.

Jardin botanique (10)

Table des matières du Guide de Beauvisage

 

 

La table des matières du Guide répertorie les familles végétales et renvoie le lecteur aux pages où elles sont présentées.

 

 

 

 

 

Enfin, l’auteur adjoint à la botanique pure des précisions d’ordre thérapeutique, industriel ou même ornemental. Par exemple, les Ombellifères sont des « plantes riches en oléo-résine ou gomme-résine, parfois en alcaloïdes, aromatiques, balsamiques, antispasmodiques, stimulantes, condimenteuses, dépuratives, carminatives, purgatives, vésicantes, toxiques-stupéfiantes, parfois alimentaires » (p. 56).

Jardin botanique (9)

Page du Guide de Beauvisage

Tous les aspects qui viennent d’être mentionnés expliquent le rôle important joué par le Guide de Beauvisage : celui d’un véritable best-seller pédagogique, auprès du public estudiantin de la faculté mixte de Lyon. Mais, le rayonnement de l’ouvrage s’étend aujourd’hui beaucoup plus loin, puisque « dans le cadre d’un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l’ensemble du patrimoine littéraire mondial en ligne », une copie numérique est disponible sur internet. Elle a été réalisée à partir d’un exemplaire du Guide conservé à Harvard… une université dont la fière devise : « Veritas » s’applique parfaitement aux travaux de Beauvisage.

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1

Bibliographie

Allain, Yves-Marie. Une histoire des jardins botaniques – entre science et art paysager. Versailles : Quae, 2012.

Baillon, Henri. Le jardin botanique de la Faculté de Médecine de Paris : guide des élèves en médecine et des personnes qui étudient la botanique élémentaire et les familles naturelles des plantes. Paris : Doin, 1884.

Beauvisage, Georges. « Le jardin botanique de la faculté de médecine de Lyon et la méthode naturelle ». Annales de la Société Botanique de Lyon. 1888, p.163-196.

Beauvisage, Georges. Guide des étudiants en médecine et en pharmacie et des élèves herboristes au Jardin botanique de la Faculté de Lyon. Lyon : Librairie Générale Henri Georg, 1889.

Beauvisage, Georges. Exposé des titres et travaux scientifiques. Lyon : Association typographique, 1891.

Beauvisage, Georges, Philippe Bretin et Revol, Louis. Le Jardin botanique de la Faculté de Médecine et Pharmacie de Lyon. Trévoux : Imprimerie G. Pâtissier, 1939.

Bouvet, Maurice. « Les anciens jardins botaniques médicaux de Paris ». Revue d’Histoire de la Pharmacie, 1947, n°119, p. 221-228.

Guignard, Léon. Le Jardin botanique de l’École supérieure de Pharmacie de Paris : résumé des caractères des familles végétales avec la liste des plantes cultivées en pleine terre et dans les serres et un plan du jardin. Paris : Maloine, 1903.

Guignard, Léon (sous la dir.). Centenaire de l’École supérieure de pharmacie de l’Université de Paris, 1803-1903. Paris : Joanin et Cie, 1904.

Prévost, Michel ; Roman D’Amat, Jean-Charles, Dictionnaire de Biographie Française, vol. V. Paris : Librairie Letouzey & Ane, 1948.

Maître, Cécile. Les premiers professeurs de la faculté de pharmacie de Lyon. Thèse de Pharmacie: Lyon 1: 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *