Les cartonnages d’éditeurs en littérature enfantine : brillants et sans valeur ?

La Bibliothèque Diderot de Lyon est riche d’une importante collection de livres à destination de la jeunesse soit environ 8000 ouvrages. Parmi eux, de nombreux cartonnages du XIXe siècle présentent un intérêt certain. Ils possèdent des particularités « physiques » sur lesquelles nous allons nous arrêter.

Un type de reliure spécifique : le cartonnage

Bien que la reliure plein cuir et de bonne qualité reste présente, la reliure bon marché ou cartonnage se généralise au cours du XIXe siècle. Le cartonnage d’éditeur est une technique de reliure qui consiste à utiliser des plats en carton léger et à les recouvrir d’un matériau tel que des peaux mais de qualité médiocre (basane), du papier (à partir de 1815), de la percaline (toile de coton lustrée qui apparaît vers 1830). Il est le plus souvent emboîté, cela signifie que la couverture tient au corps du livre par le collage des gardes et non par des ficelles comme en reliure traditionnelle. Le mode de fabrication de l’ouvrage est également particulier. Il s’agit d’un assemblage de parties (corps de l’ouvrage et couverture) qui peuvent être fabriquées simultanément et assemblées ensuite ce qui est un gain de temps considérable.

Les veillées du château

Couverture en percaline bleu nuit, décor à la cathédrale réalisé à l’aide d’une plaque à dorer : Mme de Genlis. Les veillées du château. Paris : Belin-Leprieur, 1845. Cote 2RA 1907

Les cartonnages répondent à une demande exponentielle d’ouvrages destinés à la jeunesse. En effet, les lois Guizot (1833) et Falloux (1850) ont obligé pour l’une les communes de plus de 500 habitants à mettre en place une école et pour l’autre à renforcer l’enseignement des congrégations religieuses. Cette généralisation de l’alphabétisation a eu pour effet de multiplier le nombre de jeunes lecteurs et par la même d’augmenter la demande de livres à destination des plus jeunes. La production de livres s’est alors industrialisée. Il fallait « fabriquer à des coûts très bas, ce qui n’a pas été sans conséquence sur la qualité de la fabrication et l’état de conservation »[1]. Tant et si bien, que parmi les nombreux cartonnages qui sont parvenus jusqu’à nous, beaucoup sont en mauvais état. Ils n’ont pas toujours résisté à des mains enfantines. Ils présentent également parfois des malfaçons, par exemple des médaillons mal positionnés ou bien un papier de couverture mal encollé présentant des boursouflures.

Papier de couverture boursoufflé, contour irrégulier du cadre contenant le médaillon : M. d’Exauvillez. Histoire de Godefroy de Bouillon. Tours : Mame, 1856. Cote 2RB 227

(fig.2) Papier de couverture boursoufflé, contour irrégulier du cadre contenant le médaillon : M. d’Exauvillez. Histoire de Godefroy de Bouillon. Tours : Mame, 1856. Cote 2RB 227

Des ouvrages volontairement tape-à-l’œil

Les cartonnages se distinguent également par leur aspect très voyant, voire kitch bien que ce terme ne sera employé que bien plus tard. Les couvertures en percaline ont des coloris sombres : bleu nuit, vert foncé, marron. Elles sont assez sobres, décorées à l’aide de plaques à dorer (Figure 1). Seul Louis Hachette a utilisé au XIXe siècle la couleur à des fins taxinomiques pour donner une identité à une collection. En effet, en 1856, il créa la Bibliothèque rose dont l’édition la plus coûteuse fut recouverte de percaline rouge jusqu’en 1958 et décorée à la plaque à dorer. Chez les autres éditeurs de cartonnages, couleur et collection n’ont aucun lien.

Décor floral : Barbier, C. Castel et chaumière : ou Fénelon enfant. Rouen : Mégard, 1857. Cote 2RB 1096

(fig. 3) Décor floral : Barbier, C. Castel et chaumière : ou Fénelon enfant. Rouen : Mégard, 1857. Cote 2RB 1096

Les premiers pèlerins, ou les personnages les plus célèbres de la loi naturelle. Versailles : imp. Beau, 1864. Cote 2RB 1609

(fig. 4) Les premiers pèlerins, ou les personnages les plus célèbres de la loi naturelle. Versailles : imp. Beau, 1864. Cote 2RB 1609

 

 

Les couvertures papier ont au contraire des teintes claires notamment pastel : vert, bleu ou même rose dragée ou très vives (Figure 3).

 

 

 

 

 

 

 

(fig. 5) Décor à semis : Schmid, Johann Christopher. Paul et Marie ou les fruits d’une bonne éducation. Rouen : Mégard, 1869. Cote 2RB 4600

(fig. 5) Décor à semis : Schmid, Johann Christopher. Paul et Marie ou les fruits d’une bonne éducation. Rouen : Mégard, 1869. Cote 2RB 4600

Elles sont très chargées, décorées à l’aide de plaque à gaufrer (figures 5 à 8) ce qui leur donne du relief. Les ornements des cartonnages recouverts de papier sont souvent empruntés aux siècles passés : entrelacs, semis, rocailles mais peuvent également être typiques du XIXe siècle : décor « à la cathédrale » marque du romantisme d’inspiration gothique (Figure 1), motif palmette inspiré par la campagne d’Egypte.

Motif palmette, papier gaufré : Girard, Just. François ou les dangers de l’indécision. Tours : Mame, 1866. 2RB 4239

(fig. 6) Motif palmette, papier gaufré : Girard, Just. François ou les dangers de l’indécision. Tours : Mame, 1866. 2RB 4239

 

 
Le cartonnage fort de ses illustrations

A partir de 1840, les décors des couvertures sont lithographiés et se présentent sous forme de médaillons (Figures 5 à 8). L’image, cantonnée jusqu’alors au frontispice ou bien aux planches hors texte, apparaît sur la couverture et a pour but de séduire le jeune lecteur. La couverture se fait vitrine du corps d’ouvrage alors que les gravures présentes à l’intérieur de l’ouvrage restent le plus souvent en noir et blanc. Cela est dû d’une part à la difficulté technique d’insérer dans le corps du texte des images en couleur et d’autre part à la méfiance qui perdure au XIXe siècle sur l’usage de la couleur. Celle-ci est jugée de mauvais goût. Annie Renonciat parle alors de « Spectaculum horribile visu » selon le trait d’esprit de l’éditeur d’art Edouard Pelletan.

Décor rocaille : Garnier, Henri. Voyages en Perse, Arménie, Mésopotamie, Chaldée, Kurdistan, Arabie etc. Tours : Mame, 1854. Cote 2RB 1673

Décor rocaille : Garnier, Henri. Voyages en Perse, Arménie, Mésopotamie, Chaldée, Kurdistan, Arabie etc. Tours : Mame, 1854. Cote 2RB 1673

(fig. 7) Décor d'entrelacs : Michel-Ange, Marin. Adélaïde de Witsbury, ou la pieuse pensionnaire. Rouen : Mégard, [1850 ?].  Cote 2RB 1617

(fig. 7) Décor d’entrelacs : Michel-Ange, Marin. Adélaïde de Witsbury, ou la pieuse pensionnaire. Rouen : Mégard, [1850 ?]. Cote 2RB 1617

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l’ouvrage marquant à l’ouvrage marqué

Avec le développement des écoles communales et congrégationnistes, le livre est offert aux élèves méritants lors de la distribution de prix en fin d’année scolaire. Les ex-praemio sont alors de rigueur. Ex-praemio vient du latin praemium, récompense. Il s’agit d’une inscription manuscrite ou bien d’une étiquette pré-imprimée collée le plus souvent sur la garde supérieure qui indique le nom de l’élève, son établissement scolaire, le nom de son responsable, sa classe, l’objet de sa récompense, la date. Il est remis à l’élève lors d’une cérémonie de remise des prix.

Ex-praemio imprimé : Les premiers pèlerins, ou les personnages les plus célèbres de la loi naturelle. Versailles : imp. Beau, 1864. Cote 2RB 1609

Ex-praemio imprimé : Les premiers pèlerins, ou les personnages les plus célèbres de la loi naturelle. Versailles : imp. Beau, 1864. Cote 2RB 1609

Ex-praemio manuscrit : Fouinet, Ernest. Le maître d’école de Montigny. Tours : Mame, 1853. Cote 2RA 2079

Ex-praemio manuscrit : Fouinet, Ernest. Le maître d’école de Montigny. Tours : Mame, 1853. Cote 2RA 2079

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cartonnages d’éditeurs ont donc beaucoup de clinquant mais ils sont loin d’être sans valeur. Ils témoignent en effet à la fois d’une industrie en devenir celle du livre et de la reliure et d’une forme émergente de l’édition, consacrée à la jeunesse.

Billet rédigé par Nelly Kabac

Bibliographie

  • Pelletan, Edouard. Deuxième lettre aux bibliophiles. Du texte et du caractère typographique, 1er novembre 1896. Paris : Éditions d’art Édouard Pelletan, 1896, p. 14. Disponible en ligne [consulté le 19 mars 2015]
  • Renonciat, Annie, « Les couleurs de l’édition au XIXe siècle : « Spectaculum horribile visu » ? », Romantisme 3/2012 (n°157), p. 33-52.
  • Verdure, Elisabeth. Cartonnages romantiques, 1840-1870 : un âge d’or de la reliure du livre d’enfant. Lyon : Éditions Stéphane Bachès, 2008. Cote BDL : 028 DER (salle éducation)

[1] Verdure, 2005 : 35.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bel article, clair et néanmoins édifiant. Je garde en mémoire… Pierre Brillard

  1. 4 avril 2015

    […] carnet de recherches “Interfaces“, consacré aux livres anciens de l’université de Lyon, publie un billet consacré aux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *