Alcide d’Orbigny : du voyage naturaliste à l’histoire de la Terre

Portrait d’Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P.Bertrand, 1847 t.8. Cote 1028

Alcide, Charles, Victor, Marie Dessalines d’Orbigny vient au monde le 6 septembre 1802 à Couéron (Loire Atlantique). Il est le second des six enfants du chirurgien de marine Charles-Marie D’Orbigny. Ce dernier, originaire de Saint-Domingue, exerce la médecine à Couéron. En sa qualité d’ancien naturaliste voyageur et de correspondant du Muséum national d’Histoire naturelle, il est en relation avec les professeurs de l’établissement. La famille d’Orbigny migre à Esnandes (1815), puis à La Rochelle (1821) où Alcide fait des études classiques.

Anodontes

Pl.80 Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P.Bertrand, 1847 t.9 Cote 1028

Mycétopus

Pl.66 Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P.Bertrand, 1847 t.9 Cote 1028

 

Alcide et son frère puiné, Charles, sont initiés dès l’enfance à l’histoire naturelle. Leur père les entraîne, le long des côtes marines, dans des excursions zoologiques durant lesquelles chacun prélève des coquilles de Mollusques. Les sables du littoral contiennent aussi des exosquelettes microscopiques de Foraminifères. Alcide participe aux recherches de son père sur ces animaux, dont il deviendra vite un spécialiste (cf. infra).

En 1824, un ami de la famille d’Orbigny, Antoine de Ferussac, attire Alcide au Muséum. Le jeune homme peut alors suivre les enseignements de professeurs prestigieux: Georges Cuvier (chaire d’« Anatomie des animaux »), Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (chaire de « Zoologie des Mammifères et Oiseaux », Pierre Cordier (chaire de « Géologie »), etc.

Alcide d’Orbigny parcourt plusieurs pays d’Amérique du Sud : le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, le Chili, la Bolivie et le Pérou. Charles Darwin débute son périple à la même époque (1831), mais il longe les côtes tandis que d’Orbigny s’enfonce dans les terres. Les deux hommes réalisent donc des explorations parallèles. Par la suite, ils entretiendront des échanges épistolaires.

Amérique méridionale

Carte de l’Amérique méridionale dressée par Alcide d’Orbigny, 1838. Cote 1028

 Une relation détaillée des aventures américaines d’Orbigny n’a pas ici sa place. Seuls deux points particuliers seront mentionnés. D’abord, le savant rencontre l’« Homme américain », qu’il étudie sous les angles de l’anthropologie, de l’ethnographie et même de l’archéologie (cf. infra) – mettant fin, notamment, au mythe des « géants Patagons ». Ensuite, d’Orbigny se passionne pour les palmiers : il les décrit, les peint sur le motif … et consomme leur « cœur ».

Cocos

Pl.1. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P. Bertrand, 1846. Cote 1028

Dès son retour en France (1834), d’Orbigny présente devant l’Académie des sciences l’inventaire des trésors qu‘il rapporte : plus de deux cent cinquante espèces de mammifères, huit cents oiseaux, environ six mille insectes, deux cents poissons, une centaine de reptiles, huit cents mollusques et coquillages et trois mille espèces végétales – dont plus de soixante-dix palmiers. Ces spécimens enrichiront les chaires « à collections » du Muséum.

Trogon

Pl.66. Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P. Bertrand, 1847 t.9 Cote 1028

D’Orbigny soutient sa thèse de doctorat ès sciences naturelles le 24 avril 1846, à la faculté des sciences de Paris. Son mémoire principal est consacré aux Ammonites, tandis que le second porte sur les Bélemnites. Briguant ensuite un poste de professeur, d’Orbigny rencontre l’hostilité de la communauté scientifique. Il occupe finalement une chaire de « Paléontologie », spécialement créée pour lui au Muséum (1853). L’influence de la famille d’Orbigny auprès de Napoléon III n’est pas étrangère à cette nomination, qui déclenche l’ire du corps professoral. Ses collègues mettront l’intrus en quarantaine : installé dans des locaux délabrés, d’Orbigny ne pourra jamais accéder aux collections de paléontologie, que gère le professeur d’« Anatomie comparée ».

D’Orbigny se heurte aux mêmes difficultés du côté de l’Académie des sciences, où il ne sera jamais élu en dépit de huit candidatures : cinq à un fauteuil de zoologie et trois à un fauteuil de minéralogie. En revanche, d’Orbigny intègre la Société philomathique de Paris (1837) et reçoit le grand prix annuel de la Société de Géographie (1834), ainsi que la médaille Wollaston de la Geological Society of London (deux fois).

 

 

Xanthe

Pl.6. Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P. Bertrand, 1847 t.9 Cote 1028

Membre de la bourgeoisie aisée et cultivée, d’Orbigny est reçu dans les salons. Ses déboires au Muséum n’empêchent pas des relations cordiales avec certains professeurs de l’établissement, comme les Brongniart. D’ailleurs, son frère Charles est l’aide naturaliste de Pierre Cordier, titulaire de la chaire de « Géologie » du Muséum. D’Orbigny épouse en premières noces Pamela Martignon (1835), qui donne naissance à une fille. Devenu veuf (1842), il se remarie deux ans plus tard avec Marie Gaudry, sœur d’Albert Gaudry futur professeur au Muséum (cf. infra). Un garçon et deux filles naissent de la seconde union du naturaliste.

Ayant longtemps joui d’une robuste constitution, d’Orbigny voit sa santé décliner au cours des années 1850. Il est atteint du paludisme et d’une affection cardiaque douloureuse – peut-être imputable à la maladie de Chagas. Épuisé, il s’éteint à Pierrefitte le 30 juin 1857.

Si d’Orbigny peut être considéré comme un « savant maudit », il semble que la malédiction ait également atteint sa chaire du Muséum. En effet, ses deux successeurs meurent dans des conditions tragiques. D’abord, le vicomte Adolphe D’Archiac se jette dans la Seine lors d’une crise de dépression aigue (1868). Ensuite, Édouard Lartet  tombe gravement malade et succombe à une crise d’apoplexie (1871) sans avoir pu prononcer sa leçon inaugurale. La « malédiction » s’éteint avec Albert Gaudry, beau-frère de d’Orbigny (cf. supra), qui dirigera durant trente ans la chaire de « Paléontologie ».

L’indifférence, voire l’hostilité de la « science institutionnelle » française poursuit d’Orbigny bien après sa mort. C’est une exposition organisée à Pau (1964), puis la publication du Voyage en Alcidie de Françoise Legré-Zaidline (1977), qui permettront de réactiver la mémoire collective. Le Muséum célébrera ensuite avec éclat le bicentenaire de la naissance d’Alcide (2002) (cf. Bibliographie).

La redécouverte d’Orbigny a révélé toute l’importance et l’étendue de son œuvre, qui se rattache à plusieurs disciplines : la paléontologie, la minéralogie, la zoologie, la botanique, l’anthropologie et même l’archéologie. De nombreux ouvrages d’importance majeure sont dus à la plume du naturaliste, comme le Voyage en Amérique méridionale (1835-1847), le Cours élémentaire de paléontologie et de géologie stratigraphiques (1849-1852) ou la Paléontologie française: description zoologique et géologique de tous les animaux mollusques et rayonnés fossiles de France (1840-1856).

Loligo

Pl.4. Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P.Bertrand, 1847 t.9 Cote 1028

Comme Lamarck, d’Orbigny contribue à fonder la paléontologie des Invertébrés. Il étudie les Échinodermes, les Coelentérés, les Mollusques et les Brachiopodes, comparant les formes fossiles aux espèces actuelles. Spécialiste des Foraminifères – vivants et fossiles – d’Orbigny décrit plus de mille espèces de ces animaux, pour lesquels il crée un ordre spécifique. Sa taxinomie sera révisée par la suite, mais le naturaliste n’en reste pas moins un pionnier de la micropaléontologie.

D’Orbigny développe aussi, de manière décisive, la paléontologie stratigraphique. Pour cela, il utilise les Invertébrés fossiles – notamment les Foraminifères comme biomarqueurs des divers « étages » géologiques. Ce dernier terme est introduit et défini par d’Orbigny lui-même (1842). Il dénombre vingt-sept étages, baptisés selon une terminologie géographique à laquelle il contribue : Aptien, Bajocien, Cénomanien, Sinémurien, Toarcien, etc.

Sa lecture stratigraphique de l’histoire de la Terre révèle à d’Orbigny des périodes de repos – correspondant aux « étages » -, interrompues par des phases d’activité intense – volcanisme, séisme ou surrection de montagnes. Celles-ci ne sont autres que les fameuses « révolutions de la surface du globe » chères à Cuvier. Fixiste et catastrophiste comme lui, D’Orbigny pense que vingt-sept faunes auraient successivement peuplé la Terre avant de disparaître. Ces théories suscitent en France d’acerbes critiques. Mécontentant zoologistes et géologues, d’Orbigny ne parvient pas à faire considérer la paléontologie comme une discipline à part entière.

Enfin, les travaux ethnologiques du savant, résumés dans L’Homme américain (1839), jettent les bases de l’« américanisme ». Ils influenceront plusieurs générations de chercheurs. Voyageant de l’animal à l’Homme, à travers l’espace et le temps, d’Orbigny a construit une œuvre originale qui n’a rien perdu de son actualité. Les théories modernes le confirment : bien que moins « catastrophique » qu’Alcide le pensait, l’histoire du Globe ne fut pas un long fleuve tranquille.

Danse

Pl.5. Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P. Bertrand, 1847 t.8 Cote 1028

Indiens

Pl.4. Alcide d’Orbigny. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris : P. Bertrand, 1847 t.8 Cote 1028

 

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie).

Bibliographie

Brygoo, Raoul. Alcide d’Orbigny (1802-1857). Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1995. Document non publié.

Fischer, Paul. « Notice sur la vie et les travaux d’Alcide d’Orbigny ». Bulletin de la Société géologique de France. 1878, vol. 6, pp. 434-453.

Gioda, Alain & Roux, Jean-Claude. « Alcide d’Orbigny, voyageur ». Pour la Science. 2002, n° 296, pp. 68-74.

Laurent, Goulven. « Orbigny, Alcide d’, 1802-1857 » in Tort, Patrick, dir. Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution. Paris : PUF, 1996. Vol. 3.

Legré-Zaidline, Françoise. Voyage en Alcidie. Paris : Boubée, 1977.

Legré-Zaidline, Françoise. Alcide Dessalines d’Orbigny (1802-1857). Paris : l’Harmattan, 2002.

Taquet, Philippe, dir. Alcide d’Orbigny. Paris : Muséum national d’histoire naturelle & Nathan, 2002.

Tobien, Heinz. « Orbigny, Alcide Charles Victor Dessalines d’ » in Gillispie, Charles (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography. New-York : Charles Scribner’s Sons, 2002.Vol. 10.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *