Un traité insolite : le droit de l’eau mis en image

Parmi les nombreux commentaires du Corpus juris civilis que possède la Bibliothèque interuniversitaire, on trouve le curieux « Tractatus de fluminibus, seu tyberiadis » extrait des « Consilia » imprimé à Lyon par les frères Senneton en 1546. L’auteur en est le célèbre Bartolus de Saxoferrato (1314?-1357) juriste éminent du 14e siècle, maître au Studium de Pérouse.

Ce traité, très apprécié dès sa création (1355), mais connu des seuls spécialistes, relève de la littérature juridique classique s’agissant de l’exploitation et du contrôle des eaux.

 

Il est composé de trois parties : le « Tractatus de alluvione », le « Tractatus de insula » et  le « Tractatus de alveo ». La première traite du partage des alluvions, la seconde de celui des îles qui naissent dans le cours des fleuves, la troisième de la division du lit abandonné par les eaux lorsque le fleuve change son cours : l’enjeu juridique consistant à déterminer les droits des propriétaires riverains sur les terrains qui se forment au fur et à mesure des divagations du fleuve.

Bartole appuie son argumentation juridique sur l’exemple du Tibre auquel il donne une valeur universelle (d’où le titre du traité) et qu’il peut contempler des hauteurs environnantes de la ville de Pérouse.

La surprise que procure le commentaire de Bartole, réside dans les deux premiers traités qui sont illustrés de curieuses figures géométriques, tout à fait insolites dans un ouvrage juridique, et qui prennent en quelque sorte le relais de l’argumentation théorique.

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des alluvions, fig. XVI et XVII, livre imprimé XVIe. Ces deux figures illustrent deux cas différents de partage des alluvions en fonction du profil de la rive du fleuve

 

De figures en figures, c’est tout un paysage urbain mais aussi agreste, contemporain de l’impression de l’ouvrage (XVIe) qui agrémente ces images. Châteaux forts, églises, campaniles pourraient tout aussi bien intéresser l’historien d’art, voire même le cartographe ne serait-ce que dans la représentation symbolique du fleuve, un peu figée, et de ses rives. En tout cas une forte articulation s’instaure entre le texte et l’image, celle-ci donnant à voir concrètement un hypothétique bornage du fleuve entre quatre riverains imaginaires : Lucius, Ticius, Seius et Gaius.

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des îles, fig. XXVI, livre imprimé XVIe

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des îles, fig. XXXVI, livre imprimé XVIe

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des îles, fig. XXXVIII, livre imprimé XVIe. On retrouve ces mêmes riverains hypothétiques dans un cas de figure différent, celui de la constitution d’une ou plusieurs îles : les schémas se compliquent en fonction de la thèse à démontrer

 

On peut penser grâce au texte de Bartole que celui-ci a dessiné lui même ces figures qui nous viennent de la tradition manuscrite (peut-être aidé de Gui de Pérouse). Il serait curieux d’observer comment elles ont évolué de la tradition manuscrite du XIVe aux éditions imprimées du XVIe dont celle de Lyon de 1546..

 

Or la BIU Lsh possède un manuscrit juridique du début du XVe où l’on retrouve la première partie du« Tractatus de fluminibus » c’est-à-dire le « Tractatus de alluvione »(à partir du folio 150, colonne 2, ligne 10 jusqu’au folio 174

Il s’agit d’un recueil juridique d’étude de182 feuillets à 2 colonnes, daté de 1403 et originaire du fonds de Tournon.

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des alluvions, fig. XVI et XVII, manuscrit XVe, Fonds de Tournon. L’architecture et la flore qui ornaient élégamment les berges du fleuve de l’édition imprimée de 1546 ont disparu, laissant cours à un dessin géométrique très simplifié

 

L’architecture et la flore qui ornaient élégamment les berges du fleuve de l’édition imprimée de 1546 ont disparu, laissant place à un dessin géométrique très simplifié qui annonce trait pour trait l’édition du XVIe, garantissant la cohérence de la démonstration.

Les dessins un peu plus grossiers que dans l’édition du XVIe suivent fidèlement la même ordonnance.

L’eau figurée par le copiste facétieux, est plus sinueuse et bouillonnante que dans l’imprimé du XVIe et semble sortir tel un serpent tantôt de la bouche d’un dragon tantôt de celle d’un chien ou d’un masque de loup aux dents acérées. Cette spontanéité du dessin jointe à l’ornementation parfois maladroite des lettrines donnent à ce manuscrit toute sa saveur.

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des alluvions, fig. XVIII, livre imprimé XVIe

 

« Tractatus de fluminibus » : Traité des alluvions, fig. XVIII, manuscrit XVe, Fonds de Tournon. Notons la concordance rigoureuse des deux schémas géométriques

 

Sous l’aspect anecdotique de ces dessins qui nous surprennent à plus d’un chef, c’est en fait à un sujet très sérieux que nous convie Bartole.

Au-delà de l’observation du cours des fleuves il s’agit de l’aménagement du territoire et c’est à une véritable pédagogie en images que nous sommes conviés du XIVe au XVIe siècle.

Article rédigé par Martine Stremsdoerfer

Bibliographie :

  1. FROVA, Carla. Le traité « De fluminibus » de Bartolo da Sassoferrato, 1355. Médiévales. 1999, vol. 18, n°36, p. 81-89. Disponible en ligne sur le portail de revues scientifiques Persée.
  2. Manuscrit du « De fluminibus » du XVIe siècle, d’origine italienne, disponible à la bibliothèque de Berkeley, Californie, et disponible en ligne.

 

Ouvrages étudiés :

  1. Bartolus de Saxoferrato (1314?-1357). Consilia Bartoli Saxoferratei, ad omnes genus Causarum. Lugduni : ad candantis salamandrae insigne, in vico mercenario promercales habentur, [1546]. BIU Lsh : RES 1 592/1
  2. Recueil juridique , [1403], (fol. 150, col.2. ligne 10). Incipit liber seu tractatus alluvionum qui vocatur tyberiedis compositus per Bartholum de Saxoferrato,… BIU Lsh : RES 2 Mss & R 33

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Otto Vervaart dit :

    Il existe une édition critique de ce texte de Bartole par Osvaldo Cavallar, ‘River of Law: Bartolus’s Tiberiadis (De alluvione)’, dans: « A Renaissance of Conflicts. Viisons and Revisions of Law and Society in Italy and Spain », John A. Marino et Thomas Kuehn (edd.) (Toronto 2004) 31-129.

  1. 24 octobre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Céline Anger, Jean Bono. Jean Bono said: RT @HObillets Un traité insolite : le droit de l’eau mis en images http://bit.ly/9n6OOb […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *