Apprendre les rudiments du latin au XVIe siècle, 1/2

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve une riche collection d’ouvrages anciens liés à l’éducation et l’enseignement, provenant en partie du fonds de l’ex-INRP.
Parmi ceux-ci figurent des petits livres intitulés couramment Rudimenta. Ce sont des abrégés des règles fondamentales de la grammaire latine, très répandus sous l’Ancien Régime, et qui interviennent les premiers dans l’apprentissage du latin.

La bibliothèque a la chance de posséder cinq Rudimenta parmi les plus utilisés au XVIe siècle en Europe. Ce sont ceux :
– du philologue italien Nicolas Perotti, de 1474 (i.e. 1484)1
– de l’humaniste bavarois Johann Turmair dit Johannes Aventinus, de 15172
– du célèbre grammairien Flamand Despautère, de 15463
– du philosophe français Pierre de la Ramée, dit Petrus Ramus, de 15694
– de l’humaniste portugais Emmanuel Alvarez, de 15915

 

Le genre des Rudiments du latin

Durant tout l’ancien régime, l’apprentissage du latin occupe une place centrale dans l’enseignement6. L’enfant apprend à lire en latin. Quand il arrive au collège, il connaît déjà les rudiments du latin, qui est alors la principale discipline, et la langue dans laquelle les autres matières sont étudiées. Ces rudiments, il les acquiert généralement auprès d’un précepteur qui les lui dicte à partir d’un petit ouvrage dont le titre contient la plupart du temps le terme Rudimenta. Ces Rudimenta doivent lui permettre de déchiffrer le latin, de connaître les déclinaisons et la conjugaison en particulier, avant de poursuivre son apprentissage avec une grammaire latine.

 

Un exemplaire des Rudimenta de l’Italien Nicolas Perotti

Premier feuillet vierge non paginé. Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Premier feuillet vierge non paginé.
Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Feuillet l recto. Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Feuillet l recto.
Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Rudiments de l’humaniste italien Perotti que conserve la Bibliothèque Diderot ont été imprimés à Venise, chez Johannes Britannicus de Brescia. Le colophon indique comme date d’impression 1474, ce qui ferait de notre exemplaire un exemplaire unique. Toutefois, il semblerait plutôt qu’il y ait eu une erreur au cours de l’impression, peut-être un oubli de caractère, ou bien un caractère mal positionné, car l’ISTC, Incunabula Short Title Catalogue, mentionne plusieurs exemplaires imprimés à Venise, chez Johannes Britannicus, mais datés de 1484. Or de MCCCCLXXXIV (1484) à MCCCCLXXIV (1474), il n’y a qu’un pas, ou plutôt qu’un X. Ainsi, l’exemplaire de la bibliothèque daterait vraisemblablement de 1484, bien que le colophon indique une autre date.

Le titre complet de l’ouvrage nous éclaire sur les intentions de Perotti7 : il rédige cet ouvrage pour l’éducation de son neveu, Pirro Perotti.
Curieusement, l’ouvrage commence par un Ave Maria et un Pater Noster. L’auteur propose ensuite une présentation simplifiée du premier livre de Priscien, le grammairien de l’Antiquité qui a influencé toute la tradition grammaticale occidentale. Viennent ainsi les rubriques De dictione, De Oratione, De Nomine, De generibus Nominum. Chacune des règles est construite sur un système de questions-réponses, qui est inspiré directement du modèle antique, et qui se retrouve dans la plupart des Rudiments du XVIe siècle. Il s’agit d’un héritage de l’Ars Minor du grammairien antique Donat (IVe siècle)8.
Les rubriques se poursuivent avec De Numero, De Figura, De Casu. Certaines rubriques sont plus développées, et contiennent des regulae permettant d’apporter des précisions sur le genre.

Feuillet c3. Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Feuillet c3.
Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Feuillet b. Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

Feuillet b.
Nicolas Perotti, Rudimenta grammatices, 1474 (i.e. 1484). Cote : 1R 11324

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’éditeur de l’ouvrage semble avoir laissé vierges quatre feuillets (a2 verso et a3, ainsi que a8 verso et a9) sur lesquels le possesseur a reporté quelques notations énonçant des règles supplémentaires.
À d’autres endroits, le lecteur a dessiné une manchette, écrit une note marginale, ou un symbole signifiant nota en face de certaines règles.
L’édition de cet exemplaire n’a pas été particulièrement soignée comme en témoignent la mise en page assez simple, et les titres noyés dans le reste du texte. Il faut rappeler que ce type d’ouvrage intervient au commencement de l’apprentissage de la langue, et qu’il n’est pour le lecteur qu’un instrument utile qu’il ne conserve généralement pas longtemps.

 

Un exemplaire des Rudimenta du Bavarois Aventinus

Page de titre. Johannes Aventinus, Rudimenta grammaticae…, 1517. Cote : 1R 42750

Page de titre.
Johannes Aventinus, Rudimenta grammaticae…, 1517. Cote : 1R 42750

 

 

Les Rudimenta Grammaticae de Johannes Aventinus (Turmair), historien et humaniste bavarois conservés à la Bibliothèque Diderot de Lyon ont été imprimés en 1516, dans l’officine de Johann Miller à Augsburg (Ingolstadt), et mis en vente chez Erhard Sempach.
La première édition de l’ouvrage date de 1512. Aventinus aurait rédigé des rudiments du latin pour servir à l’éducation des deux jeunes frères de William IV, duc de Bavière, dont il est alors le précepteur. Sur la page de titre de notre exemplaire figure d’ailleurs le blason du duc. L’ouvrage contient également le privilège accordé par le duc daté du 16 décembre 1516.

 

 

Ces Rudimenta se composent d’une première partie qui se divise en Interrogationes concernant le nom et le verbe, et qui se présente, comme chez Perotti, sous la forme de questions-réponses. Seulement cette fois, les interlocuteurs sont mentionnés par les initiales P. et D. L’adresse au lecteur nous renseigne sur leur signification : « P. significat praeceptores qui interrogat. D. discipulum qui respondet ».

Feuillets k2 verso, k3 recto. Johannes Aventinus, Rudimenta grammaticae…, 1517. Cote : 1R 42750

Feuillets k2 verso, k3 recto.
Johannes Aventinus, Rudimenta grammaticae…, 1517. Cote : 1R 42750

La suite de l’ouvrage reprend l’ordre « Nom » puis « Verbe », en les développant et en les associant à d’autres catégories grammaticales qui sont elles-mêmes développées, comme celles de l’adjectif ou de l’adverbe. De grandes accolades allègent la présentation et  montrent un certain soin de l’éditeur, qui souhaite simplifier la lecture et le repérage des règles touchant aux déclinaisons et à la conjugaison. Une des particularités des Rudimenta d’Aventinus est la présence en fin d’ouvrage d’une méthode de scansion des vers.

 

Ces deux ouvrages conservés par la bibliothèque présentent un grand intérêt pour l’étude de ce genre très spécifique de manuel élémentaire de latin. Du Perotti à l’Aventinus, on a pu remarquer un effort de clarté dans la mise en page, et une grande fidélité aux préceptes antiques.
Les rudimenta imprimés dans la seconde moitié du XVIe siècle s’inscrivent-ils aussi dans cette évolution ?
Le prochain billet de blog tentera une ébauche de réponse, en présentant les rudimenta des humanistes et grammairiens Pierre de la Ramée, Despautère et Alvarez, respectivement français, flamand et portugais.

 Billet rédigé par Maryline Desaintjean

Bibliographie :

Colombat, Bernard (dir.). Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques, vol.2. Paris : Presses universitaires de Vincennes, 1998-2000
Cote : 415.09 COL c(2) (salle concours Est)

Colombat, Bernard. « Les manuels de grammaire latine des origines à la Révolution : constantes et mutations » in : Histoire de l’éducation, 1997, n°74,  p. 89-114.
Disponible en ligne [consulté le 30 mai 2012]

Waquet, Françoise. Le latin, ou l’empire d’un signe (XVIe-XXe siècle). Paris : Albin Michel, 1998
Cotes : 470 WAQ (salle lettres et langues), 478 WAQ (salle concours Est)

 

  1. Cote : 1R 11324 []
  2. Cote : 1R 42750 []
  3. Cote : 1R 35368 []
  4. Cote : 1R 34777 []
  5. Cote : 1R 21847 []
  6. Waquet, Françoise. Le latin ou l’empire d’un signe, XVIe-XXe siècles. Paris : A. Michel, 1998, p. 18. Cotes : 478 WAQ (salle Concours Est), 470 WAQ (salle Lettres et Langues) []
  7. Titre complet : Nicolai Perrotti ad Pyrrhum Perottum nepotem ex fratre suavissimum rudimenta grammatices []
  8. Colombat, Bernard. Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques. Paris : Presses universitaires de Vincennes, 1998-2000, p.41 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *