Nestor Louis François Gréhant : disciple de Claude Bernard

_DSC5551

Lhermitte, Léon. Claude Bernard dans son laboratoire faisant ses expériences de vivisection, 1889

À l’extrême gauche du tableau de Lhermitte « La leçon de Claude Bernard », un jeune homme aux longs cheveux bouclés se tient debout. Il est simplement vêtu : écharpe écossaise, manteau « trois-quarts », pantalon à rayures. Peut-être vient-il seulement d’arriver. Un porte-documents à la main, il fait face à Paul Bert, qui le regarde les bras croisés. Le personnage à l’écharpe est un fidèle élève de Claude Bernard : Nestor Gréhant.

Nestor Louis François Gréhant nait le 2 avril 1838, à Laon dans l’Aisne. Ce fils d’un conducteur des ponts et chaussées se révèle être un brillant élève : bachelier ès sciences en 1855, il remporte le deuxième prix d’histoire naturelle au concours général de 1856.  Ensuite, Gréhant gagne sa vie comme préparateur de sciences physiques au lycée Napoléon (1856-1866), tout en poursuivant ses études. Il est successivement licencié ès sciences physiques (1858), docteur en médecine (1864) et licencié ès sciences naturelles (1868). Préparateur à la Sorbonne et au Collège de France (1865-1868) chez Claude Bernard, Gréhant est nommé en 1868 aide-naturaliste de « Physiologie générale » au Muséum national d’Histoire naturelle. En effet, la chaire occupée par son maître au Collège se trouve transférée au Muséum. Gréhant accompagne donc Claude Bernard dans le second établissement. Il occupe parallèlement un poste de chef de travaux à l’École pratique des hautes études. Après avoir soutenu son doctorat ès sciences (1870), Gréhant a l’opportunité de remplacer quelques temps Paul Bert à la Sorbonne.

Nestor Gréhant (1)

Page de titre thèse Nestor Gréhant. Cote 6081

Il devient finalement professeur de « Physiologie générale » au Muséum (1893) et directeur du laboratoire de Physiologie de l’École pratique des hautes études (1894). Élu en 1905 à l’Académie de médecine, Gréhant meurt le 26 mars 1910 à Paris, victime d’une longue maladie. Il sera inhumé à Aubenton dans l’Aisne.

Nestor Gréhant (5)

Fig.3. Grisoumètre de Gréhant.
Gréhant, Léon. Les gaz du sang. Paris : Masson, 1894. Cote 40443

 

 

 

Physiologiste, Gréhant conduit des recherches sur la respiration, le sang et la formation de l’urée. Toxicologue, il étudie les effets du monoxyde de carbone et de l’éthanol sur l’organisme. S’intéressant au risque lié à l’inhalation des gaz dans les puits de mines, il invente un appareil de mesure du grisou.

 

 

 

 

 

 

Nestor Gréhant (4)

Fig.6. Etuve avec régulateur d’Arsonval.
Gréhant, Nestor. Les poisons de l’air, Paris : Baillère et fils, 1890. Cote 40872

Gréhant attache aussi son nom à l’anesthésiologie et à l’hygiène. Parmi ses ouvrages figurent : Les poisons de l’air, Paris : Baillère et fils, 1890.

Nestor Gréhant (6)

Fig.15. Appareil servant à l’agitation du sang.
Gréhant, Léon. Les gaz du sang. Paris : Masson, 1894. Cote 40443

 

 

 

Les gaz du sang, Paris : Masson, 1894 et La santé par l’hygiène, Paris : Delagrave, 1907.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans plusieurs de ses ouvrages Gréhant rend hommage à son Maître Claude Bernard. Ainsi, dans L’oxyde de carbone il écrit : «La plus grande partie des recherches qui sont exposées dans ce livre a été faite au Muséum d’histoire naturelle, dans un laboratoire que Flourens et Claude Bernard ont illustré : c’est là que, depuis l’année 1868, je consacre tous mes efforts au progrès de la science expérimentale.»

Nestor Gréhant (3)

Fig.3. Appareil de Gréhant
Gréhant, Nestor. L’oxyde de carbone. Paris : Gauthier-Villars, 1903. Cote 41443

 

Si ses sujets de recherche se situent dans la continuité de l’œuvre de Claude Bernard, leur originalité réside dans l’introduction des méthodes physiques en physiologie. Dans la préface de son Manuel de physique publié aux éditions Germer Baillière, Gréhant déclare : « Le temps n’est plus où le médecin pouvait considérer comme accessoire l’étude des sciences physiques, cette étude est devenue d’une incontestable nécessité. Pour connaître l’organisation des êtres vivants, pour expliquer surtout les phénomènes si variés dont ils sont le siège, le physiologiste s’appuie constamment sur les lois de la physique, dont il emprunte aussi les appareils. ». Son ouvrage comporte de très nombreuses illustrations d’instruments et d’appareils utiles à la physique médicale.

Nestor Gréhant (2)

Fig.191. Expérience de Béclard
Gréhant, Nestor. Manuel de physique médicale. Paris : Germer Baillère, 1869. Cote 40236

Article rédigé avec Philippe Jaussaud, Université Lyon 1 (EA 4148 S2HEP et IUT Biologie).

 

Bibliographie:

Dieulafoy, George. « Décès de M. N. Gréhant ». Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 3e série, vol. 63, n°13, 1910, pp. 335-336.

Barbara, Jean-Gaël et Corvol, Pierre (sous la dir.). Les élèves de Claude Bernard : les nouvelles disciplines physiologiques en France au tournant du XXème siècle. Paris : Hermann, 2011.

Claude Bernard, d’hier à aujourd’hui / 1813-2013. Blog du bicentenaire de sa naissance. Lyon: Université Lyon1, 2013.

Fontaine, Maurice. « La Chaire de Physiologie générale du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 8 mai 1944 ». Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, n°6, 1944, pp. 204-222.

Perrier, Edmond. « [s.t.] », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 16, n°3, 1910, pp. 115-117.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *