Une grammaire quadrilingue de 1512 : regard sur l’humanisme allemand

Parmi les ouvrages anciens consacrés à l’éducation dont la Bibliothèque Diderot de Lyon a hérité de l’ex-INRP figurent plusieurs grammaires du XVIe siècle, auxquelles ont déjà été consacrés les billets de juillet-août 2013. Mais une autre grammaire a encore retenu notre attention : une édition des rudimenta grammatices de Nicolas Perotti, parue en 1512 à Tübingen chez l’imprimeur Thomas Anshelm sous le titre Nicolai Perotti pontificis Sipontini grammaticae institutiones cum graeco quo caruere prius intermicantibus passim spatis apposito. En effet, cette édition présente plusieurs particularités, et constitue une bonne occasion de s’intéresser à l’humanisme Outre-Rhin.

L’ouvrage de Nicolas Perotti en lui-même, régulièrement édité à la Renaissance, a déjà été traité dans le billet de juillet 2013. Il est plus intéressant de voir comment le texte est largement adapté à son public pour cette édition : les listes de verbes qui accompagnent la présentation des conjugaisons latines sont souvent accompagnées d’une traduction en allemand. Un chapitre est également  consacré à un exercice de thème, de l’allemand au latin, et à une discussion sur les bonnes et les mauvaises traductions. Par exemple, au feuillet 64 :

Der Schulmaister hat seinen schulern urlaub geben. [Le maître d’école a donné congé à ses élèves] Non est dicendum ludi magister dedit licentiam discipulis suis, licentia enim est libertas quaedam potius ad male agendum, […] sed ludi magister dimissit discipulos suos [Il ne faut pas écrire : « le maître donna licence à ses élèves » (la licence est en effet la liberté employée à mal faire), mais : « le maître donna congé à ses élèves »]

Cette partie de l’ouvrage est publiée en juin 1512 d’après un premier colophon. Mais cette édition comprend par ailleurs d’autres textes, qui sont bien signalés en page de titre, mais qui sont publiés en juillet 1512, et qui disposent d’un second colophon. Il s’agit d’opuscules du célèbre imprimeur et humaniste vénitien Alde Manuce sur les lettres grecques, du texte de l’oraison dominicale, d’un poème de Phocilyde en grec avec une traduction latine interlinéaire, et d’un traité d’initiation à l’hébreu, toujours de Manuce. Cet in-quarto de 271 p. constitue donc une initiation aux trois langues anciennes – historiquement, aux trois langues bibliques – qui forment le socle de la culture humaniste. Comme l’écrit Erasme : « en ce qui concerne la connaissance des lettres […] nôtre premier souci doit être d’apprendre parfaitement les trois langues latines, grecques, et hébraïques, puisque c’est un fait reconnu que toute l’écriture mystique provient d’elles »1.

Sur la dernière page, avant la marque de l’imprimeur, figure successivement en latin, grec, et hébreu le titulus crucis : Jésus de Nazareth Roi des Juifs. Par là même, on voit qu’une partie importante de l’apprentissage de ces langues au XVIe siècle devait passer par la répétition de formules ou de mots stéréotypés, comme les prières quotidiennes ou les devises : par exemple le « Ave Maria » qui ouvre le texte de Perotti.

Le rôle éducatif de l’ouvrage est rappelé par deux épîtres aux « jeunes gens studieux» (studiosis adulescentulis) : celle relativement courte d’Alde Manuce au début de la première partie et une plus longue d’Andreas Misbeck peu après la page de titre. Nous savons peu de chose de cet auteur : d’après l’épître, datée de septembre 1512, il est professeur d’« humanités » à l’université de Vienne, ce qui est avéré2.

En tant que manuel, ce livre est passé entre de nombreuses mains : il présente de très visibles traces d’usure, et la reliure est abîmée au point d’être difficilement identifiable. Les marges ont été couvertes de notes en latin, plus rarement en allemand, d’accolades et de manicules.

Sur la page de garde figurent plusieurs ex-libris mystérieux, dont deux datés de 1554, et 1556. Le livre est sûrement resté longtemps sur le sol allemand, puisqu’il porte le cachet de la Königliche Handbibliothek, de Stuttgart fondée par Frédérick Ier de Wurtemberg en 1810, et qui change de nom en 1886 : c‘est seulement ensuite qu’il a été acquis par le Musée pédagogique.

Cet ouvrage est donc un document intéressant sur l’humanisme allemand et son rapport à l’éducation. En effet, Andreas Misbeck déclare dans son épître que si les arts et les lettres se sont d’abord développés en Grèce et en Italie, il revient maintenant à l’Allemagne, soumise auparavant à la « barbaria », de leur servir d’asile. Et en effet, l’Allemagne – ou plutôt les divers Etats qui forment le Saint Empire- est au XVIe siècle l’un des pays les plus riches d’Europe grâce à ses ressources minières, à sa position centrale dans le commerce européen, et elle accueille, notamment au sud, l’influence de la Renaissance italienne, ce qui favorise le développement d’un humanisme avec une forte particularité locale3. Les liens de cet humanisme et de la Réforme luthérienne sont encore l’objet de recherches de la part des spécialistes. Rappelons que Luther publie ses 95 Thèses en 1517.

L’imprimeur-libraire Thomas Anshelm est un acteur important de cette culture humaniste : le deuxième imprimeur allemand le plus remarqué en son temps, après Froben à Bâle. Comme ce dernier, il entretient par exemple une correspondance avec Erasme. Né en 1470 à Baden-Baden, il fait ses études à Bâle en 1485, puis à Strasbourg en 1488. Il exerce ensuite à Pforzheim comme imprimeur jusqu’en 1511 : il publie des textes classiques et de nombreux textes humanistes. C’est là qu’il rencontre Johannes Reuchlin (1455-1522), grand humaniste, philosophe et théologien, reconnu pour sa connaissance de l’hébreu : Anshelm devient son libraire, et même son disciple d’après Jérôme Rousse-Lacordaire4. Parmi les publication de Reuchlin par Anshelm, on peut citer par exemple son ouvrage d’initiation à l’hébreux De rudimentis hebraïcis en 1506, puis plus tard, en 1517, De arte cabalistica. Il semble également que la devise en hébreux présente sur la marque n°2 d’Anshelm, celle qui est présente dans notre ouvrage, soit inspirée par la pensée de Reuchlin.

C’est d’ailleurs à l’instigation de son mentor qu’Anshelm s’installe à Tübingen en 1511, et suis les cours de l’université de la ville, fondée en 1477 par, entre autre, Reuchlin lui-même : notre grammaire est donc l’un des premiers livres qu’il publie à Tübingen. Notons par ailleurs qu’à ce même moment, Philippus Schwarzerd, plus connu sous son nom humaniste de Melanchthon (1497-1560), – le futur compagnon de Luther, philosophe de la Réforme, principal rédacteur de la Confession d’Augsbourg présentée à Charles Quint en 1530, surnommé « l’éducateur de l’Allemagne »5- s’installe à Tübingen pour y enseigner le grec, et y obtenir son magister artium en 1514 (Rousse-Lacordaire, Jérôme. « Verbum mirificum : à propos du nom pentagramme et de la marque de Thomas Anshelm », Ibid., p. 16)). Tübingen apparaît donc comme un centre culturel florissant. C’est dans ce contexte que s’inscrit la publication de notre ouvrage : il était sans aucun doute destiné aux étudiants ou aux futurs étudiants de l’université, et diffusait l’éthique d’éducation chère à ce cercle humaniste.

La bibliothèque Diderot de Lyon possède également une autre publication d’Anshelm : De laudibus Sancta Crucis opus, de  Rabanus Maurus, publié à Pforzheim en 1503.

 Billet rédigé par Bastien Rissoan 

Bibliographie :

– Érasme ; traduit du latin par Bierlaire Franz, Blum Claude et Margolin Jean-Claude, édition de Margolin Jean-Claude. Éloge de la folie et autres textes. Paris : Gallimard, 2010

– Aschbach, Joseph. Geschichte der Wiener Universität. Wien : Verlag der k.k.Universität, 1877

– Margolin, Jean-Claude (dir.). L’humanisme allemand (1480-1540) : XVIIIe colloque international de Tours. München : Fink ; Paris : Vrin, 1979

– Rousse-Lacordaire, Jérôme. « Verbum mirificum : à propos du nom pentagramme et de la marque de Thomas Anshelm », Revue des sciences théologiques et philosophiques, tome 88/1, Vrin, 2004, p. 3-38. Disponible en ligne [consulté le 16 mai 2014]

 

  1. Érasme ; traduit du latin par Bierlaire Franz, Blum Claude et Margolin Jean-Claude, édition de Margolin Jean-Claude. Éloge de la folie et autres textes. Paris : Gallimard, 2010 []
  2. Aschbach, Joseph. Geschichte der Wiener Universität. Wien : Verlag der k.k.Universität, 1877, p. 22-23, et p. 135 []
  3. Margolin, Jean-Claude (dir.). L’humanisme allemand (1480-1540) : XVIIIe colloque international de Tours. München : Fink ; Paris : Vrin, 1979. Voir notamment l’introduction de J.-C.Margolin []
  4. Rousse-Lacordaire, Jérôme. « Verbum mirificum : à propos du nom pentagramme et de la marque de Thomas Anshelm », Revue des sciences théologiques et philosophiques, tome 88/1, Vrin, 2004, p. 3-38. Disponible en ligne [consulté le 16 mai 2014] []
  5. Boisset, Jean. Mélanchthon, éducateur de l’Allemagne. Paris : Seghers, 1967 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *