L’Abbé Nollet et l’art de faire des chapeaux

Le billet du 11 décembre 2011 intitulé, Les Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences : une histoire mouvementée, présentait cette importante publication indiquant que la BU Sciences possède dans son fonds ancien, 74 de ces descriptions, rassemblées en 48 volumes.Parmi ces descriptions figure, L’art du chapelier rédigé par un auteur bien connu des historiens des sciences pour sa contribution à la diffusion de la physique expérimentale et ses travaux sur l’électricité, l’abbé Nollet.

L’édition de 1765 conservée à la BU contient le texte de Nollet résumé ci-dessous sans les additions que comporte l’édition de 1777 numérisée par le conservatoire des arts et métiers (Cnam). Ces textes que nous évoquons ensuite témoignent des relations parfois tendues entre l’abbé et la corporation des chapeliers.

L'art du chapelier (2)

Planche 5
Nollet, Jean-Antoine. L’art de faire des chapeaux. [Paris : s.n.], 1765. (Descriptions des arts et métiers). Cote 1082

Le texte de l’abbé

Dans sa description de l’art de faire des chapeaux, l’auteur précise qu’il se :« propose uniquement de consigner dans cet écrit les matières qu’on emploie et les différentes façons qu’on leur donne pour fabriquer cet espèce de bonnet à large bord que nous appelons chapeau et qui fait lui seul l’objet d’un art assez étendu et distingué dans le commerce. ». Il ne s’agit pas de la fabrication d’un vulgaire couvre-chef en paille, crin, ou carton ; mais de « chapeaux feutrés, c’est à dire de ceux dont l’étoffe n’est ni filée, ni ourdie ni tressée mais composée de parties confusément mêlées en tous sens & qui a pris consistance par la façon particulière dont elle a été préparée, maniée & tressée ».

La matière première est essentiellement constituée de poil c’est à dire de laines de mouton ou de lama mais aussi de toutes sortes de poils, certains bon marché comme ceux de lapin ou de lièvre, d’autres plus onéreux comme ceux de chameau ou de castor du Canada. Nollet mentionne comme une nouveauté la possibilité d’y introduire de la soie. Ces matériaux sont ensuite traités par des compagnons dont il est bien précisé qu’ils ne sont pas chapeliers ; ce sont eux qui séparent le poil de la peau, le lave et le secrète, c’est à dire le traite pour qu’il se feutre mieux avec une mixture à base d’eau forte dont la recette propre à chacun est gardée secrète d’où le nom de l’opération.

La fabrication du chapeau proprement dite « dépend de trois opérations principales ; par la première on forme les capades (pièces) ; par la seconde, on les assemble, cela s‘appelle bastir ; par la troisième qui est la foule, on fait prendre à cet assemblage les dimensions, la forme et la solidité qui convient au chapeau, selon son espèce ». La foule se fait dans l’étuve représentée en haut à droite de la planche 4 (fig. 41).

L'art du chapelier (1)

Planche 4
Nollet, Jean-Antoine. L’art de faire des chapeaux. [Paris : s.n.], 1765. (Descriptions des arts et métiers). Cote 1082

La teinture est ensuite une opération très importante et délicate. Celui qui teint les chapeaux doit être reçu maître et n’a pas le droit de teindre autre chose que des chapeaux. La teinture est essentiellement du noir et les chapeliers savent que le résultat dépend de façon mal connue de la composition du feutre.

Les chapeaux sont ensuite commercialisés dans une boutique représentée sur la planche 6 où l’on voit le client essayant un chapeau choisi parmi les différents modèles suspendus au mur : chapeau retroussé à l’anglaise fig.71, chapeau en cabriolet fig. 74, chapeau retroussé à trois cornes égales fig. 68 ou calottes à oreilles fig.79.

L'art du chapelier (3)

Planche 6
Nollet, Jean-Antoine. L’art de faire des chapeaux. [Paris : s.n.], 1765. (Descriptions des arts et métiers). Cote 1082

Les additions

La première addition comporte un échange de lettres, entre le chapelier Thierry et l’abbé Nollet, et la seconde les extraits d’un litige entre le chapelier Prévost et la communauté des chapeliers.

Dans sa lettre adressée en octobre 1765, Thierry reproche à Nollet de ne pas appuyer sa présentation des techniques du métier sur l’expérimentation, de se « contenter simplement d’en exposer mot à mot la routine, bonne ou mauvaise, sans approfondir ni rendre raison de rien » ajoutant que cela aurait dû être pour l’auteur « un motif et un encouragement suffisant à faire toutes les expériences & les recherches nécessaires », surtout dans les parties relatives aux connaissances profondes qu’il a de la physique. Et il argumente, « M. l’abbé Nollet dit : Les chapeaux de laine prennent le noir bien plus aisément que ceux de poils, parce qu’il y a apparence que le secret qu’on donne au poil & et qu’on ne donne point à la laine, contribue à cet effet. C’était à un physicien d’en faire l’expérience ; pourquoi M. L’abbé Nollet ne l’a-t-il point faite ? ».

Ce à quoi Nollet répond : « En décrivant l’art du chapelier, je n’ai pas compté donner au public un ouvrage sans défaut ;[…] n’étant point chapelier, je n’ai pu que rendre ce que j’ai appris de ceux qui le sont […];L’académie a déclaré & déclare encore tous les jours, qu’elle préfèrera sur cet objet les instructions qui lui seront offertes par ceux qui pratiquent, à charge de leur en faire honneur vis a vis du public ». Mais Thierry insiste : « Voici la raison qu’il donne de ne pas avoir fait l’expérience suivante que je lui demandais : c’est que je n’ai point dit-il une fabrique de chapeaux ni un atelier de teinture à ma disposition […] Pour s’assurer de l’existence de quelque partie d’eau forte ou de mercure dans un chapeau […] un morceau de feutre fabriqué exprès & un laboratoire pour en faire la décomposition était tout ce qu’il fallait. L’un lui eut été facilement fourni par quelqu’un de nous : pour l’autre, je crois qu’il l’eut trouvé sans sortir de chez lui. ».

S’il ne semble pas que l’abbé ait creusé cette question précise c’est dans un cadre juridique exposé dans le second additif joint à l’édition de 1777, qu’il réalisera à la demande expresse de l’Académie, plusieurs expériences sur les chapeaux en compagnie de Clairaut afin de savoir si, comme le prétendait le Sieur Prévost, les chapeaux incorporant de la soie aux autres matériaux étaient d’aussi bonne qualité et moins chers que ceux fait de laine et de poils seulement. Pour en faire la démonstration, les deux académiciens firent subir de nombreux dommages aux deux types de chapeaux ; ils les mouillèrent, tentèrent de les déchirer, de les percer, pour conclure que les chapeaux contenant de la soie étaient plus résistants mais moins doux et moins agréables au toucher que ceux de pur feutre.

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois

Bibliographie:

Académie des sciences. Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris. Tome VII. Neuchâtel : Imprimerie de la Société typographique, 1777. Disponible en ligne [consulté en février 2014]

Daumas, Maurice ; Tresse, René. « La Description des Arts et Métiers de l’Académie des Sciences et le sort de ses planches gravées en taille douce ». Revue d’histoire des sciences et de leurs applications. 1954, Tome 7, n°2. pp. 163-171.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *