Cahier d’école d’un futur abbé

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un petit cahier manuscrit comportant un cours d’art de la rhétorique rédigé durant l’année 1818. Son propriétaire est l’abbé Joseph Florent Jacquel, auteur d’une Histoire et topographie du canton de Gérardmer (1852) et qui, en 1818, n’est encore qu’un jeune homme qui étudie à Strasbourg. Ce cahier est le témoignage de l’enseignement qu’il reçoit avant d’entrer au Séminaire de Nancy en 1819.
Se plonger dans ce petit cahier d’écolier est ainsi une manière plus plaisante et plus palpable de découvrir la vie de cet abbé, autrement qu’au travers d’une bibliographie, certes plus complète, mais moins authentique.

 

Le propriétaire du cahier : un certain Joseph Jacquel

Page de titre. Jacquel, Jospeh. De Arte Rhetorica, 1817-1818. Cote : 1R83870

 

Le 8 décembre 1817, Joseph Florent Jacquel, alors élève à Strasbourg (Argentinae), comme l’indique la page de titre, entame l’écriture d’un De Arte Rhetorica. Cette année-là, il suit effectivement un cours d’art de la rhétorique dispensé par Monsieur l’abbé [H]imbel, prédicateur de la cathédrale de Strasbourg.
Une analyse approfondie du texte latin et de sa mise en page permettrait certainement de savoir si ce cahier renferme une leçon recopiée à partir d’un ouvrage existant ou s’il s’agit d’une prise de note du cours auquel assiste Joseph Jacquel.
On pencherait davantage pour la seconde hypothèse : la rédaction du cours se serait étalée sur une année, du 8 décembre 1817 au 27 juin 1818, dates de commencement et de fin de la rédaction du cahier, ce qui pourrait effectivement correspondre à une année d’étude.

 

Jacquel, Jospeh. De Arte Rhetorica, 1817-1818

La page sur laquelle Joseph Jacquel énumère les enseignements qu’il a suivis constitue un précieux témoignage sur la formation que peut recevoir un futur prêtre au début du XIXe siècle. On sait ainsi que le jeune Jacquel a appris les premiers éléments de la langue latine, jusqu’à la rhétorique auprès de G.P. Vautrot1, curé de La Broque, une commune des Vosges, située entre Strasbourg et Nancy. En 1817, il fait sa rhétorique sous Monsieur l’abbé [H]einbel ou [H]imbel, prédicateur de la cathédrale de Strasbourg. Le 5 novembre 1818, il entre au séminaire de Nancy, où il suit un enseignement de philosophie, vraisemblablement dispensé par monsieur Gérard d’Epinal. L’année suivante, il commence la théologie, toujours au séminaire de Nancy, sous la houlette de monsieur Boulanger, et de monsieur Clément, et enfin de monsieur Ferry « qui professait la Morale ».
Son ordination a lieu en 1824. D’abord prêtre au Diocèse de Saint Dié des Vosges, il devient ensuite curé dans la commune de Liézey, puis de celle de Coinches de 1832 à 1856.

 

Un cahier de cours : l’art de la rhétorique

Jacquel, Jospeh. De Arte Rhetorica, 1817-1818

 

L’existence au XIXe siècle de ce cahier renfermant un cours d’art de la rhétorique n’est pas surprenante. Car si c’est au cours de ce siècle que cet enseignement va progressivement disparaître, en 1817 la rhétorique s’enseigne encore dans les collèges, au moyen des ouvrages de Blair (1783), Gaillard (1807), ou Fontanier (1827)2. Les règlements officiels assurent la survie de la rhétorique dans l’enseignement pendant la plus grande partie du siècle. Les ouvrages ne s’intitulent certes plus L’art de la rhétorique comme c’était la tradition durant les siècles précédents, sous l’influence des auteurs classiques Aristote, Cicéron ou Quintilien, mais des Traités de rhétorique continuent à être publiés au cours des XVIIe, XVIIIe et ce jusqu’en 1830, à l’instar des deux plus célèbres, la Rhétorique du P. Bernard Lamy (1675), et le Traité des Tropes, de Dumarsais (1730).

 

L’élève apprend ainsi cet art de la persuasion par le discours, qui devient progressivement au XIXe siècle un art de bien parler, un art de l’éloquence.
Ce cahier s’inscrit donc dans une pratique d’autant plus courante qu’elle se déploie ici dans le cadre d’un enseignement à destination d’un futur abbé. Il n’est ainsi pas étonnant que le cours de rhétorique de ce cahier soit en latin, tout comme l’ensemble de l’ouvrage, jusqu’aux noms latinisés du possesseur ou du lieu. L’art de la rhétorique constitue encore au XIXe siècle un des fondements de l’enseignement suivi par les jeunes gens qui se destinent à embrasser la carrière ecclésiastique3.

Dernière page à gauche. Première page de l’index à droite. Jacquel, Jospeh. De Arte Rhetorica, 1817-1818

Le cours de rhétorique du jeune Jacquel se compose de deux parties, découpées en chapitres, eux-mêmes divisés en sections, qui comprennent plusieurs sous-parties à nouveau sectionnées en paragraphes numérotés. Cette structure très rigoureuse est abrégée dans l’index sous la forme d’une succession de questions commençant par l’interrogatif « Quid est » et portant sur des définitions de notions telles que Definitio, Causa, Comparatio ou Elocutio, ou Oratio Panegyrica. Ces notions très classiques se rattachent directement à la rhétorique telle qu’elle était enseignée sous l’Antiquité, par Aristote, Cicéron ou Quintilien. La présentation graphique des titres et nombreux sous-titres n’est pas uniforme. A mesure que l’on avance dans le cahier, les titres sont plus travaillés, soulignés ou grossis. Ils sont parfois entourés de motifs dessinés ou simplement griffonnés à la plume, plus ou moins réalisés avec soin.

On comprend donc l’intérêt certain que représente ce petit manuscrit, tant pour l’histoire de la formation des prêtres au XIXe siècle, que pour connaître la place qu’occupe l’art de la rhétorique dans l’enseignement au XIXe siècle. En plus d’être une des expressions de la persistance de cet art oratoire antique dans l’enseignement religieux, il constitue également un témoignage précieux pour la connaissance matérielle et historique de ce type de manuscrit très spécifique qu’est le cahier d’écolier.

Un travail plus approfondi permettrait d’en déceler toute l’importance, et de combler toutes les lacunes de ce billet.

 Billet rédigé par Maryline Desaintjean

Bibliographie :

Airiau, Paul. « La formation sacerdotale en France au  XIXe » in : Archives de sciences sociales des religions, 2006, n°133, p. 27-44

BARTHES, Roland, « L’ancienne rhétorique » in : Communications, 1970, n°16, p. 172-223. Disponible en ligne [consulté le 30 mais 2013]

Boulay, Jean-Nicolas (abbé). Notice sur la vie et les travaux scientifiques de l’abbé Jacquel, curé de Coinches. [Saint-Dié] : impr. de E. Trotot, [s.d.]

Charier, Anne-Marie. « Exercices écrits et cahiers d’élèves : réflexions sur des pratiques de longue durée » in : Le Télémaque, 02/2003, n °24, p. 81-110

Launay, Marcel. Les séminaires français aux XIXe et  XXe siècles. Paris : Cerf, 2003

Launay, Michel. Le bon prêtre : le clergé rural au XIXe siècle. Paris : Aubier, 1986
Cotes : 944.06/200 LAU b (salle concours Est), E1794 (magasin 7)

 

  1. Les initiales du prénom de cet abbé, ainsi que sa date de mort (1825) ne figurent pas sur le cahier, mais ont pu être retrouvées à partir de l’Inventaire général du patrimoine culturel, mentionnant l’existence dans le cimetière de l’église paroissiale Sainte-Libaire de la commune de La Broque d’un enclos funéraire érigé à la suite du décès d’un curé de La Broque dénommé G.P Vautrot []
  2. Cités par Roland Barthes dans « L’ancienne rhétorique » in : Communications, 1970, 16, p. 172-223. Disponible en ligne [consulté le 30 mai 2013] []
  3. Voir dans la bibliographie les ouvrages de Marcel Launay []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *