Fenêtre sur… le fonds Buisson

Ferdinand Buisson, député de la Seine. Agence de presse Meurisse. Agence photographique, 1914. Gallica, BnF

 

 

En septembre 2012, le fonds Buisson a rejoint le département Patrimoine et conservation de la toute nouvelle Bibliothèque Diderot de Lyon, entamant ainsi une nouvelle étape de son histoire. Légué pour une partie du vivant même de Ferdinand Buisson au Musée pédagogique, que ce dernier avait contribué à fonder avec Jules Ferry en 1879, ce fonds a successivement été conservé, au gré des changements institutionnels, par la bibliothèque du Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP), puis celle de l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP), à Paris et à Lyon, et tout récemment par celle de l’École normale supérieure de Lyon, avant d’intégrer les collections de la Bibliothèque Diderot.

 

 

 

Ce fonds se compose de plus d’une centaine de dossiers et de volumes reliés dans lesquels se trouvent rassemblés des coupures de presse, des articles et brochures publiés par Buisson, des procès-verbaux de réunions du Conseil Supérieur de l’Instruction Publique, ou encore des projets et avant-projets de lois annotés de sa main. Il offre ainsi un témoignage riche et finement contextualisé de l’intense activité réglementaire, législative et militante de celui qui fut l’un des principaux artisans de l’école primaire laïque.

Aperçu des volumes et emboîtages constituant le fonds Buisson en magasin

Florilège de coupures de presse, caractéristique du fonds

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemplaire de la première édition du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, bible de l’école républicaine et œuvre maîtresse de Ferdinand Buisson

Volumes reliés rassemblant des coupures de presse, des textes législatifs ou réglementaires et des procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Instruction publique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si la correspondance de Ferdinand Buisson se trouve dispersée entre plusieurs fonds d’archives, la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve en ses magasins un ensemble tout à fait unique de documents consciencieusement accumulés au cours de la longue carrière de cet homme public, depuis les années d’exil sous l’Empire, où il tentait de fonder à Neuchâtel une Eglise libérale sans dogmes ni miracles, jusqu’à ses derniers grands combats de député radical-socialiste en faveur de l’école unique et de la « République démocratique et sociale ».

 

Zoom… sur Ferdinand Buisson (1841-1932)

Ferdinand Buisson, député président de la ligue des droits de l’homme.
Agence de presse Meurisse. Agence photographique, 1924. Gallica, BnF

Né à Paris le 20 décembre 1841 dans une famille protestante, fils d’un magistrat et orphelin de père à 16 ans, Ferdinand Buisson est un pédagogue, un humaniste et un pacifiste. Licencié ès lettres et agrégé de philosophie, il s’exile en Suisse pour ne pas servir le régime de Napoléon III. Rentré en France après la chute du Second Empire, il organise un orphelinat pour les enfants des Parisiens tués. Nommé inspecteur primaire de l’Instruction publique, il est relevé de ses fonctions pour avoir parlé irrévérencieusement de la Bible, selon Mgr Dupanloup qui élève une protestation à l’Assemblée nationale.

Auteur d’un monumental Dictionnaire de Pédagogie, Ferdinand Buisson prend une place éminente dès lors que les républicains s’installent au pouvoir : inspecteur général de l’instruction publique en 1878, il travaille avec Jules Ferry à la préparation des textes qui vont instituer l’école laïque. Dreyfusard, il compte parmi les fondateurs de la Ligue des Droits de l’Homme. Il sera aussi président de la Ligue de l’enseignement et recevra le prix Nobel de la paix en 1927.

Élu député dans le XIIIe arrondissement de Paris sous l’étiquette radicale, il entre au Parlement en 1902. Deux fois réélu, il est battu en 1914 mais revient en 1919. Vice-président de la commission du Suffrage universel, il se prononce en faveur de la RP (représentation proportionnelle) et du vote des femmes. Par humanisme, il défend les minorités nationales slaves, les révolutionnaires russes et, après la Grande Guerre, proteste contre les violences faites aux Arméniens et aux juifs. Battu en 1924, il s’installe au village de Thieuloy-Saint-Antoine dans l’Oise, dont il devient conseiller municipal. Après une tentative malheureuse en vue d’obtenir un siège au Sénat, il s’y éteint à quatre-vingt onze ans, le 16 février 1932.

 

Deux nouveaux manuscrits sur Jules Ferry

Échange épistolaire autographe entre Ferdinand Buisson et Charles-Ange Laisant datant de novembre 1906 et acquis en 2011

 

En 2011, à l’occasion d’une vente aux enchères en ligne et sur une suggestion de Jacqueline Gautherin, professeur d’université et spécialiste de Ferdinand Buisson, la bibliothèque a fait l’acquisition d’un échange épistolaire autographe entre Ferdinand Buisson et Charles-Ange Laisant qui porte sur l’héritage de Jules Ferry. Conçue autour de ces lettres manuscrites nouvellement acquises, une petite exposition intitulée « Fenêtre sur… le fonds Buisson » s’est tenue dans le hall de la Bibliothèque Diderot du 2 octobre au 10 novembre 2012. Ces lettres, présentées parmi d’autres documents permettant de les éclairer ou de les prolonger, offrent une perspective originale, vivante et polémique sur l’héritage de Jules Ferry, qui fait l’objet d’une querelle entre les deux correspondants.

Ces quelques vitrines ont inauguré un cycle d’expositions-dossiers permettant de mettre en lumière les collections conservées par la Bibliothèque Diderot de Lyon. En relais d’expositions plus importantes, ces présentations très ciblées, ponctuelles et récurrentes, seront consacrées à des fonds spécifiques, des personnages, ou reliées à des acquisitions et des découvertes au sein des  réserves de la bibliothèque.

 Billet rédigé par Aurélie Blanc

Bibliographie :

Bouglé , Célestin. Un moraliste laïque, Ferdinand Buisson. Paris : F. Alcan, 1933. Cote : CI 761

Loeffel, Laurence. Ferdinand Buisson : apôtre de l’école laïque. Paris : Hachette éducation, 1999. Cote : 929:37 BUI

Hayat, Pierre. La passion laïque de Ferdinand Buisson. Paris : Kimé, 1999. Cote : 322 BUI

Dubois, Patrick. Le dictionnaire de Ferdinand Buisson : aux fondations de l’école républicaine 1878-1911. Bern ; Berlin ; Bruxelles [etc.] : P. Lang, 2002. Cote : 37(091) DUB

Denis, Daniel et Kahn, Pierre.  L’École républicaine et la question des savoirs : enquête au cœur du « Dictionnaire de pédagogie » de Ferdinand Buisson. Paris : CNRS, 2003. Cote : 37(091) ECO

Peillon,Vincent. Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson. Paris : Seuil, 2010. Cote : 37.014.5 PEI

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. AlexandreM dit :

    Échange d’information entre blogs de HYPOTHESES.org :

    * Notre billet d’actualité sur Buisson http://bibnum.hypotheses.org/340

    * Notre analyse BibNum d’un texte de Buisson http://www.bibnum.education.fr/scienceshumainesetsociales/histoire-de-lenseignement/la-religion-la-morale-et-la-science%C2%A0-leur-confl

  1. 17 mai 2016

    […] blog du livre ancien de la BDL Interface a consacré une exposition-dossier au fonds Buisson. Fondé par Ferdinand Buisson et Jules Ferry,  il offre un riche témoigne du travail de ce […]

  2. 24 juin 2016

    […] [4] La BDL détient  un fonds dit  Buisson qui se compose de plus d’une centaine de dossiers et de volumes reliés dans lesquels se trouvent rassemblés des coupures de presse, des articles et brochures publiés par Buisson, des procès-verbaux de réunions du Conseil supérieur de l’Instruction publique, ou encore des projets et avant-projets de lois annotés de sa main. Voir billet du 24 janvier 2013 Fenêtre sur… le fonds Buisson […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *