Un rare recueil de villancicos du 17e siècle

La  Bibliothèque Interuniversitaire de Lyon conserve un ensemble de cinq recueils de villancicos, quatre de la fin du 17e siècle et l’un de 1723 (cote : R2 88699). Sauf un conservé à la BM de Montpellier, ils semblent absents des bibliothèques françaises.

Les villancicos sont des chansons  profanes accompagnant des danses, nées dans l’Espagne médiévale. L’origine du terme – de villanos (vilains) – confirme ce caractère populaire.

L’Eglise les reprit à son compte pour les inclure dans la célébration des fêtes, en particulier Noël et les Rois. Les textes en langue vernaculaire, simples, sont proches de ceux des noëls traditionnels français. Notre recueil ne comporte pas de musique.

Villancicos de la nuit de la Nativité. @BIU-lsh

Villancicos de la nuit de la Nativité. Madrid, 1697.

Voici par exemple le refrain et le couplet de l’un d’entre eux :

Nos perdamos de vista la Estrella                   Ne perdons pas de vue l’Etoile
amos con ella :                                                   Allons avec elle :
Ay como correla y como buela !                       Ah, comme elle court, comme elle vole !
Ay como passa veloz, y ligera ! …                    Comme elle passe, rapide et légère !
Tres Monarcas  oy siguen                                   Aujourd’hui trois monarques suivent
Sus Luzes bellas,                                                  Sa brillante clarté
Que aunque errante la admiran                     Bien qu’elle erre, ils l’admirent
Fixa la esperan :                                                  En attendant qu’elle se fixe
Que linda Estrella,                                              Quelle belle,
Que hermosa, y bella,                                         Scintillante, magnifique Etoile,
amos con ella…                                                     Allons avec elle…
Un astro flamante induce,                                Un  astre flamboyant  emmène
tres Magestades Excelsas,                                   Trois Insignes Majestés
à adorar un Rey, que nace                                  Adorer un Roy qui naît
del tiempo à las inclementias                          En un temps de malheurs
Maravilla nueva,                                                 Merveille inouïe
Que los discretos logren                                      Que les sages
tener Estrella.                                                       Puissent avoir l’Etoile pour guide.
En un Portal derrivado                                       Dans une Crèche délabrée
le hallaron, porque advirtieran,                      Ils le trouvent, pour annoncer
que à reparar ha venido,                                     Qu’il est venu réparer,
y assi entre ruinas se alverga.                           C’est dans des ruines qu’il s’abrite
Rara providencia !                                                Extraordinaire providence !
que apenas nace,                                                   A peine est-il né
quando nace apenas.                                            Qu’il naît à la peine.

Ces textes ont été imprimés sous la forme de modestes brochures devenues très rares. Ce type de publication  était sans doute limité aux lieux de culte prestigieux : cathédrales, chapelles royales, grands monastères et perdait tout intérêt une fois la fête passée. Comme d’autres impressions populaires largement diffusées de leur temps, livres d’heures par exemple, il n’a pas été jugé digne d’être conservé dans les bibliothèques.

La tradition des villancicos s’est  transmise aux pays d’Amérique latine où ils se sont enrichis de l’apport des cultures indiennes.

Villancicos des enfants convertis. @BIU-lsh

Villancicos chantés pour la fête des sept convertis le 24 mai 1723, Saragosse. La gravure représente l’apparition à St Jacques de la « vierge au pilier », à Saragosse. C’est pour abriter ce pilier qu’a été construite l’église où sont chantés ces villancicos.

Bibliographie indicative :

1. Alvar, Manuel. « Un exemple de littérature populaire: la collection des villancicos de Malaga », Mélanges de la Casa Velazquez, vol. 10, n° 10, 1974, p. 575-579

2. Begue, Alain. « Le villancico : un genre parathéâtral  à la fin du siècle d’or espagnol », La Licorne, n° 82, 2007, p. 133-156

3. Catálogo de villancicos de la Biblioteca Nacional : siglo XVII / Biblioteca Nacional ; [coord.: Isabel Ruiz de Elvira Serra]. – Madrid : Ministerio de Cultura, 1992

4. Catálogo de villancicos y oratorios en la Biblioteca Nacional : siglo XVIII-XIX / Biblioteca Nacional ; [coord.: María Cristina Guillén Bermejo ; Isabel Ruiz de Elvira Serra]. – Madrid : Ministerio de Cultura, 1990


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. la prade dit :

    lire un article au sujet des villancicos m’a profondément ravie et permis de me remémorer un voyage à saragosse. Quel plaisir de retrouver toute l’originalité et la vivacité de la culture espagnole!
    Il est pourtant dommage de ne pas avoir de lien vers ce blog depuis le site de la BIU…!

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Merci pour votre commentaire qui nous fait grand plaisir. Depuis votre message, nous avons ajouté sur le portail de la BIU un lien vers ce blog ; merci de nous l’avoir rappelé.

  3. Elisabeth Prost dit :

    Jetez un oeil au catalogue de la bibliothèque d’agglomération de Montpellier. Vous serez étonnés par le nombre de Villancicos conservés dans les fonds anciens, notamment dans la collection de Charles de Vallat (1816-1884). Nous possédons également, grâce au même donateur, plusieurs recueils de Goigs et de Gozos, maintenant en ligne sur le site http://www.montpellier-agglo.com/mediatheques

  4. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Merci de nous signaler cette riche collection montpelliéraine. Bien plus modeste en effet, notre ensemble tire sa particularité d’être conservé dans un fonds universitaire et dans une région française non-méridionale.

  5. benet dit :

    ne peut on pas avoir ces livres et si oui ou les commander ? merci de votre réponse

  6. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour Monsieur,

    Les ouvrages que nous décrivons dans le blog Interfaces sont des ouvrages des bibliothèques universitaire et interétablissement de Lyon 1, Lyon2, Lyon3 et l’ENS. Ils sont consultables dans nos locaux respectifs. Si vous souhaitez acheter semblables ouvrages, il faut surveiller les libraires anciens de votre ville, les catalogues de vente des libraires anciens sur Internet, les salles de vente de temps à autre, les sites de type eBay.
    Très cordialement,

    Claire Giordanengo
    Responsable des fonds patrimoniaux
    Bibliothèque Diderot de Lyon

  7. Civade - Cabrera Josette. dit :

    En me replongeant dans le monde de ma langue maternelle, j’ai découvert ces vallancicos.J’ai littéralement craqué sous l’émotion que provoque leur écoute. Leur naïveté est touchante et bien que profane , ils transparaît à travers eux une imprégnation religieuse. Mon préféré est  » Los peces en el río « , il paraît naîf mais le poisson est tout de même le symbole du christianisme. Alors peut-être pas si profane que cela…Je ne suis pas une spécialiste et j’écris sûrement des sottises;
    Merci pour toutes ces informations précieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *