1812, visions russes, histoire européenne

 

 

Exposition à la Bibliothèque Diderot de Lyon

14 novembre 2012 – 31 janvier 2013

 

L’Institut européen Est-Ouest (IEEO), le LAboratoire de recherches historiques de la Région Rhône-Alpes (LARHRA) et la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) ont organisé ensemble une manifestation scientifique et culturelle sur la campagne de Russie de 1812. Cette manifestation est consacrée à l’impact de la campagne de 1812 dans l’histoire européenne, ainsi qu’aux représentations russes de 1812 et à la mémoire de cet événement. Une journée d’étude réunissant des spécialistes de thématiques liées à 1812 et de jeunes chercheurs s’est tenue le 22 novembre à l’École normale supérieure de Lyon. Une exposition, visible à la Bibliothèque Diderot jusqu’au 31 janvier 2013, accompagne cette rencontre scientifique. L’exposition met  tout particulièrement en valeur les documents issus des fonds slaves du département patrimoine et conservation et leur richesse iconographique. Elle s’attache aussi à mettre en valeur les autres collections du département, les fonds de l’Université de Lyon et les fonds Éducation issus de la Bibliothèque de l’ancien Institut national de la recherche pédagogique, qui conservent une documentation abondante sur l’histoire européenne au XIXe siècle.

 

Avant-propos

Conflit entre deux empires, affrontement entre deux souverains, « effroyable tragédie » par sa brutalité et son coût humain, la campagne de Russie de 1812 a laissé une empreinte profonde dans l’histoire de l’Europe1. Elle marque le début de l’effondrement de l’empire napoléonien, place la Russie et le tsar Alexandre 1er en position de sauveurs de l’Europe, et redessine la carte du continent pour une bonne partie du XIXe siècle. L’ampleur et la dureté de la campagne de Russie ont marqué la mémoire des peuples à travers d’abondants témoignages, récits de simples soldats ou œuvres des peintres et des écrivains. C’est surtout en Russie que ce souvenir va servir à l’élaboration d’un nouveau récit national, qui consacre l’avènement de la Russie comme grande puissance européenne. Source d’inspiration pour tous les artistes,  des poètes aux musiciens,  la « Guerre patriotique », «Отечественная война», irrigue, nourrit et construit la culture nationale.

La campagne de Russie a suscité, et suscite encore en cette année de bicentenaire, de multiples publications, en Russie comme en France. Grâce à ses collections patrimoniales et ses fonds spécialisés, la Bibliothèque Diderot de Lyon possède des ressources documentaires importantes sur l’histoire du XIXe siècle, les guerres napoléoniennes, et la civilisation russe tout particulièrement. En effet, depuis 2002, l’ENS de Lyon est dépositaire d’une bibliothèque jésuite de plus de 80 000 documents consacrée au monde russe et slave, fondée en 1856 à Paris par un noble russe, Ivan Sergueievitch Gagarine (1814-1882), qui fut contraint à l’exil pour s’être converti au catholicisme. Cette « bibliothèque russe en France » est devenue aujourd’hui le socle majeur des fonds slaves de la Bibliothèque Diderot. Illustration riche et variée des  singularités de la civilisation russe, ces fonds reflètent aussi la force et la complexité des relations franco-russes qui s’incarnèrent de façon si dramatique en 1812 et infléchirent durablement le cours de notre histoire.

 

Le peuple russe contre la Grande armée

Не замай ! Дай подойти / Ne bougez pas ! Laissez-les venir » Василий Васильевич Верещагин / Vassili Vassilievitch Verechtchaguine (1842-1904)2

Carte pour servir à l’histoire de Napoléon et de la Grande Armée pendant l’année 18123

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme toutes les images présentées dans l’exposition – à l’exception du portrait de l’interprète du rôle de Natacha Rostov dans le film mis en scène par Sergueï Bondartchouk (couverture du DVD du film issu de la vidéothèque de la Bibliothèque Diderot)- les deux éléments iconographiques qui ont contribué à la création de l’affiche sont issus des fonds slaves. Vassili Verechtchaguine met en scène les partisans qui harcelèrent la Grande armée, tandis que l’on devine en surimpression au bas de l’affiche la carte du parcours de Napoléon  qui s’enfonce avec ses troupes toujours plus profondément dans la terre russe.

 

Un parcours en six temps

Sur un parcours de vitrines rythmé par des panneaux, s’articule un cheminement en six temps. Les cartes de l’Europe avant et après 1812 et celle de l’empire russe en 1800 plantent le décor4. Tandis qu’en Europe la France de Napoléon semble de plus en plus puissante et invincible, l’empire russe d’Alexandre à la veille de 1812 tente d’entrer dans un monde nouveau, ouvert aux réformes, et commence à s’approprier son histoire et sa  culture. La marche à la guerre inéluctable conduit au cataclysme de la campagne de Russie et à l’affrontement des  deux souverains. Le théâtre de la guerre, du Niemen à Moscou, est le lieu d’effroyables combats dont les témoignages et les récits imprègnent les esprits pour des décennies. Après la déroute de la Grande Armée, la Russie, arbitre de l’Europe, participe activement à la libération du continent et son empereur nourrit des rêves de paix et de fraternité universelle. Les dernières années du règne d’Alexandre sont synonymes de grandes désillusions à la mesure des espoirs de réforme que son avènement avait suscités. Tandis que s’affirme le patriotisme russe, la puissance de l’empire perd son aura bienfaisante, devient menaçante et apporte son concours à la répression des mouvements des nationalités, en Grèce comme en Pologne.  Mais, à cause, ou pourrait-on dire, grâce aux traumatismes de la Guerre patriotique, galvanisés par une conscience nationale vivifiée, une nouvelle génération de penseurs, d’écrivains et d’artistes initie les grands débats qui vont animer la vie intellectuelle et politique russe du xixe siècle et au-delà et fait entrer la littérature russe au panthéon du patrimoine universel : 1812 est le creuset d’une nouvelle identité russe. Depuis, une mémoire toujours renouvelée de la Guerre patriotique, transmise par de multiples vecteurs, travaux d’historiens ou ouvrages de propagande, œuvres d’artistes et œuvres littéraires, ouvrages pour la jeunesse, images diverses et variées, ne cesse de se manifester et de se réinventer.

 

Documentation, illustration, incarnation : des livres, des images et des mots

Miroir de 1812 et de sa mémoire, instrument de la transmission de la richesse et de la complexité du monde russe au service de la communauté des lecteurs de la bibliothèque et ouvert à tous les publics, l’exposition donne à voir des livres et des revues, publiés du XVIIIe au XXIe siècle, de nombreuses images extraites de ces documents, des gravures, et des cartes postales ; elle donne aussi à lire des extraits d’œuvres de poètes et d’écrivains russes, en russe et en français, ainsi que des témoignages de voyageurs ou de chroniqueurs. D’une part,  elle met en lumière la qualité matérielle et intellectuelle de l’objet livre. D’autre part, en accordant une large place aux représentations imagées et textuelles, elle tente de restituer la couleur des événements ou encore les visages des héros et des anonymes, de faire entendre les voix de ceux qui se sont tus, et de traduire la beauté d’une langue et d’une civilisation. Enfin, elle s’efforce d’éclairer la grande variété des axes d’étude concernés par la campagne de Russie, et d’exploiter ainsi non seulement la documentation des fonds slaves, mais aussi toute l’étendue des ressources de la Bibliothèque Diderot de Lyon qui se reflétera dans un catalogue de l’exposition aujourd’hui en cours de réalisation.

 

Разрушение всемирной монархии / La destruction de la monarchie qui voulait dominer le monde. Иван Иванович Теребенев / Ivan Ivanovitch Terebenev (1780-1815)5

 

D’un côté, il y avait une armée où les soldats de vingt nations n’avaient qu’un sentiment commun, celui de l’honneur poussé à un degré presque surnaturel, la passion de la gloire, l’idolâtrie qui était le plus magnifique produit de l’esprit militaire. L’autre armée, plus homogène au point de vue national, – bien que l’on y remarquât à côté des fantassins russes les cavaliers bachkyrs, tatars et kalmouks – n’était guère homogène au point de vue militaire, puisqu’elle se composait de vétérans, de conscrits, de miliciens : l’exaltation ou, si l’on veut, le fanatisme patriotique et religieux, surexcité encore par les proclamations de l’empereur et les prédications des popes et des évêques.

Les hommes de Napoléon bravaient la mort par insouciance et par habitude du danger ; les autres la bravaient avec une sombre résolution, parce ce qu’ils voulaient mourir […] pour barrer aux païens le chemin de la ville sainte, de la « mère Moscou ». Le moral de ces deux armées étaient portés sous l’empire de sentiments si différents, à un égal degré d’énergie : c’est ce qui explique l’effroyable tuerie de cette bataille6.

Alfred Rambaud

 

La Grande armée7

 

Soldats russes

 

 

 

Скажи-ка, дядя, ведь не даром
Москва, спаденная пожаром,
Французы отдана.
Ведь были ж схватки боевые,
Да, говорят, еще какие!
Не даром помнит вся Россия
Про день Бородина!
Михаил Лермонтов, Бородино

 

 

 

 

Soldats russes8

 

 

« Oncle, est-ce donc sans lutte ardue
que  la ville en feu fut rendue
aux Français –  ou plutôt
s’est-on pas bien battu pour elle ?
Est-ce à tort, dis-nous, que fidèle,
la Russie encor  se rappelle
ceux de Borodino ? »9.

Mikhail Lermontov, Borodino

 

 

 

 

 

 

Michel Ney, maréchal d’empire, 1769-181510

Михаил Богданович Барклай де Толли / Mikhail Bogdanovitch Barclay de Tolly (1761-1818)11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’incendie de Moscou. Василий Васильевич Верещагин / Vassili Vassilievitch Verechtchaguine (1842-1904)12

… – Вера Артамоновна, ну, расскажите мне еще разок, как французы приходили в Москву, – говоривал я, потягиваясь на своей кроватке, обшитой холстиной, чтоб я ен вывалился, и завертываясь в стеганое одеяло.
Александр Герцен

– Véra Artamonovna, racontez-moi encore une fois comment les Français sont rentrés dans Moscou, disais-je, tout en m’étirant dans mon petit lit, entouré de grosse toile pour que je n’en tombe pas, et m’emmitouflant dans ma couverture molletonnée13.

Alexandre Herzen

 

Panneau réalisé pour l’exposition
© ENS de Lyon

 

Ce qui caractérise [le people russe], c’est quelque chose de gigantesque en tout genre : les dimensions ordinaires ne lui sont applicables en rien. Je ne veux pas dire par là que ni la vrai grandeur ni la stabilité ne s’y rencontrent; mais la hardiesse, mais l’imagination des Russes ne connaissent pas de bornes, chez eux tout est colossal plutôt que proportionné, audacieux plutôt que réfléchi, et si le but est atteint, c’est parce qu’il est dépassé 14.

Germaine de Staël (1766-1817)

 Billet rédigé par anne Maître

Évenements à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Horaires :
Lundi-vendredi : 9h-19h
Samedi : 9h-17h

Visites guidées le jeudi à 15h ou sur demande

Hall de la Bibliothèque Diderot de Lyon
5 parvis René Descartes
Lyon 7e – metro Debourg
04.37.37.65.00

Contact

  1. Rey, Marie-Pierre . L’effroyable tragédie : une nouvelle histoire de la campagne de Russie. Paris : Flammarion, 2012 []
  2. Reproduction [in] Божерянов, Иван Николаевич (1852-1919). Нашествіе Наполеона : отечественная война 1812 г. Альбомъ репродукцій въ краскахъ по картинамъ извeстныхъ художниковъ съ пояснительнымъ текстомъ 41 гравюра, С.-Петербургъ : Изданіе С.М. Прокудинъ-Горскаго и К.П. Лаурсонъ, 1911 []
  3. Gravure [in] Ségur, Philippe de (1780-1873). Histoire de Napoléon et de la grande armée en 1812. Paris : Baudoin frères, 1826 []
  4. Cartes de l’Europe in  Las Cases, Emmanuel, L’Atlas historique, généalogique, chronologique et géographique de A. Lesage, comte de Las Cases. Paris : Charles-Antoine Teste, 1825-1826.                                                                                    Carte de l’empire russe à la veille de 1812 in Castera, Jean-Henri (1749-1838), Histoire de Catherine II, impératrice de Russie. À Paris : chez F. Buisson, An VIII [1799-1800] []
  5. Gravure in Алексей Карпович Дживелегов (1875-1952) |et al.]. 1812-1912. Отечественная война и русское общество. Москва : изданіе товарищества И. Д. Сытина, 1911-1912 []
  6. Alfred Rambaud (1842-1905). Français et Russes : Moscou et Sébastopol 1812-1854. Paris : Berger-Levrault et Cie, 1877 []
  7. Gravure in Алексей Карпович Дживелегов (1875-1952) |et al.]. 1812-1912. Отечественная война и русское общество. Москва : изданіе товарищества И. Д. Сытина, 1911-1912 []
  8. Gravures in Gratien Gilbert Joseph Damaze de Raymond (1770-1813). Tableau historique, géographique, militaire et moral de l’Empire de Russie. Paris : Le Normant, 1812 []
  9. Михаил Юрьевич Лермонтов (1814-1841), Бородино, 1837 – Plusieurs éditions sont disponibles à la bibliothèque
    Mikhail Iourievitch Lermontov (1814-1841). Œuvres poétiques. Lausanne. l’Âge d’homme, 1985 []
  10. Gravure in Алексей Карпович Дживелегов (1875-1952) |et al.]. 1812-1912. Отечественная война и русское общество. Москва : изданіе товарищества И. Д. Сытина, 1911-1912 []
  11. Русскіе портреты XVIII и XIX столeтій : [изданіе великаго К. Николая Михайловича]. Санкт-Петергург : Экспедиция К. Государственныхъ Бумагь 1905-1909 []
  12. Reproduction [in] Божерянов, Иван Николаевич (1852-1919). Нашествіе Наполеона : отечественная война 1812 г. Альбомъ репродукцій въ краскахъ по картинамъ извeстныхъ художниковъ съ пояснительнымъ текстомъ 41 гравюра, С.-Петербургъ : Изданіе С.М. Прокудинъ-Горскаго и К.П. Лаурсонъ, 1911 []
  13. Александр Иванович Герцен (1812-1870), Бцлое и думы – Plusieurs éditions sont disponibles à la bibliothèque
    Alexandre Ivanovitch Herzen (1812-1870). Passé et méditations, tome 1. Paris ; Lausanne : l’Âge d’homme, 1974 []
  14. Germaine de Staël-Holstein (1766-1817). Dix années d’exil. Paris : Payot et Rivages, 2012 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. DESMOULINS Camille dit :

    Bonjour

    Je suis un des bénévoles de la communauté Emmaüs de Longjumeau, nous avons trouvé un ensemble de documents et gravures de l’empereur Napoléon, les gravures sont de VERECHTCHAGUINE et le texte du Général Comte de SEGUR.
    Quelqu’un peut-il me donner des informations?
    Cordialement

    Camille DESMOULINS

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour,
    Voici quelques informations :
    Philippe de Ségur est un général et historien français qui participa aux guerres napoléoniennes, et contribua à en perpétuer le souvenir. Il a également écrit une histoire de la Russie.

    Vassili Vassilievitch Verechtchaguine (1842-1904) est un peintre russe qui a peint plusieurs tableaux sur la campagne de Russie.
    Nous vous faisons parvenir par mail en pièce jointe, quelques informations supplémentaires sur l’un et l’autre.
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *