Une nouvelle exposition du département Patrimoine et Conservation de la Bibliothèque Diderot de Lyon !

Affiche de l'exposition

L’université Paris Panthéon-Sorbonne et le Centre de Recherches en Histoire des Slaves, l’Université de l’Oural et le laboratoire d’études des sources primaires, l’École normale supérieure de Lyon (ENS de Lyon) et le laboratoire Triangle UMR 5206, avec la collaboration de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) et de la Chambre de commerce et d’industrie de la ville de Lyon, organisent les 6 et 7 novembre 2014 un colloque international intitulé Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914.

 

 

 

Exposition à la Bibliothèque Diderot de Lyon du 6 novembre 2014 au 15 février 2015

Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914

Télécharger le programme complet :

Programme – partie 1

Programme – partie 2

Site web de la Bibliothèque Diderot de Lyon

C’est une nouvelle opportunité pour la BDL et son département Patrimoine et Conservation d’explorer ses fonds anciens et spécialisés, et en particulier les sources russes et européennes des fonds slaves, et de les donner à voir à ses publics comme au plus grand nombre.

Comme nous l’avons déjà évoqué précédemment sur ce blog et sur le blog des fonds slaves, ces collections consacrées à la civilisation russe sont majoritairement constituées par le fonds slave des jésuites, ancienne Bibliothèque slave de Meudon dont l’initiateur à Paris en 1856 fut Ivan Sergueevitch Gagarine (1814-1882)1. Devenu Membre de la Compagnie de Jésus, le Père Jean Gagarine, accompagné par les pères jésuites russes Jean Martynov et Eugène Balabine fondent une bibliothèque de recherche pour mener à bien leur mission de rapprocher les communautés orthodoxes et catholiques et ainsi jeter des ponts entre l’Orient et l’Occident. Ils apportent avec eux leur propre documentation venue de Russie et l’enrichissent progressivement de publications acquises dans leur exil parisien, reflet de la slavistique française, russe et européenne, et de dons prodigués par des familles russes exilées en France et aussi par des sociétés savantes russes et européennes. Ils jettent ainsi les bases d’un gisement documentaire d’une valeur inestimable, sans cesse enrichi par tous leurs successeurs et aujourd’hui encore par ceux qui s’efforcent de poursuivre leur œuvre à la BDL. Cette ressource de par sa nature et de par son contenu est un témoin en soi des relations complexes entre la Russie et le monde occidental.

Partie de l'Empire de Russie comprise en Europe

Partie de l’Empire de Russie comprise en Europe2

Pierre le Grand fait le choix d’occidentaliser la Russie, et grâce à ses victoires sur la scène militaire il donne à son pays le statut de puissance européenne. Ce rayonnement s’affiche avec la fondation de Saint-Pétersbourg dont l’Italien Francesco Algarotti dira dans ses lettres russes, qu’elle est une fenêtre sur l’Europe :

« Ma qual cosa le dirò prima, qual poi di questa Città, di questo gran finestrone, dirò così, novellamente aperto del Norte, per cui Russia guarda in Europa ? »3

« Je vais enfin vous parler de cette nouvelle ville, de cette grande fenêtre, ouverte récemment dans le Nord, par où la Russie regarde en Europe. »4

Plan de Saint-Pétersbourg en 1716

Plan de Saint-Pétersbourg en 17165

Désormais la Russie regarde l’Europe, et l’Europe ne cessera plus d’avoir l’empire des tsars en ligne de mire. Si elles ne sont pas les premières à concerner la terre russe, les publications tournées vers le monde russe – relations de voyages, rapports de missions diplomatiques et scientifiques, mémoires des uns et études savantes des autres – déferlent en Europe tout au long du XVIIIe siècle et au-delà. Tantôt objet d’un engouement sans borne, tantôt sujet d’inquiétude, voire de rejet et de condamnation, toujours énigmatique et fascinante, la Russie suscite nombre de réactions dont les sources imprimées durant deux siècles se font l’écho.
Tout au long de cette période, le monde russe s’approprie les modèles occidentaux, les refonde à son image ou les rejette, créant peu à peu sa propre identité, affirmant ainsi sa propre culture qui à la fin du XIXe siècle entre définitivement et magistralement dans le patrimoine universel, devenant à son tour un modèle pour la création artistique du monde entier, un monde dont elle va totalement bouleverser l’équilibre en 1917.

Le tsar Pierre le Grand fonde la ville de Saint-Pétersbourg

Le tsar Pierre le Grand fonde la ville de Saint-Pétersbourg6

Puisant dans les richesses des fonds slaves, comme dans celles des collections de l’Université de Lyon et dans celles des collections Éducation, l’exposition s’attachera à illustrer la vitalité du monde du livre qui de Saint-Pétersbourg à Berlin, d’Aberdeen à Paris et Venise, tisse les réseaux de la transmission des idées et des savoirs. Elle s’efforcera de mettre en lumière la manière dont les élites russes, avec les Allemands, les Français, les Russes, les Anglais, les Italiens, construisent leur paysage politique, culturel et artistique, s’emparent de leur histoire, et participent des grands débats intellectuels du XIXe siècle toujours aujourd’hui au cœur des problématiques russes et européennes.

L’exposition se déploiera dans le hall de la bibliothèque et se clôturera dans la salle Patrimoine autour de la vie et l’œuvre d’Ivan Gagarine dont le destin incarne parfaitement ce dilemme russe entre Orient et Occident qui caractérise la Russie. C’est une heureuse opportunité de rendre hommage au fondateur du fonds jésuite dont on célèbre cette année le bicentenaire de la naissance. Un colloque à Paris auquel les fonds slaves participent a lieu le 18 octobre au Centre Sèvres. Toutes les informations sur cet événement sont disponibles sur le site du colloque :
http://www.ivan-gagarine.fr/

Des tables de livres empruntables installées devant la salle Patrimoine et dans les salles Histoire/Philosophie et Lettres et Langues prolongeront ce parcours et proposeront au public des ouvrages sur l’ensemble des thématiques explorées par le colloque et l’exposition.

D’autres billets consacrés à cette manifestation seront à consulter sur le blog des fonds slaves. Le premier est disponible dès maintenant. D’autres suivront qui mettront en valeur les points forts de l’exposition, dont en particulier un corpus allemand, illustration de la force du monde savant germanique au XVIIIe siècle et de ses apports fondamentaux à la vie scientifique russe qui contribuèrent, notamment, à la création et à l’activité de l’Académie des sciences de Russie. C’est l’occasion pour le département Patrimoine et Conservation de remercier vivement Bastien Rissoan, stagiaire dans notre service de Mars à juin 2014 (Enssib – Master Cultures de l’écrit et de l’image), et dont l’intervention aura été déterminante pour la description et l’analyse de ces ressources allemandes, originales et rares dans le paysage documentaire français.

  1. Billet Interfaces http://bibulyon.hypotheses.org/2662 et billet du blog des fonds slaves http://fslavesbdl.hypotheses.org/311 []
  2. Voltaire (1694-1778), Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand, par l’auteur de l’histoire de Charles XII, S.L. [Genève], [Frères Cramer], MDCLIX-MDCCLXV – Cote FSJ B1e vol 1 []
  3. In : Francesco Algarotti (1712-1764), Saggio di lettere sopra la Russia, in Parigi, MDCCLX [1760], Presso Gio. Briasson impressore, e libraio. Lettera IV, p. 55. Cote FSJ B14a alg []
  4. In : Francesco Algarotti (1712-1764), Lettres du comte Algarotti sur la Russie, contenant l’état du Commerce, de la Marine, & des forces de cet empire : avec l’histoire de la guerre contre les Turcs, & des observations sur la mer Baltique, & la mer Caspienne, à Londres, et se trouve à Paris chez Merlin, Libraire …, M. DCC. LXIX [1769]. Lettre IV, p. 64. Cote FSJ B7b alg []
  5. In : Johann Bernhard Müller, Les mœurs et usages des Ostiaks et la manière dont ils furent convertis en 1712, à la religion chrétienne du rit grec avec plusieurs remarques curieuses sur le Royaume de Sibérie, & le détroit de Weygatz ou de Nassau, par Jean-Bernard Muller, capitaine de dragons au service de la Suède, pendant sa captivité en Sibérie, S.L., S.D. Publié probablement dans le 1er tiers du XVIIIe siècle. []
  6. In : Vita, e fasti di Caterina 2. imperatrice ed autocratrice di tutte le Russie ec. ec., 1 – [6] volumes, œuvre attribuée à Francesco Becattini (1740 ? – 1820 ?) et imprimée à Lugano en 1797 chez Antonio Zatta. Cote FSJ 9-7 Bec []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *