La zoologie: une affaire de famille chez les Milne-Edwards

Milne Edwards (3)

Portrait
Centenaire de l’Ecole supérieure de pharmacie 1803-1903. A.Joanin éd. Cote 11512

 

Au Panthéon des zoologistes français du XIXème siècle figurent en bonne place un père et son fils : Henri et Alphonse Milne-Edwards. L’un comme l’autre ont signé de très nombreuses publications – plus de deux cents pour Alphonse. Il s’agit souvent d’épais volumes, illustrés de planches en couleurs ou en noir et blanc. Observant les multiples formations anatomiques représentées sur les gravures – carapaces, squelettes, viscères, … -, le lecteur ne peut manquer d’être surpris par la diversité des thèmes traités. Il se pose souvent la question : qui furent les Milne-Edwards ? Nous tenterons de fournir quelques éléments de réponse dans ce qui suit.

Henri-Milne Edwards, dit Henri Milne-Edwards (1800-1885), est issu d’une famille d’origine écossaise. Né à Bruges du second mariage d’un ancien planteur de la Jamaïque, il bénéficiera plus tard de la nationalité française. La famille d’Henri s’étant finalement installée à Paris (1814), le jeune homme obtient son doctorat en médecine (1823). Il professe ensuite l’histoire naturelle à l’École centrale des arts et manufactures, puis au lycée Henri IV (1832). Devenu docteur ès sciences (1836) et membre de l’Institut (1838), Milne-Edwards fait carrière à la fois au Muséum et à la Sorbonne. Au Muséum, il est successivement aide-naturaliste (1838), puis professeur d’« Histoire naturelle des animaux articulés » (1841) avant d’occuper la chaire de « Zoologie (Mammifères et Oiseaux) » (1862) jusqu’à sa retraite (1876). À la Sorbonne, Milne-Edwards est suppléant d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1838), puis – jusqu’à son décès –  professeur d’anatomie et physiologie (1844) et doyen de la faculté des sciences (1873). Les leçons qu’il dispense durant la période 1857-1881 couvrent quatorze volumes. Le savant s’éteint dans le logement de fonction dont il a conservé la jouissance au Jardin des Plantes (1885).

Milne Edwards (2)

Page de titre

Persuadé de l’intérêt des excursions zoologiques le long des côtes, Milne-Edwards effectue un voyage en Sicile, avec Armand de Quatrefages et Émile Blanchard (1844). Il participe à la fondation de la Société entomologique de France (1832). Par ailleurs, Milne-Edwards reçoit chez-lui savants et artistes. Cet homme au caractère bien trempé, qui brave les chutes d’obus en 1870, n’hésite pas à accomplir des plongées revêtu de scaphandres rudimentaires. Le même courage marquera le caractère de son fils Alphonse (cf. infra).

Milne Edwards (1)

Page de titre

 

Au début de sa carrière, Henri Milne-Edwards publie – avec Pierre Vavasseur – un manuel de matière médicale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’affirme ensuite, comme chef de file, grâce à ses conceptions originales. Fondant avec de jeunes collègues la zoologie physiologique, Milne-Edwards montre que « la division du travail physiologique » s’accroit avec la complexité de l’organisme. Chez les animaux « supérieurs », chacune des fonctions vitales – nutrition, respiration, reproduction – se trouve donc assurée par un organe ou un tissu précis. Mais, une « loi d’économie » modère la « variété » et la complexité anatomique résultant de la division du travail. Milne-Edwards n’adhère pas au transformisme de Lamarck, malgré son observation d’une complexification croissante dans le règne animal – laquelle le conduit à conférer un rôle taxinomique à la physiologie.

S’appuyant sur ces considérations théoriques, Milne-Edwards  étudie un large éventail d’organismes animaux, aux plans de l’anatomie et de la physiologie : il s’intéresse aussi bien aux Coralliaires et aux Crustacés marins qu’aux Mammifères – y compris l’Homme.

Du mariage d’Henri Milne-Edwards avec la fille d’un officier de grand avenir (823) naissent neuf enfants. Quatre survivent, dont un seul garçon : Alphonse Milne-Edwards (1835-1900). Celui-ci fait des études très brillantes : docteur en médecine (1860), docteur ès sciences (1861), pharmacien de première classe (1864), il est reçu à l’agrégation de zoologie de l’École supérieure de pharmacie de Paris (1865). Comme son père, dont il est le préparateur à la faculté des sciences (1856), Alphonse cumule les postes académiques dans deux établissements : le Muséum et l’École de pharmacie de Paris. D’abord aide-naturaliste dans la chaire d’« Histoire naturelle des animaux articulés » (1862), il passe ensuite dans celle de « Zoologie (Mammifères et Oiseaux) » (1862), où il dirige le laboratoire de Zoologie anatomique de l’École pratique des hautes études (1868) et succède à son père comme professeur (1876). Le savant est devenu, entre temps, professeur de « Zoologie » à l’École de Pharmacie de Paris (1865). Membre de l’Académie des sciences (1879), directeur du Muséum (1891) – il assurera deux mandats -, Milne-Edwards succombe à une douloureuse maladie (1900) sans laisser de descendance.

Flegmatique, pratiquant le sport – origines britanniques obligent -, Alphonse Milne-Edwards est un homme d’action et de décision. Une belle opportunité marque le début de sa carrière : la rupture accidentelle d’un câble télégraphique, reliant l’Algérie à la Sardaigne (1861), révèle l’existence d’animaux étranges vivant au fond de l’océan. Pressenti pour en faire l’étude, Alphonse décrit et classe un grand nombre d’espèces nouvelles, résistant à des conditions extrêmes. Il voyage à bord du Talisman et du Travailleur – malgré d’épouvantables crises de mal de mer – afin de compléter ses observations. Celles-ci feront l’objet d’une grande exposition, organisée par ses soins au Jardin des Plantes (1884).

Milne Edwards (6)

A. Milne-Edwards. Expédition scientifique du travailleur et du talisman: crustacés décapodes T.1. Masson, 1900. Cote 151022

Milne Edwards (5)

A. Milne-Edwards. Expédition scientifique du travailleur et du talisman: crustacés décapodes T.1. Masson, 1900. Cote 151022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Milne Edwards (7)

A. Milne-Edwards. Expédition scientifique du travailleur et du talisman: crustacés décapodes T.1. Masson, 1900. Cote 151022

 

Comme son père, Alphonse est un naturaliste « complet », qui s’intéresse aussi bien aux Arthropodes marins qu’aux Oiseaux ou aux Mammifères. Il montre une véritable passion pour les Crustacés, les étudiant avec ses élèves pharmaciens Louis Bouvier et Henri Coutière. Un Bathynomus, cloporte aquatique géant pouvant atteindre 50 cm et peser 2 kg, trône longtemps dans le bureau d’Alphonse. Ce dernier s’intéresse également aux Crustacés fossiles et à l’anatomie des Limules – d’étranges Arthropodes marins dont l’hémolymphe est aujourd’hui utilisée comme réactif biologique.

Milne Edwards (4)

A. Milne-Edwards. Notes sur quelques crustacés fossiles. Masson, 1880. Cote 43942

En mammalogie, après avoir consacré son mémoire d’agrégation de pharmacie aux Chevrotains, Alphonse étudie aussi bien les Lémuriens de Madagascar que les espèces de la Chine, proposant des révisions taxinomiques.

kangourou

Milne-Edwards, Alphonse. Recherches pour servir à l’histoire naturelle des mammifères. Masson, 1868-1874. Cote 10470

écureuil

Milne-Edwards, Alphonse. Recherches pour servir à l’histoire naturelle des mammifères. Masson, 1868-1874. Cote 10470

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant aux Oiseaux, Milne-Edwards leur consacre un volumineux traité, dans lequel il compare l’ostéologie des espèces actuelles à celle des fossiles. Signalons au passage que Milne-Edwards dote la ménagerie du Jardin des Plantes – dont il est le directeur – d’une grande volière (1888). Enfin, le savant réalise plusieurs études de zoogéographie, notamment sur les faunes de Madagascar et de la Chine.

Dans le passé, les travaux qui viennent d’être mentionnés – ainsi que divers engagements institutionnels, comme celui d’Alphonse à la direction du Muséum – ont conféré aux Milne-Edwards une stature comparable à celle d’un Pasteur ou d’un Claude Bernard. Les nombreux ouvrages ou articles les mentionnant – et même les chromos publicitaires diffusant leurs portraits – en témoignent. Aujourd’hui, les deux zoologistes occupent une position plus obscure dans la mémoire collective.

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie)

 Bibliographie :

Anthony, Jean. « Milne-Edwards, Henri », in : Gillispie, Charles (dir.) Dictionary of Scientific Biography. 1974, vol. 9, pp. 407-409.

Berthelot, Marcelin. « Notice historique sur Henri Milne-Edwards, lue dans la séance publique annuelle de l’Académie des Sciences du 21 décembre 189 ». Revue Scientifique. 1892, vol. 49, n°1, pp. 1-11.

Coutière, Henri. «  M. le Docteur A. Milne-Edwards, professeur à l’École supérieure de pharmacie de Paris ». Bulletin des Sciences Pharmacologiques. 1899-1900,  vol. 2, pp. 161-176.

Lacroix, Alfred. Notice historique sur Alphonse Milne-Edwards : lecture faite dans la séance publique annuelle du 22 décembre 192, Institut de France. Paris : Gauthier-Villars, 1924.

Valette, Guillaume. « Alphonse Milne-Edwards », in : Bedel, Charles (dir.) Figures pharmaceutiques françaises : notes historiques et portraits, 1803-1953. Paris : Masson, 1953.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *