Le « fonds Baguer  » : un fonds d’éducation spécialisée

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un ensemble d’une centaine d’ouvrages et fascicules de périodiques portant sur l’éducation des enfants dits « anormaux », datés essentiellement de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle : il s’agit du « fonds Baguer ».

La méthode modale présentée aux musiciens, par Charles Delon. J. Lebègue, 1896

Le « fonds Baguer »

À la bibliothèque, la mémoire orale concernant ce « fonds » a disparu. Monique Vial, chercheuse en sciences de l’éducation qui a travaillé sur le fonds d’archives Baguer du Musée pédagogique au début des années 90 pour en dresser un inventaire, s’est penchée sur les livres qui constituent le « fonds Baguer » conservé à la bibliothèque ; elle préfère d’ailleurs à juste titre appeler cet ensemble la « bibliothèque Baguer » (pour bien le distinguer du fonds au sens archivistique du terme), car il s’agit surtout d’ouvrages imprimés. Cette bibliothèque Baguer est entrée au Musée pédagogique par un don de l’Association française des instituteurs publics des enfants arriérés. En revanche, la date d’entrée de ce don est incertaine : peut-être en 1932 ou vers la fin de la deuxième guerre ?
Le classement des ouvrages a été réalisé en 1954 (cote FB, qui se substitue à une ancienne cote BB).

La méthode modale présentée aux musiciens par C. Delon. 1896. Cote : FB 109

La méthode modale présentée aux musiciens par C. Delon. 1896, p. 30-31. Cote : FB 109

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gustave Alphonse Baguer (1858-1919), un philanthrope engagé

Né en 1858 dans une modeste famille ouvrière, autodidacte, Baguer est un des précurseurs de l’enseignement pour les enfants anormaux. Son action revêt divers visages : elle relève d’abord d’un travail de terrain constant et continu et d’un engagement personnel vis-à-vis des enfants sourds ; il en accueille dans sa classe en tant qu’instituteur, les aide, leur donne des cours supplémentaires ; elle relève en parallèle d’un engagement politique « dans l’ombre », sous forme de lobbying auprès de députés et de sénateurs, de participation à des commissions afin de faire entrer les enfants sourds et aveugles dans l’orbite de l’enseignement public naissant, de missions à travers le pays pour encourager la création de classes spéciales, de préparation de textes législatifs, de tournées d’inspections pendant plus de 10 ans dans les écoles et établissements dédiés aux enfants anormaux.

Le vocabulaire des sourds-muets, par M. Piroux. Nancy : Vincenot et Vidart, 1830, p. 9

Le vocabulaire des sourds-muets, par M. Piroux. Nancy : Vincenot et Vidart, 1830, p. 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1894 est créé à Asnières le premier institut départemental des sourds-muets et sourdes-muettes de la Seine, dont Baguer devient le premier directeur. On enseigne aux enfants, on leur apprend un métier ; l’institut reçoit de nombreuses distinctions (notamment lors de l’Exposition de 1900) et devient au fil du temps une école où viennent se former les maîtres désireux d’enseigner aux sourds-muets.

 

 

Si les enfants handicapés sont son premier souci, son action et ses préoccupations englobent également la condition des enfants « arriérés », « instables », « anormaux », ainsi qu’on les dénomme à l’époque ; de la même façon qu’il a œuvré pour que l’État éduque et prenne en charge les enfants sourds, muets et aveugles, il œuvre pour que celui-ci se soucie également des enfants handicapés mentaux (préparation de la loi de 1909).

Baguer5

Soucieux de toute l’enfance délaissée en général, il participera également à la création de la loi sur les pupilles de la nation à la fin de la Grande Guerre (loi de 1917).
Son but constant est de voir confié à l’État la gestion des enfants différents qui, comme tous les autres enfants, ont droit à un enseignement public dispensé par des maîtres formés, et non à de simples modes de garde plus ou moins satisfaisants. Son absence de position hiérarchique forte dans le monde de l’enseignement ou dans celui de la politique explique que son action, pourtant poursuivie inlassablement durant toute sa vie, soit restée ignorée du grand public et absente de la mémoire collective.

Le mot et l’image, premier livre des sourds-muets, par J.-J. Valade-Gabel. Paris : F. Tandou : Ed. Debrozy, 1863, p. 28-29

Le mot et l’image, premier livre des sourds-muets, par J.-J. Valade-Gabel. Paris : F. Tandou : Ed. Debrozy, 1863, p. XVII

 

La bibliothèque Baguer

Les livres conservés sont essentiellement des méthodes d’apprentissage, des rapports, des études sur les handicaps – parfois en langue étrangère-, des cours d’articulation, des vocabulaires, des comptes-rendus de congrès, des fascicules de revues. En cours de catalogage, ces ouvrages du fonds Baguer mériteraient une étude plus approfondie.

 Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie

VIAL, Monique. Un fonds pour l’histoire de l’éducation spécialisée : inventaire des archives de l’enfance « anormale » conservées au Musée national de l’éducation. Paris : INRP, 1993. Salle éducation : 376 VIA

VIAL, Monique, PLAISANCE Joëlle, STIKER Henri-Jacques. Enfants sourds, enfants aveugles au début du XXe siècle : autour de Gustave Baguer : documents pour l’histoire des enfants handicapés. Paris, 2000. Magasin 5 : 630 946

VIAL, Monique. « Baguer, Gustave Alphonse, 1858-1919 », in Handicap et inadaptation. Fragments pour une histoire : notions et acteurs. Paris : Alter, 1996. Salle éducation : 376 HAN

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *