Comenius, un pédagogue d’avant-garde

Héritières des fonds de la bibliothèque de l’ex-INRP, les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon conservent en leur sein une mine d’ouvrages relatifs à l’éducation (éditions d’auteurs classiques destinées à la jeunesse, ouvrages moraux, livres pieux pour les enfants, traités d’éducation et d’enseignement, livres offerts en prix, etc.). Au cœur de cet ensemble d’une richesse exceptionnelle, les écrits des divers théoriciens et pédagogues qui ont fait l’histoire de l’éducation ont bien sûr toute leur place. Parmi eux, deux célèbres ouvrages du grand pédagogue tchèque Comenius.

Portrait de Comenius exécuté par Wenceslaus Hollar en 1652

Portrait de Comenius exécuté par Wenceslaus Hollar en 1652

Comenius, père de l’éducation moderne

Théologien, linguiste et grand pédagogue tchèque, Jean-Amos Komensky (ou Comenius) naît le 28 mars 1592 dans un village de Moravie et meurt en exil à Amsterdam le 15 novembre 1670. Membre de l’Union des frères moraves, mouvement protestant qui se caractérise par l’importance qu’il accorde à l’instruction et qui s’enorgueillit d’être à l’origine de la Réforme, il consacre sa vie entière à perfectionner les méthodes d’apprentissage. Orphelin de bonne heure, il doit abandonner ses études pour gagner sa vie et n’apprend à lire et à écrire, paraît-il, que vers l’âge de seize ans. Mais Comenius compense alors les années perdues par un travail acharné, et l’immense effort qu’il doit fournir est peut-être ce qui le conduit à rechercher plus tard les moyens de faciliter l’étude, et surtout de la rendre accessible à tous.

En 1613, il s’inscrit à la faculté de théologie de Heidelberg, devient pasteur en 1616 puis se voit confier dès 1618 la cure et l’école de Fulnek en Moravie. Mais l’invasion des troupes espagnoles en 1621 et les persécutions contre les protestants ordonnées par Ferdinand II de Habsbourg le contraignent ensuite à chercher refuge en Pologne, puis à mener une vie errante sur les routes d’Europe, lesquelles le conduisent en Hongrie, en Angleterre et en Suède, avant de le ramener en Pologne. Enfin, à la suite d’une attaque des catholiques polonais, il repart pour la Hollande, qui l’accueille de 1656 à sa mort. C’est grâce à cet exil que les œuvres de Comenius nous sont parvenues et qu’il a acquis une renommée européenne. Rédigeant ses premiers écrits en tchèque, sa langue maternelle, il est peu à peu obligé de traduire ses ouvrages puis de les écrire directement en latin et en allemand.

Comme le fera Montaigne, Comenius formule de virulentes critiques contre les écoles de son temps, qu’il considère comme « des chambres de torture pour l’intelligence, d’où ne sortaient que des ânes sauvages, des mulets sans frein et dissolus ».  Pour lui, la réforme de l’éducation est le seul moyen de remédier à la crise culturelle que traverse l’Europe à l’époque de la guerre de Trente Ans. Héritier du message égalitaire du christianisme, il plaide pour une démocratisation de l’enseignement. Il considère – et c’est l’une des revendications de la Réforme tchèque – qu’une population instruite, parce qu’elle peut accéder directement aux textes sacrés, est à même de se rapprocher de Dieu.  Ainsi, « tout doit être enseigné à tout le monde, sans distinction de richesse, de religion ou de sexe ».
La Clé des langues

C’est en 1631, à Leśna en Pologne, que paraît pour la première fois l’ouvrage qui va le rendre célèbre dans toute l’Europe, la Janua linguarum reserata ou La Clé des langues (littéralement la Porte des langues ouverte). Il s’agit à l’origine d’un manuel de latin destiné à des élèves dont la langue maternelle était le tchèque, mais ce manuel, dont la Bibliothèque Diderot de Lyon possède sept éditions différentes, est très vite adapté à d’autres langues. Cet ouvrage sera finalement traduit en douze langues européennes et même en arabe, en turc, en persan et en mongol. La première traduction française date de 1642. Se trouvent conservées dans les collections de la BDL six éditions trilingues parues entre 1643 et 1665 (deux en latin-allemand-français, trois en latin-grec-français, une en latin-flamand-français), et une édition quadrilingue (en latin-allemand-français-italien) parue en 1644.

Page de titre de l’éd. trilingue latin-flamand-français de 1662, chez Johannes Janssonius à Amsterdam. Cote : 1R 52756

Page de titre de l’éd. trilingue latin-flamand-français de 1662, chez Johannes Janssonius à Amsterdam. Cote : 1R 52756

Chapitre 10 de l’éd. trilingue latin-flamand-français de 1662, chez Johannes Janssonius à Amsterdam. Cote : 1R 52756

Chapitre 10 de l’éd. trilingue latin-flamand-français de 1662, chez Johannes Janssonius à Amsterdam. Cote : 1R 52756

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 1 de l’éd. trilingue latin-grec-français de 1665, chez Daniel Elzevier à Amsterdam. Cote : 1R 34762

Chapitre 1 de l’éd. trilingue latin-grec-français de 1665, chez Daniel Elzevier à Amsterdam. Cote : 1R 34762

Page de titre de l’éd. trilingue latin-grec-français de 1665, chez Daniel Elzevier à Amsterdam. Cote : 1R 34762

Page de titre de l’éd. trilingue latin-grec-français de 1665, chez Daniel Elzevier à Amsterdam. Cote : 1R 34762

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comenius reprend en fait l’idée d’un manuel composé par un jésuite irlandais nommé Bateus, qui avait paru au début du dix-septième siècle. Mais la version remaniée de Comenius, qui rencontra un immense succès, fit oublier l’original. Fidèle à sa théorie, suivant laquelle la connaissance des mots devait en même temps servir à acquérir celle des choses, il classe dans un ordre méthodique toutes les choses de l’univers, avec leurs noms latins et la traduction en langue vulgaire en regard, et fait de ce vocabulaire général un répertoire universel des connaissances. Il y rassemble ainsi 8000 mots parmi les plus usités, les emploie dans 1000 périodes qu’il rédige lui-même et qu’il répartit en 100 chapitres thématiques (l’eau, la terre, les insectes, l’homme, les maladies, la géographie, la médecine, les anges, etc.), et ce de manière à donner en un temps record la connaissance des mots essentiels à la compréhension d’une langue.

Page de titre de l’éd. quadrilingue latin-allemand-français-italien de 1644, chez Elzevier à Leyde, avec ex-libris armorié en regard. Cote : 1R 84978

Page de titre de l’éd. quadrilingue latin-allemand-français-italien de 1644, chez Elzevier à Leyde, avec ex-libris armorié en regard. Cote : 1R 84978

Chapitre 1 de l’éd. quadrilingue latin-allemand-français-italien de 1644, chez Elzevier à Leyde. Cote : 1R 84978

Chapitre 1 de l’éd. quadrilingue latin-allemand-français-italien de 1644, chez Elzevier à Leyde. Cote : 1R 84978

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans sa préface, Comenius regrette la manière dont le latin est enseigné dans les écoles et déplore l’apprentissage du vocabulaire par cœur, qui empêche toute véritable réutilisation des mots dans le discours. Il condamne également la complexité des ouvrages destinés à faire connaitre les auteurs, qui, au lieu d’amener la jeunesse à la lecture des anciens, l’en détourne. On ne devrait pas, selon lui, « vouloir pousser la jeunesse à tant de vastes & amples volumes de ces autheurs, qui la plus part du temps traittent des choses qui surpassent la capacité des enfants, & sont éloignées de notre usage, c’est vouloir pousser dans le vaste Ocean une petite nasselle, qui ne demanderoit autre chose que de  jouër dans quelque petit lac, pour la faire esgarer à jamais, ou perdre dans les flots ou revenir au port sans aucun fruict ». Ainsi Comenius se propose d’écrire un ouvrage qui se veut moderne et inédit : non pas un dictionnaire, une grammaire, ou une sélection des bons auteurs, mais un ouvrage qui consiste à dresser « quelque epitome de toute la langue, en telle sorte que tous les mots et toutes les phrases qu’elle a, estans recueillies en un corps, peussent estre apprises en fort peu de temps, et sans beaucoup de travail ».

Le Monde en images

Pourtant, la Janua linguarum est jugée trop difficile pour les débutants, y compris par Comenius lui-même. C’est pourquoi il complète cet ouvrage en donnant un Orbis sensualium pictus, dont la première édition paraît à Nuremberg en 1658. Ce Monde en images, qui a été traduit dans presque toutes les langues européennes, est une sorte d’encyclopédie où les mots sont accompagnés de vignettes illustratives. C’est l’ancêtre et le modèle des encyclopédies illustrées encore en usage de nos jours. Cet imagier est conçu sur le même plan que la Janua linguarum : les mots latins, groupés en phrases, sont répartis dans toutes les branches de l’activité et des connaissances humaines, mais l’ouvrage se divise en cent cinquante chapitres au lieu de cent.

Introduction d’une éd. bilingue latin-allemand parue à Nuremberg en 1682 ?, coloriée a posteriori. Cote : 1R 36521

Introduction d’une éd. bilingue latin-allemand parue à Nuremberg en 1682 ?, coloriée a posteriori. Cote : 1R 36521

 

Chapitre 23 d’une éd. bilingue latin-allemand parue à Nuremberg en 1682 ? Cote : 1R 36521

Chapitre 23 d’une éd. bilingue latin-allemand parue à Nuremberg en 1682 ? Cote : 1R 36521

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque chapitre est illustré d’une vignette pourvue de numéros se rapportant aux mots qui composent le texte. Dans les premières éditions, parues à Nuremberg du vivant de l’auteur, le texte bilingue est disposé sur trois colonnes : la première renferme les phrases latines, la seconde la traduction allemande, et la troisième un vocabulaire des substantifs et des adjectifs, avec l’indication du genre et de la déclinaison. Dans les deux premières colonnes, chaque nom est accompagné d’un chiffre renvoyant aux chiffres correspondants de la vignette. A la fin du volume se trouve un index des mots latins, puis des mots allemands. Dans de nombreuses éditions postérieures à la mort de l’auteur se trouve également la traduction des mots latins en français ou en anglais, italien, etc. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède trois éditions de l’Orbis pictus : une édition bilingue latin-allemand, probablement parue à Nuremberg en 1682, et deux éditions quadrilingues (latin-allemand-italien-français) parues respectivement en 1760 et 1777 à Nuremberg.

Page de titre de l’éd. quadrilingue allemand-latin-italien-français de 1760, chez Johannes Andreas Endter à Nuremberg. Cote : R2 22576

Page de titre de l’éd. quadrilingue allemand-latin-italien-français de 1760, chez Johannes Andreas Endter à Nuremberg. Cote : R2 22576

 

Chapitre 74 de l’éd. quadrilingue allemand-latin-italien-français de 1760, chez Johannes Andreas Endter à Nuremberg. Cote : R2 22576

Chapitre 74 de l’éd. quadrilingue allemand-latin-italien-français de 1760, chez Johannes Andreas Endter à Nuremberg. Cote : R2 22576

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Orbis sensualium pictus, qui a pour ambition d’apprendre le latin par association d’un mot à une image, répond à l’idée novatrice que l’apprentissage doit être facile, agréable et spontané. Son épigraphe est à cet égard caractéristique : Omnia sponte fluant, absit violentia rebus (Que tout vienne spontanément, que la contrainte soit bannie). Pour Comenius, la contrainte n’est pas nécessaire à l’élève, qui désire naturellement appendre, pour peu que son intérêt soit stimulé. La méthode d’enseignement qu’il préconise, intuitive, doit s’appuyer sur les sens. Parce qu’il n’y a pas de pensée qui ne dérive d’une sensation, elle veut que l’élève apprenne par les choses elles-mêmes, ou du moins par leur représentation. Dans la préface, l’auteur s’exprime en ces termes : « il est certain qu’il n’y a rien dans l’entendement qui n’ait été auparavant dans les sens, et, par conséquent, c’est poser le fondement de toute sagesse, de toute éloquence et de toute bonne et prudente action, que d’exercer soigneusement les sens à bien concevoir les différences des choses naturelles ; et comme ce point, tout important qu’il est, est négligé ordinairement dans les écoles d’aujourd’hui, et qu’on propose aux écoliers des objets qu’ils n’entendent point, parce qu’ils ne sont pas bien représentés à leurs sens et à leur imagination, c’est pourquoi la fatigue d’enseigner, d’un côté, et celle d’apprendre, de l’autre, devient si lourde, et apporte si peu de fruit. »  L’Orbis pictus, en plaçant à côté du mot, sinon la chose elle-même, du moins l’image de la chose, permet ainsi à son auteur de réaliser enfin son grand principe pédagogique, et de rester pour la postérité, selon le mot de Jules Michelet, « un génie de lumière, un puissant inventeur, Galilée de l’éducation. »

Billet rédigé par Aurélie Blanc 

Bibliographie

  • Prévot, Jacques. Coménius : l’utopie éducative. Paris : Belin, 1981. Cote : 371.4 COMENIUS PRE
  • Denis, Marcelle. Comenius. Paris : PUF, 1994. Cote : 371.4 COMENIUS DEN
  • Buisson, Ferdinand. In : Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Paris : Theolib, 2011. Cote : REF 37(03) NOU
  • Besse, Henri. « Comenius et sa ‘méthode d’enseignement graduée' ». In : Langue française. 2001, n° 131, p. 7-22. Disponible en ligne [consulté le 30 septembre 2014]
  • Piaget, Jean. « Jan Amos Comenius (1592-1670) ». In : Perspectives (UNESCO, Bureau international d’éducation). 1993, vol. XXIII, n° 1/2, p. 175-199. Disponible en ligne [consulté le 30 septembre 2014]

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 7 décembre 2014

    […] au père de tous les réformateurs pédagogiques, Comenius, je conseille la lecture du billet de Aurélie Blanc qui lui est consacré et où l'on pourra voir en particulier de nombreuses reproductions très […]

  2. 3 février 2017

    […] cours était une petite représentation théâtrale. Dans son approche pédagogique, il suivait les préceptes de Comenius, le grand pédagogue et philosophe tchèque qui préconisa, et en cela ce fut un précurseur de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *