Histoire d’un ouvrage qui fut écrit par un petit maître et qui appartint à un grand artiste

  • Cezanne_2
  • Cezanne_1
  • Cezanne_3
  • Cezanne_5
  • Cezanne_6
  • Cezanne_7
  • Cezanne_8
  • Cezanne_9

Un livre rare à plus d’un titre

La bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) possède au sein de ses collections patrimoniales un ouvrage que les libraires d’antiquariat considèrent comme un livre rare. Il s’agit d’un ouvrage intitulé Nouveau cours élémentaire de coloris et d’aquarelle suivi de considérations sur la peinture orientale d’un dénommé Couleru.

Toutefois, ce n’est pas le peu d’exemplaires qu’il reste de cet ouvrage qui en fait un objet précieux mais bel et bien sa provenance. Les bibliothèques, qui possèdent des fonds patrimoniaux telle que la BDL, sont en effet très attentives aux marques de propriété que recèlent leurs ouvrages. Savoir à qui a appartenu un livre est en effet une source de renseignements très utile pour les historiens. C’est ainsi qu’un des deux ouvrages signé Couleru que possède la bibliothèque Diderot de Lyon a appartenu à Paul Cézanne.

Un illustre possesseur

Paul Cézanne est né à Aix-en-Provence, le 19 janvier 1839. Il a vécu dans un milieu aisé (son père fut chapelier puis banquier) qui ne voyait pas d’un très bon œil ses prédispositions artistiques. Au XIXe siècle, la bourgeoisie, tout comme la noblesse, considérait la carrière de peintre comme non honorable à la fois en raison d’un dénigrement des métiers manuels mais aussi parce que cela sous-entendait une vie de bohème.

Cézanne fut-il initié au dessin à l’école ? L’enseignement du dessin ne devint obligatoire dans l’enseignement secondaire qu’en 1854. Avant cette date et dans les écoles primaires, cela variait selon les établissements scolaires. Mais il est tout à fait possible que Cézanne y fut initié avant 1854, tout d’abord à l’école catholique Saint-Joseph d’Aix-en-Provence (1844-1852) puis au Collège Bourbon d’Aix-en-Provence où Cézanne fut élève de 1852 à 1858.

Notons que Cézanne ne s’inscrivit qu’en 1857 à l’école municipale gratuite de dessin d’Aix-en-Provence, actuel Musée Granet. Il suivit également à Paris les cours de l’académie suisse[1] en 1861 et en conserva des planches de nus qui lui servirent de modèles pour ses baigneuses. Les artistes-peintres suivaient une double formation.  L’École des Beaux-arts de Paris ainsi que les écoles  de province enseignaient uniquement le dessin. La peinture était en effet considérée comme un savoir-faire qu’il fallait apprendre sur le métier, c’est-à-dire dans des ateliers privés et payants tenus par des artistes plus ou moins connus.

De fortes marques d’appartenance

Nul ne peut savoir quelle influence ce petit ouvrage a pu avoir sur Paul Cézanne. Toutefois, les dessins de la couverture sont presque effacés ce qui témoignerait qu’il a beaucoup servi, à Cézanne ? Le plat supérieur, détaché du corps de l’ouvrage, en atteste également. Par ailleurs, Paul Cézanne s’est approprié l’ouvrage en y apposant sa signature : « Cézanne Paul 1854 le 28 mars Aix » ainsi qu’en esquissant sur le recto de la garde volante inférieure et le verso du plat inférieur un dessin représentant un bouquet de roses.
Cezanne_1

Notons que 1854 est l’année de naissance de la seconde sœur de Cézanne, prénommée Rose précisément le 30 juin.

Cezanne_2

Cezanne_3

 

 

 

 

 

 

 

Cézanne n’a pas utilisé les planches de l’ouvrage pour s’y exercer, par manque d’inspiration pour des sujets trop classiques ou bien a-t-il suivi le conseil de Couleru : « Si vous savez dessiner, vous vous exercerez à colorier vos dessins ».

Simplicité et praticité : un exemple de méthode pratique d’enseignement des techniques du coloris et de l’aquarelle 

L’ouvrage qui fut le témoin de l’adolescence de Paul Cézanne et des prémices de sa vocation artistique se distingue par sa sobriété. C’est un livre relié avec une couverture cartonnée, oblongue, de couleur vert pastel. Le plat supérieur imprimé est orné de lithographies dont certaines sont coloriées.

Il n’est pas daté. Il a dû être publié vers 1850. Il est illustré de 12 planches lithographiées, soit 6 sujets : figures, fleurs, paysages, animaux, etc. Chaque lithographie est présentée en une version colorée et une version en noir pour s’exercer.

Cezanne_5Cezanne_6

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est accompagné d’une planche de gamme chromatique – c’est-à-dire une planche coloriée sur laquelle figure l’ensemble des teintes de base utilisées par Couleru – et de sa palette où sont disposés les mélanges les plus utilisés.

Cezanne_7

Nous n’avons pas trouvé d’informations sur l’auteur, Couleru, ainsi que sur les illustrateurs Hubert et Jullien. Si ce n’est qu’Hubert a sans doute réalisé les paysages et Jullien les figures et les fruits.

Notons que Couleru ne donne ni son prénom ni même une initiale et que ce nom est l’anagramme de couleur. Nous n’avons malheureusement pas été en mesure de découvrir qui se cachait derrière ce pseudonyme. Quant au dernier illustrateur, qui a signé les planches consacrées aux animaux, Victor Adam, il s’agit sans doute de Jean-Victor Vincent Adam (1801-1886) qui est connu pour ses 8000 lithographies notamment équestres.

Cet ouvrage a été publié à Paris aux éditions Schneider dans la collection « École de dessin ». Il fut édité en même temps que la revue intitulée Album de l’École de dessin : journal des jeunes artistes et des amateurs. Cette revue mensuelle avait pour but de populariser l’art du dessin et de proposer une méthode accessible, graduée. Elle accompagnait ses cours théoriques et pratiques, de connaissances sur les œuvres d’art.

Cezanne_8

Ce n’est ni un livre de coloriage ni un ouvrage pour initiés. Il se veut un livre d’apprentissage, une méthode pratique,  destinée aux amateurs. Il s’inscrit dans la lignée des livres à dessiner, recueils d’estampes en vogue au XVIIIe siècle qui mêlaient principes théoriques et règles pratiques et étaient illustrés de planches.

Dans l’introduction, l’auteur se démarque des ouvrages trop compliqués pour de simples néophytes. Couleru se targue en effet d’une longue expérience dans la pédagogie du dessin. La revue, citée plus haut, insistait elle aussi sur le fait  que ses collaborateurs, dont faisait partie Couleru, sont « tous maîtres hauts placés dans l’enseignement ». Son ouvrage est destiné en toute simplicité  à apprendre à colorier « un dessin, une estampe ou une gravure ». Ainsi, Couleru subdivise la technique du coloris -en tant qu’art d’appliquer les couleurs sur un dessin ou une estampe – en quatre genres : le paysage ; la figure ; les fleurs et les fruits ; les animaux et les oiseaux. Notons que le genre du paysage est cité avant la figure ce qui est contraire à l’enseignement académique qui donnait la primauté à la figure. Mais au milieu du XIXe siècle, la peinture de paysage, réalisée sur le motif, était à la mode, genre pictural qui fut si cher à Cézanne. Dans le troisième chapitre, il donne une liste du matériel nécessaire et explique comment mélanger les couleurs. Dans le chapitre suivant, il détaille l’encollage (le fait de rendre le papier imperméable), l’utilisation de la gomme arabique et de la gouache. Les autres chapitres sont consacrés au coloriage des quatre genres, à l’aquarelle ainsi qu’au lavis, au sépia et à la peinture orientale (technique de peinture au pochoir appelée aussi aquarelle-gouache[2]).

Cezanne_9

De quelques modestes parallèles entre un guide pratique de dessin et l’œuvre d’un grand artiste

Il serait présomptueux de dire que l’ouvrage de Couleru qui se veut si modeste a eu une influence sur l’œuvre de Cézanne. Il est néanmoins possible de faire quelques rapprochements entre l’ouvrage de Couleru et l’œuvre de Cézanne.

Tout d’abord intéressons-nous à la définition du coloris donné par Couleru : « le coloris est dans son sens littéral l’imitation de la nature dans la reproduction des objets ». Pour Cézanne, l’art était une harmonie parallèle à la nature[3]. Il n’était  donc pas imitation mais plutôt sublimation de la nature. Couleru parle également d’harmonie des couleurs et même de « sentiments des couleurs ». Si le principe d’harmonie fut cher à Cézanne, il ne parla pas de sentiments des couleurs mais de sensations colorées[4] données par la lumière.

Il me semble également intéressant de rapprocher cette méthode d’apprentissage de l’aquarelle de ce qui a été dit par les historiens d’art sur les aquarelles de Cézanne. Celles-ci se distinguent par la complexité de leurs coloris : « Sa méthode était singulière, absolument en dehors des moyens habituels et d’une excessive complication. Il commençait par l’ombre avec une tache, qu’il recouvrait d’une seconde plus débordante, puis d’une troisième, jusqu’à ce que toutes ces teintes, faisant écran, modelassent en colorant l’objet [5]». Cézanne semble donc loin de la méthode traditionnelle enseignée par Couleru qui consistait à faire ses mélanges de couleur dans un godet ou bien sur une palette, de les essayer sur une feuille blanche puis de les appliquer sur son crayonné par touches successives pour en foncer la teinte.

Terminons justement par le crayonné. Les aquarelles de Cézanne se distinguent par la présence quasi systématique d’une ébauche au crayon sous ou sur l’aquarelle. Dans Enée rencontrant Didon à Carthage (1875) « la feuille de papier abonde en lignes crayonnées, hachures et contours qui tous demeurent visibles sous les lavis et les touches de pigment coloré posés par la suite »[6]. Bien entendu, la présence d’un crayonné préparatoire n’a rien d’étonnant. Cette méthode était celle de nombreux aquarellistes du XIXe siècle telle que décrite dans l’ouvrage de Couleru : « pour peindre une aquarelle, on commence d’abord par dessiner au crayon le sujet que l’on veut faire, puis ensuite on le colorie ». Le repentir n’est en effet pas de mise dans la technique de l’aquarelle. Paul Cézanne qui fut un peintre de la rupture[7] a transcendé la technique habituelle de l’aquarelle enseignée au XIXe siècle. Il a réussi le tour de force  de « faire dialoguer deux modes de représentation de la lumière opposés, le modelé [le dessin] et la modulation [l’aquarelle] »[8]. Cela lui a permis de représenter le motif non pas une fois mais deux fois dans un jeu de superposition d’une peinture sur un dessin.

Billet rédigé par Nelly Kabac

Bibliographie

  • Atelier Cézanne. [En ligne]. http://www.atelier-cezanne.com/france/histoire.htm. [Consulté le 29 mai 2015]
  • Galeries nationales du Grand Palais (Paris), Museum of modern art (New York), Réunion des musées nationaux (France). 1978. Cézanne, les dernières années (1895-1906) : [exposition, Paris], Grand Palais, 20 avril-23 juillet 1978. Paris : Réunion des musées nationaux. BDL : cote 709.2/34 CEZ 1 c
  • ELY, Bruno. 2014. « Chefs-d’œuvre de l’art européen : la collection Pearlman : Cézanne et la modernité, Musée Granet, Aix-en-Provence ». Paris : Editions Artlys, 2014.
  • ENFERT, Renaud d’, LAGOUTTE, Daniel. 2006. « Un art pour tous. Le dessin à l’école de 1800 à nos jours ». Histoire de l’éducation, n° 109, pp. 155-156. Disponible en ligne [Consulté le 29 mai 2015]
  • PERRUCHOT, Henri. 1956. La vie de Cézanne. Paris : Hachette. BDL : cote 127453
  • REFF, Theodore, BOUNIORT,  Jeanne. 1989. « Cézanne et la perspective : quelques remarques à la lumière de documents nouveaux ». Revue de l’Art,  vol. 86, n°1. pp. 8-15. Disponible en ligne [Consulté le 04 mai 2015]

[1] L’académie Suisse était un atelier de peinture parisien fondé en 1815. Elle mettait à disposition d’apprentis-artistes désargentés des modèles moyennant une petite contribution financière. Elle était dirigée par un ancien modèle de David appelé « le père Suisse ».
[2] Cf. Aquarelle-gouache, peinture orientale procédé de M. Acart, aide-mémoire à l’usage des élèves. Paris, chez Delarue…, 1829. Disponible en ligne dans Gallica
[3] P. Cézanne. Lettre à J. Gasquet. 26 septembre 1897
[4] Ely, 2014.
[5] Ely, 2014.
[6] Ely, 2014.
[7] Galeries nationales du Grand Palais (Paris), 1978.
[8] Ely, 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *