Léon Prunier, à la charnière entre atomes et équivalents

Comme nous l’avons mentionné dans un précédent article, l’une des voies ouvertes par la chimie organique conduit à la « chimie pharmaceutique » ou « pharmacie chimique ». Cette dernière discipline trouve historiquement sa source dans l’« iatrochimie », conçue au XVIème siècle pour mettre la chimie au service de la médecine. Au XVIIème siècle, l’art de soigner les maladies grâce à l’administration de substances chimiques est enseigné avec succès à la faculté de médecine de Montpellier. Celle de Paris considère longtemps d’un œil hostile les leçons de chimie pharmaceutique dispensées au Jardin du Roi (dès 1648) ou au Jardin des Apothicaires. Lorsque l’École de Pharmacie de Paris est fondée (1803), il est prévu d’y enseigner la botanique, l’histoire naturelle des médicaments, la chimie et la pharmacie. La charge professorale liée à la pharmacie conduira plus tard à l’institution d’une chaire de « Pharmacie chimique ».

La chimie du médicament fait l’objet, au XIXème et au début du XXème siècle, de plusieurs ouvrages de référence. Nous présenterons ici l’un d’entre eux : Les médicaments chimiques de Léon Prunier (1841-1906).

Prunier (2)

Portrait de Léon Prunier
BIU Santé (Paris)

Pharmacien, docteur en médecine et docteur ès sciences, Léon Prunier est un élève de Berthelot. Il fait carrière à l’École de Pharmacie de Paris, où il devient en 1885 le titulaire de la chaire de « Pharmacie chimique ». Les travaux de Prunier relèvent de la chimie organique,  de la chimie minérale et de la chimie analytique. Spécialiste de la quercite – un sucre extrait du gland de chêne – et des hydrocarbures insaturés des pétroles, le pharmacien est l’auteur d’un ouvrage encyclopédique sur les alcools et les phénols (1885). Par ailleurs, Prunier exerce des fonctions hospitalières étroitement liées au médicament. Il deviendra directeur de la pharmacie centrale et inspecteur des pharmacies et hospices de Paris (1897).

Léon Prunier (2)

Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896-1899. Cote 40093

Le premier volume des médicaments chimiques (titre désormais abrégé en Médicaments) de Prunier est édité en 1896, le second en 1899. Dans leurs Introductions figurent des précisions intéressantes relatives au contexte historique et à la démarche de l’auteur. Prunier annonce d’emblée que son ouvrage est ni un traité de chimie ou de pharmacologie, ni un formulaire ou un manuel. Il s’agit d’« un résumé technique et professionnel dans lequel étudiants, pharmaciens ou médecins trouveront rassemblés et coordonnés les documents, dispersés un peu partout, qui peuvent intéresser « l’étude chimique des médicaments ». Les notions de base de la chimie générale seront considérées comme acquises par le lecteur.

Prunier justifie le plan et la logique d’écriture de son traité. Respectant la division entre produits minéraux (premier volume) et organiques (second volume), les chapitres trouvent leur matière dans « les cinquante leçons, ou environ, dont se compose le cours professé chaque année à l’École de pharmacie de Paris ». Les médicaments « officinaux » (inscrits au Codex) ou « nouveaux » (non encore inscrits au Codex, et en proportion croissante) sont présentés selon « une classification chimique par fonction » et étudiés dans des monographies devant « remuer les idées, provoquer les réflexions, inciter à des expériences nouvelles ». Dans le plan standard d’une monographie les titres de chapitre rappellent, pour certains, ceux du Codex : Historique, État naturel, Préparation, Synthèse, Purification, Propriétés, Réactions, Caractères spécifiques, Conservation, Impuretés, Altérations, Falsifications, Essai-Dosage, Usages, Dérivés, Applications.

historique etat naturel

Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896 -1899. Cote 40093

La partie intitulée « Essai-dosage », permettant de réaliser un contrôle de pureté du médicament, est rendue indispensable par « une véritable rénovation de la profession toute entière » survenue depuis Pasteur. En effet, le pharmacien d’officine ne prépare plus tout ce qu’il délivre, car aux anciens médicaments « poly-pharmaques » (des préparations très complexes, de composition mal maîtrisée) se sont substitués des « médicaments purement chimiques » (principes actifs et excipients chimiquement définis) d’origine industrielle. Il doit donc contrôler non seulement l’identité (« Propriétés », « Réactions », « Caractères spécifiques ») de la matière première que lui fournit le fabricant, mais aussi son aptitude aux usages médicaux. Le pharmacien est alors en mesure « de préparer au besoin, de caractériser à coup sûr, et d’essayer en toute rigueur les médicaments qu’il délivre au public sous sa garantie personnelle, seule barrière ou à peu près, qui subsiste contre des abus ou des dangers de toute nature ». Les fonctions hospitalières de Prunier (cf. supra) lui confèrent une expertise en la matière.

Léon Prunier (6)

Fig.41
Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896-1899

Outre l’évolution industrielle, les Médicaments témoignent d’un autre fait historique marquant : l’abandon progressif de la théorie des équivalents pour la théorie atomique. Des modifications notables des notations et formules chimiques s’ensuivent. Mais, en bon disciple de Berthelot – comme son collègue Jungfleisch -, Prunier reste longtemps attaché à l’écriture « équivalentiste ». Delépine mentionne le fait dans ses souvenirs. En 1890, lors d’une assemblée du corps enseignant de l’École de Pharmacie de Paris, Auguste Béhal (1859-1841) « expose la nécessité qui s’impose, à son point de vue, de professer la théorie atomique, entièrement méconnue à l’École, sans laquelle on ne peut faire une étude sérieuse des médicaments nouveaux ». Prunier, « peu satisfait de l’allusion à l’étude des médicaments nouveaux, dit qu’il a fait de nombreuses leçons sur ce point sans se servir de la notation atomique ».

Une dizaine d’années plus tard, dans le premier volume des Médicaments, Prunier annonce vouloir utiliser les deux notations en parallèle, tant pour l’écriture des formules que pour celle des réactions chimiques. En effet, il ne désire pas déstabiliser les lecteurs habitués aux équivalents. Les formules « équivalentaires » (typographiées en lettres penchées et placées entre crochets) suivent les formules atomiques. Cela donne, par exemple, pour le trioxyde d’antimoine : Sb2O3, [SbO3]. « Quant aux formules développées, destinées à représenter la constitution plus ou moins probable, il sera fait, dans ce cas, exclusivement usage de la notation atomique dont l’élasticité remarquable se prête, comme on sait, avec la plus grande facilité à ce genre de représentations ».

intro 2

Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896-1899

Dans le second volume des Médicaments, Prunier supprime « les équations écrites en double notation, pour ne conserver désormais que la notation en atomes ». Mais, les doubles formules subsistent, à l’intention des rares lecteurs encore attachés aux équivalents. Il est intéressant de noter que, pour le benzène, Prunier fournit les diverses formules cycliques proposées à la suite des travaux de Kekulé.

Benzene

Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896 -1899. Cote 40093

En 1899 Marcel Delépine (1871-1965), ancien élève de Prunier et préparateur de Berthelot au Collège de France – où il deviendra en 1930 professeur de « Chimie organique » – publie dans le Bulletin des Sciences Pharmacologiques une élogieuse recension des Médicaments : « C’est le livre que toute notre génération d’étudiants aurait été si heureuse de posséder. Aujourd’hui, tous, étudiants en cours d’études, aspirants aux concours des hôpitaux, pharmaciens et médecins vont pouvoir consulter cet ouvrage considérable que M. Prunier a élaboré pour leur plus grand profit ».

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie)

Bibliographie

Delépine, Marcel. « Souvenirs : Auguste Béhal (1859-1941) : II. La notation atomique ». Revue d’Histoire de la Pharmacie. 1960, 48ème année, n°165, pp. 301-308.

Prunier, Léon. Les médicaments chimiques 2 vol. Paris : Masson, 1896-1899.

Yvon, P. « M. le professeur Léon Prunier ». Bulletin des Sciences Pharmacologiques. 1906, T. XIII, pp. 494-504.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *