Observations sur la fièvre jaune au XIXème siècle

La BU sciences a accueilli en avril une exposition sur la vie d’Alexandre Yersin découvreur du bacille de la peste en 1894. Les grandes épidémies de peste ont beaucoup marqué la mémoire collective. Mais au début du XIXe siècle une autre maladie moins connue, « la fièvre jaune » appelée aussi vomito negro s’est répandue en Europe sous forme épidémique faisant de nombreux morts. Moins démunis qu’au Moyen Âge, les médecins et les autorités sanitaires de l’époque ont rédigé de nombreuses études sur le sujet. D’autant que tous les médecins n’étaient pas convaincus de la nature contagieuse de la maladie. Ainsi la BU possède plusieurs textes de Nicolas Chervin médecin originaire de Saint-Laurent-d’Oingt (Rhône) persuadé de la non contagion de la maladie et favorable à la suppression de la quarantaine. Il s’opposait en cela à Etienne Pariset dont la bibliothèque possède les Observations sur la fièvre jaune faite à Cadix en 1819 et à Louis-Joseph-Marie Robert auteur du Guide sanitaire des gouvernemens européens ou nouvelles recherches sur la fièvre jaune et le cholera-morbus.

Page de titre. Cote 11085

Page de titre. Cote 11085

Page de titre. Cote 35575

Page de titre. Cote 35575

Deux études de la fièvre jaune

Les livres des docteurs Pariset et Robert sont tous les deux dédiés à des ministres de Louis XVIII concernés par les problèmes de santé publique. Le premier est un in-folio daté de 1820. Le second est constitué de deux volumes in-octavo édités en 1826, don du docteur Louis Brachet, professeur de médecine et membre de l’académie des sciences de Lyon.

Les deux auteurs consacrent une grande partie de leurs textes à décrire, de manière très clinique, l’évolution de la maladie chez un certain nombre de patients, les traitements qui leur ont été appliqués et le résultat de leurs autopsies. Les deux livres contiennent des illustrations sous forme de planches lithographiées et coloriées, 5 planches pour le premier, 22 planches pour le second. La qualité et le statut de l’iconographie est différente dans les deux ouvrages (cf. infra).

Le rapport du docteur Pariset

Le docteur Pariset est mandaté par le duc Decazes, ministre de l’Intérieur de Louis XVIII, pour réaliser sur place, en Espagne ou sévissait la maladie, une enquête destinée à apporter des  réponses à deux questions cruciales : La fièvre jaune est-elle épidémique ? La fièvre est-elle apparue spontanément à Cadix ou a-t-elle été importée d’ailleurs ? Son étude devant permettre de prendre les mesures de salubrité publique adaptées et éviter que la maladie ne se répande en France. Dans sa préface Etienne Pariset évoque les difficultés de son enquête et résume ses conclusions : « Ce n’est qu’en tremblant que je publie les observations suivantes j’étais en les écrivant, dans une continuelle agitation d’esprit. Cette agitation tenait en partie la singularité de ma situation, en partie à la difficulté de la matière que j’avais à traiter […].Ce Mémoire présentera sans doute, dans plus d’un lieu, la trace et comme le reflet de ces fluctuations de mon esprit. Pourquoi les aurais-je dissimulées ? […]Mes hésitations sont venues de ma sincérité. Toutefois par le progrès même de mon travail mes idées se sont affermies et je pense m’être fort nettement expliqué sur les points capitaux que j’avais à décider. Le premier de ces points est relatif à la contagion de la fièvre jaune. Or je ne sache pas que jamais contagion ait été plus solidement prouvée que la contagion de cette fièvre en Andalousie […].Le second point est relatif à l’origine de la fièvre jaune européenne. Cette fièvre nait-elle spontanément en Espagne ? Y vient-elle d’une source étrangère ? Placé entre ces deux suppositions, malgré les arguments spécieux dont on a coloré la première, et dont j’ai moi même été séduit, je ne balance point à prononcer ici pour la seconde. » 

Pour son rapport Etienne Pariset a demandé au duc Decazes l’achat de tous les livres traitant du sujet, il précise que s’il évoque deux fois l’épidémie de Séville en des termes différents «[…] c’est que la première fois je parlais d’après les notes que j’avais prises sur les lieux et recueillies de la bouche même des médecins  et des magistrats; tandis que la seconde, j’écrivais sur des documents officiels, qui n’ont été publiés que depuis mon retour en France et que j’ai reçus beaucoup plus tard ».

Même s’il est bien reçu par des confrères espagnols qui l’aident dans ses démarches et ses enquêtes dans les régions et les villes ou la maladie a sévi, les difficultés sont nombreuses. Les conditions climatiques et environnementales (froid, humidité, présence de marécages..) sont difficiles à prendre en compte. Sur le plan administratif, les autorités ne sont pas toujours bien disposées, elles répugnent à répondre aux questions de crainte d’affoler leur population ou d’être obligées de mettre en œuvre des mesures coûteuses. Sur le plan médical, la cause des décès est difficile à déterminer car la maladie est mal identifiée et peu connue. Certains symptômes (vomissement ou fièvre) se retrouvent dans beaucoup d’autres affections.

Une des caractéristiques de la fièvre jaune est de présenter des symptômes très colorés. Le docteur Pariset explique : « Voilà pourquoi je m’étais, de bonne heure, proposé d’employer le crayon de quelque habile artiste, à fixer, par des dessins fidèles, les étranges caractères que la fièvre jaune, dans ses périodes principales, imprime sur le visage de ceux qu’elle a frappés ». Il apprend qu’un médecin « […] avait fait dessiner, sous ses yeux, un jeune Espagnol, qui fut pris de la fièvre, en parcourut les temps divers, et finit par mourir […]. Les dessins dont il s’agit représentaient ce jeune homme dans l’état de santé, dans l’invasion de la fièvre, dans le moment de rémission, et finalement, dans toutes les horreurs de la terminaison fatale […] ». Etienne Pariset rapporte ces dessins en France et les fait graver pour les publier dans son ouvrage, il précise : «  Les teintes que le pinceau leur a données ont été copiées sur les originaux. Ces figures donneront de la fièvre jaune une image plus vive que je ne le ferais par le discours. (Pariset pp 26-27)

Les planches lithographiées montrent la progression de la maladie sur les traits et la langue du malade.

Lithographie de C. Lasteyrie

Lithographie de C. Lasteyrie

 

Lithographie de C. Lasteyrie

Lithographie de C. Lasteyrie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lithographie de C. Lasteyrie

 

Le guide sanitaire du docteur Robert

Edité quelques années plus tard, ce guide est dédié au baron de Damas, ministre des Affaires étrangères. Son auteur le docteur Robert est le responsable du lazaret de Marseille qui recueille des malades en provenance du monde entier. Son introduction est virulente : « La lutte qui s’est établie depuis quelques années au sujet de la contagion, ou non contagion de la fièvre jaune est loin d’être terminée. Chaque jour amène quelques nouveaux champions dans l’arène; et aux yeux de beaucoup de spectateurs le prix n’est pas encore adjugé. Je viens à mon tour partager l’honneur et les périls du combat ; les fonctions que je remplis près le premier lazaret de l’Europe m’en imposent le devoir. J’estime mes adversaires mais je ne les crains pas. C’est la sainte cause de l’humanité que je vais défendre ma devise est conscience et vérité ».

Le premier volume est tout entier consacré à exposer en détail les études existantes sur le sujet y compris celle du docteur Pariset pour conclure que c’est la même maladie que l’on désigne sous différents noms. Le deuxième volume comporte vingt-deux planches lithographiées et colorées. Les trois premières reproduisent les costumes portés par les médecins lors des épidémies et les dix neuf autres représentent des malades. La lecture du texte n’apporte guère d’informations supplémentaires sur ces images ; elles ne sont jamais évoquées et leur suppression ne modifierait en rien la lecture. Cela n’est pas surprenant car le propos de l’auteur n’est pas de reconnaître la maladie mais d’exposer la façon dont les victimes ont pu être contaminées et les règles à observer pour éviter la contagion. Les pages 623 à 754 sont consacrées aux rapports médicaux et à la description des autopsies pratiquées sur un certain nombre de cadavres Les cas étudiés sont désignés par des numéros et par le nom du malade. Certains cas sont illustrés par des gravures dont on peut supposer que les dessins ont été réalisés à la morgue.

Fièvre jaune (2)

Pl. Chiozotto

Des informations précises sont fournies sur certains malades : le numéro 20, Ignace Simittich, non représenté par une gravure, était charpentier, autrichien et revenait d’Alexandrie, il est indiqué que c’est son bateau « […] qui a rapporté à Marseille le fameux zodiaque de Denderah, le plus beau reste sans doute des antiquités égyptienne après les gigantesques pyramides ».Le numéro 4, le capitaine Joseph Chiozotto commandait le brick Comte de Ges il est arrivé de Saint jean D’Acre en bonne santé ainsi que tout son équipage, il y aura pourtant dix victimes sur son navire parmi eux le matelot Antonio Vignola et le fils du capitaine tous deux encore adolescents. On ne sait pas si la planche qui représente Chiozotto représente le père ou le fils.

Fièvre jaune (3)

Pl. Capuro

Quant à Joseph Capuro, âgé « de vingt-six ans, matelot du capitaine Demore, sarde » sur la gravure il  ne présente aucun signe apparent de maladie, on pourrait le croire simplement endormi.

Les lithographies

Les lithographies étaient à l’époque coloriées, les dessins étaient reproduits sur une pierre calcaire, imprimés en noir et blanc et ensuite coloriés à la main1. Le résultat final dépendait donc des compétences du dessinateur, de l’imprimeur et du coloriste. Or si on ne connaît pas le nom du dessinateur des illustrations du livre de Pariset, nous savons qu’elles ont été réalisées dans l’imprimerie lithographique de Charles de Lasteyrie, une des premières et des plus réputées de Paris à l’époque. Le guide du docteur Robert ne comporte aucune mention d’auteur ou le graveur. Le costume du médecin ressemble beaucoup à celui que l’on trouve dans le traité de Jean Jacques Magret écrit un siècle plus tôt et les poses des malades semblent très académiques. Lorsque l’on compare les deux ouvrages, les quatre images du jeune espagnol du rapport Pariset sont beaucoup plus suggestives et émouvantes que les portraits accumulés des malades du lazaret de Marseille.

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois

 

Bibliographie:

Blog Alexandre Yersin. Université Claude Bernard Lyon1, 2014

Chervin, Nicolas ; Audouart, Mathieu ; François, Maxence. De la nullité des prétendues preuves de contagion observées à Barcelone en 1821Paris : De l’imprimerie de Crapelet, 1827.

Guiart, Jules. L’école médicale lyonnaise : catalogue commenté de la section régionale du musée historique de la faculté mixte de médecine pharmacie de Lyon. Paris : Masson, 1941.

Lorilleux, Ch. et Cie. Traité de lithographie : histoire, théorie,pratique. Paris : Imprimeries réunies,1889

Manget, Jean-Jacques. Traité de la peste recueilli, des meilleurs auteurs anciens et modernes. Genève : Philippe Planche, 1721.

Pariset, Etienne ; Mazet, André. Observations sur la fièvre jaune faite à Cadix en 1819. Paris : Audot, 1820. Disponible en ligne [consulté en septembre 2014]

Robert, Louis-Joseph-Marie. Guide sanitaire des gouvernemens européens; ou, Nouvelles recherches sur la fièvre jaune et le choléra-morbus, maladies qui doivent être considérées aujourd’hui comme identiques, et soumises au même régime quarantenaire que la peste du levant. Paris : Crevot, 1826. Disponible en ligne [consulté en septembre 2014]

  1. La chromolithographie n’a été brevetée qu’en 1837 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *