La philosophie naturelle de Paul de Venise

De tous les écrits de Paul de Venise, philosophe logicien et moine augustinien des XIVe  et XVe  siècles, seuls quelques-uns ont bénéficié d’une édition moderne, qui sont considérés comme sa contribution originale à la philosophie, et plus précisément à la logique1. Paolo Nicoletto Veneto fut en effet avant tout un logicien. Né en 1369, entré dans l’ordre des Ermites de Saint Augustin, il partit étudier à Oxford de 1390 à 1393, puis à Paris. De retour en Italie, il enseigna notamment à Sienne, à Pérouse et à Padoue, où il mourut le 14 juin 1429. Il contribua très largement à la diffusion de la logique d’Oxford et au développement d’une nouvelle forme de réalisme apparue avec John Wycliffe. La Logica parva, qu’il écrivit entre 1393 et 1395, et son interprétation des Analytiques postérieurs (1406), ont exercé en Italie une influence profonde pendant près de deux siècles.

Mais son œuvre comprend également de nombreux commentaires d’Aristote et exposés de philosophie naturelle, qui furent d’abord rédigés pour l’enseignement. Ces écrits visaient assurément la clarté sans prétendre à l’originalité, et après avoir été copiés en de nombreux exemplaires, puis imprimés encore au XVIe siècle, ils ne retiennent plus guère aujourd’hui l’attention.

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède deux de ces ouvrages que Paul de Venise a consacrés à l’exposition de la philosophie naturelle, largement héritée d’Aristote, qu’il enseignait alors : une édition de la Summa naturalium, et le Librum maximum De compositione mundi.

Ces deux exemplaires ont été imprimés au tout début du XVIe siècle et, avec les nombreuses autres éditions des mêmes textes que recense à cette époque, pour ne parler que de l’imprimerie française, le catalogue d’A. Pettegree et M. Walsby2, ils témoignent de l’intérêt prolongé du public, en pleine époque humaniste, pour ces textes scolastiques.

 

Le Librum maximum De compositione mundi

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Librum maximum De compositione mundi una cum figuris ad intelligentiam astrnomice. Paris : Thomas Kees, s.d. [c. 1510]

Cet opuscule, qui semble avoir été largement et longuement diffusé comme manuel de philosophie naturelle, est une version latine abrégée d’un traité italien rédigé en 1282 par Ristoro d’Arezzo,  Della composizione del mondo. Il expose, en 29 chapitres, des éléments d’astronomie, de géologie et de physique. Déjà fort critique avec l’original italien, pétri d’astrologie et de spéculations sur les nombres à la façon des Pythagoriciens, Pierre Duhem condamne durement la version qu’en donne Paul de Venise au début du Quattrocento :

«  Le philosophe Paul de Venise, alors célèbre en l’Université de Padoue, trouva le traité Della composizione del mondo et jugea bon d’en grossir son œuvre déjà volumineuse. Il en retrancha bon nombre de chapitres, souvent, hélas, les plus originaux et les plus intéressants ; les autres, il les abrégea quelque peu, les découpa en paragraphes accommodés à la mode scolastique, les mit en latin, y ajouta de-ci-de-là quelque argument nouveau ; cela fait, notre docteur publia sous son nom le traité De compositione mundi »3.

Même des historiens moins sévères avec notre auteur, et plus soucieux de juger cet ouvrage selon les exigences qui présidèrent à sa composition, ne peuvent manquer de souligner son caractère scolastique, voire même d’un « scolaticisme décadent »4, son argumentation toute entière fondée sur l’autorité de textes anciens et sans considération des développements scientifiques qui lui furent contemporains. S’ils peuvent sauver Paul de Venise de l’accusation morale de plagiat, ils ne parviennent pas à réhabiliter le contenu scientifique de son ouvrage5.

L’exemplaire conservé à la Bibliothèque Diderot a été imprimé à Paris par Thomas Kees, libraire-imprimeur originaire de Wesel. Les différentes adresses données par Ph. Renouard6 pour cet imprimeur, ainsi que le catalogue des livres publiés en France avant 1601, permettent de supposer qu’il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1510. Thomas Kees exerce en effet « e regione collegii Italici » jusqu’en 1511, et ne donne avant cette date qu’une édition, la première en France semble-t-il, du De Compositione mundi.

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Librum maximum De compositione mundi…

Il s’agit d’une édition séparée du texte, illustrée de gravures sur bois. Les gravures, ainsi que l’épigramme finale (à deux vers près), et une partie de l’adresse de Jacobus Baptista Alovisius Ravennas à  Alberto Pio, Prince de Carpi, semblent copiées de l’édition publiée à Venise en 1498, qui fait figurer le De compositione mundi à la suite du commentaire sur le De generatione et corruptione d’Aristote7, et qui emprunte elle-même des illustrations aux éditions de 1488 du Poeticon astronomicon de Igino, des Sphaera mundi de Sacrobosco et de l’Astrolabium planum d’Engel8.

 

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Librum maximum De compositione mundi…

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Librum maximum De compositione mundi…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Summa naturalium

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus. Jo. Argiropylo Bizantio interprete. [S.l.] : [s.n.], [s.d.]

Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Summa naturalium de Paul de Venise consiste en l’exposition des théories physiques d’Aristote en six parties qui correspondent chacune à un livre du Stagirite : la Physique, le Traité du ciel, De la génération et la corruption, les Météorologiques, De l’Âme, la Métaphysique. Maintes fois réimprimé, ce commentaire présente la particularité d’être ici accompagné de la traduction latine du texte d’Aristote établie par Jean Argyropoulos. La traduction et son commentaire, qui se distinguent par leurs typographies, sont disposés alternativement, chapitre par chapitre.

Quelques figures illustrent le texte, empruntées pour certaines également au traité de Sacrobosco, ou à d’autres ouvrages, et qui entretiennent un rapport plus ou moins étroit avec le propos.

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus…

Ainsi le chapitre 13 du livre I des Météorologiques, sur les vents et les fleuves, est-il l’occasion de reproduire une scène plaisante peut-être gravée pour un autre texte.

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus…

 

Ces deux ouvrages portent les marques de l’étude dont ils furent l’objet, annotations en marge, nombreuses manchettes, passages soulignés, vérification des calculs de l’auteur, et même quelques images colorées à l’encre dans de jolis tons ocres – dans un moment d’ennui ou de rêverie ?

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus…

 

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Librum maximum De compositione mundi…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicoletti, Paolo (dit Paulus Venetus). Summa naturalium Aristotelis De anima liber primus…

Billet rédigé par Gabrielle Marchand

  1. Voir les indications bibliographiques de Conti, Alessandro. « Paul of Venice » in : Stanford encyclopedia of philosophy, Winter 2012 edition. Disponible en ligne [consulté le 20 février 2013] []
  2. Pettegree, Andrew, Walsby, Malcolm. French books III & IV: books published in France before 1601 in Latin and languages other than French. Leiden ; Boston : Brill, 2012, 2 vol., p. 1285 : le De compositione mundi, seul ou à la suite du Summa philosophie naturalis, est imprimé onze fois en France entre 1510 et 1514 []
  3. Duhem, Pierre. Le système du monde : histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic, tome IV. Paris : Hermann, 1954, p.208. Disponible en ligne [consulté le 20 février 2013]. Voir également le volume X, chapitre VI, consacré à la physique exposée par Paul de Venise, et du même auteur, Études sur Léonard de Vinci. Paris : Hermann, 1906-1913 []
  4. Thorndike, Lynn. Science and thought in the fifteenth century. New York : Columbia university press, 1929, p.217 []
  5. Goldschmidt, E. P. Medieval texts and their first appearance in print. Oxford : Oxford university press, 1943, p.114 : « Paulus Venetus was out to intruct his pupils on the ‘Composition of the Universe’, and if the best account he knew was contained in the old Italian treatise, he would consider he was doing the best he could in giving his students a version of what he had learnt from it. Nor would his audience expect him to impart any facts discovered by himself, but would be perfectly satisfied to know that he had found what he was telling them in a very ancient book, more than a hundred years old. » []
  6. Renouard, P. Imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris (1470) jusqu’à la fin du seizième siècle […]. Paris : A. Claudin, 1898 []
  7. Expositio magistri Pauli Veneti super libros de generatione et corruptione Aristotelis. Ejusdem de compositione mundi cum figuris. Impressus Venetiis : per B. Locatellum, 1498 []
  8. Voir la présentation du De compositione mundi sur le site de la Biblioteca Panizzi. Voir également une version numérisée de l’édition de 1498 sur le site Electronic Resources for Medieval Philosophy Studies []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *