Une édition Renaissance de l’Alexandra de Lycophron

Page de titre de l’ouvrage, en latin, avec titre parallèle en grec ancien et marque de provenance manuscrite de Jean Brodeau

 

À l’automne 2013, une édition de l’Alexandra de Lycophron datant de 1546, achetée sur les crédits du programme ANR Culture Antiquaire et Invention de la Modernité, coordonné par Agnès Rouveret, a rejoint les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon par voie de don, grâce au professeur de langue et littérature grecques Christophe Cusset.

Cet ouvrage, remarquable à plusieurs titres, rassemble en fait deux œuvres distinctes : le texte versifié de l’Alexandra de Lycophron de Chalcis, poète grec du IVe siècle av. J.-C., encadré d’un abondant commentaire de Jean Tzétzès, poète et grammairien byzantin du XIIe siècle, suivi d’un texte de Jean Tzétzès lui-même, connu sous le nom de Livre d’histoires en vers politiques, ou Chiliades, que l’auteur présente comme un immense commentaire à la collection de lettres qu’il avait constituée. Le texte de l’Alexandra avec les commentaires de Jean Tzétzès (parfois attribués à son frère Isaac Tzétzès) est imprimé uniquement en grec alors que la seconde partie de l’ouvrage (Livre d’histoires en vers politiques de Jean Tzétzes, ou Chiliades), qui a sa propre page de titre, est imprimée sur deux colonnes, avec le texte grec et la traduction latine en regard.

Les Chiliades de Jean Tzétzès, avec textes grec et latin en regard

 

Vers de l’Alexandra de Lycophron, encadrés du prolifique commentaire de Tzétzès.
Marginalia de Jean Brodeau

L’Alexandra, ou Cassandre (Alexandra est l’autre nom de la Troyenne Cassandre, fille du roi Priam), est le seul texte de Lycophron qui nous soit parvenu. Né à Chalcis en Eubée, Lycophron fut attiré en Egypte par Ptolémée II Philadelphe, qui devint son protecteur. Comme toute la Pléiade poétique d’Alexandrie (Callimaque, Théocrite de Syracuse, etc.), il se nourrit des manuscrits de la Bibliothèque d’Alexandrie. Son Alexandra, incroyablement riche en références littéraires, mythologiques et initiatiques, reste l’un des textes les plus mystérieux de l’Antiquité. Ce « ténébreux poème » (skoteinon poihma), long d’environ 1500 vers, se présente comme un long monologue dans lequel la princesse troyenne Cassandre prédit aux protagonistes de la guerre de Troie d’interminables successions de malheurs. Cette litanie, prononcée par Cassandre et rapportée mot pour mot par un messager au roi Priam, est écrite dans un style oraculaire, énigmatique et difficile.

Le nom des personnages, qui sont évoqués par des métaphores animales ou des périphrases, n’y est jamais mentionné. La composition du poème est complexe et son érudition, souvent impénétrable, fait référence à des textes perdus ou à des mythes oubliés. La construction des phrases est volontairement inattendue et de nombreux mots, qui ne se rencontrent que dans ce texte, constituent de véritables hapax. Il est d’ailleurs probable que sans les commentaires que le Byzantin Jean Tzétzès a recueillis au XIIe siècle dans des manuscrits de grammairiens d’Alexandrie, aujourd’hui perdus pour la plupart, l’Alexandra serait aujourd’hui presque entièrement inintelligible. A la croisée des genres tragique, lyrique et épique, ce récit composé en trimètres iambiques se présente comme un texte hybride qui connut, malgré son ésotérisme ou grâce à lui, un succès constant depuis l’Antiquité.

 

Début des Chiliades ou Historiae de Jean Tzétzès

Le Livre d’histoires en vers politiques de Jean Tzétzès, quant à lui, se rapporte à un ensemble de 107 lettres que ce dernier avait lui-même composées et classées dans l’ordre chronologique (entre 1135 et 1170). Certaines de ces lettres, adressées pour leur grande majorité à des contemporains réels, étaient destinées à des correspondants fictifs. Le Livre d’histoires en vers politiques se compose en fait de 660 récits, de longueurs très variées, qui viennent élucider des passages de cette collection de lettres, sur des sujets mythologiques ou historiques, pour la plupart, mais aussi sur l’époque contemporaine ou sur l’auteur lui-même.

Cet ensemble de récits représente un total de 12 674 « vers politiques ». Les « vers politiques », d’usage fréquent dans la poésie de langue grecque depuis le Xe siècle, sont des pentédécasyllabes (vers de quinze syllabes). De création byzantine, ces vers ne déterminent en rien le contenu thématique des poèmes, l’adjectif πολιτικός signifiant surtout, en grec tardif, « civil », « urbain », ou même « d’usage courant ». Le découpage en 13 « chiliades » (c’est-à-dire en 13 milliers de vers) de ces 12 674 « vers politiques » (la dernière chiliade étant incomplète), remonte précisément à notre édition de 1546. C’est à l’éditeur Nicolas Gerbel que l’on doit ce découpage et le titre de Chiliades, qui est resté par la suite à l’ouvrage de Jean Tzétzès.

Colophon qui mentionne l’imprimeur Oporin et la date d’édition

Cette édition de 1546, imprimée à Bâle chez Johannes Herbst, dit Johannes Oporinus ou Jean Oporin, est effectivement due au philologue et humaniste allemand Nicolas Gerbel, éditeur de nombreux textes de l’Antiquité et du Moyen Âge, dont il a parfois donné l’editio princeps (principalement à Bâle, chez Jean Oporin). C’est Nicolas Gerbel qui signe l’adresse au lecteur qui introduit l’Alexandra de Lycophron commentée par Jean Tzétzès, ainsi que la préface adressée à son imprimeur et ami Jean Oporin, qui précède les Chiliades de l’érudit byzantin.

Préface de l’éditeur Nicolas Gerbel adressée à son imprimeur et ami Jean Oporin, qui précède les Chiliades de Tzétzès

 

Il s’agit de la première édition « séparée » de l’Alexandra de Lycophron, mais une précédente édition, sans les commentaires de Tzétzès, avait été donnée en 1513  par le célèbre imprimeur et helléniste vénitien Alde Manuce dans un volume qui réunissait des œuvres de Pindare, Callimaque, Denys le Périégète et Lycophron. II fallut attendre une quarantaine d’années pour voir apparaître à Bâle des émules d’Alde Manuce, au premier rang desquels Jean Oporin, qui était devenu, après les Amerbach et les Froben, la figure de proue de l’imprimerie bâloise au milieu du XVIe siècle. Érudit brillant, Johannes Herbst, suivant la mode de l’époque, avait traduit son nom allemand – qui signifie automne – par son équivalent grec Oporinus. Connu pour avoir imprimé la première version latine du Coran (1542) et la première anatomie scientifique d’André Vésale (1543), il avait lui-même enseigné le grec à l’université de Bâle. Les caractères grecs utilisés par Oporin dans la présente édition sont des 108 pour le texte de Lycophron, des 92 pour les scholies de Tzétzès et des 86 très inclinés pour les Chiliades de Tzétzès. Toutes ces polices grecques, très ligaturées, sont d’inspiration aldine. Elles dérivent des caractères gravés en 1528 pour l’imprimerie de Johannes Froben, pour qui Jean Oporin avait travaillé comme correcteur.

Vers de l’Alexandra en caractères grecs 108 et scholies de Tzétzès caractères grecs 92.
Marginalia de Jean Brodeau

Cette édition se signale encore par ses initiales ornées, qui sont attribuées à Urs Graf, l’un des plus remarquables artistes parmi ceux qui ont suivi la voie tracée par Albrecht Dürer. Né à Soleure vers 1485 et mort à Bâle en 1527 ou 1528, Urs Graf fut tour à tour orfèvre, graveur, peintre, et peintre-verrier, mais c’est surtout son œuvre de graveur qui le fit connaître (on lui attribue plus de 300 bois). Artiste maudit, mercenaire aux mœurs aventureuses et scandaleuses, Urs Graf a marqué l’histoire de la gravure suisse. Ouvert à de multiples influences (Albrecht Dürer, Martin Schongauer, Hans Baldung ou Hans Wechtlin), il puisait ses thèmes parmi les figures de femmes et de soldats qui l’entouraient, croqués avec un humour féroce et un réalisme cru. Sa vie aventureuse parmi les troupes de mercenaires lui a valu le surnom de « Villon de la peinture » ou de « maître au lansquenet ».

Lettre ornée attribuée à Urs Graf

Lettre ornée attribuée à Urs Graf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’exemplaire légué à la Bibliothèque Diderot de Lyon présente enfin une marque de provenance intéressante : en tête de la page de titre se trouve un ex-libris manuscrit du XVIe siècle (« Brodeau sieur de la Chastiere »). Le manoir de la Chastière se trouve sur la commune de Notre Dame d’Oé, près de Tours. Les Brodeau, illustre famille tourangelle, possédaient déjà ce domaine en 1521. Parmi ses membres on compte notamment Victor Brodeau, mort en 1540, qui fut poète et secrétaire de Marguerite de Navarre et de François Ier, un autre Victor Brodeau, qui fut maire de Tours de 1594 à 1596, ainsi que Julien Brodeau, mort en 1653, qui fut un des juristes les plus célèbres de son siècle. Mais notre exemplaire, qui présente des annotations manuscrites dans les marges de chaque page, est en fait passé entre les mains d’un certain Jean Brodeau, un des grands hellénistes du XVIe siècle. Réputé pour la qualité de son travail de critique textuelle, il publia avec ses commentaires de nombreuses éditions grecques, en particulier les Epigrammata (Bâle, 1549), Euripide (Bâle, 1558) ainsi que des Mélanges en dix livres sur les auteurs de l’Antiquité (Bâle, 1555), mais aussi Oppien, Xénophon, etc. Fait chanoine de Saint-Martin de Tours, il mourut dans cette ville en 1563. Notre exemplaire offre ainsi un vivant témoignage des notes qu’un helléniste du XVIe siècle pouvait faire porter sur le commentaire grec byzantin d’un texte ancien. Il offre ainsi de multiples niveaux de lecture enchâssés les uns dans les autres et qui sont susceptibles d’intéresser tout autant les spécialistes de l’Antiquité, du Moyen-âge ou de la Renaissance : lecture d’un poème grec antique, lecture du commentaire grec d’un érudit byzantin du XIIe siècle, et enfin lecture des annotations d’un helléniste du XVIe siècle qui portent sur les commentaires et sur les récits d’un scholiaste du Moyen-Âge.

 Billet rédigé par Aurélie Blanc

Bibliographie :

Gérard Lambin. L’Alexandra de Lycophron. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005

Lycophron ; texte établi, traduit, présenté et annoté par Cédric Chauvin et Christophe Cusset . Alexandra. Paris, : l »Harmattan, 2008. Cote salle concours : 88/1 LYCo ale

Lycophron ; Pascal Quignard. Alexandra. Paris : Mercure de France, 1971. Traduction rééditée et accompagnée d’un texte inédit du traducteur, Paris : Gallimard, 2010

Michel Melot. « Graf Urs (1485 env.-env. 1527)  », in : Encyclopædia Universalis. Disponible en ligne [consulté le 3 mars 2014]

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *