Une nouvelle forme éditoriale : les cartonnages d’éditeurs pour enfants

La bibliothèque Diderot de Lyon possède plus de 800 ouvrages des principaux éditeurs de cartonnages pour enfants. Après avoir décrit certaines de leurs particularités « physiques » dans un précédent billet1, nous allons nous intéresser aujourd’hui à ce qui les distingue au niveau éditorial.

Le livre pour enfants sous l’Ancien Régime

En premier lieu, dressons un bref historique du contexte éditorial dans lequel les cartonnages d’éditeurs pour enfants ont émergé. Par ailleurs, je ne parlerai pas de  « littérature enfantine » mais de « livres pour enfants », il n’y a en effet pas de consensus sur le moment où est apparue la littérature enfantine au sens d’œuvre littéraire reconnue.

Le livre pour enfants est né, dans la seconde moitié du XVIIIe  siècle, en Angleterre. Ce fut John Newbery (1713-1767) qui créa à Londres en 1750 la première librairie-maison d’édition destinée à un jeune lectorat2 . Il fit écrire et illustrer des textes spécialement pour les enfants. Son premier succès fut Goody Two Shoes  (1765) écrit par Oliver Goldsmith.

En France, sous l’Ancien Régime, les enfants avaient avant tout accès à des ouvrages pédagogiques afin de former à la fois leur âme et leur esprit. Ces livres, le plus souvent des ouvrages historiques ou bien de piété, n’avaient pas été écrits spécifiquement pour eux. Tout au plus étaient-ils abrégés afin de rendre accessible leur contenu.

<em>Les fées, contes des contes publiés par Mlle de ***</em> Paris : Damien Bengné, 1707. Cote 2RA 3855.

Les fées, contes des contes publiés par Mlle de *** Paris : Damien Bengné, 1707. Cote 2RA 3855.

Les enfants pouvaient également lire des contes, issus de la tradition orale, mais ceux-ci  avaient été écrits pour des adultes.  Les Fées, contes des contes,  ouvrage publié en 1699, écrit par Charlotte-Rose de Caumont La Force en est un parfait exemple.

Ces contes furent en effet tout d’abord récités dans les salons littéraires avant d’être publiés. Ce fut  Mme Leprince de Beaumont qui écrivit le premier conte de fées destiné aux enfants. Il s’agit de « La Belle et la Beste » qu’elle publia dans Le Magasin des enfans ou dialogues, entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction en 1757.

Mme Leprince de Beaumont. <em>Le Magasin des enfans, ou dialogues, entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction…</em> La Haye : P. Gosse Junior, 1769. Cote 2RA 3737.

Mme Leprince de Beaumont. Le Magasin des enfans, ou dialogues, entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction… La Haye : P. Gosse Junior, 1769. Cote 2RA 3737.

Dans cet ouvrage, comme le titre l’indique, elle donnait aux enfants des conseils éducatifs. Son souhait le plus cher étant de leur plaire tout en les instruisant, elle parsema de contes de fées ses propos moralisateurs afin de les rendre plus attrayants.

Les enfants avaient également à leur disposition des romans d’aventures. Citons Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift écrit en 1721. C’est à tort que l’on croit aujourd’hui  que c’était un livre pour enfants : il était destiné à un public d’adultes. C’était en fait une satire sociale et politique. On en publia par la suite des éditions remaniées destinées cette fois à un jeune lectorat. La BDL possède ainsi un exemplaire des Voyages de Gulliver, nouvelle édition spécialement dédiée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées.

<em>Voyages de Gulliver. Nouvelle édition spécialement destinée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées</em>. Paris : ancienne maison Pintard, Charles Letaille éditeur, et chez tous les libr. et march. de nouveautés, [18..]. Cote  2RA 1577.

Voyages de Gulliver. Nouvelle édition spécialement destinée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées. Paris : ancienne maison Pintard, Charles Letaille éditeur, et chez tous les libr. et march. de nouveautés, [18..]. Cote 2RA 1577.

<em>Voyages de Gulliver. Nouvelle édition spécialement destinée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées</em>. Paris : ancienne maison Pintard, Charles Letaille éditeur, et chez tous les libr. et march. de nouveautés, [18..]. Cote  2RA 1577.

Voyages de Gulliver. Nouvelle édition spécialement destinée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées. Paris : ancienne maison Pintard, Charles Letaille éditeur, et chez tous les libr. et march. de nouveautés, [18..]. Cote 2RA 1577.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<em>Voyages de Gulliver. Nouvelle édition spécialement destinée à la jeunesse et ornée de nombreuses figures découpées</em>. Paris : ancienne maison Pintard, Charles Letaille éditeur, et chez tous les libr. et march. de nouveautés, [18..]. Cote  2RA 1577.

Voyages de Gulliver.  Cote 2RA 1577.

Naissance au XIXe siècle d’« une branche durable et profitable »3 de l’édition : le cartonnage d’éditeurs pour enfants

En France, au cours du XIXe siècle, pour répondre à une demande de livres de plus en plus forte liée au progrès de l’alphabétisation ainsi qu’à l’émergence de la classe bourgeoise, des éditeurs-relieurs se sont spécialisés dans les cartonnages pour enfants. Ils possédaient leur propre atelier de reliure et souhaitaient ainsi maîtriser toutes les étapes de la fabrication du livre, de sa conception à sa reliure. Les éditeurs-relieurs se mirent alors à exploiter allègrement ce nouveau marché. Entre 1800 et 1830, le nombre de titres publiés en une année fut multiplié par deux. Parmi les éditeurs les plus connus, nous pouvons nommer Barbou Frères à Limoges4 , Alfred Mame et fils à Tours5, la famille Mégard6 à Rouen, Lefort7 à Lille ou encore P. C. Lehuby8 à Paris.

Avec la reliure industrielle9 qui constitua une réponse à la demande exponentielle de livres, apparut  également le concept de production en grande série et par là même de collections. Les éditeurs fidélisèrent leur clientèle (parents et éducateurs) en créant des collections spécialement destinées à la jeunesse. Ainsi,  pour n’en citer que quelques-unes, la maison d’édition Mame publia « La bibliothèque de la jeunesse  chrétienne », Mégard « La bibliothèque morale de la jeunesse », Barbou « La bibliothèque chrétienne et morale », Lefort  la «Bibliothèque historique et morale », Lehuby « La bibliothèque spéciale de la jeunesse ».

collection « La bibliothèque de la jeunesse  chrétienne» : Mme Voillez. L’orpheline de Moscou ou la jeune institutrice. 7e éd. Tours : A. Mame et Cie, 1830. Cote 2RB 3600.

collection « La bibliothèque de la jeunesse chrétienne» : Mme Voillez. L’orpheline de Moscou ou la jeune institutrice. 7e éd. Tours : A. Mame et Cie, 1830. Cote 2RB 3600.

collection «  La bibliothèque morale de la jeunesse » : M., E. Une partie de plaisir. Rouen : Mégard et Cie, 1878. Cote 2RB 5893.

collection « La bibliothèque morale de la jeunesse » : M., E. Une partie de plaisir. Rouen : Mégard et Cie, 1878. Cote 2RB 5893.

 

 

 

 

 

 

 

 

collection « La bibliothèque chrétienne et morale » : <em>Les deux jumeaux</em>. Limoges : Barbou Frères, [18…]. Cote 2RB 4908.

collection « La bibliothèque chrétienne et morale » : Les deux jumeaux. Limoges : Barbou Frères, [18…]. Cote 2RB 4908.

collection «Bibliothèque historique et morale » :  Farrenc, Césarie. Frédéric,  ou l’amour de l’argent, suivi de Maurice ou les leçons du malheur. Lille : L. Lefort, 1847. Cote 2RB 235.

collection «Bibliothèque historique et morale » : Farrenc, Césarie. Frédéric, ou l’amour de l’argent, suivi de Maurice ou les leçons du malheur. Lille : L. Lefort, 1847. Cote 2RB 235.

 

 

 

 

 

 

collection « La bibliothèque spéciale de la jeunesse » : Champagnac, J. B. J. <em>Philippe Auguste et son siècle, tableau historique et détaillé des guerres de ce souverain, de ses conquêtes et des grands évènements survenus pendant son règne</em>. Paris : P. C. Lehuby, [1847]. Cote  2RB 1605.

collection « La bibliothèque spéciale de la jeunesse » : Champagnac, J. B. J. Philippe Auguste et son siècle, tableau historique et détaillé des guerres de ce souverain, de ses conquêtes et des grands évènements survenus pendant son règne. Paris : P. C. Lehuby, [1847]. Cote 2RB 1605.


Le titre donné aux collections montre que les éditeurs de cartonnages pour enfants surent concilier visées commerciales et discours moralisateur. Ils possédaient en effet le soutien du clergé local et publiaient leurs ouvrages avec l’approbation de l’archevêché. Le contenu de leur livre était ainsi cautionné par l’Église10. Outre leur fonction de relecture et de censure, l’appui de celle-ci allait même jusqu’à proposer à l’éditeur des auteurs. Car il s’agissait pour le clergé d’un plan de reconquête des âmes qui passait par la propagation des « bons livres ». Avec l’émergence de l’anticléricalisme11 qui s’est imposé dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce dernier avait parfaitement conscience que l’usage du romanesque était un moyen de conquérir un jeune lectorat et de le gagner à sa cause.

Exemple d’approbation  accordé à l’éditeur Mame pour l’ouvrage suivant : Bernier, L. <em>Amélie ou le triomphe de la piété</em>. Tours : A. Mame & Cie, 1844. Cote 2RB 2275.

Exemple d’approbation accordé à l’éditeur Mame pour l’ouvrage suivant : Bernier, L. Amélie ou le triomphe de la piété. Tours : A. Mame & Cie, 1844. Cote 2RB 2275.

Parmi les cartonnages d’éditeurs destinés aux enfants, l’on peut trouver des biographies de personnes saintes, des ouvrages historiques, des récits de voyages ainsi que des romans moralisateurs. Mais sous la couverture chatoyante des cartonnages pour enfants au titre accrocheur se cachait toujours un discours moralisateur tel que le voulait l’Église. Le contenant attrayant n’avait donc que très peu de rapport avec le contenu du livre plutôt austère. Ainsi en est-il de l’ouvrage intitulé Les soirées enfantines, non daté, publié sans le nom de l’auteur. Il se compose d’une succession d’historiettes dont nous retiendrons les deux premières : Adolphe et Laurent ou les deux éducations et Pierre et Agnès ou les confesseurs de la foi. La couverture de l’ouvrage pastel avec un médaillon représentant deux petites filles ne correspond pas au ton de ces deux récits dont l’un relate le destin de deux jeunes garçons : Adolphe  le vertueux et Laurent le calculateur et l’autre l’attachement à la foi jusqu’à la mort.

Une couverture attrayante pour un contenu austère : <em>Les soirées enfantines</em>. Limoges : Barbou Frères, [18..]. Cote 2RA 1901.

Une couverture attrayante pour un contenu austère : Les soirées enfantines. Limoges : Barbou Frères, [18..]. Cote 2RA 1901.

Cote 2RA 1901

Cote 2RA 1901

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cote 2RA 1901

Cote 2RA 1901

Cote 2RA 1901

Cote 2RA 1901

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cartonnage d’éditeurs pour enfants  était donc avant tout un objet de consommation, de propagande moralisatrice, prompt à séduire de par sa forme12. C’est ce qui fait, me semble-t-il, l’une de ses originalités.

De nombreux auteurs ou contributeurs méconnus voir inconnus

Le nom de l’auteur n’est jamais reporté sur le dos de l’ouvrage ou sous le titre, l’éditeur voire la ville d’édition figurent. On peut légitimement en déduire que l’auteur importait peu à l’éditeur.

cartonnages_13

Champagnac, J. B. J. Philippe Auguste et son siècle, tableau historique et détaillé des guerres de ce souverain, de ses conquêtes et des grands évènements survenus pendant son règne. Paris : P. C. Lehuby, [1847]. Cote 2RB 1605.

La Madeleine, Stéphen. Scènes de la vie adolescente. Paris : Librairie de l’enfance et de la jeunesse, P. C. Lehuby, [18..]. Cote 2RB 1657.

Marin, Michel-Ange (R. P.). Adélaïde de Witsbury ou la pieuse pensionnaire. Rouen : Mégard et Cie, [18..]. Cote 2RB 1617.

Jouhanneaud, Paul (Abbé). Nouvelle école des mœurs. Limoges, Paris : M. Ardant Frères, 1853. Cote 2RB 2866.

Marlès, M. de. Histoire descriptive et pittoresque de l’île de Saint-Domingue. Tours : A. Mame et Cie, [18..]. Cote 2RB 2316.

Solignac, Armand de. Gontran le chercheur d’or, ou les mines de la Californie. Limoges : Barbou Frères, [18..]. Cote 2RB 1599.

Les éditeurs rééditèrent largement les auteurs  en vogue sous l’Ancien Régime mais face à la demande, ils durent bien vite puiser dans un nouveau vivier, peu coûteux.

Outre la contribution de nombreux ecclésiastiques et/ou pédagogues, ce vivier fut  également en partie alimenté par des auteures13 qui trouvaient ainsi « un honorable gagne-pain »14. Le peu de cas que l’on fait de ces écrivaines se retrouve dans la manière dont elles sont citées. Ainsi, certaines se contentèrent de donner leur nom de famille en initiale ou encore ne furent  reconnues qu’en tant qu’auteur de …  Ce fut le cas de Mlle Fanny de V*** reconnue en tant qu’auteur de Marie ou l’ange de la terre15.

Mlle Fanny de V*** Laure et Anna ou la puissance de la foi sur le caractère. Tours : A. Mame, 1855. Cote 2RA 2999.

Mlle Fanny de V*** Laure et Anna ou la puissance de la foi sur le caractère. Tours : A. Mame, 1855. Cote 2RA 2999.

Elles étaient très peu rétribuées et l’éditeur tout-puissant s’arrogeait  même le droit de modifier leur œuvre si nécessaire. Les cartonnages constituaient bel et bien une littérature d’éditeurs. Si tant est que l’on puisse parler de littérature. En effet, la littérature enfantine n’était  pas légitime, à tel point que les auteurs n’étaient pas considérés comme de véritables écrivains.

Si dans la seconde moitié du XIXe siècle, la comtesse de Ségur est devenue une auteure pour enfants reconnue, de nombreuses contemporaines sont restées dans l’ombre. Pourtant, certaines auteures telles que Céline Fallet, ont publié massivement (soixante-quinze ouvrages maintes fois réédités publiés en 1,1 million d’exemplaires16) mais cette œuvre trop datée, trop moralisatrice, n’est pas passée à la postérité.

Fallet, Céline. Le coffret d’ébène ou les diamants de l’aïeule. Rouen : Mégard et Cie, [18..]. Cote 2RB 1607.

Fallet, Céline. Le coffret d’ébène ou les diamants de l’aïeule. Rouen : Mégard et Cie, [18..]. Cote 2RB 1607.

Un usage encore très marqué du titre alternatif

Lorsque l’on se penche sur les cartonnages du XIXe siècle et parmi eux sur les œuvres romanesques, l’attention ne peut manquer d’être attirée par le titre des ouvrages.

Le titre (du latin titulus : rang, affiche ou étiquette) a une fonction classificatrice qui permet de saisir quel est le type de texte auquel on est confronté. Avec le titre, s’enclenche le travail d’interprétation du lecteur. Il revêt donc une grande importance.

Le titre alternatif est très présent parmi les cartonnages pour enfants. C’est un titre double, composé d’un titre principal et d’un titre secondaire, articulé par un ou. C’est une pratique titulaire très ancienne, héritière des titres extrêmement longs de l’Ancien Régime.

Bernier, L. Amélie ou le triomphe de la piété. Tours : A. Mame & Cie, 1844. Cote 2RB 2275.

Bernier, L. Amélie ou le triomphe de la piété. Tours : A. Mame & Cie, 1844. Cote 2RB 2275.

Parmi les titres alternatifs des cartonnages pour enfants, on note une forte proportion de prénom en titre principal. Le personnage central est un ou une enfant, un ou une adolescent(e). Dans Amélie ou le triomphe de la piété, le prénom de l’héroïne est mis en relief par une taille de la police qui diffère du reste du titre.

Le titre principal réduit à un prénom a pour effet de susciter l’intérêt. L’utilisation du prénom attire le lecteur de par son effet de proximité, il lui permet de s’identifier au héros. Il sert d’appât.

 

 

 

 

 

Farrenc, C. Fabien ou le petit joueur de violon. Paris, Limoges : M. Ardant Frères, 1844. Cote 2RA 216.

Farrenc, C. Fabien ou le petit joueur de violon. Paris, Limoges : M. Ardant Frères, 1844. Cote 2RA 216.

Le titre secondaire (TS) sert quant à lui de reformulation, il a la valeur d’un « c’est-à-dire ». Il anticipe ce qui va advenir du héros. Selon Genette, le TS  a une fonction d’accroche. Ainsi, de nombreux TS constituent une description du protagoniste principal, c’est le cas dans Fabien ou le petit joueur de violon de Césarie Farrenc.

 

 

 

 

 

 

 

Ils peuvent également renvoyer à des valeurs morales, de bons sentiments, le héros se fait alors « porte-valeurs » : citons  René, ou la charité récompensée ou encore Louis ou méchanceté et repentir.

P*** René, ou la charité récompensée. Tours : A. Mame et Cie,  1836. Cote 2RA 1433.

P*** René, ou la charité récompensée. Tours : A. Mame et Cie, 1836. Cote 2RA 1433.

Farrenc, Césarie. Louis ou méchanceté et repentir. Tours : A. Mame et Cie,  1851. Cote 2RA 1579.

Farrenc, Césarie. Louis ou méchanceté et repentir. Tours : A. Mame et Cie, 1851. Cote 2RA 1579.

 

 

 

Le livre de jeunesse  ayant un titre alternatif joue ainsi parfaitement son rôle pédagogique avant même les premières lignes du texte.

 

 

 

 

 

Le cartonnage de jeunesse au XIXe siècle initie à la fois un nouveau genre littéraire, celui du roman de jeunesse qui va se répandre au siècle suivant, mais également une nouvelle « petite industrie du livre pour enfants » . Toutefois, il conserve certains aspects encore très archaïsants comme l’usage du titre alternatif, le contenu moralisateur des textes qui vise plus à instruire qu’à distraire. Mais il préfigure indubitablement ce que sera le roman pour la jeunesse du XXe siècle : utilisation des images, forme romanesque, effet de publicité, livre objet de consommation, multiplication d’éditeurs spécialisés.

Billet rédigé par Nelly Kabac

 

Bibliographie

  • Boulaire, Cécile, Mollier, Jean-Yves. Mame : deux siècles d’édition pour la jeunesse. Rennes : Presses universitaires de Rennes, Tours : Presses universitaires François Rabelais, 2012. Cote : 070. 5 BOU
  • Boyer-Vidal, Marie-Françoise, Marcouin, Francis (dir.). Trois siècles de publications pour la jeunesse (du XVIIIe siècle au XXe siècle) au Musée national de l’Education. Rouen : INRP, 2008. Cote : 028 TRO
  • Caradec, François. Histoire de la littérature enfantine en France. Paris : Albin Michel, 1977. Cote magasin : 609386
  • Hoek, Leo H. La marque du titre. Dispositifs sémiotiques d’une pratique textuelle. La Haye, Paris, New-York : Mouton éditeur, 1981 Cote magasin : 8°3550
  • Malavieille, Sophie. Reliures et cartonnages d’éditeur en France au XIXe siècle (1815-1865). Promodis, 1985. Cote : 028 MAL
  • Manson, Michel. « Céline Fallet ou l’écriture catholique de l’histoire pour la jeunesse », in : Pellegrin, Nicole. Histoires d’historiennes. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, ‎2006. Disponible en ligne, [consulté le 28 mars 2015]
  • Manson, Michel. Rouen, le livre et l’enfant de 1700 à 1900 : La production rouennaise de manuels et de livres pour l’enfance et la jeunesse. Paris : INRP, 1993. Cote 024 ROU
  • Nières-Chevrel, Isabelle. Introduction à la littérature de jeunesse. Paris : Didier Jeunesse, 2009. Cote : 028 NIEÉ
  • Ottevaere-van Praag, Ganna. Le roman pour la jeunesse : approches, définitions, techniques narratives. Bern : Berlin : Bruxelles, P. Lang, cop. 2000. Cote 028 OTT
  1. « Les cartonnages d’éditeurs en littérature enfantine : brillants et sans valeur ? », Billet du 24 mars 2015 []
  2. « Littérature pour la jeunesse ». In : Encyclopédie Larousse. Disponible en ligne [consulté le 28 mars 2015] []
  3. Cette formule très juste est empruntée à l’article de Wikipédia consacré à John Newbery, elle peut tout à fait être appliquée aux cartonnages d’éditeurs français. Disponible en ligne [consulté le 9 avril 2015] []
  4. En activité depuis 1524 cf. Ducourtieux, Paul. Les Barbou, imprimeurs Lyon-Limoges-Paris (1524-1820). Limoges : Ve Ducourtieux, 1816. Disponible en ligne [consulté le 9 avril 2015] []
  5. En activité depuis 1796. Cf. Boulaire, 2012. []
  6. En activité depuis 1805. Cf. Manson, 1993. []
  7. En activité depuis 1803 cf. Centre historique des archives nationales. Libraires et imprimeurs. 59. Lille (Nord). 1813-1881 […]. 2003. p. 50. Disponible en ligne [consulté le 9 avril 2015] []
  8. Pierre-Charles Lehuby est breveté libraire le 17 novembre 1834. Il est le successeur de Pierre Blanchard. Informations relevées dans la base data.bnf.fr. Disponible en ligne [consultée le 9 avril 2015] []
  9. op. cit. Billet du 24 mars 2015 []
  10. Litaudon, Marie-Pierre. « Les soubassements religieux d’une réussite éditoriale : le cas de la maison Mame à Tours », in : Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 118-2, 2011. Disponible en ligne, [consulté le 28 mars 2015] []
  11. Ce terme est apparu en 1852 ; cf. RÉMOND, René. « ANTICLÉRICALISME », in : Encyclopædia Universalis. []
  12. op. cit. Billet du 24 mars 2015 []
  13. « Les femmes auteurs publient, dans cette collection [La Bibliothèque morale de la jeunesse], 2,5 fois plus que les hommes ». Manson, 1993. []
  14. Ottevaere-van Praag, 2000. []
  15. Disponible à la BDL : cote 2RA 4639 []
  16. Manson, 1993. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Très intéressant billet. Merci pour ce partage. Les livres pour enfants méritent une belle redécouverte.
    Léo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *