Un monument à la gloire de Rousseau

 

Page de titre du tome Ier

Page de titre du tome Ier

 

Les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon recèlent deux exemplaires de trente-huit volumes in-octavo d’une célèbre édition des Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, dite édition Poinçot. Publiée entre 1788 et 1793 chez le libraire Claude Poinçot, elle est l’œuvre de l’écrivain, dramaturge et journaliste Louis Sébastien Mercier, qui pour l’occasion se fit éditeur scientifique avec l’aide de trois collaborateurs : Gabriel Brizard, François de L’Aulnay et Pierre Le Tourneur.

 

 

 

 

 

Une édition en forme d’hommage

Fervent admirateur de Rousseau, Louis Sébastien Mercier déclare dans l’introduction générale de son édition, parue dix ans après la mort du grand homme, vouloir « offrir à la mémoire de Rousseau un monument digne de lui, et fait pour durer plus longtemps que le marbre et l’airain » (t.1, p. 26-27).  Héritière de l’édition appelée Collection complète de Genève, assurée par trois légataires et amis de l’écrivain juste après sa disparition, cette nouvelle édition, vendue par souscription sous le titre complet « Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Nouvelle édition classée par ordre de matières, et ornées de quatre-vingt-dix gravures » est la première à adopter le titre d’Œuvres complètes. L’édition de Louis Sébastien Mercier, qui présente l’originalité de classer les œuvres de Rousseau par rubriques thématiques (politique, philosophie, musique, botanique…), affiche l’ambition de réunir « tous les écrits qui sont sortis de sa plume » (t.1, p. 27). L’éditeur explique avoir voulu rassembler « les ouvrages marqués du même caractère », car, dit-il, « il était essentiel de réunir les ouvrages qui ont entre eux une connexion frappante » (t.1, p. 27). Il cherche à se démarquer des éditions précédentes qui souffrent d’après lui d’un « mélange confus » (t.1, p. 27), et qui sont « non seulement tronquées, pleines d’omissions » mais qui offrent encore « des répétitions sans nombre » (t.1, p. 55). Voulant donc éviter le triple écueil de la confusion, des omissions et des redites, Mercier exprime la volonté d’établir une «  nouvelle édition  où l’on suit un plan qui fera rentrer chaque ouvrage dans sa classe, et qui ne permettra ni écart ni double emploi » (t.1, p. 55). Peu soucieux de respecter les intentions de l’auteur, Mercier fait par ailleurs le choix d’inclure dans son édition les brochures polémiques associées à chaque œuvre de Rousseau, afin de montrer, dit-il, que « c’est en lui répondant qu’on désespérait de pouvoir lui répondre, en voyant de plus près son accablante supériorité » (t.1, p. 30). Ce faisant, il étoffe grandement le corpus des œuvres complètes de l’écrivain, et s’écarte des volontés de Rousseau, qui n’avait jamais admis que d’autres ouvrages soient intégrés à ses propres écrits.

Mercier insiste beaucoup sur l’ambition artistique de son édition : « On n’a rien négligé pour rendre cet ouvrage plus riche que toutes les éditions précédentes, plus digne de son célèbre auteur. Imprimé sur les caractères de Didot l’aîné, et confié, pour la partie typographique, aux soins de la veuve Valade, il sera orné de quatre-vingt-dix estampes, exécutées par les plus habiles graveurs de la capitale. » (t.1, p. 53). La réalisation des planches est placée sous la direction de Nicolas Ponce, graveur ordinaire du comte d’Artois, frère du roi et futur Charles X. « On n’a pas été moins scrupuleux sur le choix des dessinateurs », ajoute Mercier. De fait, cette édition reprend et réduit au format in-octavo les trente-huit magnifiques estampes de Jean-Michel Moreau, dit Moreau le Jeune, et de Jean-Jacques Le Barbier, dit Barbier l’Aîné, qui ornaient l’édition in-quarto de Bruxelles. Précision intéressante, Mercier ajoute qu’ « on s’est permis seulement d’y faire les changements que les variations du costume français ont rendus indispensables. » Le reste des planches est dû à Clément-Pierre Marillier et Charles Monnet, qui ont conçu la plupart des frontispices, et, dans une bien moindre mesure, à F. Le Clerc, J. B. Naigeon, Boucher, Petit et F. Wheatly.  Mercier souligne l’apport original de Pierre-Clément Marillier dans la conception des frontispices : « Cet ingénieux artiste, écrit-il, se propose de représenter dans des frontispices ornés de médaillons qui seront placés au commencement de chaque volume les sujets les plus intéressants que le texte de ces mêmes volumes pourra lui fournir » (t.1, p. 54). L’idée d’inclure des médaillons dans plusieurs frontispices permet de résumer les grands épisodes du volume grâce à une série d’images légendées et d’éviter d’avoir à privilégier une scène unique.

 

Frontispice du tome Ier, par C.-P. Marillier

Frontispice du tome Ier, par C.-P. Marillier

Frontispice du tome XVIII, par C.-P. Marillier

Frontispice du tome XVIII, par C.-P. Marillier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soin apporté à la composition et à l’illustration de cette édition participe de la volonté de bâtir un véritable édifice commémoratif en hommage à l’auteur disparu. La portée symbolique de cette édition est par ailleurs transfigurée par l’avènement de la Révolution française, qui lui confère une nouvelle dimension et infléchit sa signification au fur et à mesure de sa parution. Le libraire Claude Poinçot, en offrant ses livraisons successives à l’Assemblée nationale, s’efforce de la consacrer comme un monument officiel à la gloire de Rousseau, devenu symbole du citoyen nouveau et objet d’un véritable culte national. Au moment d’offrir son édition à l’Assemblée nationale, il esquisse un parallèle entre son ouvrage et la statue nouvellement érigée en l’honneur de l’écrivain : « Le monument le plus durable de sa gloire sera sans doute celui qu’il s’est élevé lui-même par ses immortels ouvrages. Daignez, Messieurs, en agréer le recueil. Cette édition offre à la fois ce que plusieurs arts peuvent réunir de perfection pour perpétuer les écrits célèbres. Les caractères de M. Didot, les dessins de MM. Moreau, Marillier et Barbier, les gravures d’artistes si renommés, lui méritent l’honneur d’être placée dans vos archives à côté des décrets bienfaisants et généreux qui ont rappelé l’homme à la dignité de son état, à la liberté et au bonheur. » (t. 10, p. 8-9)

 

Gravure du tome XVIII, d’après un dessin de J.-M. Moreau

Gravure du tome XVIII, d’après un dessin de J.-M. Moreau

Gravure du tome XVII, d’après un dessin de J.-J. Barbier

Gravure du tome XVII, d’après un dessin de J.-J. Barbier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La botanique illustrée

Cette édition présente la particularité d’être complétée par un volume de quarante-quatre gravures intitulé Recueil de plantes coloriées pour servir à l’intelligence des Lettres élémentaires sur la botanique. Ces gravures sont destinées à illustrer les trente-deux Lettres élémentaires sur la botanique ainsi que le Dictionnaire des termes d’usage en botanique, qui figurent également dans l’édition. L’ensemble de ces planches ont été gravées sur cuivre par Jean Aubry, puis rehaussées de couleurs à la main, ce qui fait de chaque recueil un exemplaire unique. En fait, notre édition reprend en français une version anglaise des Lettres élémentaires sur la botanique donnée par le professeur Thomas Martyn en 1785, laquelle avait rencontré un vif succès en Angleterre. Ainsi est-il précisé dans l’Avis qui précède ces lettres : « Nous en présentons ici la traduction française, suivie des mêmes gravures, et nous avons lieu d’en espérer les mêmes succès en France ». Le naturaliste Thomas Martyn avait fait suivre les huit lettres originales de Rousseau de vingt-quatre lettres écrites sur le même modèle, ainsi que de gravures coloriées pour en faciliter la compréhension. Ces planches illustratives, reprises par l’édition Poinçot, seront à nouveau copiées dans d’autres éditions, la copie des planches, parfois complétées ou modifiées, étant courante à l’époque.

Planche XVIII (Le myrte ordinaire) du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

Planche XVIII (Le myrte ordinaire) du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

Planche XXIV (Le millepertuis quadrangulaire) du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

Planche XXIV (Le millepertuis quadrangulaire) du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce volume d’illustrations répond, de façon posthume, à un regret maintes fois exprimé par Jean-Jacques Rousseau lui-même. Ce dernier regrettait en effet que les livres de botanique de son temps fussent écrits pour des disciples déjà instruits, et non pour des novices : « Les livres des botanistes modernes n’instruisent que les botanistes ; ils sont inutiles aux ignorants. Il nous manque un livre vraiment élémentaire, avec lequel un homme qui n’aurait jamais vu de plantes put parvenir à les étudier seul », écrit-il le 3 septembre 1766 à la duchesse de Portland. En particulier, il déplorait l’absence d’illustrations dans des traités de botanique renommés, comme ceux de Linné : « Quand j’ai vu dans mon Linnaeus la classe et l’ordre d’une plante qui m’est inconnue, je voudrais me figurer cette plante, savoir si elle est grande ou petite, si la fleur est bleue ou rouge, me représenter son port. Rien. Je lis une description caractéristique, d’après laquelle je ne puis rien me représenter. Cela n’est-il pas désolant ? », lui écrit-il encore le 12 février 1767.

Planche XX du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry, avec page de légendes en regard

Planche XX du Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry, avec page de légendes en regard

Planche V du Dictionnaire des termes de botanique dans le Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

Planche V du Dictionnaire des termes de botanique dans le Recueil de plantes coloriées, gravée par Jean Aubry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’absence d’illustrations dans les ouvrages de Linné, pleinement revendiquée, reflétait alors la tendance générale des travaux taxonomiques du dix-huitième siècle, mais elle ne correspondait nullement à l’idée que Rousseau se faisait de l’étude de la botanique. Cette attention portée aux illustrations témoigne du souci pédagogique et esthétique de l’amateur éclairé qu’était Jean-Jacques Rousseau. En reprenant la version complétée et illustrée de Martyn, l’édition Poinçot parachève en quelque sorte la visée pédagogique des Lettres élémentaires sur la botanique, originellement destinées à apprendre la botanique à la fille de Madeleine Delessert, à qui elles sont adressées, et prolonge la conception que Rousseau se faisait de l’étude des plantes, conception bien plus large que celle d’un pur scientifique. L’Avis des éditeurs se fait l’écho de cette ambition pédagogique : « Les caractères classiques sur lesquels le chevalier Linné a fondé sa méthode demandaient à être mis sous les yeux des commençants, soit pour être déterminés avec précision, soit pour être plus facilement reconnus. Le soin que nous avons apporté aux gravures et aux couleurs ne laisse rien à désirer à cet égard. Nous osons nous flatter que ces éléments présenteront un cours de botanique, également utile aux pères et mères zélés pour les progrès de leurs enfants, aux gens du monde, qui, n’ayant aucune notion de cette science, désirent l’acquérir […]. Les amateurs, le philosophe, l’homme du monde qui veut s’instruire, y trouveront tout ce qu’on peut savoir sur la botanique, sans être botaniste de profession, et tous les secours nécessaires pour le devenir. » (t. 5, p. 6) L’édition de Mercier prolonge ainsi l’œuvre de Rousseau, dont il regrettait la disparition inopportune : « Si la mort ne l’eût pas surpris, il aurait fait pour la botanique, ce qu’il avait fait pour la musique. Il nous aurait délivrés de cette scientifique et repoussante nomenclature, malheureusement consacrée par un grand nom, et qui ne sert qu’à dessécher la mémoire, qu’à effacer le riant tableau de la nature » (t. 1, p. 6).

Billet rédigé par Aurélie Blanc

Bibliographie

  • Philip Stewart. Editer Rousseau. Enjeux d’un corpus. Lyon : ENS éditions / Institut d’histoire du livre, 2012. Cote : 84/33 ROU 3 STE
  • Bernadette Bensaude-Vincent et Bruno Bernardi (dir.). Rousseau et les sciences. Paris : L’Harmattan, 2004. Cote : 84/33 ROU 3 BEN
  • Fernand de Girardin. Iconographie des œuvres de Jean-Jacques Rousseau. Genève : Slatkine Reprints, 1971
  • Michèle Sacquin, « Les manuscrits de Rousseau pendant la Révolution », Revue de la BnF, 2012/3 n° 42, p. 56-69

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *