Un manuscrit inconnu du Livre de bonnes meurs de Jacques Legrand

Photo_1La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une copie manuscrite, non répertoriée jusqu’ici, du Livre de bonnes meurs écrit par Jacques Legrand entre 1404 et 1410.

Descriptif

L’exemplaire est un manuscrit du XVe de jolie facture, quoique simple, sur papier, écrit à l’encre brune de façon régulière, sans enluminures.

Les titres de chapitres sont écrits à l’encre rouge ; la première lettre de chaque chapitre est une grande majuscule peinte, en bleu ou en rouge, filigranée dans la couleur opposée. Dans le corps du texte, les majuscules sont rehaussées de rouge clair, tandis que les marques de paragraphe sont indiquées par des C, alternativement bleu et rouge. Le manuscrit comprend 60 pages.

 

Photo_2_Le-MPhoto_3_Le-F

 

 

 

 

 

 

Non coté, non estampillé jusqu’à sa découverte, absent de tous les inventaires anciens de la bibliothèque (Catalogue noir ou fichiers papier), relié de façon tout à fait quelconque, le manuscrit semble avoir échappé à tous les regards jusqu’à nos jours. Il n’est de ce fait pas cité dans l’édition de Jacques Legrand qui fait référence, celle d’Evencio Beltran.

Photo_4_Page-28-29

Jacques Legrand (v. 1360-1415)

Jacques Legrand (Jacobus Magnus) est né vers 1360 ; son activité s’est déroulée essentiellement à Paris, comme étudiant puis professeur ; il appartient à l’ordre des ermites de Saint-Augustin ; très proche de la cour, il a été le précepteur du futur Charles VI ; il est surtout connu pour ses talents de prédicateur, dans lesquels il excellait sans mâcher ses mots y compris devant le roi et les courtisans ; il a également été un conseiller politique dans une période trouble de la Guerre de 100 ans, participant notamment à des ambassades. Le texte du Livre de bonnes meurs fut dédié à Jean de Berry, oncle de Charles VI. C’est un miroir des princes, qui évoque les vertus et les qualités morales que devrait posséder le prince idéal.

Une oeuvre très célébre

Le livre de bonnes meurs fut très connu : on en dénombre aujourd’hui 73 manuscrits1, 13 éditions françaises sans compter des impressions anglaises. Il est la suite en quelque sorte de l’Archiloge Sophie, et constitue avec lui une adaptation-traduction en français d’un texte latin plus original de Jacques Legrand, le Sophilogium. Le livre de bonnes meurs met en français, à la portée des laïcs donc, la dernière partie du Sophilogium (parties 2 et 3). Ce texte a été très connu pendant environ 150 ans, puis il est tombé dans l’oubli. Il fut écrit avant 1410.

Photo_5_Le-P-titre-en-rouge

Un texte dans le désordre

Le manuscrit de la BDL ne comprend pas de titre, pas de nom d’auteur, pas de table des matières, pas d’explicit ni de colophon non plus car le texte n’est pas terminé : le manuscrit n’est en effet pas complet. Les cahiers ne sont pas signés, les pages ni paginées ni foliotées, il n’y a pas non plus de dédicace : bref, les indices d’identification sont assez ténus !

L’incipit est le suivant : « Cy commence le livre qui fait mention des IIII estas et de leur gouvernement. Et est le premier chappitre de l’estat des riches comment ils ne se doivent point en leurs richesses glorifier ». Et en voici l’explicit : « Et en verite c’est le sallaire qui affiert a tels gens ».

Photo_6_dernière-page

Un examen par rapport à l’édition d’Evencio Beltran montre que le manuscrit de la BDL commence au milieu de la seconde partie du Livre de bonnes meurs puis enchaîne sur des éléments de la première partie mais sans que celle-ci soit complète.

Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie

  • BELTRAN, Evencio, Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Livre de bonnes meurs, Paris, Champion, 1986
  • BELTRAN, Evencio, « Jacques Legrand O. E. S. A. Sa vie et son œuvre », Augustiniana, XXIV, 1974, p. 132-160 et 387-414 (mag 2, 097 764/2)
  • BELTRAN, Evencio, « Jacques Legrand (†1415) prédicateur, Analecta augustiniana, vol. XXX, 1967, p. 140-209 (mag 2 097 764/3)
  • Site des Archives de Littérature du Moyen-Age, ARLIMA : http://www.arlima.net/il/jacques_le_grand.html
  • LEBRUN Claire, « Traduire le « moult prouffitable » : Jacques Legrand (vers 1400) et la traduction pédagogique », dans Traductions, Terminologie, Rédaction : Études sur le texte et ses transformations, 6:1 (1993), p. 27-60. Disponible en ligne [Consulté le 15/05/2015]
  1. Voir l’exemplaire du manuscrit de la Bnf numérisé sur Gallica []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *