Palmarès et discours des distributions des prix

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une série de discours de distributions de prix assortis des palmarès reçus par les élèves lors de ces occasions solennelles que sont en fin d’année scolaire ou universitaire la remise des récompenses aux élèves les plus méritants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’essentiel de ces discours et listes d’élèves primés est rassemblé dans le fonds « Palmarès », issu de la bibliothèque de l’ex-INRP ; quelques palmarès proviennent également de l’école d’enseignement spécial de Cluny ; enfin, la bibliothèque possède aussi une série de discours prononcés dans des écoles privées lors de ces cérémonies de remises des prix (mais sans les listes d’élèves primés). Globalement, on trouve des lycées, des petits lycées, des établissements publics et des établissements privés ; l’enseignement féminin n’est en revanche quasiment pas représenté ; quelques-uns de ces palmarès sont manuscrits. Environ 1200 palmarès et discours sont recensés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une centaine de lycées et collèges sont représentés, la plupart situés à Paris (ce sont surtout pour quelques grands établissements parisiens que les séries sont les plus longues et les plus suivies). Chronologiquement, l’essentiel des années représentées constitue la deuxième moitié du XIXe siècle, plus particulièrement les années 1880-1910.

 

 

 

 

 

Les distributions de prix sont instructives à plus d’un titre et permettent des angles d’étude variés : ces listes permettent des recherches onomastiques sur de très longues séries de noms (noms régionaux, patronymes juifs, nobles, patronymes étrangers etc.) ; il est possible de suivre, au fil des décennies, les variations du calendrier scolaire ; on peut entreprendre des études prosopographiques, repérer des élèves méritants,  des dynasties familiales ; on peut suivre au fil du temps quelques-unes des péripéties qui affectent les imprimeries auxquelles les collèges, lycées et écoles confient l’impression de leurs palmarès (veuvages, associations, changement de propriétaires…) ; les palmarès permettent de voir également les disciplines enseignées, les changements d’intitulé des disciplines, l’introduction de nouvelles disciplines au fil des ans…

7_Ch

 

 

 

On peut noter également la complexité et la diversité des prix distribués : prix d’excellence dans une discipline certes, mais également prix de bon esprit, prix attribué par les associations d’anciens élèves, prix fondé par un ancien particulier de l’école etc. : c’est toute une sociabilité IIIe République qui se dessine autour de ces attributions et distributions de prix. Souvent est donnée également la liste des personnes qui travaillent au lycée, ce qui permet d’appréhender cette institution sous un angle fonctionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’étude des discours prononcés lors de ces occasions solennelles, qui réunissent pour quelques heures élèves, parents, enseignants, notabilités, est particulièrement instructive : qui a prononcé le discours – personnalité connue, simple professeur, notable local -, quelle en est la personnalité tutélaire ; quels thèmes sont abordés d’une année sur l’autre ou d’un lycée à l’autre, quelles sont les thématiques choisies par l’enseignement privé ou l’enseignement public, quels sont les topoï de ce genre d’allocutions ; quelles qualités souligne-t-on chez les élèves ? Comment les discours s’adaptent-ils au jeune public ? Quelles sont les références culturelles des uns et des autres et comment celles-ci évoluent-elles au fil des ans ? On voit se dessiner là toute la rhétorique et l’idéologie méritocratiques des élites de la IIIe République.

 

 

Parfois, ce sont les événements extérieurs qui s’invitent à la distribution de prix : il est rare que pour l’année 1870-71 soit publié un palmarès ; entre 1915 et 1919, on voit précéder le palmarès des listes d’élèves et professeurs tombés au champ d’honneur ; les discours s’émaillent d’exemples de sacrifices donnés par les aînés et il n’est pas rare qu’un élève primé les années précédentes se retrouve sur ces listes de morts ou de disparus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces documents un peu arides, assez peu visuels, sériels sont une source très intéressante pour une histoire fine de l’éducation durant presque un siècle ; assez peu exploités en général, ils mériteraient certainement quelques études ponctuelles.

 Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie :

  • VIAL, Jean. Histoire de l’éducation. Paris : PUF, 2009
  • ISAMBERT-JAMATI, Viviane. Crises de la société, crises de l’enseignement : sociologie de l’enseignement secondaire français. Paris : PUF, 1970. Cote : i 343 (mag 7) ; 166069 (mag 11)
  • STEPHAN, Shirley. Les distributions de prix dans les débuts de la Troisième République (1870-1914) à Lyon. [S.l.] : [s.n.], 2012. Mémoire. Disponible en ligne [consulté le 23 juillet 2014]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *