Apprendre les rudiments du latin au XVIe siècle, 2/2

Le billet proposé le mois dernier a permis de présenter deux ouvrages imprimés à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle que conserve la Bibliothèque Diderot de Lyon et qui appartiennent au genre des rudimenta. Pour rappel, les rudimenta sont un type de manuels de base de la langue latine, très répandus sous l’Ancien Régime, et qui interviennent au tout début dans l’apprentissage du latin.
Ce billet-ci s’attachera à donner un aperçu de trois autres rudimenta, également conservés par la bibliothèque, et imprimés cette fois dans la seconde moitié du XVIe siècle.

 

Deux petits rudimenta à l’usage des élèves : ceux de Despautères et de Pierre de la Ramée

Page de titre. Jean Despautère, Rudimenta, 1546. Cote : 1R 35368

Page de titre. Pierre de la Ramée, Rudimenta grammaticae latinae, 1569. Cote : 1R 34777

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Rudimenta de Pierre de la Ramée (Petrus Ramus) et de Despautère font moins d’une centaine de pages seulement. Pierre de la Ramée (1515-1572) est un philosophe français et un professeur reconnu au XVIe siècle, qui rédige de nombreux ouvrages pédagogiques destinés à refondre l’enseignement selon les principes de l’humanisme. Jean Despautère (1460 ou 1480-1520)  est un grammairien flamand célèbre pour sa grammaire latine, Commentarii Grammatici (1537, Paris), qui sert encore à l’enseignement du latin au XVIIIe siècle dans les collèges jésuites.

Feuillet A2. Jean Despautère, Rudimenta, 1546. Cote : 1R 35368

L’un comme l’autre commencent leurs rudiments par un système de questions-réponses, comme l’ont fait Aventinus et Perotti avant eux1. Comme chez Aventinus, les initales P. et D. renvoient à l’élève qui pose les questions, et au précepteur qui apporte les réponses. L’évolution de la présentation de ces « dialogues » est significative entre l’exemplaire des Rudimenta d’Aventinus paru en 1517 et cet exemplaire du Despautère de 1546 : le Despautère est beaucoup plus aéré, des retours à la ligne plus fréquents simplifient la lecture. Les Rudimenta de Pierre de la Ramée, imprimés presque vingt ans après ceux de Despautère, ne s’inscrivent pas dans cette « modernité » et reprennent l’enchaînement linéaire des questions-réponses.

Néanmoins, l’un et l’autre, le Despautère de 1546 et le Pierre de la Ramée de 1569, ont en commun ce soin apporté à la mise en page, à la présentation plus claire des titres, et surtout cette simplification dans l’organisation des rubriques.
Si tous deux reprennent les catégories canoniques comme celles du Nom, du Verbe, de l’Adverbe, du Participe, de la Conjonction, de la Préposition…, ils les débarrassent des multiples subdivisions qui apparaissaient chez leurs prédécesseurs, pour plus de clarté et de simplicité.

Chez le flamand Despautère, on remarque que l’apprentissage par les rudiments se veut progressif, en proposant d’abord les huit parties du discours, puis dans un second temps un abrégé des règles élémentaires de la syntaxe, et enfin dans un troisième volet, les difficultés que peut soulever la première catégorie, celle des parties du discours.
Ces rudiments ont aussi la particularité de contenir des éléments en langues vernaculaires, en français, et en flamand, comme on le voit sur ce feuillet :

 

Les Rudimenta du Portugais Alvarez imprimés dans l’Empire germanique

Page de titre. Emmanuel Alvarez, Rudimenta grammatices…, 1588-1591. Cote : Réserve 2, 21847

 

Cet exemplaire contient les Rudiments, ainsi que les Grammaticarum institutionum, du Portugais Emmanuel Alvarez. Alvarez naît dans l’île de Madère en 1526 et  meurt à Evora en 1582 avec la réputation d’un savant humaniste. Il a enseigné dans les collèges jésuites de Coimbre, Evora et dans la maison professe de Lisbonne2.
Cet exemplaire des Rudiments a été imprimé en 1591, dans l’espace germanique, à Dilligen, chez Joannes Mayeri. Comme il est assez courant dans les pays germaniques, sa reliure est en peau de truie estampée à froid, sur ais de bois, et comporte les traces d’anciens fermoirs. On distingue sur le plat de la couverture des médaillons dans un cadre orné de motifs floraux. Les contreplats sont griffonnés d’inscriptions, et de petits dessins. La page de titre comporte un ex-libris manuscrit « Ad usum [ ] puerorum  [ ] Turnonensis ». Ce petit ouvrage a donc certainement servi à l’enseignement du latin au Collège de Tournon.

 

 

Si le système question-réponse a complètement disparu dans cet ouvrage de la fin du XVIe siècle, la présentation a elle aussi évolué, en même temps qu’ont été modifiées les traditionnelles rubriques. Alvarez propose d’emblée les déclinaisons des noms, puis des pronoms, sous une forme qui annonce déjà la grammaire latine moderne. Il place ensuite à la conjugaison, qui, elle aussi, se veut plus accessible et simplifiée.

Feuillet A2. Emmanuel Alvarez, Rudimenta grammatices…, 1588-1591. Cote : Réserve 2, 21847

 

Cette fois, la présence de la langue vernaculaire, qui commence à concurrencer sérieusement le latin dans son rôle de métalangue (langue d’apprentissage) à la fin du XVIe siècle, est plus grande que dans les autres exemplaires de rudimenta présentés. Chacune des propositions déclinées, ou conjuguées s’accompagne en effet de sa traduction en allemand, ce qui relève certainement d’un choix de l’éditeur.

Ainsi, ce corpus de cinq rudimenta conservés à la Bibliothèque Diderot et présentés dans ce billet et le billet précédent a permis d’avoir un aperçu de ce genre très spécifique des rudiments, qui s’est répandu dans toute l’Europe au XVIe siècle, et qui a constitué pendant longtemps la première voie d’apprentissage du latin.
Une étude comparative approfondie permettrait de comprendre l’évolution qu’a connue ce genre, le poids du modèle antique dans sa rédaction, et la modernité qui l’a progressivement caractérisé.

 

 

La bibliothèque conserve non seulement un large panel des rudimenta des plus célèbres grammairiens et humanistes du XVIe siècle, mais également des exemplaires des grammaires latines que certains d’entre eux ont mises en œuvre3. Une étude parallèle de ces deux types de manuels permettrait de comprendre la spécificité de l’un et de l’autre, et la place qu’ils ont occupée dans la production de chacun des auteurs.

Billet rédigé par Maryline Desaintjean  

Bibliographie :

Colombat, Bernard (dir.). Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques, vol.2. Paris : Presses universitaires de Vincennes, 1998-2000
Cote : 415.09 COL c(2) (salle concours Est)

Colombat, Bernard. « Les manuels de grammaire latine des origines à la Révolution : constantes et mutations » in : Histoire de l’éducation, 1997, n°74,  p. 89-114.
Disponible en ligne [consulté le 22 juillet 2013]

Waquet, Françoise. Le latin, ou l’empire d’un signe (XVIe-XXe siècle). Paris : Albin Michel, 1998
Cotes : 470 WAQ (salle lettres et langues), 478 WAQ (salle concours Est)

 

  1. Voir le précédent billet de blog (juillet 2013) qui présentait les Rudimenta des humanistes Aventinus et Perotti []
  2. Chaudron, Louis-Mayeul. Dictionnaire universel historique, critique et bibliographique, contenant la vie des hommes illustres. Paris, 1821-23 []
  3. En guise d’exemples, voir cet exemplaire daté de 1513 du Cornu copiae de Nicolas Perotti, cote : 1R2679 ; et cet exemplaire des Commentarii grammatici de Despautère daté de 1563, cote : 1R34715 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *