D’Arsonval : un pionnier de la biophysique

CB suite (6)

Jacques Arsène d’Arsonval. Portrait à la plume réalisé par Philippe Jaussaud

Pour présenter d’Arsonval, nous ne nous référerons pas au tableau de Lhermitte : la tête du savant plonge littéralement dans l’ombre, comme si un excès de modestie l’incitait à se dérober aux regards. Nous préférons renvoyer le lecteur à la photographie du jeune « taupin » d’Arsonval, coiffé d’un feutre pointu aux bords élégamment relevés. Sur le portrait, le regard malicieux et la fine moustache font penser à Arsène Lupin. Telle est du moins l’impression qu’a dû ressentir Michel Zink, titulaire de la chaire de « Littératures de la France médiévale » au Collège de France et auteur du roman intitulé Arsène Lupin et le mystère d’Arsonval. Ce livre représente un clin d’œil adressé – à travers l’Histoire – à un collègue disparu, puisque d’Arsonval a été professeur de « Médecine » au Collège de France. Par ailleurs, on ne peut être que frappé par l’analogie de consonance existant entre « d’Arsonval » et « d’Orcival ». Le crime d’Orcival (1867), dû à la plume d’Émile Gaboriau, est souvent considéré comme étant le premier vrai roman policier. D’Arsonval, âgé de seize ans lors de sa parution, l’a très probablement lu …

Jacques Arsène d’Arsonval vient au monde le 8 juin 1851 à La Porcherie (Haute-Vienne) dans le manoir familial de La Borie. Son père, Pierre Catherine, est médecin à Limoges. Ayant fréquenté successivement l’école de sa commune, puis le collège du petit Séminaire de Brives et le lycée impérial de Limoges,  le jeune Arsène obtient brillamment son baccalauréat (1869). Il monte ensuite à Paris, afin de préparer le concours d’entrée à l’École Polytechnique, mais la guerre franco-prussienne le contraint à regagner le Limousin et à s’orienter vers une carrière médicale. Élève de l’École de médecine de Limoges, d’Arsonval est nommé interne à l’hôpital Saint Alexis (1871), puis externe – après concours – des Hôpitaux de Paris (1873). Il remplit ses fonctions à l’Hôpital Lariboisière, tout en suivant au Collège de France les cours de Claude Bernard, dont il devient le préparateur dans la chaire de « Médecine » (1873). Désormais, d’Arsonval ne quittera plus le « Collège ». Il soutient une thèse de médecine sur le rôle de l’élasticité du poumon dans la circulation sanguine (1876). Après le décès de Claude-Bernard (1878), d’Arsonval devient le préparateur du successeur de son maître : Charles-Édouard Brown-Sequard (1817-1894). Professeur de chimie à l’École Arago (1880), puis assistant d’Étienne-Jules Marey (1830-1904) dans la chaire d’« Histoire naturelle des corps organisés » du Collège (1881), d’Arsonval prend ensuite la direction du laboratoire de physique biologique de l’École pratique des hautes études. Ce laboratoire sera reconstruit, selon les directives du savant, à Nogent-sur-Marne (1910). Entre temps, au Collège de France, d’Arsonval a été nommé professeur suppléant (1887) et – après le décès de Brown-Sequard – professeur titulaire de la chaire de « Médecine » (1894). Le savant est élu à l’Académie de médecine (1888), à celle de chirurgie (1938) et à l’Académie des sciences (1894). Retraité en 1931, D’Arsonval décède le 31 décembre 1940 dans sa maison de la Borie – léguée au Collège de France.

Dastre et d'Arsonval (1)

Caricature. Musée Claude Bernard, Saint-Julien en Beaujolais

En 1871, d’Arsonval tombe amoureux d’une jeune veuve de six ans son aînée, rencontrée à l’hôpital de Limoges. Il s’agit de Marie Boysse, mère d’une petite fille nommée Émilie. Mais, Pierre Catherine d’Arsonval est hostile à l’union des deux jeunes gens. Le couple vit donc à Paris durant l’externat d’Arsène et le mariage est célébré seulement en 1885, après le décès du pater familias. Marie meurt en 1899 et Arsène épouse en secondes noces … sa belle-fille Émilie dont il est le tuteur. Non autorisé par la loi française, le mariage a lieu en 1902 en Espagne. La famille d’Arsonval met le couple à l’index, tout contact est rompu. Atteinte d’un cancer du sein, Émilie survivra seulement quatre ans à son époux.

Chercheur prolifique, d’Arsonval utilise des concepts et des méthodes relevant des sciences physiques, afin d’explorer des phénomènes vitaux. Son ouvrage Les sciences physiques et la médecine (1914) et sa collaboration décisive à un grand Traité de physique biologique (1901-1903) témoignent de son orientation interdisciplinaire. D’Arsonval réalise des travaux sur la circulation sanguine, la chaleur animale, l’organothérapie et la composition des gaz respiratoires. Mais, il s’illustre surtout dans le domaine de l’électrophysiologie. D’Arsonval étudie le traitement des maladies par les ondes courtes (« arsonvalisation » ou diathermie), créant le premier service d’électrothérapie à l’Hôtel-Dieu (1895). Il énonce une théorie électrocapillaire de la contraction des fibres musculaires et s’intéresse aux décharges électriques du poisson torpille, à l’atténuation des venins par les courants de haute fréquence, ainsi qu’à l’électrochirurgie. Par ailleurs, d’Arsonval démontre qu’une victime d’électrocution peut être sauvée grâce à la respiration artificielle. Afin de conduire toutes ces investigations, il conçoit de Nouveaux appareils destinés aux recherches d’électro-physiologie (1889) : galvanomètre à cadre mobile pour les faibles courants, chronomètre électrique, etc.

a (1)


Galvanomètre Desprez et D’ Arsonval. Gariel, Charles-Marie. Traité pratique d’électricité T.1. Paris : O. Doin, 1884. Fig.176. 45829

a (2)

Galvanomètre Desprez et D’ Arsonval. Gariel, Charles-Marie. Traité pratique d’électricité T.1. Paris : O. Doin, 1884. Fig.177. 45829

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’Arsonval n’est pas seulement un pionnier de la biophysique. Il multiplie aussi les inventions d’intérêt industriel : accumulateurs d’Arsonval -Vaugeois – alimentant les premiers sous-marins modernes -, vase isolant d’Arsonval-Dewar, premier téléphone adopté par les Postes & Téléphones, etc. Avec Duprez, le savant démontre la formule du transport de l’énergie électrique à distance. Sa collaboration avec Claude sur la liquéfaction des gaz conduit à la fondation de l’usine Air liquide à Champigny-sur-Marne. D’Arsonval participe – avec Marconi et Ferrié – aux premières émissions de TSF réalisées à partir de la Tour Eiffel (1902) et même à la création de l’automobile chez Panhard-Levassor. Enfin, le savant fonde l’École supérieure d’électricité (1894).

a (3)

Téléphone D’Arsonval. Gariel, Charles-Marie. Traité pratique d’électricité T.2. Paris : O. Doin, 1884. Fig.477. 45829

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie).

 

Bibliographie sommaire

Binet, Léon. « Cérémonie du centenaire de la naissance d’Arsène d’Arsonval, à la Sorbonne, le 23 octobre 1951 » in : Notices et discours. Institut de France, Académie des sciences, 1957, p. 291-299

Claude Bernard, d’hier à aujourd’hui / 1813-2013. Blog du bicentenaire de sa naissance. Lyon : Université Lyon1, 2013.

Monjaux-Defaye, Geneviève. Docteurs d’Arsonval. Du sentier limousin au parvis du Collège de France. Paris : La Bruyère, 2007

Vayre, Pierre. Jacques-Arsène d’Arsonval : un médecin limousin à Paris. La biophysique au secours des hommes. Paris : Glyphe, 2007

Vayre, Pierre. « Docteur Jacques Arsène d’Arsonval (1851-1940) : de la biophysique à l’Académie de chirurgie » in : Mémoires de l’Académie Nationale de Chirurgie, 2007, vol. VI, n°2, p. 62-71

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. TRAN-MINH Van André dit :

    Excellente biographie sur d’Arsonval. Merci à Philippe JAUSSAUD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *