Plantes et soleil: le risque phototoxique

  • Plantes (10)
  • aneth
  • Plantes (11)
  • fenouil
  • persil
  • angelique
  • angelique (2)
  • Daucus
  • fenouil (2)
  • Plantes (14)
  • aneth (2)
  • angelique
  • Plantes (10)
  • Plantes (15)
  • Hypericum
  • persil (2)

RAYONFINAL-145KToujours à l’occasion de l’Année Internationale de la lumière, le billet du blog propose ce mois-ci de découvrir certaines plantes phototoxiques à travers les planches des ouvrages du fonds ancien de la BU.

La lumière est parfois dangereuse pour notre santé. Ainsi, une exposition au soleil, associée à la manipulation de certaines plantes, est susceptible d’entraîner un phénomène pathologiques particulier : la « phototoxicité ». Cliniquement traduite par des lésions inflammatoires de la peau (« dermites »), celle-ci est due à des réactions photochimiques impliquant des composés naturellement présents dans les végétaux. Les molécules dangereuses sont des furocoumarines (psoralène, bergaptène, angélicine) ou un pigment rouge présent dans le Millepertuis, l’hypéricine. Les dermites phototoxiques (ou « phytophotodermatoses ») sont bien connues des professionnels qui manipulent des plantes : maraîchers, fleuristes, agriculteurs, jardiniers, horticulteurs ou forestiers.

L’élucidation des mécanismes moléculaires de la « phytophototoxicité » est récente. Pendant longtemps, seules étaient connues les dermatites irritatives dues à un contact avec les poils ou les épines de végétaux, comme les orties (cf. Bretin dans la Bibliographie). Les plantes contenant des principes phototoxiques se trouvaient pourtant décrites et représentées dans de nombreux traités, soit à des fins purement botaniques, soit en raison d’applications médicales ou industrielles.

Cette observation sera illustrée, par des gravures sur bois provenant du De historia stirpium commentarii insignes  (Commentaires remarquables sur l’histoire des plantes) – de Leonhart Fuchs, magnifique folio du XVIème siècle considéré comme le premier ouvrage de botanique pouvant être qualifié de « scientifique», ainsi que par une planche de l’ouvrage de Joseph Roques Phytographie médicale: histoire des substances héroïques et des poisons, publié en 1835. Ces deux ouvrages sont numérisés et accessibles en ligne (voir bibliographie).

La troisième source est un traité de matière médicale en deux volumes, intitulé Les drogues simples d’origine végétale. Publié entre 1895 et 1896, le traité a pour auteurs Gustave Planchon (1833-1900), professeur d’« Histoire naturelle des médicaments » à l’École supérieure de Pharmacie de Paris et son préparateur Eugène Collin (1845-1919). Dans l’« Avant-Propos », daté du 20 octobre 1894, Planchon rend hommage à Collin, qui « a surtout fait une remarquable série de dessins représentant, d’après des échantillons authentiques de notre droguier et des préparations faites de sa main, les caractères et la structure anatomique des substances ». Les nombreuses figures en noir et blanc qui illustrent les Drogues simples témoignent, en effet, d’une grande finesse d’observation et d’un incontestable don artistique.

Plantes (11)

Fig. 816 racine d’angélique. Cote 40074

Les sources choisies ici – parmi tant d’autres – offrent des informations sur trois familles de plantes particulièrement importantes en matière de phytophototoxicité : les Apiacées ou Ombellifères, les Rutacées et les Hypéricacées. Les extraits empruntés à l’ouvrage de Planchon et Collin figurent entre guillemets.

Dans la famille des Apiacées, plusieurs genres alimentaires incluent des espèces phototoxiques:

Anethum (Aneth),

 

aneth

Pl.30. Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. 1542. Cote 1646Anethum (Aneth),

 

 

 

 

 

 

 

fenouil

Pl. 501 Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. 1542. Cote 1646

Foeniculum (Fenouils),

 

 

 

 

 

 

 

 

 

persil (2)

Pl. 655 Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. 1542. Cote 1646

Petroselinum (Persils),

 

 

 

 

 

 

 

 

 

angelique (2)

Pl. 124 Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. 1542. Cote 1646

Angelica (Angéliques),

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Daucus

Pl. 231 Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. 1542. Cote 1646

Apium (Céleris), Daucus (Carottes)

.

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart de ces plantes fournissent à la matière médicale des huiles essentielles aromatiques. Identifiable macroscopiquement par ses fleurs, feuilles et fruits  et microscopiquement même après pulvérisation, « le Fenouil est employé comme carminatif et entre dans la préparation de certaines liqueurs de table ». Son essence « est incolore ou d’un jaune pâle. Son odeur rappelle celle des fruits, sa saveur est douce et très aromatique ».

fenouil (2)

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale. 1895-1896. Cote 40074

Plantes (14)

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale. 1895-1896. Cote 40074

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De même, les fruits d’Aneth  sont « carminatifs, stimulants et aromatiques. Ces fruits renferment 3 p. 100 d’une essence hydrocarbonée, dont l’odeur rappelle un peu celle du citron ».

aneth (2)

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale. 1895-1896. Cote 40074

angelique

Pl.84, Angélique. Roques, Joseph. Phytographie médicale. 1835. Cote 35693

L’Angélique vraie (Angelica archangelica), qui pousse près des points d’eau, est susceptible de provoquer une « dermite des baigneurs » .

Sa racine est « tonique, excitante, stomachique, sudorifique et emménagogue. Elle entre dans la préparation d’un grand nombre de liqueurs digestives ».

Plantes (10)

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale. 1895-1896. Cote 40074

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre grande famille de plantes phytophototoxiques est celle des Rutacées, à laquelle appartiennent les Citrus (Bergamotier, Oranger amer, Citronnier, Cédratier, Mandarinier). Ces plantes fournissent des essences aux fragrances délicates. Ainsi, l’essence de Citron (Citrus limonum Risso), « produite  à Menton et à Nice, en France, […] est fluide, faiblement colorée en jaune, d’un aspect un peu louche. Elle a un parfum très agréable et une saveur un peu amère et aromatique ». L’essence de Bergamote est « fournie par les fruits du Citrus bergamia, var. vulgaris Risso », un « petit arbre cultivé industriellement en Italie et particulièrement à Messine et à Reggio […]. La matière cristallisée qu’elle laisse déposer, après sa préparation, a reçu le nom de Bergaptène ». Aujourd’hui, la structure du bergaptène, une furocoumarine également présente chez d’autres Citrus, a été décrite avec précision. L’écorce dorée des hespérides dissimule donc des secrets, que dévoilent le chimiste et le toxicologue.

Plantes (15)

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale. 1895-1896. Cote 40074

Actuellement, le Millepertuis (Hypericum perforatum) est rattaché par les taxinomistes à la famille des Hypéricacées ou à celle des Clusiacées. Ses sommités fleuries « contiennent deux matières colorantes : l’une jaune, soluble dans l’eau, localisée surtout dans les pétales, l’autre rouge, résineuse, soluble dans l’alcool et renfermée dans les stigmates et le fruit […]. Elles ont été utilisées dans le catarrhe vésical et comme vermifuges ; elles possèdent des propriétés balsamiques, stimulantes, qu’on pourrait mettre à profit dans les catarrhes pulmonaires chroniques ; elles servent à préparer l’huile d’hypericum qu’on a vantée contre les otites ».

Hypericum

Pl. 831. Fuchs, Leonhart. De historia stirpium. 1542. Cote 1646

Pour conclure, nous remarquerons que les composés responsables de la phototoxicité de certaines plantes illustrent bien la porosité de la frontière qui sépare le médicament du toxique. Les furocoumarines sont utilisées, en association avec les rayons ultraviolets, pour traiter le psoriasis ou l’eczéma (« PUVA-thérapie »). Quant à l’hypéricine, elle possède des propriétés antimicrobiennes et antidépressives. Des substances aux potentialités toxiques avérées revêtent donc, en l’occurrence, un intérêt thérapeutique.

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 en collaboration avec Livia Rapatel.

Bibliographie:

Bedane, Christophe. Photodermatologie, Société Française de Dermatologie. Paris : Arnette, 2008.

Bretin, Philippe. Contribution à l’étude de l’origine végétale de certaines dermatites, Thèse de doctorat en médecine. Lyon : Rey, 1909.

Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. Bâle : Officina Isingriniana, 1542. Disponible en ligne [consulté le 10 novembre 2015]

Planchon, Gustave ; Collin, Eugène. Les drogues simples d’origine végétale, T. 1-2. Paris : Doin, 1895-1896.

Robin, Marion. Les plantes photosensibilisantes. Thèse de Doctorat d’État en Pharmacie, Limoges, 2011.

Roques, Joseph. Phytographie médicale. Histoire des substances héroïques et des poisons. Paris : Cornon et Blanc, 1835. Disponible en ligne [consulté le 10 novembre 2015]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *