Parler latin dans les écoles sous l’Ancien Régime

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède plusieurs exemplaires appartenant au genre des colloquia (colloques, ou dialogues). Il s’agit d’un manuel servant à l’apprentissage du latin et qui se présente sous la forme de courtes conversations. Ce type d’ouvrage était en usage dans les écoles qui dispensaient un enseignement du latin sous l’Ancien Régime.

 

Des colloques imprimés au XVIe siècle

Page de titre. Didier Érasme, Familiarium colloquiorum opus, 1536. Cote : 1R 35552

 

 

 

Sous l’Ancien Régime, l’enseignement du latin ne passe pas uniquement par la grammaire latine. A côté des abrégés appelés rudimenta, ou des listes de vocabulaires, on trouve en effet des manuels de conversation latine appelés traditionnellement colloquia.
La bibliothèque conserve plusieurs exemplaires des colloquia les plus répandus au XVIe siècle. Parmi ceux-là figure un exemplaire des Colloques familiers d’Érasme, imprimés à Lyon en 1536.

 

 

 

 

 

La première édition des Colloques d’Érasme a lieu en 1522. Erasme est un des premiers à renouveler le genre des colloques. Après lui, celui qui donne un nouveau visage au genre des colloquia est l’humaniste et pédagogue Mathurin Cordier :

Page de titre. Les colloques de Maturin Cordier…, s.d. Cote : 1R 73715

Mathurin Cordier rédige ses Colloques à la fin de sa vie, pour les élèves du Collège de la Rive. Ils sont très vite traduits en français, et de très nombreuses fois réédités. Au XVIIIe siècle encore, ils sont utilisés dans les écoles.
L’exemplaire de colloquia dont nous proposons la présentation dans ce billet est l’œuvre de l’humaniste espagnol Juan Luis Vivès.

Page de titre. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, ,1577. Cote : 1R 35668

 

Les Dialogues d’un défenseur du latin, Juan-Luis Vivès

Publiés pour la première fois en 1538, ils connaissent un franc succès dans les écoles, et font l’objet de nombreuses rééditions pendant près de quatre siècles.
En rédigeant ses Dialogues, Vivès avait pour intention de fournir aux écoles un ouvrage davantage destiné aux enfants que ne l’étaient les Colloques d’Érasme. La popularité des Dialogues de Vivès s’accrut considérablement lorsque l’université de Paris condamna ceux d’Érasme en 1529.

Cet exemplaire de 1577 imprimé chez Gabriel Buon à Paris est assez rare, puisqu’il n’existe qu’un seul autre exemplaire aujourd’hui connu de cette même édition . Il se compose des dialogues, auxquels sont ajoutés une explication française des mots latins plus rares et moins usagés par Gilles Housteville, et la déclaration et traduction des passages grecs en latin par Pierre de la Motte.
Il s’agit d’une réédition de la traduction de Benjamin Jamin imprimée une première fois chez le même imprimeur en 1563, et dont il n’existe aujourd’hui plus aucun exemplaire.

Dans sa dédicace au cardinal Charles de Lorraine, Benjamin Jamin reconnaît avoir repris la première traduction en français imprimée à Lyon en 1560, en vue de la « rendre plus poli[e] ».

Epître, feuillet A2. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, 1577. Cote : 1R 35668

Feuillet A4. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, 1577. Cote : 1R 35668

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cet exemplaire conservé à la Bibliothèque Diderot de Lyon, les dialogues ont un triple intérêt. D’une part, ils présentent une version latine et une version française censées favoriser la compréhension du latin, et l’apprentissage d’un français littéraire. De plus, l’ouvrage de Vivès propose des conversations entre un maître et ses élèves, semblables à celles qui ont lieu dans le contexte de l’école. Or on sait que la langue parlée dans les collèges au XVIe siècle et encore parfois au XVIIe siècle est le latin. Enfin, Vivès profite de ses Dialogues pour offrir aux enfants des modèles des conduites qu’ils doivent avoir à l’école, envers leurs professeurs, ou leurs camarades, mais aussi dans le cadre familial.

 

De l’outil linguistique au livre de collection

Reliure. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, 1577. Cote : 1R 35668

Dos de la reliure. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Françoys…, 1577. Cote : 1R 35668

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La valeur de l’ouvrage est accrue par sa très belle reliure en vélin ivoire à recouvrement, estampée à chaud, et datant très probablement du XVIe siècle. Les plats sont ornés d’un large fleuron losangé accompagné de deux phylactères portant les initiales «H.H.V.L.V.N. » et la date « M.D.LXXVII. », d’un filet doré en encadrement. Les tranches sont dorées, et sur le dos lisse orné de fers également dorés, on peut lire « Dialogues de Vives ». Nous ne sommes pas parvenus à identifier l’inscription  «H.H.V.L.V.N. » qui correspond certainement à la marque d’appartenance du possesseur commanditaire de la reliure.

Ex-libris non-identifié au contreplat supérieur. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, 1577. Cote : 1R 35668

Ex-libris d’Ambroise Firmin Didot, page de garde. Les dialogues de Ian Loys Vives, traduits de Latin en Franc̦oys…, 1577. Cote : 1R 35668

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ouvrage aurait ultérieurement fait partie de deux autres bibliothèques particulières. Sur le contreplat figure un ex-libris comportant des armes encadrées de deux inscriptions, la première « In ogni lido », la seconde « M.D.A.D.I.S.C.M.C. et I. », toutes deux n’ont pas pu être identifiées. Un ex-libris manuscrit renseigne une date « 16 février 1816 ».
Par ailleurs, l’ouvrage aurait également appartenu au célèbre collectionneur parisien Ambroise Firmin Didot, comme le prouve l’ex-libris apposé sur une des pages de garde. Dans une forme ovale, un livre ouvert présente deux inscriptions, à gauche une inscription en grec signifiant « Remède de l’âme et de la sagesse », à droite une autre en latin « Sollicitae jucunda oblivia vitae » qui est extraite des Satires d’Horace et qui célèbre les livres, ces « Oublis agréables d’une vie agitée. »

 Billet rédigé par Maryline Desaintjean

Bibliographie :

Alain, Guy. Vivès ou l’humanisme engagé. Seghers : Paris, 1972
Cote : BG 125486 (magasin 4)

Colombat, Bernard. La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’Âge classique, théories et pédagogie. Grenoble : Ellug, 1999
Cote : 475 COL (salle lettres et langues)

Massebieau, Louis. Les colloques scolaires du seizième siècle et leurs auteurs (1480-1570). Paris : J. Bonhoure, 1878
Disponible en ligne [consulté le 20 septembre 2013]

Norena, Carlos. Vie et destin de Juan Luis Vivès. Paris : les Belles Lettres, 2013

Thomas, David H. « Notes sur les premières traductions françaises des dialogues de Jean-louis Vivès » in : Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1984, t.46, n°1, p.131-151

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *