La gestion de l’information au XVIe siècle (1/2) : un traité d’art de la mémoire à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Parmi le fond de livres anciens provenant de l’ex-INRP à la Bibliothèque Diderot de Lyon figure un ouvrage du florentin Cosimo Rosseli, prédicateur de l’ordre dominicain, publié à Venise chez Antoine de Padoue en 1579 : Thesaurus Artificiosae Memoriae. Ce livre fait de l’auteur un des plus importants représentants des « arts de la mémoire » à la Renaissance, genre notamment étudié par l’historienne américaine Frances Yates1.

Selon elle, « cet art vise à permettre la mémorisation grâce à une technique de « lieux » et d’« images » impressionnant la mémoire ». Par un ensemble de procédés mnémotechniques et par la suggestion, il s’agit de seconder artificiellement la mémoire naturelle ; d’où le terme de mémoire artificielle (artificiosa memoria), qui existe au moins depuis Albert le Grand (1200-1280).

Inventées, suppose-t-on, par le poète Grec Simonide au Ve siècle av. J.C.,  développées par les orateurs antiques pour se souvenir de leurs discours2, les techniques de la mémoire ont été utilisées au Moyen-Âge dans un contexte de relative rareté des sources écrites. De plus, les médiévaux, notamment Albert le Grand et Thomas d’Aquin, ont insisté sur l’aspect moral des arts de la mémoire en les reliant à la vertu théologale de la Prudence : il s’agissait de mémoriser la liste des vices et des vertus, en les associant à chaque fois à des images susceptibles de marquer l’imagination et d’en faciliter la réminiscence. La mémoire n’est pas seulement une technique : elle est une voie privilégiée vers l’appropriation et l’intériorisation du savoir et de la doctrine. Comme l’écrit Frances Yates, « la manipulation des images dans la mémoire doit toujours dans une certaine mesure impliquer l’ensemble de la « psyché ». […] Comme le disaient les grecs, Mnémosyne est la mère des Muses ; l’histoire de l’éducation du pouvoir humain le plus insaisissable et le plus fondamental nous plongera dans des eaux profondes ». Ainsi, s’il peut sembler que le développement de l’imprimerie et la diffusion des sources écrites rendent peu à peu caduques ces techniques de mémorisation, les techniques de la mémoire continuent à être enseignées à la Renaissance, et sont notamment l’objet d’intérêt dans les milieux religieux ou occultistes.

Néanmoins, et comme l’indique bien le sous-titre de Rosselli, les arts de la mémoire sont encore susceptibles d’intéresser toutes les disciplines, sacrées ou profanes, y compris les domaines de la vie quotidienne, toutes les professions et tous les âges (Concionatoribus, philosophis, medicis, juristis, oratoribus, procatoribus, caeterisque ; bonarum literarum amatoribus).

Selon Frances Yates, Cosimo Rosselli s’inscrit justement dans la tradition dominicaine des arts de la mémoire, qui remonte aux grands docteurs scholastiques précédemment cités. En effet, Cosimo Roselli était lui-même membre de l’ordre des prêcheurs, c’est-à-dire de l’ordre des dominicains ; une  épître de son cousin germain Damiano Roselli, lui aussi frère prêcheur, au Cardinal Justinien, datée d’avril 1578 au couvent San Marco de Florence, et une épître de Nicolaio Alexio, dominicain à Pérouse, montrent bien dans quelle communauté s’inscrit la publication du livre.

 

 

Les techniques de mémorisation reposent sur deux étapes : l’élève doit tout d’abord se représenter mentalement des lieux (loci) à l’intérieur desquels diviser, classer et situer ce qu’il veut retenir. Ensuite, il faut associer à chaque idée des images (imagines) susceptibles de nous rester en mémoire en frappant notre imagination. Rosselli reprend la tradition dominicaine médiévale en insistant sur le rôle potentiel de l’iconographie du Ciel et de l’Enfer pour constituer ces lieux mentaux : il divise l’enfer en onze parties, contenant chacune un type de supplice particulier. Le Ciel est divisé en neuf parties, avec au centre le trône du Christ suivi de différentes zones : celle des apôtres, des patriarches, des prophètes, des martyrs, des confesseurs, des vierges, des saints hébreux, et des saints chrétiens.

 

 

 

 

 

 

D’autres « lieux »  ou « cartes mentales » peuvent servir à l’élève : la carte astrologique du ciel, les douze mois de l’année3, les parties du corps… L’illustration et les images, telles qu’elles sont présentes dans ce livre ou ailleurs, sont considérées comme un support de la mémoire artificielle4.  On peut encore s’appuyer sur une sorte d’alphabet constitué de différents personnages, des proches ou des personnages célèbres5.

 

 

 

 

 

Outre ces images, Rosselli propose d’autres méthodes, pour retenir par exemple l’orthographe : il suggère ainsi de mémoriser la graphie du mot latin « aer », l’air, en retenant l’âne, l’éléphant et le rhinocéros. Les lettres de l’alphabet peuvent également être associées à des signaux visuels, comme le montrent les nombreux tableaux gravés sur bois.

 

 

 

Comme l’indique le titre, la mémoire est conçue par Rosselli comme un « trésor » (thesaurus), ou encore comme un écrin (scrinium) dans lequel on peut graver, conserver durablement (tenax) les informations importantes.  Lorsque les informations stockées ou les vieilles images mentales accaparent l’espace de la mémoire, il s’agit de s’en débarrasser, de faire table rase. La méthode originale conseillée par Rosselli repose encore sur la suggestion. Il faut, selon lui, imaginer « qu’un homme entre dans ta maison, qu’il jette par terre toutes les images et qu’il les jette dehors ou qu’il les jette par la fenêtre »6.

Selon Frances Yates, ce livre de Rosselli cite parfois des procédés si sophistiqués que l’on peut douter de leur valeur effective dans le cadre d’un usage mnémotechnique. Peut-être l’art de la mémoire se rapproche-t-il plus en effet, en cette fin de XVIe siècle, du jeu virtuose que de la nécessité pratique : sorte de chant du cygne pour des pratiques qui furent peu à peu oubliées à des époques où les sources d’information les plus diverses se firent de plus en plus présentes. Néanmoins, certaines techniques mnémotechniques modernes, comme par exemple le concept de « carte heuristique » (mind-map) popularisé par le Tony Buzan7 présente vraisemblablement certaines similitudes avec ces méthodes séculaires.

 Billet rédigé par Bastien Rissoan 

Bibliographie :

– Yates, Frances A. ; Arasse, Daniel (trad.). L’art de la mémoire. Paris : Gallimard, 1975

– Bolzoni, Lina ; Merger, Marie-France (trad.). La chambre de la mémoire : modèles littéraires et iconographiques à l’âge de l’imprimerie. Genève : Droz, 2005, p. 286

– Pablo Alvarez. « Collection Highlight : Rosselli, Thesavrus Artificiosae Memoriae » sur le blog de l’université de Rochester. Disponible en ligne [consulté le 13 juin 2014]

– Buzan, Tony ; Trocmé-Fabre, Hélène, Sager, Paul (trad.) ; Paban, Florence, Dugon, Isabelle (éd.). Une tête bien faite. Paris : Éd. d’Organisation, 2004

 

  1. Yates, Frances A. ; Arasse, Daniel (trad.). L’art de la mémoire. Paris : Gallimard, 1975 []
  2. Cf. l’article de Pablo Alvarez, « Collection Highlight : Rosselli, Thesavrus Artificiosae Memoriae » sur le blog de l’université de Rochester. Disponible en ligne [consulté le 13 juin 2014] []
  3. Bolzoni, Lina ; Merger, Marie-France (trad.). La chambre de la mémoire : modèles littéraires et iconographiques à l’âge de l’imprimerie. Genève : Droz, 2005, p. 286 []
  4. Idem, p. 337 []
  5. Idem, p. 345-346 []
  6. Cité dans Bolzoni, p. 221 []
  7. Voir par exemple dans les collections de la bibliothèque : Buzan, Tony ; Trocmé-Fabre, Hélène, Sager, Paul (trad.) ; Paban, Florence, Dugon, Isabelle (éd.). Une tête bien faite. Paris : Éd. d’Organisation, 2004 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *