Étienne Barral entre chimie et biologie : un savoir encyclopédique

Pr. Barral

Portrait Musée d’Histoire de la Médecine et de la Pharmacie UCBL

Les premiers professeurs de pharmacie de la faculté mixte de médecine et pharmacie de Lyon semblent avoir laissé peu de traces dans la mémoire collective. Bien sûr, les noms de certains d’entre eux – Beauvisage, Cazeneuve – baptisent encore des rues de la ville, mais davantage pour commémorer leurs carrières politiques – au conseil municipal, à la chambre des députés ou au sénat – que pour reconnaître l’importance de leurs travaux scientifiques. Il nous a donc paru intéressant d’évoquer le parcours professionnel et l’œuvre de l’un de ces brillants oubliés : Étienne Barral (1860-1938). En effet, certaines de ses recherches ont permis de faire progresser la physiologie, selon les principes et le programme établis par Claude Bernard.

Né à Saint-Foy-lès-Lyon (1860), Étienne Barral suit les cours du Lycée Saint Rambert de cette ville, avant d’intégrer le lycée Ampère de Lyon. Il étudie ensuite la chimie à la faculté des sciences, tout en occupant un poste de préparateur (1880-1884). Dès sa licence ès-sciences physiques obtenue (1884), Barral s’engage dans un cursus biomédical à la faculté mixte de Lyon. Il est parallèlement le préparateur de Paul Cazeneuve (1852-1934) dans la chaire de « Chimie organique et Toxicologie » (1884-1888). Pharmacien de première classe (1889) et docteur en médecine (1890), Barral exerce chez Raphaël Lépine (1840-1919) les fonctions de chef de travaux de clinique médicale (1888-1892). Il devient ensuite le chef de travaux de Louis Hugounencq (1860-1942) dans la chaire de « Chimie médicale et pharmaceutique » (1892-1895), obtenant l’agrégation de chimie (1895) et un doctorat ès-sciences physiques de la faculté des sciences de Paris (1895).

Etienne Barral (4)

Dédicace à Louis Lortet, premier doyen de la faculté mixte de médecine et de pharmacie de Lyon. Cote 33774

Dès lors, Barral enseigne aux étudiants lyonnais les diverses branches de la chimie, ainsi que la minéralogie. Il fonde également une famille : marié en 1901, il devient le père de trois enfants, nés entre 1901 et 1909. Puis, Barral est nommé agrégé libre « chargé d’un cours complémentaire de chimie minérale et analytique appliqué à la pharmacie » (1910), des fonctions dans lesquelles il se trouvera officiellement maintenu à vie (1919). Médecin-major de première classe durant la première guerre mondiale, Barral dirige le laboratoire d’expertise de l’hôpital militaire Desgenettes. Il participe, grâce à ses connaissances chimiques, à la protection contre les gaz de combat. Reprenant après la guerre son service à la faculté mixte, Barral est nommé professeur sans chaire (1921). Il est élu membre correspondant de l’Académie de médecine (1928), deux ans avant son départ en retraite avec l’honorariat de son grade (1930).

Etienne Barral (3)

Barral, Etienne. Tableaux synoptiques de minéralogie. Paris : J-B. Baillière, 1903. Fig.1. Cote 33774

Etienne Barral (7)

Barral, Etienne. Manipulations de minéralogie. Paris : J-B. Baillière, 1903. Fig.15. Cote 42216

 

 



 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux obsèques de Barral, décédé le 24 mars 1938, Albert Moreau prononce l’éloge du disparu. Il cite – sans le nommer – un disciple de Claude Bernard : le physiologiste Jean-Pierre Morat, professeur à la faculté de médecine de Lyon. « Rarement une ère nouvelle de progrès dans la physique et la chimie s’est ouverte devant [l’Homme], sans qu’il ait conçu l’espoir d’y trouver la solution définitive du problème biologique. Lorsque la désillusion se fait sur ce point, les esprits sont de nouveau mûrs pour le vitalisme et on voit cette doctrine renaître sous une forme appropriée aux connaissances du temps ».

L’un des biographes de Barral, Pierre Desgrez, nous éclaire sur le choix des thèmes de recherche du savant : « Á cette époque, un biochimiste était polyvalent et cultivait aussi bien la chimie fondamentale, minérale ou surtout organique, que la chimie classique […]. C’est ainsi qu’Étienne Barral cumula, avec bonheur, les recherches en chimie organique, en biologie, en biochimie clinique et même en cristallographie ».

Etienne Barral (6)

Etienne, Barral. Recherches sur quelques dérivés surchlorés du phénol et du benzène. Lyon : Imp. A. Waltener, 1895. Cote 47336

 

 

 

En chimie organique pure, Barral étudie la chloration des composés aromatiques. Ces travaux sont conduits dans le cadre de sa thèse de doctorat ès sciences, intitulée Recherches sur quelques dérivés surchlorés du phénol et du benzène (1895). Puis, Barral met au point une nouvelle synthèse des chlorocarbonates phénoliques. Des analogues aliphatiques de ces produits sont utilisés comme toxiques de combat durant la première guerre mondiale : Barral propose alors des méthodes de protection contre les gaz asphyxiants.

 

 

 

 

 

En biochimie endocrinienne, Barral conduit avec Raphaël Lépine d’importantes investigations sur la glycémie et sa régulation. Ils démontrent que le pancréas libère dans le sang un « ferment glycolytique » – capable d’hydrolyser le glucose (1889). Les concentrations sanguines du « ferment » semblent faibles chez les diabétiques. Ces résultats sont présentés dans la thèse de médecine de Barral, intitulée  Sur le sucre du sang. Son dosage, ses variations, sa destruction par le temps, par la chaleur et par les tissus vivants. Nouvelle théorie du ferment glycolytique (1890). Au début des années 1920, les travaux de Fred Banting, Charley Best, John James Richard Mc Leod et Bert Collip permettront d’identifier le  « ferment glycolytique » à une hormone : l’insuline.

Etienne Barral (9)

Etienne, Barral. Sur le sucre du sang. Lyon : Imp. A. Waltener, 1890. Cote 137077/1889-90

Etienne Barral (5)

Etienne, Barral. Précis d’analyse chimique. Paris : J.-B. Baillière, 1925. P. 104. Cote 83771

 

 

En chimie analytique, Barral met au point ou perfectionne diverses méthodes d’identification et de dosage de principes actifs médicamenteux, de produits biologiques et de composés minéraux. Une nouvelle technique de recherche de l’albumine urinaire, baptisée « méthode de l’anneau de Barral », popularise le nom du savant. Celui-ci est l’auteur d’un important Précis d’analyse chimique – qualitative, quantitative, biologique et clinique  (1904-1909), dont la seconde édition est établie avec son fils Philippe (1923-1931). Barral publie aussi deux manuels de minéralogie. Grâce à ses compétences d’analyste, il est nommé essayeur du commerce au bureau de garantie de Lyon (1907).

Etienne Barral (1)

Etienne, Barral. Précis d’analyse chimique quantitative. Paris : J.-B. Baillière, 1905. P.804. Cote 33776

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, Barral se distingue dans le domaine de la toxicologie. Notons au passage qu’il souffre lui-même d’expositions répétées, au laboratoire, à des produits dangereux pour la santé. Barral étudie tous les aspects de la nocivité d’une plante (Illicium parviflorum) présente dans des  « badianes toxiques ». Ses compétences toxicologiques lui valent de siéger au Conseil départemental d’hygiène du Rhône et d’être désigné comme expert dans  une cause célèbre : l’affaire Bougrat. Ce dernier est un médecin marseillais, inculpé d’homicide après que l’un de ses patients ait succombé à une injection de norvarsénobenzole (1925). Tendant à disculper Bougrat, les résultats de l’expertise de Barral sont confirmés par Alexandre Desgrez, professeur à la faculté de médecine de Paris. Malgré cela, Bougrat est condamné au bagne à perpétuité (1927). Il s’en évade rapidement pour gagner le Vénézuela, où il pratique la médecine jusqu’à son décès – survenu dans l’Ile Margarita (1962).

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie)

 

Bibliographie sommaire

Barral, Étienne. Exposé des titres et travaux scientifiques. Lyon : Rey, 1910.

Bliss, Michaël. La découverte de l’insuline. Paris : Payot, 1988.

Claude Bernard, d’hier à aujourd’hui / 1813-2013. Blog du bicentenaire de sa naissance. Lyon : Université Lyon1, 2013.

Dedet, Christian. Le secret du Dr. Bougrat – Marseille – Cayenne – Caracas, l’aventure d’un proscrit. Paris : Phébus. 2000

Desgrez, Pierre. « Le Professeur Étienne Barral (1860-1938) ». Revue d’Histoire de la Pharmacie.1992 n°294, pp. 323-329.

Morel, Albert. Rapport de Mr le Professeur Morel sur la candidature de Mr le Dr Étienne Barral, agrégé des facultés de médecine, chargé de cours à la Faculté de Lyon, au titre de Professeur-Adjoint à la dite Faculté. Tapuscrit, 1920.

Morel, Albert. « Étienne Barral – Discours prononcé par M. le Pr Albert Morel, Assesseur du Doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Lyon ». Lyon Pharmaceutique. 1938, n°132, pp. 143-144.

Mure, André. La piqûre mortelle. Lyon, Paris : La Flamme d’Or, 1954.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *