Fenêtre sur… Marc Sangnier

 

 

 

 

Du 15 mars au 30 avril 2013
Hall de la Bibliothèque Diderot de Lyon (site Descartes)

 

 

 

 

 

À l’occasion du 140e anniversaire de la naissance de Marc Sangnier le 3 avril 2013 et en lien avec la découverte de petits opuscules dans les fonds de la Bibliothèque Diderot de Lyon, l’exposition / dossier « Fenêtre sur… Marc Sangnier » offre l’occasion de présenter quelques vitrines au public, organisées autour d’une collection de discours prononcés à l’aube de la Première Guerre mondiale.

Oeuvres_de_Sangnier_1

Loin d’être exhaustif, le fonds conservé dans les collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon compose un ensemble de documents représentatifs de l’action de Marc Sangnier des années 1890 jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, action qui s’est pour chacun des moments de son engagement appuyée sur des organes de presse, permettant diffusion des idées, expression des acteurs et réponses aux détracteurs. Le plus connu est sans doute le journal philosophique Le Sillon, devenu au tournant du siècle l’outil du mouvement d’éducation populaire du même nom, témoin du christianisme social et progressiste porté par Sangnier. Il cesse de paraître en 1910, moment où Marc Sangnier entre à proprement parler dans le jeu politique et crée La Démocratie, journal protéiforme à la périodicité variable, qui devient Les Cahiers de la Démocratie durant les troubles années 1930, où l’on peut lire toute l’énergie qu’il consacre à la réconciliation franco-allemande et au pacifisme jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et dont l’imprimerie sera durant le conflit mise au service de la Résistance.

 

Le Sillon

 

Le Sillon – la revue

Le Sillon, revue philosophique fondée en 1894 par Paul Renaudin, ami de Marc Sangnier, et Augustin Léger, se développe dans un contexte d’ouverture de l’Église sur la société suite à l’encyclique Rerum Novarum  de Léon XIII en 1891, et reçoit un accueil favorable dans les milieux ecclésiastiques.

Marc Sangnier prend le contrôle de la revue  à partir de 1899 : la publication étend son influence, des cercles d’études ainsi que quatorze suppléments régionaux voient le jour. 

 

Le Sillon – le mouvement

Le Sillon devient un mouvement associatif, qui se réclame de la Révolution française en promouvant la démocratie, et qui dans la révolution industrielle cherche à affronter les problèmes de la condition ouvrière par l’éducation populaire.

 « Notre conception républicaine et démocratique est avant tout une conception d’éducation. La République – et c’est Jaurès et c’est Gambetta et ce sont tous les républicains qui l’ont dit – la République est, avant tout, une éducation populaire ».

  « Notre conception républicaine et démocratique est avant tout une conception d’éducation. La République – et c’est Jaurès et c’est Gambetta et ce sont tous les républicains qui l’ont dit – la République est, avant tout, une éducation populaire »1

 

La Jeune garde

Fervent défenseur du pacifisme, Marc Sangnier concède cependant qu’il doit répondre sur le même registre à la force, aux menaces et à l’intimidation qui marquent le climat de haine anticléricale.

« Force d’interposition plus que d’agression »2, la Jeune Garde, créée en 1901, constitue un service d’ordre semblable à d’autres brigades d’élites de l’époque : une garde rapprochée devant permettre aux orateurs du Sillon de s’exprimer lors des manifestations. Elle joue un rôle efficace jusqu’en 1907-1908, période d’apaisement de la violence anticléricale.

Une cérémonie initiatique d’entrée, un entraînement physique poussé ainsi qu’une mystique profonde caractérisent la Jeune garde, dont les garçons sont reconnaissables grâce à divers signes propres à une brigade d’élite : le béret noir porté vers l’arrière du crâne, brodé de la croix et du « S » rouge, une chemise blanche, une cravate noire et des jambières.

Marc Sangnier et la Jeune Garde
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

« Nul n’est forcé d’entrer dans la « Jeune Garde », ni d’y rester, mais nul ne saurait y demeurer utilement sans l’enthousiasme d’une foi vive, le secours des réconforts surnaturels et les garanties de force physique et morale que seules peuvent assurer ces vertus nécessaires »3

 

Les attaques contre le Sillon

Dès l’origine, du fait de sa position atypique dans le paysage politique français, le mouvement du Sillon fait l’objet d’attaques provenant de sa droite et de sa gauche.
Les catholiques de droite et d’extrême-droite, Action française en tête, positionnent leurs critiques sur ses idées démocratiques et sa politique de ralliement.
L’extrême-gauche, anticléricale, considère qu’il est impossible d’être à la fois catholique, républicain et préoccupé de questions sociales, et l’accuse d’être asservi à l’autorité catholique.

Pas encore tout à fait dans la sphère politicienne, Marc Sangnier tente de poursuivre ses buts d’éducation populaire à la démocratie tout en expliquant l’indépendance de son mouvement.

« Le Sillon a pour but de réaliser en France la république démocratique. Ce n’est donc pas un mouvement catholique, en ce sens que ce n’est pas une œuvre dont le but particulier est de se mettre à la disposition des évêques et des curés pour les aider dans leur ministère propre. Le Sillon est donc un mouvement laïc, ce qui n’empêche pas qu’il soit aussi un mouvement profondément religieux. » 4

Cependant, la loi de séparation des Églises et de l’État change le climat, aboutissant en 1910 à une condamnation du mouvement par Pie X dans la lettre Notre charge apostolique. Marc Sangnier dissout alors le mouvement et arrête la publication du Sillon.

 

 

L’homme politique

 

La Démocratie

Tandis que Le Sillon cesse de paraître en 1910, Marc Sangnier entre à proprement parler dans le jeu politique et crée le quotidien La Démocratie, journal protéiforme à la périodicité variable, qui devient un outil de propagande du parti politique fondé en 1912 par Marc Sangnier, la Ligue de la Jeune République.

Durant les troubles années 1930, La Démocratie devient  Les Cahiers de la Démocratie, où l’on peut lire toute l’énergie qu’il consacre à la réconciliation franco-allemande et au pacifisme jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, et dont l’imprimerie sera durant le conflit mise au service de la Résistance.

 

Marc Sangnier fonde également en 1932, période de rupture avec la Jeune République, l’hebdomadaire L’Éveil des peuples, afin d’aborder plus en profondeur les grandes questions du moment. La bibliothèque ne possède pas d’exemplaires de ce journal, présent dans uniquement dans quelques grandes bibliothèques  françaises.

Salle de La Démocratie
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

Rotatives de l’imprimerie La Démocratie
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

 

 

La Ligue de la Jeune République

Marc Sangnier crée en 1912 un parti politique, la Ligue de la Jeune République, qui dans le prolongement du mouvement du Sillon s’inscrit dans le catholicisme social.

Bien différent des partis démocrates-chrétiens de centre droit, la Jeune République réclame des changements forts dans le fonctionnement de la société : transparence de la vie politique, égalité civique pour les femmes, éducation permanente des citoyens, suppression de la propriété capitaliste, développement de la propriété coopérative, ainsi qu’un système de législation sociale qui annonce largement  celui de 1945.

 

Député du bloc national entre 1919 et 1924, Marc Sangnier abandonne l’action politique en 1932 pour se consacrer à la cause pacifiste.

[Louis] Rollin, Marc Sangnier, [Charles] Le Boucq, députés de Paris
Gallica, BnF

Le pacifiste

 

Le rapprochement franco-allemand

À la suite de la Première Guerre mondiale pendant laquelle il avait été mobilisé, Marc Sangnier est convaincu que le maintien de la paix ne se fera que grâce à l’implication des populations : il s’engage en faveur d’une réconciliation franco-allemande, et travaille au « désarmement des haines »5.

 

Dans ce but il organise des Congrès Internationaux pour la Paix, et crée le mouvement des Auberges de jeunesse afin de favoriser les échanges amicaux.
Il défend aussi une conception forte de la SDN, démocratique et dotée d’une force de police. En 1923, il condamne l’occupation de la Ruhr décidée par le gouvernement Poincaré et choisit symboliquement d’y tenir le 3e congrès pour la paix.

« Nous avons choisi ce pays pour y tenir les assises du 3e congrès démocratique international et je crois que nous avons eu raison car il faut montrer, non seulement à la France et à l’Allemagne, mais à toutes les autres nations […] que nous avons une volonté de paix, de concorde et de fraternité plus tenace que la haine des violents ».6

 

Les congrès de la paix (1921-1932)

Dans l’Entre-deux-guerres, Marc Sangnier s’engage dans le combat pour la paix, notamment par l’organisation et l’animation de Congrès démocratiques internationaux pour la Paix de 1921 à 1932, et qui ont pour objectif d’unir les pacifistes de tous les pays et de frapper les opinions nationales. S’inspirant du modèle des mouvements de jeunesse allemands, Marc Sangnier défend petit à petit l’idée d’un congrès plus spécifiquement destiné à la jeunesse.

Autel du camp de la paix, congrès 1926
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

 

 

Le congrès le plus marquant est celui qui s’est tenu pendant un mois entier au cours de l’été 1926 dans son domaine de Bierville, et qui rassemble plus de cinq mille personnes.

 

 

 

 

Vue du camp de la paix, 1926
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

 

« Nous rêvons justement, nous, d’une grande union par les sommets. Poussons toujours plus haut ce qu’il y a de généreux dans nos idées : sur ces cimes altières où serons montés, la vérité apparaîtra et la fraternité nous réchauffera tous ! »7

 

 

 

Les Auberges de jeunesse

Banquet dans la cour de l’Épi d’or avec Marc Sangnier, 1948
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

 

À l’occasion du congrès pour la paix de Bierville en 1926, Marc Sangnier fait la connaissance de Richard Schirmann, fondateur des auberges de jeunesse allemandes. Cette rencontre est à l’origine du mouvement français des auberges de jeunesse, dont la première, l’Épi d’or, voit le jour en 1929, suivie en 1930 par la Ligue française pour les Auberges de Jeunesse qui permettra la création d’établissements dans toute la France.

 

 

En facilitant l’ouverture au monde, la rencontre de jeunes venus d’autres pays, les Auberges de jeunesse devaient aider à construire l’amitié entre les peuples et les racines de la paix.

« Lorsqu’en 1926, nous tenions à Bierville notre Grand congrès démocratique international pour la paix, je constatai avec une certaine tristesse que les jeunes français n’avaient pas la même allure que les jeunes étrangers. Les jeunes français arrivaient là avec leur valise, avec leur canne ou leur parapluie, tandis que les jeunes étrangers étaient en culotte courte, sac au dos, avec des blousons aux couleurs éclatantes. Ils donnaient une impression de fraîcheur, d’ardeur, de jeunesse. Et, en causant avec eux, je me rendis compte qu’une des organisations qui contribuait le mieux à donner à tous ces jeunes, en particulier aux jeunes allemands qui n’étaient certes pas nazis à ce moment-là, l’allure que nous remarquions et que nous admirions en eux, c’étaient les Auberges de jeunesse »8

Marc Sangnier à l’auberge de jeunesse avec des scouts, 1948
Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés

 

Hérité pour la plus grande partie de la Bibliothèque Centrale des Universités de Lyon, et enrichi par des dons, le fonds dont un aperçu est présenté dans l’exposition se compose de collections de périodiques, en premier lieu de plusieurs années du Sillon, de La Démocratie et de ses avatars, dont certains numéros sont consacrés aux Congrès démocratiques internationaux pour la Paix qui ont eu lieu chaque année de 1921 à 1932. On y trouve aussi des œuvres de Marc Sangnier, ainsi que des discours politiques des années 1910, édités sur le moment, portant sur le christianisme social et sur la guerre qui s’annonce. L’ensemble du fonds patrimonial est complété par des études modernes se trouvant en salle de lecture.

 

Nous adressons nos plus vifs remerciements à l’Institut Marc Sangnier, et tout particulièrement à Madame Anicette Sangnier, qui nous a fourni des images et nous a autorisé à les diffuser dans le cadre de cette exposition.

 

L’exposition, présentée dans le hall de la Bibliothèque Diderot de Lyon du 15 mars au 30 avril 2013, est accessible aux horaires d’ouverture de la bibliothèque (9h-19h du lundi au vendredi, 9h-17h le samedi).

 

Bibliothèque Diderot de Lyon
5 parvis René Descartes
Lyon 7e – métro Debourg
04.37.37.65.00
www.bibliotheque-diderot.fr

 

Contacts
Aurélie Dos Santos
04 37 37 65 20

Charlotte Vignet
04 37 37 63 96

 

Bibliographie Marc Sangnier
Repères biographiques

 

Photos Institut Marc Sangnier. Tous droits réservés
Photo Gallica, BnF.fr

 

  1. Sangnier, Marc. Discours 1922-1923, p. 283 []
  2. Greteau, Jean-Jacques. Marc Sangnier, le semeur d’espérances. Paris : l’Harmattan, 2009, p. 64 []
  3. Ibid., p. 62 []
  4. Article de Marc Sangnier, La Croix, 1905 []
  5. Prat, Olivier. « La paix par la jeunesse. Marc Sangnier et la réconciliation franco-allemande, 1921-1939 » in : Histoire@Politique : politique, culture, société, 2010/1, n°10 []
  6. Sangnier, Marc. Discours 1922-1923, p. 362 []
  7. Toast prononcé à la journée de clôture du Mois International le dimanche 29 mai 1926 par Marc Sangnier. Le combat pour la Paix, Paris : Foyer de la Paix, 1937, p. 189-190 []
  8. Lamoure, Jacques ; Émorine, Andrée ; préface de Sangnier, Marc. Histoire des auberges de jeunesse. Paris : Ligue française pour les auberges de la jeunesse, 1952. Conférence prononcée le 12 juin 1946 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *