Nikolaus Joseph von Jacquin : entre art et science

Les noms utilisés pour désigner les végétaux de toutes sortes plus particulièrement lorsqu’ils sont latinisés, nous paraissent parfois austères ou obscurs. Pourtant derrière ces vocables barbares se cachent parfois des histoires humaines. Ainsi lorsque Nikolaus Joseph von Jacquin (1727-1817) baptise la principale variété de bois d’acajou « Swietenia mahagoni », c’est pour témoigner de toute sa reconnaissance à l’encontre de Gerard van Swieten (1700-1772).

« Ornithogalum giganteum », gravure sur cuivre Nikolaus Joseph Jacquin, Plantarum rariorum horti caesarei Schoenbrunnensis descriptiones et icones, 1797-1804

Cet éminent savant fut nommé à Vienne médecin personnel de l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche en 1747. A ce titre il réforma profondément les cursus universitaires de santé à l’université de Vienne en introduisant par exemple la médecine clinique ou en développant un laboratoire de chimie et un jardin botanique. Pour diriger ce dernier, Gerard van Swieten fit appel à Nikolaus Joseph von Jacquin, botaniste habitant alors à Leyde. Le goût qu’il montra pour l’étude des plantes détermina l’empereur François Ier à l’envoyer sur le continent américain afin de recueillir des végétaux destinés à orner les jardins de Vienne mais également de Schoenbrunn, résidence d’été de la famille impériale. Ainsi en 1754, il traversa l’océan atlantique et passa cinq années à découvrir les trésors botaniques des Antilles, de la Jamaïque, de Saint Domingue. De retour en Europe, Jacquin permit aux jardins autrichiens de devenir les plus resplendissants d’Europe.

En parallèle de ses études sur les plantes exotiques, le botaniste se consacra également à celles du vieux continent. C’est à ce titre qu’il publia entre 1797 et 1804, l’ouvrage intitulé Plantarum rariorum horti Cœsarei Schœnbrunnensis descriptiones et icones qui présente les collections du château de Schoenbrunn et que possède en totalité la bibliothèque universitaire de Lyon 1.

Les volumes se présentent sous la forme de grands in-folio. Textes et estampes sont nettement séparés puisque les courtes introductions présentant les plantes que l’on doit à Jacquin, sont situées en début de volumes. Suivent ensuite dans une seconde partie les estampes, fruit du travail de Franz Von Scheidel (1731-1801) qui a collaboré à de nombreuses reprises avec le botaniste néerlandais.

Afin de déterminer la technique utilisée dans la réalisation des gravures, nous avions pensé au départ à la lithographie, les dates d’éditions concordant avec l’invention de cette technique en 1796. Néanmoins, cela n’est pas le cas car on trouve sur les gravures des « cuvettes » qui témoignent de l’utilisation d’une plaque de cuivre. Il s’agit donc ici de gravures à l’acide et plus précisément à l’eau forte. Le graveur incise une plaque de cuivre préalablement enduite de vernis avec une pointe qui se tient comme un crayon. La planche gravée est ensuite trempée dans un bain d’acide ou d’eau forte. L’acide mord le cuivre qui est ensuite nettoyé puis encré. Enfin, les gravures ont été coloriées à la main, avec une peinture à l’huile.

Ces illustrations réalisent un bon compromis entre la diffusion d’une culture et d’un savoir scientifiques et un intérêt esthétique. Mais qu’est-ce qu’une illustration botanique au sens scientifique? Quels éléments permettent de déterminer si un dessin ou une toile sont à classer dans la catégorie de la peinture des fleurs ou dans celle, plus spécifique de l’illustration botanique ? La phyllotaxie (soit l’étude de la disposition des feuilles sur la tige), la présence des racines ou de l’inflorescence (la disposition des fleurs sur la tige d’une plante) confèrent une valeur scientifique indéniable à un simple dessin de plante. L’exemple du Draccena umbraculifera témoigne de la précision apportée par le botaniste Jacquin dans la représentation de végétaux. Par ailleurs, dans le but de décrire dans son intégralité la plante, le dessinateur a pris soin de courber la feuille afin qu’elle soit entière et donc mieux identifiable pour l’amateur.

« Draccena umbraculifera »,gravure sur cuivre in Nikolaus Joseph von Jacquin, Plantarum rariorum horti caesarei Schoenbrunnensis descriptiones et icones, Apud C. F. Wappler; Apud B. et J. White; Apud S. et J. Luchtmans, 1797-1804

Néanmoins, la précision apportée aux illustrations atteint ces limites notamment concernant la connaissance anatomique. On observe très peu de détail cellulaire comme ici pour la tige de l’Iris odoratifsima.

« Iris odoratifsima », gravure sur cuivre in Nikolaus Joseph von Jacquin, Plantarum rariorum horti caesarei Schoenbrunnensis descriptiones et icones, Apud C. F. Wappler; Apud B. et J. White; Apud S. et J. Luchtmans, 1797-1804

Pour conclure, l’ouvrage de Nikolaus Joseph von Jacquin constitue une excellente synthèse des connaissances acquises à l’époque et témoigne d’un souci esthétique apportée aux représentations. Le Plantarum rariorum horti Cœsarei Schœnbrunnensis descriptiones et icones est donc au croisement de l’art et de la science…


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Damblant dit :

    bonjour,
    je suis à la recherche de celui qui a ramené le 1e buddleia en Europe. Von Jaquin apparat sur la dédicace de Hope en 1782. Auriez-vous un indice?
    cdt
    M.Damblant

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour,
    Après avoir aussi consulté du conservateur des Herbiers de l’Université de Lyon, nous n’avons malheureusement pas de réponse à votre question.
    Peut-être trouverez-vous l’information en vous adressant au Jardin botanique de Lyon ou au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *