Chauveau et Marey précurseurs de la cardiologie moderne

 

Pr. Chauveau

Portrait d’Auguste Chauveau. Musée d’histoire de la médecine et de la pharmacie. UCBL

Marey Herbier

Portrait Jules-Etienne Marey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si de nos jours, il est courant de pratiquer, chez l’homme, des cathétérismes cardiaques afin d’établir ou de préciser un diagnostic, beaucoup ignorent que cette technique a été mise au point à l’Ecole Vétérinaire de Lyon, il y a 150 ans. En 1850, les connaissances relatives à la circulation sanguine sont encore parcellaires bien que les travaux de Servet d’une part et de Harvey d’autre part leur aient fait faire un bond en avant considérable. Dès 1553, Michel Servet avait en effet décrit, pour la première fois de manière correcte, la circulation pulmonaire. Il faut ensuite attendre 1668 pour que William Harvey, médecin du roi Charles Ier d’Angleterre, décrive avec précision l’ensemble de la circulation sanguine dans son ouvrage : « L’anatomie du mouvement du cœur et du sang chez les animaux ». Ensuite, les connaissances relatives à la circulation progressent peu et, si au début du XIXème siècle la fonction du cœur en tant que pompe responsable de la progression du sang était bien admise, la chronologie et le rôle des différentes séquences de la contraction cardiaque étaient encore l’objet dans le milieu médical de discussions parfois véhémentes. Un des principaux sujets de controverse concernait le choc précordial (la pulsation ressentie par palpation à la surface du thorax). C’est dans ce contexte que deux jeunes physiologistes, Auguste Chauveau (1827-1917) et Etienne-Jules Marey (1830-1904), vont conjuguer leurs efforts et fournir des arguments incontestables relatifs au fonctionnement cardiaque.

Dès 1856, Chauveau, jeune enseignant à l’Ecole Vétérinaire de Lyon s’associe avec Jean Faivre pour faire des observations sur le cœur du cheval « mis à nu » après ouverture de la cage thoracique.

Coeur (1)

Chauveau, A., Faivre J. Nouvelles recherches expérimentales sur les mouvements et les bruits normaux du cœur, 1856. Cote 35380

Toutefois, leurs conclusions, pourtant exactes, sont encore contestées par certains membres de l’Académie de Médecine. De son côté Marey, jeune médecin parisien, vient de soutenir une thèse brillante sur la physiologie de la circulation sanguine ; il a mis au point différentes techniques d’enregistrement graphique qui vont se révéler décisives dans l’étude de la physiologie cardiaque. C’est grâce à Claude. Bernard et à Franciscus Cornelis Donders (physiologiste hollandais) que Chauveau et Marey se rencontrent et unissent leurs efforts à partir de 1861. Ils mettent au point le matériel nécessaire pour enregistrer les variations de pression dans les différentes cavités cardiaques chez le cheval.

Coeur (5)

Fig. 249. Coeur du cheval, face gauche.
Chauveau, Auguste. Traité d’anatomie comparée des animaux domestiques, 1879
Cote 37522

Coeur (6)

Fig. 250. Coeur du cheval, face droite.
Chauveau, Auguste. Traité d’anatomie comparée des animaux domestiques, 1879
Cote 37522

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matériel comporte :

1) Une sonde métallique rigide dont l’extrémité est munie d’un ballonnet élastique. Cette sonde est introduite dans l’artère carotide en direction du cœur. On la fait progresser jusque dans l’aorte puis on la fait pénétrer dans le ventricule gauche. Les pressions exercées sur ce ballonnet par la contraction du ventricule gauche sont transmises à un système de détection : le «tambour de Marey» ; la membrane élastique de ce tambour se déforme sous l’effet de la pression exercée au niveau du ballonnet ; un stylet inscripteur solidaire de la membrane élastique inscrit sur un cylindre recouvert de papier les variations en fonction du temps.

2) Une sonde souple comportant un premier ballonnet à son extrémité et un deuxième situé à 5 cm environ du premier ; ces deux ballonnets sont reliés respectivement à deux tambours de Marey. Cette sonde est introduite par la veine jugulaire en direction du cœur ; elle pénètre successivement dans la veine cave puis l’oreillette droite et le ventricule droit. Une fois en place, le ballonnet distal enregistre la pression du ventricule droit et le ballonnet proximal celle de l’oreillette droite.

Coeur (2)

Fig. 7. Double sonde du coeur droit.
Marey, E.-J. Physiologie médicale de la circulation du sang, 1863
Cote 800031

Coeur (3)

Fig. 34. Appareil pour démontrer la succession des mouvement du cœur.
Marey, E-J. La circulation du sang, 1881.
Cote 38730

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enregistrements obtenus par Chauveau et Marey montrent que :

– les contractions des deux oreillettes sont simultanées

– la contraction des oreillettes précède celle des ventricules

– le choc précordial est synchrone de la contraction ventriculaire.

Ainsi en quelques mois d’un travail acharné et précis, Chauveau et Marey démontraient de manière incontestable la simultanéité de la contraction ventriculaire et du choc précordial.

Coeur (4)

Fig. 37. Tracés recueillis sur le cheval.
Marey, E-J. La circulation du sang, 1881.
Cote 38730

 

Article rédigé par Robert, Boivin Professeur émérite à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon

Bibliographie:

Chauveau, Auguste ; Marey, Jules-Etienne. « Détermination graphique des rapports du choc du cœur avec les mouvements des oreillettes et des ventricules : expériences faites à l’aide d’un appareil enregistreur (sphygmographe) ». Comptes. Rendus de l’Académie des Sciences. 1861, n°53, p.622-625.

Chauveau, Auguste ; Marey, Jules-Etienne. « Détermination graphique des rapports du choc du cœur avec les mouvements des oreillettes et des ventricules (deuxième note) ». Comptes. Rendus de l’Académie des Sciences. 1862, n°4, 32-35

Forssmann, Werner. « Die Sondierung des rechten Herzens ». Klinische Wochenschrift. 1929, n°8, p. 2085-2087.

Cournand André; Ranger, H.A. « Catheterization of right auricle in man». Proceedings of the Society for Experimental Biology and Medicine. 1944, n°46, p.462.

Chauveau, Auguste, Faivre J. « Nouvelles recherches expérimentales sur les mouvements et les bruits normaux du cœur envisagés du point de vue de la physiologie médicale ». Gazette Médicale de Paris. 1856, n° 26, p.365-367 .

Chauveau, Auguste ; Marey, Jules-Etienne. « Appareils et expériences cardiographiques. Démonstration nouvelle des mouvements du cœur par l’emploi des instruments enregistreurs à indications continues ». Mémoire de l’Académie Impériale de Médecine. 1863, n°26, p.268-319.

Marey, Jules-Etienne. Recherches sur la circulation du sang à l’état physiologique et dans les maladies. Thèse Doctorat de Médecine. Paris, 1859.

Flourens, Pierre ; Rayer, Pierre ; Bernard, Claude. « Rapport sur deux mémoires de MM Chauveau et Marey relatifs à l’étude des mouvements du cœur à l’aide d’un appareil enregistreur ». Comptes. Rendus de l’Académie des Sciences. 1862, n°4, p. 899-904.

Bouillaud, Jean; Grisolle,Augustin ; Béclart, Jules,.. « Rapport sur les appareils et expériences cardiographiques de MM Chauveau et Marey ». Bulletin de l’Académie nationale de médecine. 1863, n°28, p.602-614.

Claude Bernard, d’hier à aujourd’hui / 1813-2013. Blog du bicentenaire de sa naissance. Lyon : Université Lyon1, 2013.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mr Boivin a souvent dit dans ses conférences qu’il n’avait pas de documents concernant les relations entre Claude Bernard et Etienne Marey. Etant de Beaune, j’ai expliqué dans mon dernier livre (biographie comparative de Bernard et Pasteur) que c’est Claude Bernard qui avait proposé Marey pour le prix de physiologie Lacaze décerné par l’Institut de France avec une lettre élogieuse sur la méthode graphique de Marey citée dans ce livre Il faut dire aussi que Marey avait un peu pris ses distances avec Bernard dont il trouvait l’expérimentation trop agressive pour les animaux qui n’étaient plus dans des conditions normales d’expérience. J’explique aussi dans mon livre la suprématie vétérinaire de l’époque avec Chauveau bien sûr mais aussi Toussaint,Galtier,Bouley, qui ont ridiculisé Pasteur pour le vaccin antirabique puisqu’il n’a jamais pu comprendre que des virus ou germes chauffés et tués pouvaient déclencher une immunité sur laquelle il avait une conception fausse en la voyant soustractive alors qu’elle était additive par formation d’un anticorps et puis Pasteur a bien précisé que « lui vivant,il n’y aurait ^pas d’autre vaccin que son vaccin inactivé à l’oxygène  » qui a tué avant qu’il n’emprunte celui de Toussaint. et applique le protocole opératoire de Galtier par voie veineuse.Signalez aussi la longévité exceptionnelle de Chauveau qui lui a permis d’être à la fois le collaborateur de Bernard plus âgé et de Marey. plus jeune Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *