Koehler et les Echinodermes

Dans un précédent billet ont été évoqués les travaux scientifiques d’Alphonse Milne-Edwards, pionnier de l’océanographie zoologique à bord du Travailleur et du Talisman. Une quinzaine d’années plus tard, un autre biologiste va se passionner pour l’étude de la faune marine. Il s’agit de René Koehler, qui occupera une chaire à l’université de Lyon et deviendra un spécialiste reconnu de l’embranchement des Échinodermes. Ce dernier taxon regroupe cinq classes : les Astérides (étoiles de mer), les Oursins, les Holothuries (concombres de mer), les Crinoïdes (lys de mer) et les Ophiures.

René, Jean, Baptiste Koehler nait le 7 mars 1860 à Saint-Dié (Vosges), dans une famille d’industriels. Il fait ses humanités à Nancy, où il étudie ensuite la médecine tout en fréquentant la faculté des sciences. Licencié-ès-sciences naturelles, puis préparateur de zoologie, Koehler effectue deux séjours à la station marine d’Endoume (1881 et 1882) pour les besoins de sa thèse de doctorat-ès-sciences. Cette dernière, soutenue en Sorbonne (1883), s’intitule Recherches sur les échinides des côtes de Provence.

Page de titre Koehler, René. Recherche sur les Echinides des côtes de Provence.

Page de titre. Cote 6102

 

PL. 1
Koehler, René. Recherche sur les Echinides des côtes de Provence. Marseille: Cayer, 1883. Cote 6102

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La même année, Koehler soutient à Nancy sa thèse de doctorat en médecine, dévolue à des Recherches physiologiques sur l’action des poisons chez les Invertébrés. Il peut alors se lancer dans une carrière universitaire : d’abord maître de conférences à Nancy (1884), il passe à la faculté des sciences de Lyon où il est nommé chargé de cours de zoologie (1889) avant d’accéder au grade de professeur titulaire (1895). L’enracinement lyonnais de Koehler se renforce grâce à son entrée dans la famille Lumière : il épouse Jeanne, sœur d’Auguste et Louis Lumière. Membre de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon (1896), membre correspondant de l’Académie des sciences (1925) et président de la Société zoologique de France (1931), Koehler s’éteint le 19 avril 1931 à Lyon.

Au début de sa carrière, le savant accomplit des voyages d’études aux îles Anglo-Normandes (1884-1886), puis en Méditerranée. Il fréquente ainsi la station zoologique de Cette, avant de s’engager plusieurs fois comme médecin de bord sur des paquebots de la Compagnie générale transatlantique (1886). Visitant les côtes d’Afrique du Nord, d’Asie Mineure, de la Mer Noire et des Antilles, Koehler observe de très nombreux invertébrés – Crustacés Cirripèdes, Échinodermes, Mollusques, etc. -, qu’il photographie avec une habileté de professionnel. Il publie d’ailleurs un ouvrage intitulé Les applications de la photographie aux sciences naturelles (1892).

René Koehler (1)

Page de titre. Cote 41539

Koehler passe ensuite des faunes littorales à celles des grandes profondeurs, en dirigeant la campagne du Caudan. Cet aviso-remorqueur de quarante-cinq mètres, prêté par le ministère de la marine, est équipé grâce à des subventions officielles et au soutien de certaines relations de Koehler. Trois autres naturalistes l’accompagnent : Julien Thoulet (1843-1936), professeur de minéralogie et de géologie à Nancy, Félix Le Dantec (1869-1917), maître de conférences de zoologie à Lyon et Louis Roule (1861-1942), professeur de zoologie à Toulouse. Ce dernier occupera plus tard la chaire de « Zoologie (Reptiles et Poissons) » du Muséum national d’Histoire naturelle (1910). Parti de Lorient, le Caudan effectue dans le Golfe de Gascogne des dragages allant jusqu’à deux mille mètres de fond (1895). Immédiatement placés dans de l’alcool, les spécimens animaux récoltés constituent une riche collection – actuellement conservée à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Les résultats scientifiques de la campagne du Caudan sont publiés dans les Annales de l’Université de Lyon, Koehler se chargeant des Êchinodermes et des Poissons (1896).

Après son expédition, Koehler décide de limiter le champ de ses recherches aux Échinodermes – un terme forgé en 1789 par le naturaliste montpelliérain Jean-Guillaume Bruguière (1749-1798). Il s’agit, selon Roule, d’« un embranchement de haute valeur, fermé, doué d’une structure originale, différente de tout ce que l’on constate par ailleurs ». La classification des animaux concernés a mobilisé, entre 1800 et 1860, l’attention de grands naturalistes, comme Lamarck, Cuvier, Blainville, Agassiz, Quatrefages ou Van Beneden. Pourtant, la systématique des Échinodermes apparaît, « vers la fin du XIXème siècle, assez obscure et embrouillée ».  Les descriptions anatomiques des espèces sont imparfaites, leur nomenclature ambigüe. Koehler va donc relever le défi, en appliquant les méthodes de la taxinomie zoologique à de vastes collections.

Pour reproduire avec précision la morphologie et l’anatomie interne de ses objets d’études, le zoologiste utilise largement la photographie. Ses publications s’ornent de nombreux clichés en noir et blanc, dont il optimise la qualité grâce à ses relations privilégiées avec les usines Lumière. Celles-ci lui permettent de présenter, lors d’un congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, une communication sur L’industrie photographique à Lyon (1906).

Koehler passe ensuite des faunes littorales à celles des grandes profondeurs, en dirigeant la campagne du Caudan. Cet aviso-remorqueur de quarante-cinq mètres, prêté par le ministère de la marine, est équipé grâce à des subventions officielles et au soutien de certaines relations de Koehler. Trois autres naturalistes l’accompagnent : Julien Thoulet (1843-1936), professeur de minéralogie et de géologie à Nancy, Félix Le Dantec (1869-1917), maître de conférences de zoologie à Lyon et Louis Roule (1861-1942), professeur de zoologie à Toulouse. Ce dernier occupera plus tard la chaire de « Zoologie (Reptiles et Poissons) » du Muséum national d’Histoire naturelle (1910). Parti de Lorient, le Caudan effectue dans le Golfe de Gascogne des dragages allant jusqu’à deux mille mètres de fond (1895). Immédiatement placés dans de l’alcool, les spécimens animaux récoltés constituent une riche collection – actuellement conservée à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Les résultats scientifiques de la campagne du Caudan sont publiés dans les Annales de l’Université de Lyon, Koehler se chargeant des Êchinodermes et des Poissons (1896).

Après son expédition, Koehler décide de limiter le champ de ses recherches aux Échinodermes – un terme forgé en 1789 par le naturaliste montpelliérain Jean-Guillaume Bruguière (1749-1798). Il s’agit, selon Roule, d’« un embranchement de haute valeur, fermé, doué d’une structure originale, différente de tout ce que l’on constate par ailleurs ». La classification des animaux concernés a mobilisé, entre 1800 et 1860, l’attention de grands naturalistes, comme Lamarck, Cuvier, Blainville, Agassiz, Quatrefages ou Van Beneden. Pourtant, la systématique des Échinodermes apparaît, « vers la fin du XIXème siècle, assez obscure et embrouillée ».  Les descriptions anatomiques des espèces sont imparfaites, leur nomenclature ambigüe. Koehler va donc relever le défi, en appliquant les méthodes de la taxinomie zoologique à de vastes collections.

René Koehler (5)

Pl. 100
Koehler, René. Echinodermata echinoidea. Sydney: A.J. Kent, 1926. Cote 8916

René Koehler (6)

Pl. 108
Koehler, René. Echinodermata echinoidea. Sydney: A.J. Kent, 1926. Cote 8916

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour reproduire avec précision la morphologie et l’anatomie interne de ses objets d’études, le zoologiste utilise largement la photographie. Ses publications s’ornent de nombreux clichés en noir et blanc, dont il optimise la qualité grâce à ses relations privilégiées avec les usines Lumière. Celles-ci lui permettent de présenter, lors d’un congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, une communication sur L’industrie photographique à Lyon (1906).

Á partir de 1895, Koehler étudie les collections rassemblées par diverses expéditions océanographiques. De nombreuses publications en découlent, dont la première se rattache à la série des Résultats des campagnes scientifiques accomplies sur son yacht par Albert 1er prince souverain de Monaco. Il s’agit des Échinides et Ophiures provenant des campagnes de l’Hirondelle (1898).Après une étude des Ophiures recueillis par le navire britannique Investigator dans l’Océan Indien (1891), Koehler publie les Résultats du voyage du S. Y. Belgica en 1897-1898-1899. Zoologie Echinides et Ophiures (1901), des « résultats » obtenus dans l’Antarctique. Le zoologiste cristallise durant quelques temps son attention sur les Ophiures, exploitant les collections du Muséum national d’Histoire naturelle – celles du Travailleur et du Talisman (1906) – et rédigeant un ouvrage de synthèse sur le sujet (1907).

Pl. XX
Expéditions scientifiques du Travailleur et du Talisman. Paris Masson, 1906. Cote 15122

René Koehler (9)

Pl. XXI
Expéditions scientifiques du Travailleur et du Talisman. Paris: Masson, 1906. Cote 151022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, Koehler se voit confier la description des Échinodermes recueillis par plusieurs missions. Il s’agit d’abord des deux expéditions antarctiques du commandant Jean-Baptiste Charcot (1857-1936) : celles du Français (1903-1905) et du Pourquoi-pas ?IV (1908-1910). Ensuite vient l’étude des récoltes de la Mission Gruvel sur la Côte occidentale d’Afrique (1909-1910) (1910). Alors en poste à l’université de Bordeaux, Abel Gruvel (1870-1941) est un spécialiste des Crustacés Cirripèdes qui se passionne pour la pêche dans les colonies françaises. Il prendra bientôt la direction, au Muséum, du Laboratoire des productions coloniales d’origine animale de l’École pratique des hautes études (1912).

René Koehler (7)

Pl. XIII
Koehler, René. Echinoderma I.Hamburg: Friederichsen,1914. Cote 8766

La réputation de Koehler s’étend à l’échelle internationale. De 1910 à 1914, le Musée indien de Calcutta et le Muséum américain d’histoire naturelle lui confient des descriptions de leurs riches collections d’Échinodermes – Oursins, Astéries et Ophiures. La première guerre mondiale n’interrompt que brièvement les travaux du savant. Dès 1917, Koehler reprend ses recherches sur des collections rassemblées par des expéditions scientifiques, tout en publiant des études zoogéographiques de synthèse, comme Les Échinodermes des mers d’Europe (1924 et 1927). Les Ophiures des Philippines, de la Malaisie et de l’Australie font également l’objet de monographies richement illustrées (1922-1930).

René Koehler (4)

Pl. 80
Koehler, René. Echinoderma ophiuroidea. Sydney:J. Spence, 1922. Cote 8693

Enfin, Koehler s’intéresse à la tératologie des Échinodermes, dont la symétrie radiaire peut se trouver affectée par diverses malformations anatomiques. Il convient de citer, à ce propos, les Anomalies, irrégularités et déformations du test chez les Échinides (1924), un mémoire publié dans les Annales de l’Institut Océanographique de Paris.

En conclusion, l’itinéraire scientifique de Koehler illustre bien deux tournants majeurs de la zoologie à la fin du XIXème siècle. D’une part, une spécialisation des biologistes travaillant sur les Invertébrés, Arthropodes, Vers, Mollusques … ou Échinodermes, d’autre part, un essor de l’étude de la faune marine, entrainant une multiplication des stations d’études, Banyuls, Endoume, Concarneau, Roscoff, etc. De telles orientations se retrouvent chez le biologiste Maurice Caullery (1868-1958), brièvement en poste à Lyon comme maître de conférences (1896-1901). Mais, à la différence de Koehler, Caullery s’impliquera fortement dans la diffusion du darwinisme, devenant in fine le titulaire de la chaire d’« Évolution des êtres organisés » de la Sorbonne (1909).

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie)

Bibliographie:

Dujardin, Félix ; Hupé, Hippolyte. Nouvelles suites à Buffon – Histoire naturelle des Zoophytes Échinodermes, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1862.

Fischer, Jean-Louis. « Créations et fonctions des stations maritimes françaises ». La Revue pour l’Histoire du CNRS. Novembre 2002, n°7. Disponible en ligne [consulté le 3 février 2015].

Joubin, Louis. « Notice sur M. René Koehler ». Comptes-Rendus des Séances Hebdomadaires de l’Académie des Sciences. 1931, vol. 192, pp. 903-904.

Roule, Louis. « L’œuvre zoologique du Professeur René Koehler ». Revue Générale des Sciences.1932, pp. 402-407.

Scaps, Patrick. Histoire de la biologie marine. Paris : Ellipses, 2005.

Taton, René (dir.). Histoire générale des sciences, T. III :La science contemporaine, Vol. I : Le XIXème siècle. Paris : Presses Universitaires de France1995.

Tribout De Morembert, Henri. « Koehler (René-Jean-Baptiste) » in  Dictionnaire de Biographie Française vol. 18, fasc. CIII. Paris : Letouzey et Ané, 1989.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *