L’histoire entière des poissons de Guillaume Rondelet

Les journées européennes du patrimoine 2014 sur le thème « Patrimoine naturel, patrimoine culturel » ont permis  de remettre en lumière les deux éditions originales, l’une en latin et l’autre en français, de L’histoire entière des poissons de Guillaume Rondelet. Un billet de 2011 évoquait déjà les figures de monstres contenues dans cette œuvre mais L’histoire des poissons est bien plus que cela.

 

L’ouvrage est d’abord paru à Lyon, chez Matthieu/Macé Bonhomme en 1554 dans une édition latine sous le titre Libri de piscibus marinis in quibus verae piscium effigies expressae sunt. L’année suivante sort la suite, Universae aquatilium historiae pars altera (que la BDL ne possède malheureusement pas). Quatre ans plus tard, en 1558, paraît l’édition en français, toujours chez le même imprimeur à Lyon : L’histoire entière des poissons (qui réunit les deux parties latines). Le livre semble avoir été écrit originellement en français par Rondelet, traduit ensuite en latin par Charles de l’Escluze pour être publié en 1554, puis retraduit en français pour l’édition française de 1558.

 

 

Guillaume Rondelet, un savant de la Renaissance

Guillaume Rondelet (1507-1566), docteur en médecine, professeur, a été chancelier de la faculté de Montpellier ; il est connu des littéraires puisqu’il a été caricaturé par son ami Rabelais sous le personnage de Rondibilis dans Pantagruel. Il a aussi été un compagnon du cardinal de Tournon qu’il a accompagné dans beaucoup de ses voyages.

 

Rondelet_3

 

En véritable homme de la Renaissance, Rondelet s’intéressa à tous les domaines scientifiques. Médecine, anatomie, dissection, chirurgie, oculistique, balnéothérapie, pharmacopée, botanique : autant de disciplines dans lesquelles il fit montre de beaucoup de curiosité, d’esprit d’initiative et dans lesquelles il n’hésita pas à engager des expérimentations.

 

 

L’histoire des poissons, une œuvre majeure d’ichtyologie

Alors que depuis l’Antiquité 117 espèces de poissons étaient répertoriées et toujours reprises, Rondelet innove en recensant  dans son œuvre 440 espèces animales aquatiques, dont 241 espèces de « vrais » poissons (même si Rondelet entend lui-même par « poissons » l’ensemble des espèces aquatiques qu’il observe, incluant par exemple certains mammifères).

L’étude expérimentale du milieu aquatique a beaucoup occupé Guillaume Rondelet, notamment lors de ses séjours en Italie et lors de ses voyages lointains ; à son retour en France, il s’était fait installer des viviers dans sa propriété proche de Montpellier et l’on rapporte qu’il disséquait des poissons que ses amis et élèves lui apportaient.

Ses connaissances ichtyologiques sont étayées par ses lectures certes (il connaît tous les classiques ayant écrit sur le sujet), mais surtout, elles sont complétées par ses observations attentives et ses expérimentations : loin d’être une simple compilation d’écrits antérieurs, son œuvre est à cet égard très novatrice ; elle s’appuie sur de nombreuses observations, et elle entreprend une sorte de classification basée sur la forme des animaux et le milieu dans lequel ils vivent et évoluent. Beaucoup d’éléments seront repris d’ailleurs par des auteurs postérieurs. Bien entendu, étant donné les moyens scientifiques limités dont disposait Rondelet (loupe, dissection), la classification à laquelle il a abouti est aujourd’hui dépassée mais sa démarche est déjà une vraie démarche scientifique.

Plusieurs groupes d’animaux aquatiques sont rassemblés dans des familles qui gardent aujourd’hui une certaine actualité : les poissons plats, les raies et les torpilles, les poissons de roches par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois en revanche, les conclusions auxquelles aboutit Rondelet sont en contradiction avec les observations pertinentes qu’il a pu faire et noter : ainsi il classe les mollusques et les cétacés parmi les poissons, tout en ayant bien remarqué leurs différences anatomiques. Le castor est également rangé parmi les poissons ainsi que les tortues, les grenouilles ou les crapauds.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rondelet décrit aussi certains animaux pour la toute première fois : vers à court et long bec, pennatules, spongiaires, larves de libellule, cigales d’eau douce.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques bêtes subsistent néanmoins, sorties tout droit des bestiaires de la Renaissance comme les monstres marins en habit de moine ou d’évêque : il serait tout à fait surprenant que Rondelet en ait réellement vu !

 

 

Dans ses descriptions, Rondelet évoque bien sûr les formes des animaux, leurs appareils digestifs, reproductifs, respiratoires, mais aussi la façon dont on peut les préparer pour les manger, il fait des remarques sur leur goût, la possibilité d’en faire des médicaments, les maladies qu’ils peuvent donner à quiconque les regarde ou les mange ; il évoque aussi leurs différents noms en latin et en langue vulgaire, joignant les remarques philologiques aux considérations scientifiques : en ce sens, c’est bien un traité de la Renaissance éclectique et curieux de tout.

 

L’histoire des poissons, un beau livre illustré du XVIe siècle

En dehors du contenu et de la démarche scientifique, ce qui rend l’œuvre intéressante, c’est aussi la qualité et l’abondance des illustrations : chaque « poisson » est en effet accompagné d’une gravure sur bois très précise insérée au fil du texte ; ces 490 illustrations sont suffisamment détaillées pour permettre de décliner parfois toutes les nuances d’une même espèce.

On ne sait en revanche si les dessins furent faits ou non de la main de Rondelet lui-même, et l’on ne connaît pas le nom du graveur qui les exécuta.

 Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie

  • Rondelet, Guillaume ; Meunier, François et D’Hondt, Jean-Loup (préf.). [Reprod. en fac-sim.]. L’histoire entière des poissons. Paris : CTHS, 2002. Cote : 508 ROND (site Monod, salle Sciences et Société)
  • Belin-Milleron, J. « Les naturalistes et l’essor de l’humanisme expérimental (fin du XVIe, début du XVIIe siècle) ; de Rondelet au conseiller Peiresc ». Revue d’histoire des sciences et de leurs applications. 1952, tome 5 n°3, p. 222-233. Disponible en ligne [consulté le 10 septembre 2014]
  • Gulielmi Rondeletii doctoris medici et medicinae …, Libri de piscibus marinis in quibus verae piscium effigies expressae sunt. Lugduni apud Matthiam Bonhomme, 1554. Cote : 1R 204 411
  • Rondelet, Guillaume. L’histoire entière des poissons. Lyon : Macé Bonhomme, 1558. Cote : 1R 204 412

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Roberto dit :

    Je me demande, combien de copies de ce livre existent-ils dans le monde?

    Roberto

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    En l’absence de catalogue international et vu le nombre de livres anciens non catalogués dans les bibliothèques du monde, étant donné que des personnes privées peuvent aussi en posséder un, il est impossible de répondre à cette question… En France il est répertorié une trentaine de fois dans des bibliothèques universitaires (mais cela ne veut pas dire que les exemplaires soient complets partout, les reliures sont différentes etc.). Seul un inventaire systématique mené par un/e chercheur/se permettrait peut-être d’avancer une bonne estimation.

  3. Ronald dit :

    Est-il bien écrit en français ou plutôt en Occitan ou Franco-Provençal?

  4. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour,
    L’ouvrage est bien écrit en français « traduit en françois », pas en occitan ni en franco-provençal.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *