Les « Colloques » de Cordier : une leçon de latin ou de bonne conduite ?

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve plusieurs exemplaires des Colloques de Mathurin Cordier imprimés du XVIe  au XVIIIe siècle. Les colloquia ou « dialogues » sont de courtes conversations en latin entre deux protagonistes, conversations qui abordent des thèmes divers et sont censées aider l’élève à s’approprier des mots de vocabulaire courant et des tournures de langue.

Page 187. Nouvelle traduction des Colloques de Mathurin Cordier…, 1672. Cote : 1R 34631

Page 334 et page 335. Nouvelle traduction des Colloques de Mathurin Cordier…, 1672. Cote : 1R 34631

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mathurin Cordier est un des plus grands grammairiens du XVIe siècle. Il a composé de nombreux manuels scolaires, dont le principal est ce manuel de conversation qui fut très vite traduit en français, et très largement et durablement répandu dans toute l’Europe.

 

Mathurin Cordier, un éminent pédagogue

Mathurin Cordier est né en 1474 en Normandie. Après des études à Paris, il devient prêtre et enseigne dans plusieurs collèges français. Au collège de La Marche, où il a occupé la chaire de rhétorique, il a eu pour élève Calvin, dont il deviendra par la suite le disciple. Mathurin Cordier a participé à la transformation qu’a connue la pédagogie dans le contexte de la Réforme. Il a ainsi été le premier à traduire en français les phrases latines que ses élèves devaient apprendre, anticipant sur les tentatives de Port-Royal qui auront lieu un siècle plus tard. Il a aussi été un des maîtres de Montaigne au collège de Guyenne à Bordeaux où il a enseigné de 1534 à 1536.
En 1536, Cordier quitte la France pour s’installer en Suisse à la demande de Calvin. Après des séjours à Genève, Neuchâtel et Lausanne, où il enseigne dans différents collèges, il retourne à Genève en 1558 pour prendre part à la réforme du collège de la Rive. Comme il approche alors des quatre-vingt ans, on ne le charge d’aucun enseignement, mais l’imprimeur et humaniste Robert Estienne l’incite à composer un livre pour la jeunesse. C’est ainsi que les Colloques voient progressivement le jour. La mort de Robert Estienne en ralentit la rédaction, et c’est finalement en 1564 qu’ils sortent de la presse d’Henri II Estienne, le fils de Robert Estienne. Cette même année, Mathurin Cordier meurt, après avoir eu la satisfaction de voir paraître ses Colloques.

Mathurin Cordier n’est bien sûr pas l’inventeur du genre des colloques mais il considère que les ouvrages de ces prédécesseurs ou contemporains sont incomplets : s’ils apprennent effectivement aux débutants à s’exprimer dans un langage correct au moyen de dialogues-types, ils manquent de principes moraux et religieux. Ainsi, les Colloques qu’ils rédigent sur la fin de sa vie ont cette particularité d’être à la fois un manuel de conversation et un traité de morale calviniste.
Malgré ce parti pris, l’ouvrage a été employé pendant deux siècles dans les écoles catholiques.

 

Les Colloques de Cordier : éditions du XVIe siècle

Page de titre. Les Colloques de Maturin Cordier…, s.d. Cote : 1R 73 715

Page de titre. Les Colloques de Maturin Cordier…, 1595. Cote : 1R 75 612

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux exemplaires ont été imprimés au cours du XVIe siècle et comportent de nombreuses similitudes d’édition.
L’état de la page de titre et l’absence de colophon empêchent de connaître la date et le lieu d’impression du premier exemplaire. Néanmoins, en le comparant avec le second daté de 1595, il est possible de dire qu’il a été imprimé au XVIe siècle.
Ces deux livres proposent une version bilingue des colloques, « pour l’exercice des deux langues ». Ils sont précédés de la même préface, datée de 1563.
L’exemplaire de 1595 a été imprimé dans l’atelier de Hugues Barbou à Limoges1.
Le premier exemplaire possède l’ex-libris d’un célèbre bibliophile lyonnais, Justin Godart, qui a été maire de Lyon et député du Rhône au cours du XIXe siècle. Ce collectionneur était particulièrement intéressé par les éditions lyonnaises. Cette circonstance invite à supposer que ces Colloques sans date ni imprimeur auraient pu avoir été imprimés à Lyon2. On sait de source sûre qu’en 1610 la veuve de l’imprimeur lyonnais Antoine de Harsy a imprimé des Colloques de Cordier dont le titre est exactement le même que celui de cet exemplaire. Toutefois, l’édition ne paraît pas être la même. Par ailleurs, ils ont aussi été imprimés chez l’imprimeur lyonnais Thomas de Straton en 1564. D’après certains, c’est dans l’atelier de cet imprimeur qu’aurait paru la première traduction en français des Colloques de Cordier. Dans ce cas, cet exemplaire serait unique et rare.

 

Les Colloques de Cordier : éditions du XVIIe siècle

Au  XVIIe siècle, les Colloques de Cordier rencontrent encore un grand succès, en particulier dans les collèges où ils constituent le manuel incontournable dans l’apprentissage du latin.

Page de titre. Colloquiorum Maturini Corderii, 1661 1R 34629

 

L’exemplaire imprimé en 1661 à Rotterdam chez Arnold Leers est une édition à l’usage des écoles. Elle a la particularité de renfermer seulement 100 des 202 colloques de Cordier, certainement piochés dans les quatre livres qui constituent la version originale des Colloques. Cette sélection est précédée d’une adresse aux précepteurs qui constituaient le public visé. Ainsi cette édition se serait quelque peu éloignée de la visée initiale du pédagogue Cordier qui souhaitait au contraire que son manuel soit à la portée des enfants. Elle paraît opérer un retour vers le type de colloques que le grammairien critiquait. Cette idée est appuyée par la présence en deuxième partie de l’ouvrage d’une sélection de Colloques familiers d’Erasme. Ceux-ci font partie des premiers colloques publiés au XVIe siècle, et s’ils ont rencontré un très grand succès, ils ont aussi très vite été critiqués pour leur inadaptation à la jeunesse. De plus, les Colloques de Cordier comme ceux d’Erasme sont uniquement en latin, y compris l’argument d’introduction, alors qu’une version bilingue existait déjà.

 

 

Page de titre. Nouvelle traduction des Colloques de Mathurin Cordier…, 1672. Cote : 1R 34631

Le second exemplaire date de 1672. Il s’inscrit dans une pratique contraire à celle présentée précédemment : le français devient la métalangue de l’enseignement du latin.  Il s’agit d’une nouvelle traduction, imprimée à Paris chez la veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan. Cette édition est certainement également à destination d’un public d’élèves de collège, la librairie de Pierre Esclassan se situant à deux pas du Collège des Trois Evêques. Elle s’accompagne de Sentences proverbiales en latin et en françois qui sont placées à la toute fin de l’ouvrage.
Il faut préciser que les éditions imprimées en France étaient très souvent expurgées de tout ce qui, dans la préface et le texte, était contraire aux idées catholiques. Après la révocation de l’édit de Nantes, l’ouvrage est encore édité, et notre exemplaire de 1672 comporte même une dédicace au neveu d’un évêque, l’abbé de Coislin, fils d’un pair de France, à qui l’éditeur demande d’accorder sa protection.

 

 

Les Colloques de Cordier : éditions du XVIIIe siècle

Le succès des Colloques de Cordier ne se ralentit pas au XVIIIe siècle comme le montrent ces deux exemplaires publiés respectivement en 1763 et 1796. Il s’agit quasiment de la même édition dans les deux livres : ils se composent de cinq livres de colloques, ont été imprimés à Genève et se terminent tous deux par un index alphabétique. L’exemplaire de 1763 a certainement été utilisé dans le cadre scolaire à en juger par l’ex-libris « Etienne Bordie[] L’an 1799 6e classe Colloque », et les deux marques de possesseur griffonnées sur une page de garde, certainement celles d’anciens élèves, « Petrus Silvestre » et « Fredericus Bordex ».

 Billet rédigé par Maryline Desaintjean

Bibliographie :

Delormeau, Charles-Emile. Un maître de Calvin : Mathurin Cordier l’un des créateurs de l’enseignement secondaire moderne. Neuchatel : H. Messeiller, 1976

Lecoultre, Jean-Jules. Maturin Cordier et les origines de la pédagogie protestante dans les pays de langue française (1530-1564). Mémoires de l’Université de Neuchâtel, 1926

 

  1. Pour plus de renseignements sur cet imprimeur, voir Ducourtieux, Paul. Barbou imprimeurs, Lyon-Limoges-Paris (1524-1820), Ducourtieux, Limoges, 1894-1896, p. 111 à 155. Disponible en ligne [consulté le 15 octobre 2013] []
  2. Il existe un catalogue de sa bibliothèque : Bibliothèque Justin Godart, lyonnais. [Vente à Paris, Hôtel Drouot, le 21 novembre 1957. Commissaire-priseur : Me Etienne Ader], Paris, Giraud-Badin, 1957. Sa consultation pourrait révéler la date et l’imprimeur de cet exemplaire (cote : 1R 73715) dont la page de titre a été amputée, et confirmer ou infirmer nos hypothèses. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *