La gestion de l’information au XVIe siècle (2/2) : la bibliographie universelle de Conrad Gesner

Le billet du mois dernier était consacré à un traité d’art de la mémoire, ces techniques qui visent à conserver au mieux l’information en soi-même à une époque de relative rareté de l’écrit, publié au XVIe siècle à Venise. Cependant, le développement de l’imprimerie a conduit à la diffusion du livre, et avec lui des outils de travail comme les dictionnaires, les index, les bibliographies, qui ont peu à peu supplanté les simples mémoires individuelles. Parmi les volumes de la Bibliothèque Diderot de Lyon hérités de l’ex-INRP figure à ce titre l’intéressant ouvrage de Conrad Gesner, Pandectarum sive partitionum universalium libri XIX. , publié à Zurich chez Johann Froschauer en 1548.

Conrad Gesner est un important humaniste suisse. Né à Zurich en 1516, il a étudié le latin, le grec et l’hébreu, à Grossmünster, Strasbourg, Bourg-en-Bresse et Paris, avant d’obtenir un diplôme de médecin à Bâle1. Il s’installe ensuite à Zurich, où il commence une œuvre prolifique et polyvalente, abordant aussi bien la médecine, que la philologie, la botanique, et la zoologie (Historia animalium, 1551-58). Tous ses ouvrages ont été publiés chez l’imprimeur libraire Christophe Froschauer à Zürich. Ce dernier, d’origine bavaroise, bourgeois de Zürich depuis 1519, était à la tête d’un atelier comptant quatre presses, d’une fabrique de papier, d’une fonderie de caractères typographiques, d’un atelier de xylographie, et d’un atelier de reliure. On lui attribue 700 publications. C’est donc un imprimeur très important.

Le projet dont fait partie le livre de 1548 a quant à lui valu à Gesner le titre de « père de la bibliographie ». En 1541, à l’âge de 25 ans, il s’attelle en effet à produire un catalogue bibliographique de toutes les œuvres écrites en latin, grec et hébreu, imprimées ou manuscrites. Ce projet abouti en 1545 avec la publication chez Froschauer de la Bibliotheca universalis, où ils recensent 10 000 œuvres de 3 000 auteurs différents, par ordre alphabétique d’auteur. Pandectarum sive partitionum universalium libri XIX., publié en 1548, est le second tome de cette Bibliotheca universalis. Cette fois-ci, l’ouvrage comprend également des écrits en langues vulgaires. Les œuvres ne sont plus classées alphabétiquement, mais par discipline. Cet arrangement systématique répond à une division des savoirs qui est présentée sous forme d’un tableau dans le livre même.

Ce tableau est héritier des divisions opérées par la scolastique médiévale entre droit, théologie et médecine, même si le lien qu’établit Gesner entre médecine et physique semble novateur. Des matières comme l’histoire et la rhétorique reposent en revanche plutôt sur les centres d’intérêts des humanistes.

La « bibliothèque universelle » classée thématiquement est ainsi divisée en 19 livres, qui correspondent aux dix-neuf premiers sujets dans la division du savoir : le premier livre est par exemple consacré aux titres de grammaire. La théologie est publiée dans un second volume un an plus tard, disposant d’une page de titre propre – il est ici relié à la suite du premier. Chaque livre est précédé d’une épître à un imprimeur-libraire européen important : sont représentés des imprimeurs de l’espace rhénan, de Venise, de Lyon et Paris, et de Nuremberg. La première épître est adressée à Johann Froschauer lui-même. Chaque épître est complétée de la liste des publications de l’imprimeur en question.

A l’intérieur de chaque livre, les titres référencés sont regroupés par thèmes, sous le titre de titulus. Ainsi le livre XIV, consacré à la philosophie naturelle, est divisé en huit tituli, dont nous traduisons librement des titres :
1.    De la philosophie naturelle en général
2.    Du ciel et du monde, des étoiles et des planètes
3.    Des quatre éléments
4.    De la génération et de la corruption
5.    Des météores
6.    Mélanges sur la nature des choses en général
7.    Des métaux et des minéraux
8.    Des plantes
9.    De l’âme
10.    Des sujets abordés par Aristote sous le titre « petits traités » : du sommeil, de la mémoire, de la jeunesse et de la vieillesse, de la respiration.
11.    Des animaux
12.    De la magie naturelle et des miracles
Ces titres rappellent, sans l’imiter complètement, la Physique d’Aristote.

 

Dans certains livres, ces tituli admettent encore des subdivisions. L’ouvrage, riche et complexe, représente donc un volumineux in-folio de plus de 1 000 pages. La reliure semble d’époque : en veau brun sur ais de bois biseautés, avec un décor estampé à froid, elle porte la trace d’anciens fermoirs.

Le projet de bibliothèque universelle de Conrad Gesner s’inscrit donc dans un contexte de multiplication des sources d’informations, due à une explosion de la production imprimée au tournant du XVe-XVIe siècle. Certains contemporains de ce changement font d’ailleurs l’expérience – sans doute familière à un lecteur du XXIe siècle – d’une surcharge ou d’un excès d’information2. Conrad Gesner se propose donc de traiter le difficile problème de la « déroutante et nuisible abondance de livres »3, en permettant une vue d’ensemble sur la production écrite universelle4. Le titre du tableau des divisions et chapitres de la théologie dénote une intention claire : « tabula quae brevissime ob oculos ponit ordinem et methodum Partitionum Theologicarum » (« Tableau qui pose sous les yeux de manière très brève l’ordre et la méthode des chapitres de la théologie »). Il s’agit de voir dans la masse des ouvrages une totalité cohérente et identifiable au premier coup d’œil, grâce à une présentation tabulaire.

Cette volonté de recenser, d’indexer et de classer les ouvrages répond également à l’inquiétude que la multiplication des livres – en d’autre terme l’excès d’information- conduise à la perte d’un certains nombres des textes hérités et conservés par la tradition, ce qui peut sembler un paradoxe. Cette inquiétude est exprimée par Henri Estienne dans deux petites dédicaces à Gesner en grec et en latin, situées au feuillet 375. Voici la dernière formule d’Estienne :

Attamen est etiam tua nunc laudanda voluntas,
Naufragio tabulas quas potes eripere.
(Néanmoins il faut maintenant louer ta volonté/
de sauver les textes que tu peux du naufrage.)

En conclusion, si le titre de « père de la bibliographie » peut tout de même lui être contesté5, Conrad Gesner réalise ici une œuvre exceptionnelle pour son époque, qui montre bien comment, quelques générations après l’invention de l’imprimerie, on pouvait vivre la multiplication des livres et des sources d’information, et comment on tentait de résoudre les problèmes qu’elle posait.

 Billet rédigé par Bastien Rissoan 

 

Bibliographie :

– Bernstein, Lawrence F. « The bibliography of music in Conrad Gesner’s Pandectae (1548) » in Acta Musicologica, vol. 45, fasc. 1 (Jan.-Jun. 1973), p. 119-163 et p. 119-120

– Rosenberg, Daniel. « Early Modern Information Overload » in Journal of the history of ideas, vol. 64, n° 1, (Jan. 2003), p. 1-9

– Blair, Ann. « Reading strategies for coping with information overload ca.1550-1700 » in Journal of the history of ideas, vol. 64, n° 1, (Jan. 2003), p. 11-28

– Nelles, Paul. « Reading and memory in the universal library : Conrad Gesner and the renaissance book » in Beecher, Donald ; Williams, Grant (ed.). Ars reminiscendi : mind and memory in Renaissance culture. Toronto : Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2009

On complètera utilement ce billet en lisant :

– Fiammetta Sabba, La « Bibliotheca universalis » di Conrad Gesner : monumento della cultura europea, Roma, Bulzoni, 2012.

– Alfredo Serrai, Maria Cochetti (a cura di), Conrad Gesner, con una bibliografia delle opere allestita da Marco Menato, Roma, Bulzoni, 1990, in « Il bibliotecario. N. S. ». 5, 430 p.

– Luigi Balsamo, Bibliografia e censura ecclesiastica : a proposito dell’esemplare linceo della Bibliotheca universalis di Konrad Gesner, Main, Gutenberg Gesellschaft, 1976. 298-305 pp.

  1. Bernstein, Lawrence F. “The bibliography of music in Conrad Gesner’s Pandectae (1548)” in Acta Musicologica, vol. 45, fasc. 1 (Jan.-Jun. 1973), p. 119-163 et p. 119-120 []
  2. Rosenberg, Daniel. « Early Modern Information Overload » in Journal of the history of ideas. Volume 64, Number 1, January 2003, p. 1-9 []
  3. Conrad Gesner, Bibliotheca universalis, Zürich, 1545, sig.*3v, cité dans : Blair, Ann. « Reading strategies for coping with information overload ca.1550-1700 » in Journal of the history of ideas, vol. 64, n° 1, (Jan. 2003), p. 11-28 []
  4. Nelles, Paul. « Reading and memory in the universal library : Conrad Gesner and the renaissance book » in Beecher, Donald ; Williams, Grant (ed.). Ars reminiscendi : mind and memory in Renaissance culture. Toronto : Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2009 []
  5. D’autres se sont occupé de bibliographie avant lui. Voir Wedgeworth, Robert. World encyclopedia of library and information services. Chicago : American Library Association, 1993, p. 322 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fiammetta Sabba dit :

    La bibliografia è insufficiente, dati i ricchi studi in particolare italiani sul tema.

  2. Giordanengo Claire dit :

    Les billets du blog Interfaces sont des billets de vulgarisation scientifique, destiné à un public non spécialiste du sujet en question. Ils ne constituent qu’une ouverture vers un livre, un auteur, un manuscrit… . La bibliographie utilisée est d’un bon niveau mais elle n’a pas vocation à être exhaustive.
    La souplesse du blog permet en revanche de rajouter quelques éléments qui paraissent intéressants sur un sujet : nous les publierons avec plaisir si vous nous les soumettez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *